Comment la Cia, le Mossad et « le réseau Epstein » exploitent les fusillades de masse pour créer un cauchemar orwellien

15-09-2019 reseauinternational.net 113 min #161677

par Whitney Webb.

À la suite d'une autre fusillade de masse catastrophique ou d'un événement critique, des « solutions » orwelliennes sont imposées à un public étatsunien effrayé par le réseau connecté, non seulement à Jeffrey Epstein, mais à une série de crimes et à une histoire effrayante de plans pour étouffer la dissension interne aux États-Unis.

Après l'arrestation et la mort consécutive en prison du présumé trafiquant sexuel d'enfants Jeffrey Epstein, une société de technologie israélienne peu connue a commencé à bénéficier de plus en plus de publicité, mais pour toutes les mauvaises raisons. Peu de temps après l'arrestation d'Epstein, ses relations et ses finances ont fait l'objet d'un examen minutieux, il a été révélé que la société israélienne Carbyne911 avait reçu un financement substantiel de Jeffrey Epstein ainsi que de son proche associé et ancien Premier Ministre israélien Ehud Barak, et de Peter Thiel, capital-risqueur de la Silicon Valley et grand investisseur de Trump.

Carbyne911, ou simplement Carbyne, développe des capacités de traitement et d'identification des appels pour les services d'intervention d'urgence dans des pays du monde entier, dont les États-Unis, où elles ont déjà été mises en œuvre dans plusieurs comtés du pays, et a établi des partenariats avec de grandes entreprises technologiques US telles que Google. Elle commercialise spécifiquement son produit comme un moyen d'atténuer les fusillades de masse aux États-Unis sans avoir à modifier les lois étatsuniennes existantes sur les armes à feu.

Cependant, Carbyne n'est pas une entreprise de technologie ordinaire, car elle est profondément liée à la division d'élite du renseignement militaire israélien, l'Unité 8200, dont les « anciens » créent souvent des entreprises de technologie - dont Carbyne - qui maintiennent fréquemment leurs liens avec le renseignement israélien et, selon les médias et les anciens employés israéliens, « brouillent souvent la ligne » entre leur service pour l'appareil de défense et de renseignement d'Israël et leurs activités commerciales. Comme ce rapport le montrera, Carbyne n'est qu'une des nombreuses sociétés de technologie israéliennes qui se présentent comme une solution technologique aux fusillades de masse et qui a des liens directs avec les services de renseignement israéliens.

Dans chaque cas, les produits de ces sociétés sont fabriqués de telle manière qu'ils peuvent facilement être utilisés pour surveiller illégalement les gouvernements, les institutions et les civils qui les utilisent, un fait troublant étant donné les prouesses documentées de l'Unité 8200 en matière de surveillance comme moyen de chantage et l'historique d'Israël dans son utilisation des sociétés technologiques pour espionner le gouvernement US. Cette situation est aggravée par le fait que les sociétés de technologie liées à l'Unité 8200 ont déjà reçu des contrats du gouvernement US pour placer des « portes dérobées » dans l'ensemble du système de télécommunications étatsunien ainsi que dans les produits populaires de grandes sociétés de technologie US, dont Google, Microsoft et Facebook, dont beaucoup de dirigeants et cadres clés sont  d'anciens dirigeants de l'Unité 8200.

Le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou n'a pas caché que placer les membres de l'Unité 8200 à des postes de direction dans des sociétés multinationales de technologie est une « politique délibérée » visant à assurer le rôle d'Israël en tant que « cyberpuissance » mondiale dominante, tout en combattant les mouvements de boycott non violent visant les violations du droit international par Israël et en réprimant les critiques des Nations unies de la politique gouvernementale et les opérations militaires israéliennes à l'étranger.

Le milliardaire défunt Jeffrey Epstein

Au fur et à mesure que les liens de Jeffrey Epstein avec les services de renseignement des États-Unis et d'Israël - qui ont fait l'objet d'une récente  série de quatre articles exclusifs sur MintPress - ont commencé à être entièrement révélés, son financement de Carbyne a été examiné de plus près, en particulier en raison des liens étroits que l'entreprise avait avec les services de renseignement israéliens ainsi que certains Étatsuniens qui avaient des liens connus avec ces derniers. Le rôle d'Ehud Barak en tant que financier et Président de Carbyne a également ajouté à cette préoccupation, étant donné sa longue implication dans des opérations secrètes de renseignement pour Israël et ses liens de longue date avec le renseignement militaire israélien.

Un autre financeur de Carbyne, Peter Thiel, a sa propre entreprise qui, comme Carbyne, est prête à profiter des solutions de haute technologie proposées par l'administration Trump aux fusillades de masse. En effet, après  la récente fusillade à El Paso, au Texas, le Président Trump - qui a reçu des dons politiques de la part de Thiel et a été conseillé par lui après son élection -  a demandé aux sociétés de technologie de « détecter les tireurs de masse avant qu'ils ne frappent«, un service déjà perfectionné par la société Palantir, qui a développé un « logiciel pré-crime » déjà en usage dans le pays. Palantir est également un entrepreneur pour la communauté du renseignement étatsunien et possède également une succursale basée en Israël.

Plus troublant peut-être, quelle que soit la solution technologique adoptée par l'administration Trump, elle est prête à utiliser une base de données controversée, initialement développée dans le cadre d'un programme secret du gouvernement US qui impliquait des personnalités d'Iran-Contra notoires comme Oliver North pour suivre et signaler les dissidents étatsuniens potentiels afin de les surveiller et de les arrêter en cas « d'urgence nationale » définie de façon vague.

Comme ce rapport le révèlera, cette base de données - souvent appelée « Main Core » (Cœur Principal) - a été créée avec la participation des services de renseignement israéliens et Israël est resté impliqué des années après son développement, et potentiellement jusqu'à présent. Il a également été utilisé par au moins un ancien représentant de la CIA au Conseil de Sécurité Nationale du Président Reagan pour faire chanter des membres du Congrès, des membres du personnel du Congrès et des journalistes, entre autres.

Compte tenu  des récents rapports sur le projet de l'administration Trump de créer un nouvel organisme gouvernemental chargé d'utiliser la « technologie avancée » pour identifier les « signes neuro-comportementaux » d'une « personne se préparant à un acte explosif violent » en utilisant des données recueillies par des appareils électroniques grand public, le portrait peint par cette technologie actuellement mise en avant et utilisée sous l'apparence « de protéger les Étatsuniens » est profondément orwellien. En fait, il renvoie directement à la genèse d'un État de surveillance d'une portée beaucoup plus grande que tout ce que l'histoire étatsunienne a connu jusqu'à présent, et il est élaboré conjointement par des personnes liées aux services de renseignements US et israéliens.

Démystifier Carbyne

Carbyne911, que nous appellerons simplement Carbyne dans ce rapport, est une jeune entreprise israélienne de technologie qui promet de révolutionner la façon dont les appels sont traités par les fournisseurs de services d'urgence, ainsi que par les gouvernements, les entreprises et les établissements scolaires. Peu de temps après sa création en 2014 par des vétérans des services de renseignements militaires israéliens, Carbyne a commencé à être commercialisé spécifiquement comme une solution aux fusillades de masse aux États-Unis qui va « au-delà du débat sur les armes à feu » et améliore « les renseignements que les intervenants d'urgence armés reçoivent avant de se retrouver dans une situation de tir armé » en fournissant un flux vidéo et acoustique à partir de smartphones civils et autres appareils connectés au réseau Carbyne.

Avant l'arrestation de Jeffrey Epstein en juillet, Carbyne avait reçu de nombreux éloges de la part des médias US et israéliens,  Fox News saluant les services de la société comme la réponse au « système 911 vieillissant » des États-Unis et le  Jerusalem Post écrivant que la plate-forme de la société offre « une protection high-tech aux travailleurs sociaux et aux directeurs scolaires«. D'autres rapports  affirment que les services de Carbyne entraînent « une réduction de 65 % du délai de transmission«.

La plate-forme de gestion des appels et des crises de Carbyne a déjà été mise en œuvre dans plusieurs comtés étatsuniens et l'entreprise a des bureaux non seulement aux États-Unis, mais aussi au Mexique, en Ukraine et en Israël. L'expansion de Carbyne à d'autres réseaux de fournisseurs de services d'urgence aux États-Unis est probable, étant donné que la législation fédérale cherche à offrir des subventions pour mettre à niveau les centres d'appels du 911 partout dans le pays avec la technologie même dont Carbyne est le principal fournisseur. L'un des principaux groupes de pression en faveur de cette législation, la National Emergency Number Association (NENA), entretient une « relation forte » avec Carbyne, selon  le site web de Carbyne. En outre, Carbyne a également  commencé à commercialiser sa plateforme d'appels non urgents auprès des gouvernements, des établissements d'enseignement et des entreprises.

Pourtant, ce qui semblait être l'inéluctabilité de l'adoption généralisée de Carbyne aux États-Unis s'est heurtée à un problème à la suite de l'arrestation récente et de la mort subséquente du trafiquant sexuel et pédophile Jeffrey Epstein, qui exploitait des mineures dans le but de faire « chanter » les riches et les puissants, une opération qui était  clairement liée aux renseignements. Epstein, après sa première arrestation et sa première peine légère pour avoir sollicité des rapports sexuels avec une mineur en 2007, a été exploité par l'ancien Premier Ministre israélien et ancien chef du renseignement militaire israélien Ehud Barak, pour devenir un bailleur de fonds clé de Carbyne.

Ehud Barak, au centre, pose avec les co-fondateurs de Carbyne, Alex Dizengof, Amir Elichai et Lital Leshem

À la suite d'une surveillance accrue des activités commerciales d'Epstein et de ses liens avec Israël, en particulier avec Barak, les liens d'Epstein avec Carbyne ont été révélés et largement rapportés par le média indépendant Narativ, dont  l'article sur Carbyne a révélé non seulement certains des liens clés de la jeune entreprise mais également comment l'architecture du produit Carbyne en lui-même soulève « de graves préoccupations en termes de protection des renseignements personnels«.

MintPress a détaillé plusieurs des principaux liens de Carbyne avec le renseignement dans la  partie III de la série d'enquêtes « Au cœur du scandale Jeffrey Epstein : Trop gros pour tomber«. En plus de Barak - ancien Premier Ministre israélien et ancien chef des services de renseignements militaires israéliens - qui est Président de Carbyne et l'un des principaux bailleurs de fonds, l'équipe de direction de la société est composée d'anciens membres des services de renseignements israéliens, dont l'Unité 8200, qui est souvent comparée à l'Agence de Sécurité Nationale américaine (NSA).

L'actuel PDG de Carbyne, Amir Elichai,  a servi dans l'Unité 8200 et a fait appel à l'ancien commandant de l'Unité 8200 et  membre actuel du conseil d'administration de l'AIPAC, Pinchas Buchris, pour agir comme directeur et membre de son conseil. En plus d'Elichai, une autre co-fondatrice de Carbyne,  Lital Leshem, a également servi dans l'Unité 8200 et a plus tard travaillé pour la compagnie d'espionnage privée israélienne Black Cube. Le seul cofondateur de Carbyne qui n'a pas servi dans l'Unité 8200 est Alex Dizengof,  qui travaillait auparavant pour le bureau du Premier Ministre israélien.

Comme MintPress l'a fait remarquer dans  un rapport précédent détaillant les liens étroits entre les services de renseignements militaires israéliens et le géant technologique étatsunien Microsoft, l'Unité 8200 est une unité d'élite des services de renseignements israéliens qui fait partie de la Direction du Renseignement Militaire des Forces de Défense Israéliennes (FDI) et qui s'occupe principalement de renseignement par signaux (c'est-à-dire de surveillance), de guerre informatique et de décryptage de codes. Elle est souvent décrite comme l'équivalent israélien de la NSA et Peter Roberts, chercheur principal au Royal United Services Institute de Grande-Bretagne, a qualifié l'unité, dans  une interview accordée au Financial Times, de « probablement la première agence de renseignement technique au monde et qui se situe au même niveau que la NSA pour tout sauf l'échelle«.

Notamment, la NSA et l'Unité 8200 ont collaboré à de nombreux projets, les plus infâmes étant le  virus Stuxnet et le  malware Duqu. En outre, la NSA est connue pour travailler avec des vétérans de l'Unité 8200 dans le secteur privé, comme lorsque la NSA  a embauché deux sociétés israéliennes, pour créer des portes dérobées dans tous les principaux systèmes de télécommunications étatsuniens et les grandes sociétés de technologie, notamment Facebook, Microsoft et Google. Ces deux sociétés, Verint et Narus, ont des cadres supérieurs liés aux services de renseignements israéliens et l'une d'entre elles, Verint (anciennement Comverse Infosys), a une histoire  d'espionnage agressif des installations du gouvernement US. L'Unité 8200 est également  connue pour espionner des civils dans les territoires palestiniens occupés à des fins de « coercition » - c'est-à-dire pour recueillir des informations à des fins de chantage - et aussi pour  espionner des Palestiniens étatsuniens par le biais d'un accord de partage du renseignement avec la NSA.

Contrairement à beaucoup d'autres start-ups liées à l'Unité 8200, Carbyne possède également plusieurs liens avec l'administration Trump, dont le fondateur de Palantir et allié de Trump, Peter Thiel -  un autre investisseur dans Carbyne. De plus, le  conseil consultatif de Carbyne comprend l'ancien employé de Palantir, Trae Stephens, qui faisait partie de l'équipe de transition de Trump, ainsi que l'ancien Secrétaire à la Sécurité Intérieure, Michael Chertoff. Eliot Tawill,  donateur de Trump et promoteur immobilier new-yorkais, fait également partie du  conseil d'administration de Carbyne, aux côtés d'Ehud Barak et Pinchas Buchris.

Pourtant, les préoccupations de Carbyne en matière de protection de la vie privée vont au-delà des liens de l'entreprise avec les services de renseignements israéliens et les entrepreneurs étatsuniens du renseignement comme Peter Thiel. Par exemple, l'application Smartphone de Carbyne  extrait les informations suivantes des téléphones sur lesquels elle est installée :

« L'emplacement de l'appareil, la vidéo diffusée en direct du smartphone au centre d'appels, les messages texte dans une fenêtre de discussion bidirectionnelle, toutes les données du téléphone de l'utilisateur s'il possède l'application Carbyne et ESInet, et toute information provenant d'une liaison de données, que Carbyne ouvre si la liaison vocale de l'utilisateur est interrompue«.

Selon le  site Web de Carbyne, cette même information peut également être obtenue à partir de n'importe quel smartphone, même s'il n'a pas l'application de Carbyne installée, si ce téléphone appelle un centre d'appel 911 qui utilise Carbyne ou simplement tout autre numéro connecté au réseau Carbyne.

Carbyne recueille des points de données à partir des téléphones des utilisateurs ainsi que d'une myriade d'autres appareils connectés au Web

Carbyne est une plateforme 9-11 (NG911) de nouvelle génération et l'objectif explicite de NG911 est que tous les systèmes 911 du pays  soient interconnectés. Ainsi, même si Carbyne n'est pas utilisé par tous les centres d'appels 911 utilisant une plateforme NG911, Carbyne aura ostensiblement accès aux données utilisées par tous les fournisseurs de services d'urgence et appareils connectés à ces réseaux. Ce principe directeur du GN911 rend également probable qu'une plate-forme sera favorisée au niveau fédéral pour encourager cette interconnectivité et, étant donné qu'elle a déjà été adoptée par plusieurs comtés et a des liens avec le gouvernement Trump, Carbyne est le choix logique.

Un autre sujet de préoccupation est la manière dont d'autres pays ont utilisé des plates-formes comme Carbyne, qui ont d'abord été commercialisées comme outils d'intervention d'urgence, à des fins de surveillance de masse. Dans son enquête sur Carbyne,  Narativ a fait les constatations suivantes :

« En mai, Human Rights Watch  a révélé que les autorités chinoises utilisent une plate-forme semblable à celle de Carbyne pour surveiller illégalement les Ouïghours. La plate-forme d'opérations interarmées intégrées de la Chine apporte un ensemble de données et des sources vidéo beaucoup plus volumineux, qui comprend une application sur les téléphones des gens. Comme Carbyne, la plate-forme a été conçue pour signaler les urgences. Les autorités chinoises en ont fait un outil de surveillance de masse.

Human Rights Watch a réalisé la rétro-ingénierie de l'application. Le groupe a découvert que l'application établit automatiquement le profil d'un utilisateur sous 36 « types de personnes » dont « les adeptes des Six Lignes », qui est le terme utilisé pour identifier les Ouïghours. Un autre terme fait référence au « Hajj », le pèlerinage islamique annuel à La Mecque. L'application surveille tous les aspects de la vie d'un utilisateur, y compris les conversations personnelles [et] la consommation d'énergie, et suit les mouvements de l'utilisateur«.

Cette technologie est actuellement utilisée par les services de renseignements militaires israéliens et l'agence de renseignement israélienne Shin Bet pour justifier les détentions « pré-crime » de Palestiniens en Cisjordanie occupée. Comme nous le verrons plus en détail plus loin dans ce rapport, les commentaires des Palestiniens sur les médias sociaux sont suivis par des algorithmes d'intelligence artificielle qui les signalent pour une détention indéfinie s'ils écrivent des messages sur les médias sociaux qui contiennent des phrases « tripwire » telles que « l'épée d'Allah ».

La plateforme de Carbyne possède ses propres éléments « pré-crime », comme  le composant c-Records, qui stocke et analyse les informations sur les appels passés et les événements qui passent sur son réseau. Ces informations permettent aux décideurs d'analyser avec précision le comportement passé et présent de leurs interlocuteurs, de réagir en conséquence et de prévoir à temps les tendances futures.

On s'est récemment inquiété de ce que la technologie « pré-crime » puisse bientôt se généraliser aux États-Unis,  après que le Président Trump ait déclaré que l'une des solutions qu'il prévoyait pour faire face aux fusillades de masse à la suite de la récente tragédie d'El Paso était que les grandes entreprises technologiques puissent détecter les tireurs potentiels avant qu'ils ne frappent.

Renseignement israélien, chantage et Silicon Valley

Bien que bon nombre des personnes qui financent ou gèrent Carbyne aient des liens avérés avec le renseignement, un examen plus approfondi de plusieurs de ces acteurs révèle des liens encore plus profonds avec le renseignement israélien et étatsunien.

L'un des liens les plus évidents de Carbyne avec les services de renseignements israéliens passe par son Président et l'un de ses bailleurs de fonds, Ehud Barak. Bien que Barak soit surtout connu pour être un ancien Premier Ministre d'Israël, il est aussi un ancien Ministre de la Défense et l'ancien chef du renseignement militaire israélien. Il a supervisé les opérations de l'Unité 8200, ainsi que d'autres unités du renseignement militaire israélien, dans ces trois positions. Pendant la majeure partie de sa carrière militaire et plus tard politique, Barak a été  étroitement associé aux opérations secrètes.

Avant l'examen public de la relation de Barak avec Jeffrey Epstein, à la suite de l'arrestation de ce dernier en juillet dernier et de sa mort subséquente, Barak avait été la cible de critiques pour ses liens avec Harvey Weinstein, magnat du cinéma déshonoré. En effet, c'est Ehud Barak qui a mis Weinstein  en contact avec le service de renseignement privé israélien Black Cube, qui emploie d'anciens agents du Mossad et des agents du renseignement militaire israélien, alors que Weinstein cherchait à intimider les femmes qui l'avaient accusé d'agression sexuelle et de harcèlement sexuel. L'ancien directeur du Mossad Meir Dagan a dirigé le conseil d'administration de Black Cube jusqu'à sa mort en 2016 et Lital Leshem, co-fondatrice de Carbyne, est  l'ancienne directrice de marketing de Black Cube.

Après que Barak l'ait mis en contact avec les dirigeants de Black Cube, Weinstein, selon  The New Yorker, a utilisé la société d'espionnage privée pour « cibler ou recueillir des informations sur des dizaines de personnes et compiler des profils psychologiques qui se concentraient parfois sur leur histoire personnelle ou sexuelle«. En outre,  The New Yorker a noté que :

« Weinstein a suivi personnellement le déroulement des enquêtes et a également engagé d'anciens employés de ses entreprises cinématographiques pour participer à l'effort, en recueillant des noms et en passant des appels qui, selon certaines sources qui les ont reçus, ont été intimidants«.

Pourtant, plus récemment, c'est l'étroite relation de Barak avec Epstein qui l'a fait sourciller et l'a exposé aux  attaques politiques de ses rivaux. Epstein et Barak ont été présentés pour la première fois par l'ancien Premier Ministre israélien Shimon Peres en 2002, à une époque où le chantage pédophile d'Epstein et le trafic sexuel étaient en plein essor.

Immeuble du 306 East 66th Street à New York où Mark Epstein, le frère du milliardaire Jeffrey Epstein, logeait certaines de leurs victimes de leur trafic sexuel

Barak était un visiteur fréquent des résidences d'Epstein à New York, si souvent que  The Daily Beast a rapporté que de nombreux résidents d'un immeuble d'habitation lié à Epstein « avaient vu Barak dans l'immeuble plusieurs fois au cours des dernières années, et près d'une demi-douzaine d'autres ont décrit avoir rencontré son service de sécurité«, ajoutant que « l'immeuble appartient en majorité au jeune frère de Epstein, Mark, et a été lié au prétendu réseau de trafic du financier à New York«. Plus précisément, plusieurs appartements de l'immeuble étaient « utilisés pour loger des mineures d'Amérique du Sud, d'Europe et de l'ex-Union Soviétique«,  selon un ancien comptable employé par l'un des principaux proxénètes d'Epstein, Jean Luc Brunel.

Barak a également passé la nuit dans l'une des résidences d'Epstein au moins une fois, a été photographié quittant la résidence de Epstein en 2016, et a admis avoir visité l'île d'Epstein, qui porte des surnoms comme « Pedo Island », « Lolita Island » et « Orgy Island ». En 2004,  Barak a reçu 2,5 millions de dollars de la Fondation Wexner de Leslie Wexner, dont Epstein était l'un des principaux donateurs, officiellement pour des « services de consultation » et de « recherche » non précisés au nom de la fondation.

En 2015, Barak a formé une société en commandite en Israël dans le but explicite d'investir dans Carbyne (alors connue sous le nom de Reporty) et a investi des millions de dollars dans la société, devenant rapidement un actionnaire important, puis le visage public de la société et le Président de son conseil. Au moins  un million de dollars de l'argent investi dans cette société créée par Barak qui a ensuite servi à investir dans Carbyne provenait de la Southern Trust Company, qui  appartenait à Jeffrey Epstein.

En juillet, Bloomberg a rapporté que la Southern Trust Company d'Epstein était identifiée dans les documents déposés aux îles Vierges étatsuniennes comme étant une société de « base de données génétiques et de data mining«. Étant donné le potentiel évident de Carbyne en matière d'exploration de données et de profilage civil, l'investissement d'Epstein dans Carbyne à l'aide de cette société spécifique suggère que les investisseurs de Carbyne connaissent depuis longtemps cet aspect peu annoncé du produit Carbyne.

Dans une déclaration au  journal israélien Haaretz, Barak a affirmé :

« J'ai vu l'opportunité d'affaires et j'ai enregistré un partenariat sous mon contrôle en Israël. Un petit nombre de personnes que je connais y investissent... Puisqu'il s'agit d'investissements privés, il ne serait pas approprié ou juste que j'expose les détails des investisseurs«.

Cependant, Barak  a admis plus tard qu'Epstein avait été l'un des investisseurs.

Dans sa récente série sur le scandale Jeffrey Epstein, MintPress a noté en détail les liens d'Epstein avec les services de renseignement de la CIA/Mossad, comme Adnan Khashoggi, les sociétés écrans de la CIA, comme Southern Air Transport, et le crime organisé, par son association étroite avec Leslie Wexner. En outre, Ghislaine Maxwell, « petite amie » de longue date d'Epstein,  a des liens familiaux avec les services de renseignements israéliens par l'intermédiaire de son père, Robert Maxwell. Bien qu'il semble qu'Epstein ait pu travailler pour plus d'une agence de renseignement, Zev Shalev, ancien producteur exécutif de CBS News et journaliste chez Narativ,  a récemment déclaré qu'il avait indépendamment confirmé avec deux sources non connectées « étroitement liées à l'affaire Epstein et en mesure de savoir » qu'Epstein avait « travaillé pour le renseignement militaire israélien«.

Zev Shalev 21/08/2019 00:17:07 1112 798  24710/4163
Exclusive: We have two independent sources confirming Jeffrey Epstein worked for Israeli military intelligence. In each case the source is closely connected to the Epstein story and in a position to know. You can take it to the bank. @narativlive

Exclusif : Deux sources indépendantes confirment que Jeffrey Epstein travaillait pour les renseignements militaires israéliens. Dans chaque cas, la source est étroitement liée à l'histoire d'Epstein et en mesure de savoir. Vous pouvez l'apporter à la banque de données.

Notamment, Epstein, qui était connu pour son intérêt à faire du chantage par le biais de l'abus sexuel de filles mineures qu'il exploitait, a également prétendu avoir des « informations préjudiciables » sur des personnalités de la Silicon Valley. Lors d'une conversation l'année dernière avec le journaliste du New York Times, James Stewart, Epstein  a prétendu avoir des informations « potentiellement dommageables ou embarrassantes » sur l'élite de la Silicon Valley et a déclaré à Stewart que ces personnalités de l'industrie technologique US « étaient des consommateurs hédonistes et réguliers de drogues récréatives«. Epstein  a également dit à Stewart qu'il avait été « témoin de la consommation de drogues et de l'organisation de rapports sexuels de personnalités de la technologie » et qu'il prétendait connaître « les détails de leurs prétendues tendances sexuelles«.

Dans la période précédant sa récente arrestation, Jeffrey Epstein semblait avoir tenté de changer de nom pour devenir un « investisseur en technologie », il accordé des interviews à plusieurs journalistes, dont Stewart, au sujet d'investissements technologiques dans les mois qui ont précédé son inculpation pour trafic sexuel au niveau fédéral.

Jessica Lessin, rédactrice en chef de The Information,  a déclaré à Business Insider qu'un journaliste travaillant pour The Information avait interviewé Epstein un mois avant sa récente arrestation parce qu'il était considéré comme un investisseur dans des fonds de capital-risque. Cependant, Lessin a affirmé que l'interview n'était pas « digne d'intérêt » et que le site n'avait pas l'intention d'en publier le contenu.  Selon Business Insider, la façon dont les entretiens avec Epstein ont été organisés « suggère que quelqu'un dans la Silicon Valley a peut-être essayé d'aider Epstein à entrer en contact avec des journalistes«.

Bien que l'on ne sache pas exactement quels personnages de la Silicon Valley étaient les plus liés à Epstein et quels cadres technologiques étaient potentiellement victimes du chantage d'Epstein, on sait qu'Epstein  était associé à plusieurs cadres technologiques de premier plan, dont Sergey Brin, co-fondateur de Google, Mark Zuckerberg, co-fondateur de Facebook, Elon Musk, CEO de Tesla, Bill Gates co-fondateur de Microsoft, et Reid Hoffman co-fondateur de LinkedIn.

L'année dernière, Epstein prétendait conseiller Tesla et Elon Musk, qui avaient déjà été photographiés avec Ghislaine Maxwell, la prétendue madame Epstein. Il y a quelques années, Epstein a également assisté à un dîner offert par Reid Hoffman de LinkedIn, où Musk  aurait présenté Epstein à Mark Zuckerberg. Sergey Brin de Google aurait assisté à un dîner organisé par Epstein à sa résidence de New York où Donald Trump était également présent.

Ces associations suggèrent que la personne dans la Silicon Valley qui essayait de rehausser l'image d'Epstein en tant qu'investisseur technologique avant son arrestation était peut-être Peter Thiel, dont le fonds fondateur avait également investi dans Carbyne. Thiel a été l'un  des premiers investisseurs dans Facebook et fait toujours partie de son conseil d'administration, le reliant à Zuckerberg ; il est également un des financeurs de SpaceX d'Elon Musk et un ancien collègue de Musk via PayPal. De plus, Thiel  a des liens avec Reid Hoffman et Thiel et Hoffman sont tous deux des commanditaires importants de Facebook.

On ne sait pas si les « informations préjudiciables » d'Epstein et le chantage apparent dont ont fait l'objet des personnalités de l'industrie technologique US ont été utilisés pour faire avancer les objectifs de Carbyne, qui s'est récemment associé aux géants technologiques Google et Cisco Systems - et, plus largement, l'expansion des entreprises technologiques liées au renseignement israélien dans le secteur technologique étatsunien, notamment par le rachat par les grandes entreprises technologiques US de start-ups technologiques liées à l'Unité 8200.

Cette dernière hypothèse semble de plus en plus probable étant donné que le père de Ghislaine Maxwell - l'un des principaux complices d'Epstein dans son opération de chantage sexuel lié au renseignement impliquant des mineurs - était un agent du Mossad qui a  aidé à vendre des logiciels qui avaient permis aux services de renseignements israéliens de mettre sur écoute des agences gouvernementales et des installations sensibles dans le monde, notamment aux États-Unis.

Comme nous le verrons plus loin dans ce rapport, le Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou - auquel tous les services de renseignement israéliens répondent en vertu de sa position - a déclaré à plusieurs reprises que l'acquisition de start-ups israéliennes liées au renseignement par des géants technologiques étrangers, en particulier dans la Silicon Valley, est une politique actuelle et « délibérée » de l'État d'Israël.

Les liens de Carbyne avec les services secrets US

Alors qu'Epstein et Barak sont les deux financiers de Carbyne dont les liens avec le renseignement sont les plus clairs, un autre financeur de Carbyne, Peter Thiel, a des liens avec le renseignement US et investit depuis longtemps dans d'autres sociétés fondées par d'anciens membres de l'Unité 8200. Thiel a cofondé et détient toujours une participation majoritaire dans la société Palantir, qui  a d'abord été financée par un investissement de 2 millions de dollars du fonds de capital-risque In-Q-Tel de la CIA, puis est rapidement devenue un entrepreneur de la CIA.

Après le succès de son contrat avec la CIA, Palantir  est devenu un entrepreneur pour divers organismes fédéraux, dont le FBI, la Agence de Renseignement de Défense (DIA), l'Agence de Sécurité Nationale (NSA), le Département de la Sécurité Intérieure (DHS) et le Commandement des Opérations Spéciales de l'armée, notamment. L'année dernière,  il a remporté un contrat pour la création d'un nouveau système de renseignement sur le champ de bataille pour l'armée US. Palantir est également en demande pour sa « technologie pré-crime », qui  a été utilisée par plusieurs services de police étatsuniens.  Selon The Guardian :

« Palantir traque tout le monde, des suspects potentiels de terrorisme aux fraudeurs d'entreprises, aux trafiquants d'enfants et à ce qu'ils appellent les « subversifs »... tout cela est fait par prédiction«.

Thiel a attiré l'attention ces dernières années pour son soutien au Président Trump et pour être devenu conseiller de Trump après les élections de 2016, alors qu'il était « une force majeure dans la transition«,  selon Politico, et «  a aidé à pourvoir les postes de l'administration Trump avec d'anciens employés«. L'un de ces anciens employés était Trae Stephens, qui fait également partie du conseil consultatif de Carbyne. Thiel a  également des liens d'affaires avec le gendre de Trump et conseiller influent, Jared Kushner, ainsi qu'avec  le frère de Kushner, Josh. En 2017, un assistant de campagne principal de Trump  a dit à Politico que :

« Thiel est extrêmement puissant au sein de l'administration grâce à ses liens avec Jared«.
Peter Thiel salue Netanyahou lors d'une rencontre en Israël en 2017

Thiel a également soutenu des start-ups technologiques israéliennes de premier plan liées à l'Unité 8200, telles que BillGuard, que  Thiel a financé avec l'ancien PDG de Google Eric Schmidt et d'autres investisseurs. BillGuard a été fondé par Raphael Ouzan, un ancien dirigeant de l'Unité 8200, qui siège  au conseil d'administration de Start-Up Nation Central (SUNC) aux côtés de Paul Singer, gestionnaire étatsunien néoconservateur de fonds spéculatif, Dan Senor, conseiller et agent politique néoconservateur, et Terry Kassel, qui travaille pour Singer dans son fonds spéculatif, Elliott Management.

SUNC est une organisation  fondée par Paul Singer, qui a fait d'importants dons au Président Trump et au Premier Ministre israélien Netanyahou. Depuis sa création en 2012, le SUNC a cherché à intégrer les start-ups technologiques israéliennes connectées à l'Unité 8200 dans des entreprises étrangères, principalement étatsuniennes, et a aidé à superviser le transfert de milliers d'emplois technologiques bien rémunérés des États-Unis vers Israël.

Une autre personne liée à Carbyne digne de mention est l'ancien chef du Département de la Sécurité Intérieure, Michael Chertoff, qui siège au conseil consultatif de Carbyne. En plus des liens de Chertoff avec DHS, la société de Chertoff, The Chertoff Group, emploie plusieurs anciens membres éminents de la communauté du renseignement des États-Unis comme dirigeants, notamment  Michael Hayden, ancien Directeur de la CIA et ancien Directeur de la NSA ; et  Charles Allen, ancien Directeur adjoint du renseignement central à la CIA, qui travaille pour cette agence depuis plus de 40 ans.

Le Groupe Chertoff a  un contrat de longue date et lucratif avec la société OSI Systems, qui produit des scanners corporels et se commercialise comme une solution aux fusillades de masse et aux crises, un peu comme Carbyne. Alors que l'entreprise de Chertoff conseillait OSI Systems, Chertoff  a organisé une campagne médiatique pour promouvoir l'utilisation généralisée des machines produites par OSI Systems et  a même appelé le Congrès à « financer un déploiement à grande échelle des systèmes de nouvelle génération«. Chertoff  n'a pas divulgué son conflit d'intérêts alors qu'il faisait la promotion publique des scanners corporels d'OSI.

Certains ont également allégué que la mère de Chertoff, Livia Eisen, avait des liens avec le renseignement israélien. Selon  son avis de décès de 1998, cité par Christopher Bollyn, chercheur et auteur, et Jonathan Cook, journaliste, Eisen a participé à l'opération du Mossad intitulée « Magic Carpet » alors qu'elle travaillait pour El Al Airlines d'Israël. Bollyn et Cook ont suggéré que la participation d'Eisen à cette opération secrète des renseignements israéliens indique clairement qu'elle avait des liens avec le Mossad.

Se fondre dans la Silicon Valley

Au-delà de ses liens troublants avec les oligarques de la Silicon Valley, les services de renseignements militaires israéliens et le complexe industriel militaire US, les récents partenariats de Carbyne avec deux sociétés technologiques spécifiques - Google et Cisco Systems - soulèvent encore plus de questions.

Carbyne a annoncé son partenariat avec Cisco Systems en avril dernier, ce dernier annonçant qu'il commencerait à « aligner son gestionnaire d'appels unifié avec la plate-forme de traitement des appels de Carbyne, permettant aux centres d'appels d'urgence de recueillir les données des appelants du 911 et des appareils IdO (Internet des objets) du gouvernement à proximité«. Un rapport sur le partenariat  publié par le magazine Government Technology indique que :

« La plate-forme de Carbyne sera intégrée à Cisco Kinetic for Cities, une plate-forme de données IdO qui partage les données entre les infrastructures communautaires, les solutions de villes intelligentes, les applications et les dispositifs connectés«.

Le rapport note également que :

« Carbyne sera aussi la seule solution 911 sur le marché Cisco«.

Dans le cadre de ce partenariat, le président des opérations nord-américaines de Carbyne, Paul Tatro,  a déclaré à Government Technology que la plate-forme Carbyne combinerait les données qu'elle obtient des smartphones et d'autres appareils connectés à Carbyne avec « ce qui est disponible grâce aux caméras routières, capteurs routiers, lampadaires, parcmètres ou autres appareils connectés à Cisco«. Tatro a également affirmé que « Carbyne peut également analyser les données qui sont recueillies par les dispositifs Cisco IdO... et alerter automatiquement le 911, sans qu'aucune personne ne passe un appel téléphonique, s'il semble y avoir un problème valable«, et a exprimé son point de vue que bientôt la plupart des appels d'urgence ne seront plus effectués par des êtres humains mais « par des voitures intelligentes, des appareils télématiques ou autres dispositifs urbains intelligents«.

Le Président exécutif de Google Eric Schmidt rencontre Netanyahou à son bureau de Jérusalem

Quelques mois après son partenariat avec Cisco Systems, Carbyne a annoncé son partenariat avec Google le 10 juillet, trois jours à peine après l'arrestation à New York de Jeffrey Epstein, le financeur de Carbyne, pour trafic sexuel.  Le communiqué de presse de Carbyne décrivait comment la société et Google feraient équipe au Mexique « pour offrir une localisation mobile avancée aux centres de communications d'urgence (CCE) dans tout le Mexique » après la conclusion d'un programme pilote réussi de quatre semaines entre Carbyne et Google en Amérique Centrale.

Le  communiqué de presse indiquait également :

« Carbyne fournira le service de localisation d'urgence Android ELS (Emergency Location Service) de Google en temps réel à partir des appels d'urgence effectués sur les appareils AndroidTM. Le déploiement pour n'importe quel ECC dans le pays ne nécessitera aucune intégration, Carbyne fournissant de nombreuses options pour la connexion à leur passerelle ELS sécurisée une fois qu'un ECC est approuvé. La plate-forme automatisée Carbyne, qui ne nécessite aucune interaction humaine, a le potentiel de sauver des milliers de vies chaque année dans tout le Mexique«.

La raison pour laquelle les partenariats de Carybne avec Cisco Systems et Google sont importants réside dans le rôle que Cisco et l'ancien PDG de Google Eric Schmidt ont joué dans la création d'un « incubateur » controversé pour les start-ups technologiques israéliennes ayant des liens profonds avec le renseignement militaire israélien, Paul Singer, donneur néoconservateur étatsunien et la NSA.

Cette compagnie, appelée Team8, est une plateforme israélienne de création d'entreprise dont le  PDG et co-fondateur est Nadav Zafrir, ancien commandant de l'Unité 8200. Deux des trois autres cofondateurs de l'entreprise sont également « anciens » de l'Unité 8200. Parmi  les principaux investisseurs de Team8 figure Schmidt, l'ancien PDG de Google, qui s'est également joint à Peter Thiel pour financer le BillGuard lié à l'Unité 8200, ainsi que  d'importantes sociétés de technologie comme Cisco Systems et Microsoft.

L'an dernier, Team8  a embauché l'ancien chef de la NSA et du U.S. Cyber Command, l'amiral à la retraite Mike Rogers, et Zafrir a déclaré que son intérêt à embaucher Rogers était que Rogers jouerait un rôle « déterminant dans la stratégie » de l'expansion de Team8 aux États-Unis. Jake Williams, un vétéran de l'unité de piratage Tailored Access Operations (TAO) de la NSA,  a déclaré à CyberScoop :

« Rogers n'est pas appelé à assumer ce rôle en raison de son expérience technique... C'est uniquement à cause de sa connaissance des opérations classifiées et de sa capacité d'influencer de nombreux entrepreneurs du gouvernement US et du secteur privé«.

Team8 a également été fortement promue par  Start-Up Nation Central (SUNC). SUNC  met en évidence Team8 et Zafrir dans la section cybersécurité de son site Web et  a également parrainé une conférence de Zafrir et d'un économiste du gouvernement israélien au Forum Économique Mondial, souvent appelé « Davos », auquel Paul Singer a assisté personnellement.

Inbal Arieli

SUNC entretient des liens étroits avec les services de renseignement militaire israéliens, l'ancien officier de l'Unité 8200 Raphael Ouzan siégeant à son conseil d'administration. Un autre exemple des liens entre SUNC-Unité 8200 et  Inbal Arieli, qui a été vice-Présidente des partenariats stratégiques de SUNC de 2014 à 2017 et qui continue d'agir à titre de conseiller principal de l'organisation. Arieli, ancienne lieutenant de l'Unité 8200, est la fondatrice et chef du 8200 Entrepreneurship and Innovation Support Program (EISP), qui a été le premier promoteur en Israël du « vaste réseau et l'ADN entreprenarial des anciens de l'Unité 8200 » et est actuellement un des principaux promoteurs d'Israël, avec Team8. Arieli a été cadre supérieur au 8200 EISP alors qu'elle travaillait pour SUNC et plusieurs autres cadres supérieurs de SUNC sont également liés au renseignement militaire israélien.

Ainsi, les liens de Google et Cisco avec Team8 suggèrent que leurs partenariats avec une autre entreprise israélienne liée au renseignement militaire comme Carbyne est un approfondissement des liens de ces deux sociétés avec l'État de sécurité binational en pleine expansion qui unit les principaux acteurs du complexe militaro-industriel US et du renseignement israélien.

Boutons Panique financés par le Mossad, dans une école près de chez vous

Carbyne n'est guère la seule société de technologie israélienne liée au renseignement à se présenter aux États-Unis comme une solution aux fusillades de masse. Une autre start-up israélienne, connue sous le nom de Gabriel, a été fondée en 2016 en réponse à une fusillade à Tel Aviv et à la fusillade du Pulse Nightclub aux États-Unis, qui ont eu lieu à quelques jours d'intervalle.

Créé par l'Israélien Yoni Sherizen et l'Israélien Asaf Adler, Gabriel est similaire à Carbyne dans le sens où certains éléments de sa plate-forme de réponse aux crises nécessitent l'installation sur des smartphones civils ainsi que sur des dispositifs utilisés par les intervenants de crise. La principale différence est que Gabriel installe également un ou plusieurs «  boutons Panique » physiques, selon la taille du bâtiment à sécuriser, qui servent également de dispositifs de communication vidéo et audio connectés au réseau Gabriel.

Comme pour Carbyne, les liens entre Gabriel et les services secrets israéliens sont évidents. En effet, le  conseil consultatif de Gabriel, composé de quatre personnes, comprend Ram Ben-Barak, ancien Directeur adjoint du Mossad et ancien Directeur Général du Ministère israélien du Renseignement, Yohanan Danino, ancien chef de la police de l'État d'Israël, et Kobi Mor, ancien Directeur des missions à l'étranger de Shin Bet. Le seul Étatsunien siégeant au conseil consultatif est Ryan Petty, le père d'une victime de la fusillade de Parkland et ami de l'ancien Gouverneur de Floride, Rick Scott.

Le seul bailleur de fonds divulgué de Gabriel est MassChallenge, une entreprise US à but non lucratif, qui est un promoteur de start-ups. Gabriel est financé par la filiale israélienne de MassChallenge, qui a été ouverte six mois avant la création de Gabriel et est en partenariat avec le gouvernement israélien et le groupe Kraft. Le groupe Kraft est dirigé par Robert Kraft, qui est actuellement impliqué dans un scandale de prostitution et qui est également  un ami proche du Président Trump.

L'un des experts de MassChallenge Israel est Wendy Singer, Directrice exécutive de SUNC, l'organisation  créée et financée par Paul Singer, un investisseur néoconservateur de Trump, dans le but explicite de promouvoir les start-ups technologiques israéliennes et leur intégration dans des entreprises étrangères, principalement étatsuniennes. Comme on l'a noté  dans un récent rapport de MintPress sur SUNC, Wendy Singer est la sœur de l'agent politique néoconservateur Dan Senor, qui a fondé avec Robert Kagan et Bill Kristol l'ancienne Foreign Policy Initiative, et qui a été Directeur du bureau de l'AIPAC en Israël pendant 16 ans.

Les fondateurs de Gabriel ont été très francs sur le fait que l'augmentation du nombre de fusillades aux États-Unis a grandement contribué à la croissance et au succès de leur entreprise. En novembre dernier, Sherizen  a déclaré au Jerusalem Post que les nouvelles fusillades de masse aux États-Unis ont non seulement augmenté la demande étatsunienne pour les produits de sa compagnie, mais qu'elles ont également permis de démontrer l'efficacité de l'approche de Gabriel :

« Malheureusement, chaque mois, il semble y avoir un autre événement très médiatisé de cette nature. Après la fusillade de Vegas, nous avons pu montrer que notre système aurait pu identifier le tireur beaucoup plus rapidement«.

Le Jerusalem Post  a noté que Gabriel est prêt à faire des profits considérables si l'inquiétude au sujet des fusillades de masse continue à se développer aux États-Unis, il écrit :

« Avec plus de 475 000 cibles faciles à travers les États-Unis et dans un contexte de craintes croissantes en matière de sécurité, le marché potentiel pour Gabriel est énorme. L'entreprise pourrait générer des revenus de près d'un milliard de dollars si seulement 10 % des cibles vulnérables investissaient environ 20 000 $ dans ses systèmes d'alerte«.

Sherizen  a déclaré au Jerusalem Post :

« Notre kit de départ coûte 10 000 $. Selon la taille et la composition de l'édifice communautaire, il en coûterait entre 20 000 $ et 30 000 $ pour l'équiper complètement. Nous l'avons rendu très abordable. C'est un changement de jeu pour les exercices de sécurisation et de tireur actif qui font maintenant partie intégrante de l'éducation de tout enfant aux États-Unis«.

Bien plus qu'une simple start-up

Bien qu'il soit certainement possible que de nombreux anciens responsables et commandants d'agences de renseignement israéliennes d'élite n'aient aucune arrière-pensée pour conseiller ou fonder des start-ups technologiques, il convient de souligner que les hauts responsables des agences de renseignement militaire israéliennes et du Mossad ne le voient pas de cette façon.

En mars dernier, le média israélien Calcalist Tech a publié un rapport intitulé «  Israël brouille la ligne entre les appareils de défense et le centre local de cybersécurité«, qui notait que :

« Depuis 2012, les projets informatiques et de renseignement qui étaient auparavant menés en interne par l'armée israélienne et les principaux services secrets israéliens sont transférés aux entreprises créees dans certains cas pour cette fin précise«.

L'article note qu'à partir de 2012, les agences israéliennes de renseignement et de renseignement militaire ont commencé à externaliser « des activités qui étaient auparavant gérées en interne, avec un accent sur les logiciels et les cyber technologies«.

Cela continue :

« Dans certains cas, les responsables de projets de développement dans l'armée et les services de renseignement israéliens ont été encouragés à former leurs propres sociétés, qui ont ensuite repris le projet«, a déclaré à Calcalist Tech un spécialiste israélien du capital-risque qui connaît bien le sujet.

L'entrée des bureaux de Black Cube au 26e étage d'une tour de Tel Aviv, 8 février 2019

Notamment, Calcalist Tech affirme que la société controversée Black Cube a été créée de cette façon et que Black Cube a été contracté, et est probablement toujours contracté, par le Ministère israélien de la Défense. L'agence de sécurité privée Black Cube est connue pour avoir deux divisions distinctes pour les entreprises et les gouvernements. Le cabinet  a récemment été pris en flagrant délit de tentative de saper l'accord nucléaire iranien - alors également un objectif politique majeur du Premier Ministre israélien Benjamin Netanyahou - en tentant d'obtenir des informations sur les « irrégularités financières ou sexuelles » (c'est-à-dire le chantage) des hauts responsables étatsuniens impliqués dans la rédaction de l'accord.  NBC News a noté l'année dernière que :

« Le travail politique de Black Cube recoupe fréquemment les priorités de la politique étrangère d'Israël«.

Comme mentionné précédemment, un des co-fondateurs de Carbyne - Lital Leshem, également une vétérane de l'Unité 8200 -  a travaillé pour Black Cube avant de lancer Carbyne.

L'une des principales sociétés décrites  dans le rapport de Calcalist Tech semblait être une façade pour les services de renseignements israéliens, car son propriétaire enregistré n'existait pas : même des employés de haut niveau de la société n'avaient jamais entendu parler de lui ; ses adresses enregistrées concernaient des endroits inexistants dans la capitale israélienne de Tel Aviv ; et les trois personnes portant ce nom à Tel Aviv ont nié toute association avec cette entreprise.

Cette société - que Calcalist Tech n'a pas été en mesure de nommer après que la censure militaire israélienne ait déterminé que cela pouvait avoir un impact négatif sur la « sécurité nationale » d'Israël - a été délibérément créée pour servir l'armée israélienne et les renseignements israéliens. Elle est également « axée sur les cyber-technologies avec une expertise en recherche et développement de produits et d'applications avancés adaptés aux entités de défense et commerciales«. En outre, la direction de l'entreprise se compose en grande partie de « vétérans d'unités technologiques militaires israéliennes«.

Notamment, un ancien employé de cette entreprise a déclaré à Calcalist Tech que « franchir les limites entre le service militaire et l'emploi dans l'entreprise commerciale était « banal » lorsqu'il travaillait dans l'entreprise«.

On ne sait pas exactement pourquoi les services de renseignement militaire israéliens et d'autres agences de renseignement ont décidé d'externaliser leurs opérations en 2012, bien que Calcalist Tech suggère que le raisonnement était lié à la différence de salaires entre le secteur privé et le secteur public, les salaires étant beaucoup plus élevés dans le premier. Cependant, il est à noter que 2012 a également été l'année où Paul Singer - avec le conseiller économique de longue date de Netanyahou et ancien Président du Conseil Économique National israélien, Eugene Kandel -  a décidé de créer Start-Up Nation Central.

Comme  MintPress l'a noté plus tôt cette année, SUNC a été fondée dans le cadre d'un effort délibéré du gouvernement israélien pour contrer le mouvement de Boycott, de Désinvestissement et de Sanctions (BDS) non-violents et pour faire d'Israël la « cyberpuissance » mondiale dominante. Cette politique  vise à accroître le pouvoir diplomatique d'Israël et,  plus particulièrement, à saper le BDS ainsi que les Nations Unies, qui ont condamné à plusieurs reprises le gouvernement israélien pour crimes de guerre et violations du droit international à l'égard des Palestiniens.

L'an dernier, l'animateur de Fox News, Mark Levin,  a demandé à Netanyahou si la forte croissance observée ces dernières années dans le secteur technologique israélien, en particulier les start-ups technologiques, faisait partie du plan de Netanyahou. Netanyahou a répondu :

« C'est tout à fait mon plan... C'est une politique délibérée«.

Il a ajouté plus tard que :

« Israël avait la technologie parce que l'armée, en particulier le renseignement militaire, produisait beaucoup de capacités. Ces jeunes hommes et ces jeunes femmes incroyablement doués qui sortent de l'armée ou du Mossad, ils veulent démarrer leur entreprise«.

Netanyahou  a de nouveau exposé cette politique lors de la conférence Cybertech de Tel-Aviv en 2019, où il a déclaré que l'émergence d'Israël comme l'une des cinq premières « cyberpuissances » avait « nécessité de permettre à cette combinaison du renseignement militaire, des universités et de l'industrie de converger en un lieu » et que cela devait permettre également à « nos diplômés de nos unités militaires et des renseignements à fusionner en entreprises avec leurs partenaires locaux et partenaires étrangers«.

Les liens directs de SUNC avec le gouvernement israélien et les efforts fructueux menés par SUNC et d'autres entreprises et organisations pour placer d'anciens agents du renseignement militaire et des agents du renseignement à des postes stratégiques dans de grandes entreprises technologiques multinationales révèlent que cette « politique délibérée » a eu un impact majeur et indéniable sur l'industrie technologique mondiale, notamment dans la Silicon Valley.

Netanyahou lors de la conférence Cybertech de Tel-Aviv de 2019

Le Mossad a son propre In-Q-Tel

Cette « politique délibérée » de Netanyahou a également abouti récemment à la création d'un fonds de capital-risque dirigé par le Mossad, qui se concentre spécifiquement sur le financement des start-ups technologiques israéliennes. Le fonds de capital-risque, appelé Libertad, a  d'abord été annoncé par le Cabinet du Premier Ministre israélien et a été créé dans  le but explicite « d'accroître la base de connaissances de l'agence de renseignement israélienne et de favoriser la collaboration avec la scène dynamique des jeunes entreprises israéliennes«. Il  s'inspire du fonds de capital-risque In-Q-Tel de la CIA, qui investit dans plusieurs entreprises de la Silicon Valley, dont Google et Palantir, dans le but de transformer les entrepreneurs gouvernementaux et du renseignement dans un objectif similaire.

Libertad refuse de révéler les bénéficiaires de son financement, mais a annoncé en décembre dernier qu'elle avait choisi cinq entreprises dans les domaines de la robotique, de l'énergie, du chiffrement, du renseignement Web, du traitement du langage naturel et de l'analyse de textes. En ce qui concerne son intérêt pour le renseignement sur le Web, un employé du Mossad  a déclaré au Jerusalem Post que l'agence de renseignement s'intéressait particulièrement aux « technologies innovantes pour l'identification automatique des caractéristiques de la personnalité - le profilage de personnalité - basées sur le comportement et l'activité en ligne, utilisant des méthodes basées sur les statistiques, le machine-learning, et autres domaines«.

Selon  le site Web de Libertad, en échange de son investissement, désormais fixé à 580 000 dollars par an et par entreprise, « le Mossad aura accès au PI (produit initial) développée pendant la R&D (recherche et développement) sous contrat, et à une licence non commerciale, non exclusive pour son utilisation. Le contrat de Libertad avec la compagnie ne lui donnera aucun droit supplémentaire«. Dans une interview accordée à  Calcalist Tech, Yossi Cohen, Directeur du Mossad, a déclaré au journal que le partenariat du Mossad avec des entreprises civiles en Israël est « excellent » et que l'agence continuera à renforcer ces liens.

Les services de renseignements israéliens ont une histoire documentée de mise en place de « portes dérobées » dans des produits technologiques à des fins de surveillance, l'un des cas bien connus étant la réorientation par Israël du logiciel PROMIS, examinée dans  la troisième partie de la série MintPress sur Jeffrey Epstein. De plus, étant donné que les services de renseignement US, en particulier la NSA, avaient placé des « portes dérobées » dans les produits des grandes sociétés de la Silicon Valley (un service fourni par des sociétés israéliennes de technologie liées aux services de renseignement, rien de moins), le Mossad pourrait très bien envisager de faire de même avec les produits technologiques des sociétés qu'il soutient par l'intermédiaire de Libertad.

Tim Shorrock, journaliste d'investigation et auteur de «  E spions à embaucher : Le Monde Secret de l'Externalisation du Renseignement«, a déclaré à MintPress que la poursuite de telles pratiques par le Mossad à travers Libertad était tout à fait plausible, surtout étant donné ce que Shorrock a décrit comme le choix « inhabituel » de Libertad de ne pas révéler l'identité des sociétés dans lesquelles il investit.

« Le Mossad tente de cacher ce dans quoi il investit«, a déclaré Shorrock, ajoutant que le secret de Libertad « soulève beaucoup de questions«, d'autant plus qu'il s'inspire du In-Q-Tel de la CIA. Shorrock a fait remarquer qu'In-Q-Tel et d'autres fonds de capital de risque ayant des liens avec le renseignement US ou l'armée US cachent rarement, voire jamais, l'identité des entreprises qu'ils financent.

Cependant, Libertad n'est que l'expression la plus récente et la plus publique de l'intérêt du Mossad pour les start-ups technologiques israéliennes, dont la part du lion est créée par des vétérans de l'Unité 8200 ou d'autres agences de renseignement israéliennes. En effet, l'ancien Directeur du Mossad Tamir Pardo  a déclaré en 2017 que « tout le monde » dans le secteur israélien de la cybertechnologie est un « ancien » du renseignement israélien, comme le Mossad, ou du renseignement militaire israélien, comme l'Unité 8200. Pardo est même allé jusqu'à dire que le Mossad lui-même est « comme une start-up«.

Pardo lui-même, après avoir quitté son poste de Directeur du Mossad en 2016, a plongé dans le monde des start-ups technologiques israéliennes,  devenant Président de Sepio Systems, dont les deux PDG sont d'anciens dirigeants de l'Unité 8200. Le  conseil consultatif de Sepio Systems comprend l'ancien Directeur de la sécurité de l'information de la CIA, Robert Bigman ; l'ancien membre du Joint Special Operations Command (JSOC) de l'armée US, Geoff Hancock ; et l'ancien chef du Cyber Bureau national israélien et ancien combattant du renseignement militaire israélien, Rami Efrati. Le logiciel de cybersécurité de Sepio Systems  a été adopté par plusieurs banques, sociétés de télécommunications et d'assurance, notamment aux États-Unis et au Brésil.

Pardo n'est pas la seule personnalité éminente de la communauté du renseignement israélienne à comparer les agences de renseignement israéliennes aux start-ups technologiques. Le directeur du Shin Bet, Nadav Argaman, a décrit l'agence d'espionnage israélienne en des termes similaires.

« Le Shin Bet est comme une start-up en pleine évolution, avec une force inégalée«,  a déclaré Argaman dans un discours prononcé en juin 2017, alors qu'il louait l'utilisation par l'agence de la technologie « pré-crime » pour détenir les Palestiniens en raison de leur activité dans les médias sociaux.

Argaman, à l'époque, affirmait que plus de 2 000 Palestiniens, qu'il qualifiait de « terroristes solitaires potentiels«, avaient été arrêtés à la suite de ces « progrès technologiques révolutionnaires » qui utilisent des algorithmes d'intelligence artificielle pour surveiller les comptes des Palestiniens, en particulier des jeunes Palestiniens, dans les médias sociaux, en utilisant des expressions « tripwire » qui ont été utilisées par des Palestiniens qui ont ensuite commis des actes de violence. Dans le cas de ceux qui utilisent ces termes, « leurs téléphones sont suivis pour voir s'ils rencontrent d'autres suspects, ou quittent leurs districts pour se diriger vers des cibles israéliennes potentielles. Dans de tels cas, les forces de sécurité détiennent le suspect«, selon  un rapport de The Economist de 2017 sur cette pratique.

La route vers le fascisme, pavée par un PROMIS corrompu

Bien que l'intérêt des services de renseignements israéliens pour les sociétés de technologie remonte à plusieurs années, il existe une histoire bien documentée de l'utilisation par les services de renseignements israéliens de logiciels d'écoute pour surveiller les bases de données gouvernementales du monde entier, particulièrement aux États-Unis, et y avoir accès par des moyens détournés.

Robert Maxwell et sa fille Ghislaine Maxwell

Comme on l'a mentionné dans la troisième partie de la série Epstein de MintPress, un plan sinistre mais astucieux a été exécuté pour placer une porte dérobée pour le renseignement israélien dans le logiciel PROMIS (système d'information de gestion du procureur), qui était alors utilisé par le Ministère étasunien de la Justice et faisait l'envie des agences gouvernementales, notamment des agences du renseignement, dans le monde entier. Cette version sur écoute de PROMIS - née de la collusion entre Earl Brian, l'envoyé de Ronald Reagan en Iran à l'époque, et Rafi Eitan, alors Directeur de l'agence de renseignement israélienne Lekem - a été semée dans le monde entier par la société Hadron de Brian ainsi que par Robert Maxwell, magnat des médias lié au Mossad et père de Ghislaine Maxwell, la petite amie de Jeffrey Epstein.

Après la découverte de cette première « porte dérobée » PROMIS, Israël aurait à nouveau accès aux communications sensibles du gouvernement US, ainsi qu'aux communications civiles, grâce à la collusion entre les services de renseignement israéliens et les sociétés israéliennes de télécommunications et de technologie,  en particulier Amdocs et Comverse Infosys (maintenant Verint), qui étaient actives partout aux États-Unis. Aujourd'hui, les start-ups liées à l'Unité 8200 semblent avoir repris le flambeau.

Bien que le logiciel PROMIS soit peut-être mieux connu pour offrir aux services de renseignement israéliens une porte dérobée vers près de 80 agences de renseignement et d'autres endroits sensibles dans le monde pendant près d'une décennie, il a également été utilisé à des fins très différentes par d'éminents responsables liés à Iran-Contra.

Une figure clé d'Iran-Contra - le lieutenant-colonel Oliver North, alors membre du Conseil de Sécurité Nationale - a décidé de ne pas utiliser PROMIS à des fins d'espionnage ou de politique étrangère. Au lieu de cela, North a retourné le pouvoir de PROMIS contre les Étatsuniens, en particulier les dissidents perçus, un fait qui est resté inconnu pendant des années.

À partir de 1982, dans le cadre du programme hautement classé Continuité du Gouvernement (COG), North  a utilisé le logiciel PROMIS dans un « centre de commandement » de 6 100 pieds carrés du Ministère de la Justice, ainsi que dans une salle des opérations plus petite de la Maison-Blanche, pour compiler une liste des dissidents US et des « fauteurs de troubles potentiels » si jamais le protocole COG était utilisé.

Selon un haut fonctionnaire du gouvernement ayant une habilitation de sécurité de haut niveau et un service de haut niveau dans cinq administrations présidentielles qui  a parlé à Radar en 2008, c'était le cas :

« Une base de données d'Étatsuniens qui, souvent pour la moindre et la plus insignifiante des raisons, sont considérés comme inamicaux et qui, en période de panique, pourraient être incarcérés. La base de données peut identifier et localiser les « ennemis de l'État » presque instantanément«.

En 1993,  Wired a décrit comme suit l'utilisation de PROMIS par North pour compiler cette base de données :

« En utilisant PROMIS, soulignent des sources, North aurait pu dresser des listes de toute personne arrêtée pour une manifestation politique, par exemple, ou de toute personne ayant déjà refusé de payer ses impôts. Par rapport à PROMIS, la liste des ennemis de Richard Nixon ou la liste noire du sénateur Joe McCarthy semblent grossières«.

Le programme du COG  a défini cette « période de panique » comme « une crise nationale, telle qu'une guerre nucléaire, une dissidence interne violente et généralisée, ou une opposition nationale à une invasion militaire US à l'étranger«, par laquelle le gouvernement suspendrait la Constitution, déclarerait la loi martiale et incarcérerait les dissidents et autres « indésirables » afin d'empêcher le renversement du gouvernement (ou de son administration alors en place).

Cette base de données secrète a souvent été appelée « Main Core » (Coeur Principal) par les initiés du gouvernement et, ce qui est le plus troublant, elle existe encore aujourd'hui. Le journaliste Christ Ketcham, citant de hauts responsables du gouvernement, a rapporté en 2008 qu'à l'époque, on croyait que Main Core contenait les noms de  8 millions d'Étatsuniens. Onze ans plus tard, il est fort probable que le nombre d'Étatsuniens inclus dans la base de données Main Core ait considérablement augmenté.

L'auteur et journaliste d'investigation Tim Shorrock a également couvert d'autres aspects troublants de l'évolution de Main Core en 2008 pour Salon. À l'époque,  Shorrock a signalé que l'administration de George W. Bush aurait utilisé Main Core pour guider ses activités de surveillance nationale après les attentats du 11 septembre.

Citant « plusieurs anciens fonctionnaires du gouvernement US ayant une connaissance approfondie des opérations de renseignements«, Shorrock  a ajouté que Main Core - comme il y a 11 ans au moment de la publication de son rapport - contiendrait « une grande quantité de données personnelles sur les Étatsuniens, notamment des interceptions par la NSA de transactions bancaires et de cartes de crédit ainsi que les résultats des efforts de surveillance du FBI, de la CIA et autres agences«.

Bill Hamilton, ancien agent de renseignement de la NSA et créateur du logiciel PROMIS, a dit à Shorrock à l'époque qu'il croyait que « le renseignement US utilise PROMIS comme principal logiciel de recherche dans la base de données du Main Core » et l'avait appris d'un responsable des renseignements en 1992, puis d'un responsable de la NSA en1995. Dan Murphy, ancien Directeur adjoint de la CIA, a dit à Hamilton que l'utilisation de PROMIS par la NSA était « si mal que l'argent seul ne peut pas résoudre le problème«. « Je crois rétrospectivement que Murphy faisait allusion à Main Core«, avait dit Hamilton à Shorrock.

Bien que la plupart des reportages sur Main Core, depuis le moment où son existence a été révélée pour la première fois jusqu'à aujourd'hui, aient traité la base de données comme quelque chose utilisée par le gouvernement US et les services de renseignements US à des fins domestiques, MintPress a appris que les services de renseignements israéliens ont également participé à la création de la base de données Main Core. Selon un ancien responsable du renseignement US qui connaissait directement l'utilisation de PROMIS et de Main Core par la communauté du renseignement US entre les années 1980 et 2000, le renseignement israélien a joué un rôle dans le déploiement par le gouvernement US de PROMIS comme logiciel utilisé pour le système de base de données de surveillance nationale Main Core.

Les services de renseignements israéliens étaient toujours impliqués dans Main Core au moment de la mort, en août 1991, du journaliste Danny Casolaro, qui enquêtait non seulement sur l'utilisation abusive du logiciel PROMIS volé par le gouvernement, mais également sur la base de données Main Core. Ce même responsable, qui a choisi de garder l'anonymat, a déclaré à MintPress que, peu de temps avant sa mort, Casolaro avait obtenu des copies d'imprimés d'ordinateur du système de base de données de surveillance domestique Main Core de la NSA, basé sur PROMIS, du dénonciateur Alan Standorf, retrouvé assassiné quelques mois avant que son corps sans vie soit retrouvé dans une chambre d'hôtel en Virginie occidentale.

La source a également déclaré que le contenu de Main Core avait été utilisé pour le chantage politique des membres du Congrès et de leur personnel, des journalistes et d'autres personnes par Walter Raymond, un haut responsable de la CIA dans les psyops et la désinformation qui a servi au Conseil de Sécurité Nationale du Président Reagan pendant et après la création de Main Core. S'il a été utilisé à cette fin par Raymond dans les années 1980, Main Core a probablement aussi été utilisé par d'autres personnes ayant accès à la base de données à des fins de chantage au cours des années suivantes.

Étant donné que les renseignements israéliens étaient connus pour avoir placé une porte dérobée dans le logiciel PROMIS, avant qu'il ne soit commercialisé et vendu dans le monde entier par Earl Brian et Robert Maxwell, son rôle dans la décision du gouvernement US d'utiliser PROMIS dans la création de Main Core suggère que les renseignements israéliens ont probablement préconisé la version de PROMIS contenant cette porte dérobée, donnant ainsi accès aux renseignements israéliens au Main Core. Étant donné que les aides et les fonctionnaires de Reagan ont collaboré avec le « maître espion » israélien Rafi Eitan dans ses efforts pour créer une porte dérobée dans le logiciel pour le renseignement militaire israélien, l'utilisation de cette version de PROMIS dans la base de données Main Core est certainement possible.

De plus, le fait que les services de renseignement israéliens aient été impliqués dans Main Core près d'une décennie après sa création suggère que les services de renseignement israéliens ont pu jouer un rôle dans certains aspects de la base de données, tels que les critères utilisés pour qualifier les Étatsuniens « d'hostiles », et - comme Walter Raymond - ont pu utiliser les informations de la base pour faire chanter des Étatsuniens. De plus, le fait que la coopération entre les services de renseignement US et israéliens, en particulier entre l'Unité 8200 et la NSA, n'a augmenté qu'à partir de 1991, donne à penser que l'implication israélienne dans le Main Core se poursuit à ce jour.

Bien que l'existence même de Main Core soit troublante pour de nombreuses raisons, la participation alléguée d'un service de renseignement étranger à la création, à l'expansion et à la maintenance d'une base de données contenant des détails personnels et des informations potentiellement dommageables sur des millions d'Étatsuniens ciblés pour détention ou une surveillance accrue en temps de crise est effarante. C'est d'autant plus vrai si l'on considère que les dernières propositions de l'administration Trump visant à prévenir les fusillades de masse avant qu'elles ne se produisent sont susceptibles d'utiliser Main Core pour signaler certains Étatsuniens pour une surveillance accrue ou potentiellement une détention, comme l'a fait l'administration George W. Bush après les attaques du 11 septembre.

Il semble que Main Core ait un double objectif : d'abord en tant que système de surveillance ciblée de masse pour écraser la dissidence en période de « crise nationale » - qu'elle soit spontanée ou artificielle - et, ensuite, en tant que base de données massive de chantage utilisée pour garder tous les opposants potentiels en ligne pendant les périodes de non-urgence.

Pierre de vision de Peter Thiel

Comme nous l'avons déjà mentionné dans ce rapport, Palantir - la société co-fondée par Peter Thiel - est prête à tirer un profit considérable des plans de l'administration Trump d'utiliser sa technologie « pré-crime », qui est déjà utilisée par les services de police à travers le pays et également utilisée pour suivre les Étatsuniens grâce à son approche intégrée en matière de data-mining. Palantir, du nom des « pierres de vision » des romans du Seigneur des Anneaux, commercialise également des logiciels aux agences de renseignement étrangères (et nationales) qui prévoient la probabilité qu'un individu commette un acte de terrorisme ou de violence.

Outre ses produits « pré-crimes », Palantir a été la cible de critiques ces dernières années en raison des contrats passés avec l'Immigration and Customs Enforcement (ICE), où elle a créé un système de renseignement appelé Investigative Case Management (ICM). Le  IB Times décrit l'ICM comme « un vaste » écosystème « de données pour aider les fonctionnaires de l'immigration à identifier les cibles et à créer des dossiers contre elles » et « donne également aux agents de l'ICE un accès aux bases de données gérées par d'autres organismes fédéraux«. L'ICM donne en outre à l'ICE accès aux « informations personnelles et sensibles des cibles, telles que les antécédents scolaires, l'emploi, les relations familiales, les relevés téléphoniques, les antécédents en matière d'immigration, les données biométriques, les casiers judiciaires ainsi que les adresses domiciliaires et professionnelles«. En d'autres termes, l'ICM de Palantir est essentiellement un « Main Core » pour les immigrants.

Notamment, une partie des intentions originales d'Oliver North dans « Main Core »  était de suivre les immigrants venant alors d'Amérique Centrale ainsi que les Étatsuniens qui s'opposaient à la politique de l'ère Reagan concernant l'Amérique Centrale. À l'époque, on croyait que Main Core était contrôlée par la Federal Emergency Management Administration (FEMA), qui fait maintenant partie du Département de la Sécurité Intérieure (DHS).

VICE News  a rapporté en juillet que le Northern California Regional Intelligence Center, qui est géré par le DHS, « dessert environ 300 communautés dans le nord de la Californie et est ce qu'on appelle un «  centre de fusion«, un centre de renseignement du Département de la Sécurité Intérieure qui regroupe et étudie les informations provenant des agences fédérales, locales et d'État, ainsi que de certaines entités privées, en de grandes bases de données qui peuvent faire l'objet de recherches grâce à des logiciels comme Palantir«. VICE a également noté que ce centre utilisait Palantir à lui seul pour surveiller jusqu'à 8 millions d'Étatsuniens. Il existe de  nombreux autres « centres de fusion » DHS de ce type dans l'ensemble des États-Unis.

Si l'administration Trump va de l'avant avec sa proposition d'utiliser la technologie pour détecter les tireurs de masse potentiels avant qu'ils ne frappent, la technologie de Palantir est prête à être utilisée, étant donné qu'elle a déjà été utilisée par la police US et le renseignement US pour déterminer quelles personnes courent « le plus grand risque d'être impliquées dans la violence armée«, selon  une enquête sur Palantir par The Verge. De plus, les liens étroits de Palantir avec l'administration Trump rendent inévitable le rôle de l'entreprise dans un futur système national de prévention « pré-crime » basé sur la technologie.

Peter Thiel, fondateur de Palantir, écoute Trump lors d'une réunion à New York, le 14 décembre 2016

Pire encore est le chevauchement apparent entre Palantir et Main Core. Palantir - qui présente des similitudes évidentes avec PROMIS -  est déjà connu pour utiliser son logiciel pour suivre les menaces terroristes potentielles, dont les menaces terroristes intérieures, et une catégorie de personnes qu'il appelle les « subversifs ». Le suivi de ces individus par Palantir « se fait par prédiction ». Les liens étroits de Palantir avec la communauté du renseignement US suggèrent que Palantir pourrait déjà avoir accès à la base de données Main Core. Tim Shorrock a déclaré à MintPress que l'utilisation de Main Core par Palantir était « certainement possible », en particulier à la lumière de l'utilisation du terme « subversif » par la société pour décrire une catégorie de personnes que son logiciel suit.

Palantir a également des liens présumés avec les services de renseignements israéliens, car on soupçonne depuis longtemps que les services de renseignements israéliens ont utilisé Palantir dans le cadre de leurs algorithmes d'intelligence artificielle « pré-crime » ciblant les Palestiniens après que Palantir  ait ouvert un centre de recherche et développement (R&D) en Israël en 2013. L'actuel directeur de Palantir Israël,  Hamultal Meridor, a précédemment fondé une organisation d'interface cerveau-machine et a été directeur principal de l'intelligence Web chez Verint (anciennement Comverse Infosys), qui a de profondes connexions avec l'Unité 8200, une histoire d'espionnage aux États-Unis et était une des deux sociétés engagées par la NSA pour insérer une « porte de secours » dans le système US des télécommunications et des produits populaires des grandes entreprises US de technologie.

Compte tenu de ce qui précède, la décision de Peter Thiel en 2018 de financer Carbyne, la start-up liée à l'Unité 8200 qui se commercialise comme une solution technologique aux fusillades de masse aux États-Unis, suggère fortement que Thiel anticipe depuis un certain temps les efforts désormais publics de l'administration Trump pour utiliser la technologie « pré-crime » pour suivre et cibler les Étatsuniens montrant des signes de « maladie mentale » et des « tendances violentes ».

Un cauchemar que même Orwell n'aurait pas pu prévoir

Début août, à la suite de la fusillade survenue au Walmart de El Paso, le Président Trump  a appelé les grandes entreprises de technologie à collaborer avec le Ministère de la Justice à la création d'un logiciel qui « empêcherait les tueries de masse avant qu'elles ne se produisent » par le dépistage d'individus avant leur passage à l'acte potentiel. Bien que les idées de Trump n'aient pas été très précises, il y a maintenant une nouvelle proposition qui créerait un nouvel organisme gouvernemental qui utiliserait les données recueillies à partir d'appareils électroniques civils pour identifier les signes d'alerte « neuro-comportementaux », signalant ainsi les « tireurs potentiels » pour une surveillance accrue et potentiellement la détention.

Cette nouvelle agence, telle que proposée par la fondation dirigée par l'ancien Président de NBC Universal et vice-Président de General Electric Robert Wright, serait connue sous le nom de  Health Advanced Research Projects Agency (HARPA) et serait modelée sur la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA). Selon la proposition, récemment  détaillée par le Washington Post, le programme phare du HARPA serait « Safe Home » (Stopper les Événements Fatals Aberrants en aidant à Vaincre les Extrêmes Mentaux), qui utiliserait « les percées technologiques avec haute spécificité et sensibilité pour le diagnostic précoce des violences neuropsychiatriques« , notamment « les outils analytiques avancés basés sur l'intelligence artificielle et le traitement par la machine«.

Le programme coûterait environ 60 millions de dollars sur quatre ans et utiliserait des données provenant de « Apple Watches, Fitbits, Amazon Echo et Google Home » et d'autres appareils électroniques grand public, ainsi que des renseignements fournis par les fournisseurs de soins de santé pour déterminer qui pourrait constituer une menace.

 Le Washington Post a rapporté que le Président Trump a réagi « très positivement » à la proposition et qu'il était « convaincu du concept«. Le Post a également noté que Wright considère la fille du Président, Ivanka, comme « la championne la plus efficace de la proposition et l'a lui-même déjà brieffée au sujet de la HARPA«. Ivanka a déjà été citée comme une force motrice derrière certaines des décisions politiques de son père, y compris  sa décision de bombarder la Syrie après une attaque présumée à l'arme chimique en 2017.

Liz Fed - Présidente de la Fondation Susan Wright, qui est dirigée par Robert Wright et qui a créé la proposition pour HARPA et « Safe Home » -  a déclaré au Post que la proposition imitait la DARPA parce que :

« DARPA est un modèle brillant qui fonctionne. Ils ont développé les capacités les plus transformationnelles au monde en matière de sécurité nationale... Nous n'utilisons pas les outils et les technologies dont nous disposons pour améliorer et sauver des vies«.

La Fed a en outre affirmé que l'approche technologique de la DARPA n'avait pas encore été appliquée dans le domaine des soins de santé.

Pour toute personne familière avec la DARPA, de telles affirmations devraient immédiatement sonner l'alarme, d'autant plus que la DARPA développe déjà sa propre solution aux problèmes de « santé mentale » sous la forme d'une « interface cerveau-machine »  dans le cadre de son programme N3. Ce programme,  selon les rapports, implique des interfaces neurales non invasives et « minutieusement » invasives pour lire et écrire dans le cerveau, aider à éloigner les soldats « de la culpabilité émotionnelle de la guerre » en « brouillant leur perception » et «  programmer des souvenirs artificiels de la peur, du désir et des expériences directement dans le cerveau«. Bien que N3 soit destiné à améliorer les prouesses des soldats US, il est également destiné à être utilisé comme un moyen de poursuivre le projet de Neurotechnologie basée sur les systèmes pour les thérapies émergentes (SUBNETS) de la DARPA, qui  vise à « développer une minuscule puce implantée dans le crâne pour traiter les troubles psychiatriques tels que l'anxiété, le SSPT et la dépression majeure«.

Étant donné que  le conseiller scientifique principal de l'HARPA est le Dr Geoffrey Ling, ancien Directeur et fondateur de l'Office des Technologies Biologiques de la DARPA, qui « fusionne la biologie, l'ingénierie et l'informatique pour exploiter la puissance des systèmes naturels pour la sécurité nationale«, il semble probable que les programmes de recherche neurologiques de la DARPA, comme SUBNETS et N3, seraient intégrés au portefeuille de l'HARPA, rendant l'approche en santé mentale très contestable.

Outre la nature dystopique de l'approche de la DARPA et potentiellement de la HARPA en matière de santé mentale, il y a de sérieuses raisons de s'inquiéter des mesures prises par l'administration Trump pour faire face aux fusillades de masse aux États-Unis en mettant en œuvre une technologie pré-crime basée sur l'intelligence artificielle, le data mining et la surveillance massive, technologies déjà en attente grâce aux entreprises comme Palantir et aux nombreuses start-ups technologiques israéliennes menées par les anciens officiers de l'Unité 8200.

Avec des entreprises comme Carbyne - avec ses liens à la fois avec l'administration Trump et avec les services de renseignements israéliens - et le Gabriel du Mossad qui se vendent aussi comme des solutions « technologiques » aux fusillades de masse tout en servant aussi d'outils secrets pour la collecte et l'extraction massives de données, le résultat final est un système de surveillance si complet et si dystopien que même George Orwell lui-même ne pouvait le prévoir.

À la suite d'une autre fusillade de masse ou d'une autre crise catastrophique, des efforts agressifs suivront probablement pour imposer ces « solutions » à un public étatsunien effrayé par le réseau même connecté, non seulement à Jeffrey Epstein, mais à une litanie de crimes et une histoire effrayante de plans pour écraser les dissidents internes et ceux qui voudraient être des dissidents aux États-Unis.

Source :  How the CIA, Mossad and "the Epstein Network" are Exploiting Mass Shootings to Create an Orwellian Nightmare

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
 Se réfère à : 2 articles