11/01/2020 lesakerfrancophone.fr  5 min #167317

L'assassinat de chefs à l'ère des drones

Une suggestion pour un président invulnérable

Par Ugo Bardi - Le 4 janvier 2020 - Source  CassandraLegacy

Captain Birds Eye et ses bâtonnets de poisson. Il est une présence rassurante, paternelle et positive. Pourquoi ne l'élit-on pas comme président ? L'avantage est qu'il ne peut pas être assassiné puisqu'il n'existe pas.

Il y a longtemps, les dirigeants se battaient sur le front avec leurs troupes. Tout a changé avec l'invention des armes à feu, quand ils ont découvert qu'ils étaient des aimants pour le feu ennemi et qu'ils devaient s'éloigner de la ligne de front. Napoléon se tenait à une distance de sécurité de la bataille, mais suffisamment près pour pouvoir voir ce qui se passait. Plus d'un siècle plus tard, pendant la Seconde Guerre mondiale, Adolf Hitler a passé la plupart de son temps isolé dans son bunker à Berlin. En 2003, Saddam Hussein a à peine réussi à survivre aux bombardements américains en se déplaçant fréquemment et en se cachant dans des bunkers.

Mais la vie des dirigeants est dangereuse, même en temps de paix. 4 présidents américains sur un total de 45 ont été assassinés pendant leur mandat. Cela correspond à une probabilité d'environ 9% pour un président de mourir en fonction. [sans compter Reagan, sinon on est au dessus de 11%, NdT] A titre de comparaison, les soldats américains en Irak n'avaient qu'une probabilité de  0,4% de mourir lors de l'invasion de 2003. La plupart des dirigeants de haut niveau prennent aujourd'hui des précautions extrêmes pour éviter tout risque, n'apparaissant que rarement, voire jamais, en public.

Mais, avec l'arrivée des technologies de drones, les choses ont changé pour le pire pour les dirigeants. Le  récent assassinat du commandant Qasem Soleimani à Bagdad en est un bon exemple. Le cibler à l'aide d'un drone a été étonnamment facile et ne comportait pratiquement aucun risque pour les personnes qui avaient planifié l'assassinat. Les drones sont des armes peu coûteuses et précises : aucun gouvernement au monde n'a le monopole de la technologie des drones militaires. Il n'est même pas nécessaire qu'il s'agisse d'un drone appartenant à une force armée spécifique : il peut être acheté, loué ou piraté. Alors, que se passerait-il si un drone devait « éliminer«, par exemple, le président Trump pendant qu'il joue au golf à Palm Beach ?

Quoi qu'il en soit, l'assassinat de Bagdad a soudainement fait de la vie de tous les hauts fonctionnaires du gouvernement un cauchemar. Ils ne sont à l'abri nulle part des drones qui les ciblent. Devront-ils passer leur vie cachés dans des bunkers ? Peut-être, mais il y a peut-être un meilleur moyen : entrer dans la clandestinité. Imaginez que personne ne sache vraiment avec certitude qui est le président des États-Unis. La rumeur veut qu'il s'agisse d'un certain Donald Trump, mais la plupart des gens pensent qu'il est très improbable qu'une telle personne soit vraiment le président des États-Unis. Alors, quel sens cela aurait-il de le tuer par drone ?

Farfelu ? Peut-être, mais réfléchissez à ceci : c'est la façon dont la mafia fonctionne. On ne sait jamais qui sont les vrais chefs de la mafia, bien qu'il y ait des rumeurs selon lesquelles telle ou telle personne en ferait partie. Cela signifie qu'ils sont difficiles à cibler. Les gouvernements sont-ils différents de la mafia ? Je dirais que non. Ce sont surtout des organisations criminelles dominées par de puissants lobbies économiques. Alors, pourquoi ne pas adopter les stratégies que l'ancienne mafia a perfectionnées au cours de siècles de lutte ?

Si les gouvernements sont des organisations louches vouées à des activités criminelles, alors il est logique que les patrons de haut niveau disparaissent discrètement de la vue du public. Il est déjà probable que la plupart de nos dirigeants ne sont que des hommes de paille pour des forces puissantes qui se cachent derrière, alors pourquoi ne pas aller un peu plus loin et les transformer en dirigeants virtuels ? Oui, quelque chose comme Captain Birds Eye. En fait, il ferait une excellente figure pour un président : il a l'air intelligent, fiable, charismatique, et plus encore. Et il serait impossible à assassiner puisqu'il n'existe pas. Au mieux, vous pourriez assassiner un des acteurs qui l'incarnent, mais en utilisant des technologies de virtualisation profonde, vous n'avez même pas besoin d'acteurs. Le président pourrait être complètement virtuel.

Vous pouvez penser que les gens n'accepteront jamais d'être dirigés par un président virtuel. Peut-être, mais considérez que la plupart des gens, surtout aux États-Unis, sont habitués à recevoir des ordres et des conseils d'un être non-existant. Il suffirait de très peu de choses pour les convaincre qu'un président virtuel serait le mieux pour eux. Vous pourriez même leur dire qu'ils peuvent choisir le président qu'ils souhaitent. Que diriez-vous de Captain Birds Eye opposé à Ronald McDonald lors des prochaines élections présidentielles ?

Éventuellement, la plupart des fonctionnaires pourraient devenir virtuels. Ce ne serait peut-être pas un monde pire que le monde actuel, bien que cela puisse être un peu déroutant. Mais il l'est déjà, de toute façon.

Ugo Bardi enseigne la chimie physique à l'Université de Florence, en Italie, et il est également membre du Club de Rome. Il s'intéresse à l'épuisement des ressources, à la modélisation de la dynamique des systèmes, aux sciences climatiques et aux énergies renouvelables.

Traduit par Hervé, relu par Kira pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter