Grave : Les Carabiniers chiliens dénudent une manifestante plaquée au sol, par Juan Contreras (Chili)

24-11-2019 histoireetsociete.wordpress.com 12 min #164963

Cela donne le sentiment d'une montée croissante de pratiques sans foi ni loi de la part d'une police à qui on laisse la bride et dont la mission est de faire peur pour inciter à ne plus aller dans les manifestations, les femmes sont visées et la dimension sexuelle de leur répression est manifeste... On voit bien la relation qui existe entre ces pratiques et les nouvelles d'assassinat qui touchent celles qui prennent des preuves sur le terrain. Nous avons ici deux cas, celui de cette manifestante jetée à terre et déshabillée et celle de deux déshabillages institutionnalisés dans le cadre de ce qui n'est même pas une garde à vue (note et traduction de Danielle Bleitrach).

Publié le 23 novembre 2019, dans  Dénonciation,  Peuples en lutte

PIENSA.PRENSA 23/11/2019 00:44:52 2794 7884  160495/21048
URGENTE - CHILE - URGENTE
AHORA - Carabineros desnuda a manifestante reducida en el suelo tras violentas detenciones en la plaza de Tribunales de #Concepción
compartido por @rsumen

Diario Résumé a dénoncé via des réseaux sociaux la brutalité policière lors de la marche de ce vendredi sur la Plaza Tribunales de Concepción, qui est allée jusqu'à plaquer au sol une manifestante pour la dénuder.

Dans le cadre de « l'accord de paix » annoncé la semaine dernière par Sebastián Piñera, des centaines de plaintes ont été déposées dans les rapports d'organisations de défense des droits humains contre la police et la police d'investigation.

En outre, le gouvernement a lancé une ligne dure de persécution et de criminalisation contre les dirigeants sociaux et politiques. Le cas de la plainte déposée par la loi sur la sécurité intérieure de l'État contre Dauno Tótoro, dirigeant du Parti ouvrier révolutionnaire, a été l'un des cas les plus emblématiques de l'action gouvernementale.

* Source: The  Left Daily

* * * * * + * * * * *

Une femme obligée de se déshabiller deux fois par la police: « C'est un moyen d'intimider ceux qui manifestent »

En  national

24 novembre 2018

Après le meurtre de Camilo Catrillanca par des policiers de GOPE il y a deux semaines, la violence et la répression se sont intensifiées en Araucanie. Les incursions dans les communautés de Coñomil Epuleo et Hueñaco Millao le week-end après le décès du comunero, un Mapuche âgé de 24 ans, illustrent ces accusations..

Un autre exemple de la violence croissante des carabiniers de Chili dans le Wallmapu est le déploiement brutal des carabiniers de FFEE mardi, juste après Victoria, où un mineur s'est retrouvé sérieusement à l'hôpital à cause des coups de feu tirés par des policiers, Plusieurs autres détenus ont été légèrement blessés. Trois d'entre eux appartenaient à la communauté traditionnelle Temucuicui, tout comme Camilo Catrillanca.

L'arbitraire et la violence des carabiniers ont également été enregistrés à Temuco. Jeudi dernier dans le centre de Temuquense et après l'une des nombreuses manifestations de dénonciation de la mort de Camilo, la responsable des communications du département des droits de l'homme de l'Université de la frontière (UFRO) a été arrêtée, Javiera a dénoncé le harcèlement dont elle était victime. Une partie des policiers, l'ont forcée sans raison à se déshabiller deux fois..

Javiera milite dans le domaine des droits de l'homme dans la maison d'études de Temuco, informant et documentant la situation des manifestants arrêtés par les carabiniers du Chili dans des contextes de protestation sociale. «J'étais sur le terrain quand j'ai vu une femme, qui était battue par un policier avec un bouclier, c'était une femme âgée qui posait des questions sur son fils, l'enfant n'était pas impliqué dans les manifestations et ils étaient en train de l'emmener. C'était à ce moment-là que les carabiniers ont pénétré dans l'hôpital ».

Les manifestants se trouvaient sur la place Dagoberto Muñoz, située dans les rues Blanco à Montt, en face de l'hôpital régional de Temuco, lorsqu'ils ont été violemment réprimés par la police des forces spéciales. La jeune femme concernée a raconté à Resumen «Toutes les personnes ont commencé à courir partout, terrorisées, et là, je défends cette femme et le carabinier me dit: debout, bien que je leur ais dit que j'étais un journaliste des droits de l'homme. Quand ils m'ont placée en détention jusqu'à ma libération, ils n'ont jamais reconnu que j'étais journaliste. Même au moment de mon arrestation, ils ont arrêté l'avocat Painavilo de Cidsur ».

Au moment de son arrestation, Javiera avait été emmenée dans un autobus de police entre cinq officiers de police. Ces troupes l'avaient assaillie à coups de poing. «comme je me débattais vigoureusement, l'un d'eux m'a étranglé le cou avec son bras et après cela, ils m'ont jeté comme un sac de pommes de terre et ils m'ont dit que si je continuais à enregistrer, ils briseraient mon téléphone, me forceraient à me tenir tranquille».

La femme concernée a indiqué qu'elle avait toujours demandé aux responsables des carabiniers des explications sur le motif de sa détention, mais aucune n'avait répondu, ils se contentaient de garder le silence. Les détenus ont été transférés au deuxième poste de police de Temuco, où les vexations contre Javiera se sont intensifiées.

Sur place, c'était le premier contrôle, de nom et domicile, situation qui se répéterait inexplicablement deux fois de plus. «Nous étions sept femmes menottées, qui avons été transférées pour examen des blessures à Cesfam Miraflores depuis le deuxième commissaire. Quand j'arrive là-bas, je lui dis que ça fait mal à l'endroit où ils m'ont frappée et l'infirmière me dit que si elle ne voyait rien, je ne pouvais pas le mettre dans le dossier, puis je lui ai dit de préciser que je suis avec des règles et que j'ai besoin d'un préduel ou quelque chose comme ça. Quand je sors, la carabinera, Romero me serre le bras, là où j'ai des bleus, et me dit marche correctement merde ».

Après avoir été transférés au deuxième commissaire, de retour du bureau de Miraflores à Temuco, les détenus, y compris Javiera, ont été informés qu'ils seraient transférés dans le huitième commissaire de la même ville. Les responsables de la police ont fait valoir que ces trente personnes resteraient en détention dans le prochain commissariat, car elles devaient régler les formalités administratives de la première arrestation.

Dans ce bâtiment de carabiniers a commencé le harcèlement majeur contre ces sept femmes détenues, y compris de la part de la communicarrice. «Ils nous disent que nous irons au cachot et qu'ils devront faire la vérification du corps, à laquelle je réponds qu'ils ne m'ont pas lu mes droits et que ce gars-là me dit que je ne suis pas là en détention, sans la qualité de détenue et si je ne collabore pas Ils pourraient me laisser libre car il me manquait des papiers à examiner et je rentrerais chez moi sans accusation.

Javiera était en période menstruelle une situation qu'elle a exposé devant les hommes en uniforme, pour expliquer qu'elle ne se déshabillerait pas au poste de police. Les personnes concernées ont déclaré que les carabiniers responsables de cette procédure étaient Amigo, Ruiz et Muñoz, et l'un d'eux a demandé: «Comment puis-je savoir que vous avez des règles? et là j'ai dit que tu veux que je te montre? Et j'ai du lui montrer ma serviette de toilette tachée. Puis, dans le cachot, les autres ont raconté qu'ils les ont été forcées à s'accroupir nues. C'était la première fois que j'ai été contrainte de me déshabiller.

Les carabiniers ont dit aux personnes détenues qu'elles seraient à nouveau transférées au deuxième commissaire à Temuco, où elles seraient soumises à une supposée vérifications de leurs papiers, censément de rigueur, bien qu'ils aient déjà pris les données à deux reprises. Les sept femmes détenues ont fait le trajet de retour vers le deuxième commissaire dans un camion surpeuplé. Elles étaient menottés et respiraient difficilement, se heurtant l'intérieur du véhicule par les mouvements brusques que les policiers faisaient exprès de faire.

De retour au deuxième commissariat de Temuco, les policiers les ont de nouveau consultés sur leurs noms et adresses. Javiera demande à la police de lui dire qu'ils ont déjà suivi ce processus à deux reprises. Javiera a été arrêtée à 22 heures jeudi soir et à 3 heures du matin, elle a de nouveau été obligée de se déshabiller, même si elle avait refusé dès le début. En plus de ces heures, les carabiniers n'ont toujours pas administré de médicament à Javiera pour la soulager de ses douleurs menstruelles, ni ne lui ont permis d'aller à la salle de bain pour se changer.

Javiera a expliqué qu '«au moment du déshabillage la carabinera m'a dit que le bureau du procureur avait donné l'ordre à 1 heure du matin de libérer toutes les personnes, de sorte que nous n'avions pas à suivre le même processus, car nous étions déjà en liberté alors que l'on nous gardait en prison. Plus tard, quand j'ai été capable d'aller à la salle de bain, c'était indigne, il y avait une odeur nauséabonde, il y avait de l'urine partout, c'était à côté de la cellule des hommes, une porte minuscule et totalement insalubre.

Les carabineros a fait valoir qu'il n'avait pas libéré les détenus, car, du fait de leur quantité, le processus s'était prolongé plus longtemps que d'habitude. Réponse incohérente si l'on tient compte du fait qu'ils ont eux-mêmes décidé de contrôler trois fois leurs données personnelles.

Javiera a souligné que les policiers avaient pour objectif de susciter la peur parmi les personnes participant aux mobilisations, directement ou indirectement. «Ils se sentent libres de faire comme ils veulent, comme de te déshabiller deux fois. Ici, à Araucanía, ils effectuent toujours ces procédures et ce n'est qu'un moyen d'intimider ceux qui se manifestent pour une cause juste.

La victime a déclaré qu'elle rendrait son cas visible de toutes les manières possibles. Pour le moment, un avocat du South Research Centre (Cidsur) et de l'INDH conseille à Javiera de décider de déposer une plainte ou de faire appel à une protection en sa faveur, des actions en justice devraient être menées dans les prochains jours.

* Source:  Summary.cl

 histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter