23/10/2019 histoireetsociete.wordpress.com  6 min #163344

La violence en Bolivie confirme le plan du coup d'État américain

Notez la manœuvre de la presse aux ordres, malheureusement reprise sur les réseaux sociaux par ceux qui ont un cerveau de pois chiche, il s'agit de reproduire dans les tentatives de déstabilisation managées par la CIA et autres bonnes œuvres des Etats-Unis, sur le modèle des « révolutions de couleur », les mouvements sociaux qui se développent partout sur le continent et ailleurs contre les politiques néolibérales. Et la presse aux ordres parle alors d'une épidémie générale mettant sur le même plan ce qui se passe à Hong Kong, au Venezuela, et aujourd'hui en Bolivie avec ces grands mouvements de résistance à l'ordre néo-libéral. Cela est utilisé pour créer l'identification la nature de ces mouvements anti capitalistes marqués souvent par la méfiance à l'égard des politiques et la faiblesse des partis communistes, des forces organisées, pourtant leur soutien ou au contraire leur dénonciation est souvent le plus éclairant sur la nature des « insurrections ». Enfin la quasi totalité des partis communistes - sauf le parti communiste français qui lui continue dans son choix de la confusion social démocrate-, du moins les responsables du secteur international et le journal l'Humanité au choix de ses journalistes. Voici donc une information qui peut aider à y voir clair en décrivant les ordres émanant de groupes oeuvrant déjà au Nicaragua sous les ordres directs des États-Unis. malheureusement l'information concernant ici comme au Brésil ou en Équateur la complicité active du gouvernement de Netanayoun est bien exacte, ce qui aboutit à renforcer l'antisémitisme dans les pays marqués par l'idéologie catholique et où il n'existe pas un parti communiste et une influence humaniste comme à Cuba (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Par Jorge Petinaud Martínez *

La Paz (Prensa Latina) La saisie et l'incendie de bureaux du tribunal électoral départemental de Potosí et les actes de violence dirigés contre des arbitres de commissions à Tarija, Chuquisaca, Oruro et La Paz confirment les informations relatives aux projets de coup d'État des États-Unis contre la Bolivie.

«Si Evo Morales remporte les élections ce 20 octobre, un gouvernement de transition civilo-militaire sera mis en place. Ce nouveau gouvernement ne reconnaîtrait pas la victoire électorale d'Evo et allèguerait une fraude lors des élections », a expliqué le portail Nicaragua Rebelde.

La publication numérique présente cette plainte sous le label de l'ambassade américaine: à La Paz, ses actions se poursuivent sous couverture à #Bolivia pour soutenir le coup d'État contre le président Evo Morales.

Ce portail estime que pour justifier la mise en place d'un gouvernement parallèle au pouvoir, l'opposition doit créer un climat d'instabilité dans le pays sud-américain.

À cette fin, ajoute-t-il, les forces de l'opposition, par l'intermédiaire des comités municipaux et en collaboration avec le soi-disant coordonnateur militaire national, préparent une troupe d'affrontements de jeunes pour mener des actions violentes principalement dans les villes de Santa Cruz et de La Paz.

Selon Rebel Nicaragua, ces groupes seraient insérés dans des manifestations appelées à provoquer des affrontements violents avec la police, comme ce fut le cas dans la ville de Santa Cruz lors de la fermeture de la campagne du Mouvement pour le socialisme (MAS).

Simultanément, explique la source, un soulèvement militaire aurait lieu, avec des actions organisées par le Coordonnateur militaire national avec le soutien de l'Union des retraités de l'armée de Santa Cruz.

Cette dernière ville serait le siège du prétendu gouvernement de transition chargé de consolider les plans de l'opposition visant à diviser le pays en deux fronts: l'Ouest et l'Est, ce qui générerait le chaos et même une éventuelle guerre civile, explique Nicaragua Rebelde.

En se référant aux préparatifs de cette opération, le portail indique que sont partis de Miami pour le port chilien d'Iquique, près de la Bolivie, des navires chargés d'armes et de munitions dans des conteneurs, dont le contenu a été déclaré «divers».

Des personnes non liées à l'opposition ont été recrutées et embauchées dans le seul but de fournir leur nom et de retirer les conteneurs du port.

Nicaragua Rebelde déclare que le citoyen bolivien Juan Carlos Rivero est chargé d'acheter les armes aux États-Unis et de les envoyer au coordonnateur militaire national en Bolivie.

Il ajoute que Rivero est directement lié à l'homme politique Manfred Reyes, également basé aux États-Unis et lié à l'ambassade de Washington à La Paz.

Cet opposant néolibéral est récemment réapparu dans l'arène bolivienne. Lors de la dernière semaine de la campagne électorale, il a publié un message de soutien au candidat de la Citizen Community (CC), Carlos Mesa.

Les médias numériques indiquent que l'ambassade a suivi en permanence la livraison d'armes et de munitions par des collaborateurs secrets et que, dans cet objectif, elle a rencontré secrètement des personnalités de l'opposition bolivienne.

Le portail indique que le contenu fondamental de ces entretiens concernait le financement et les conseils relatifs aux actions prévues et souligne que parmi ces interlocuteurs, l'un des principaux est le président du comité civique de La Paz, Jaime Antonio Alarcón.

LE PRIX DES VOTES

Selon le Nicaragua Rebelde, les comités municipaux, qui ont récemment organisé des manifestations antigouvernementales à Santa Cruz, La Paz, Cochabamba et Potosí sous le nom de Cabildo, ont engagé des citoyens boliviens pour acheter des votes en faveur du candidat du CC à la candidature d'une valeur de 50 dollars pour chaque électeur.

Le paiement serait effectué après le vote, pour lequel la personne sous contrat devait montrer la photo avec le bulletin de vote marqué.

«N'essayez pas de nous surprendre ni de tromper les grands médias de droite ce lundi 21 octobre avec un prétendu soulèvement « populaire spontané », conclut la publication en rappelant que, de la même manière, et avec de fausses nouvelles, ils voulaient couvrir la tentative de coup d'Etat en 2018 contre le gouvernement sandiniste au Nicaragua.

Récemment, l'analyse politique hebdomadaire The Time a mis en garde sur la présence dans le département de Santa Cruz d'une équipe d'experts civils et militaires dirigée par George Eli Birnbaun, consultant politique américain, dont les travaux ont été réalisés au Sénat de Washington.

L'hebdomadaire ajoute que, dans son dossier, des missions ont été menées à bien dans plus de 15 pays sur cinq continents. C'est pourquoi il est devenu chef de cabinet du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, en plus de travailler avec Arthur Finkestein, concepteur de stratégies pour les républicains aux États-Unis.

Birnbaun a également dirigé l'équipe de campagne politique de Martha Lucía Ramírez, vice-présidente de la Colombie, en faveur de qui a appliqué la stratégie de la fausse nouvelle, conclut l'heure.

De son côté, le co-directeur du Centre latino-américain d'analyse stratégique, Álvaro Verzi, décrit en détail la mission de Birnbaun à Santa Cruz, aux États-Unis. Un coup d'Etat en Bolivie, s'il n'y a pas de vote, fait appel aux bottes, publié dans Rebellion.

Le sociologue et analyste politique explique que l'expert en subversion a pour tâche de travailler avec les réseaux de l'Union des mineurs de Cruceñista afin de discréditer le président Morales.

En ce qui concerne Jhanisse Vaca Daza, une dirigeante de l'organisation non gouvernementale Standing Rivers, financée par la United Nations Freedom Fellowship de la Human Rights Foundation, elle a pour tâche de superviser l'utilisation de sa plate-forme dans la diffusion permanente d'informations fausses et falsifiées dans le but de générer des réactions contraires aux politiques de l'État

arb / jpm

* Chef correspondant de Prensa Latina en Bolivie.

 histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter
Se réfère à : 1 article