22/01/2020 histoireetsociete.wordpress.com  30 min #167829

Rapport médical du prisonnier politique Julian Paul Assange par un médecin de la Wjja

Ce témoignage d'un médecin qui est littéralement saisissant peut se résumer en cette phrase: « j'ai vu un homme qui n'était pas en état de participer à sa propre défense ». Non seulement cet homme n'est pas un criminel, mais un homme qui a voulu vous prévenir des crimes commis en notre nom, mais ses bourreaux, en notre nom, veulent le vider de sa substance (note de Danielle Bleitrach).

 WIKIJUSTICE JULIAN ASSANGE ·  DIMANCHE 12 JANVIER 2020

29 décembre 2019
Prisonnier d'opinion: Julian Assange (03/07/1971)
Prison : Belmarsh
Numéro du détenu: A 93 79 AY
Objet: Demande d'informations sur le mandat
représentation dans l'affaire EAW 131226-10
No de dossier du mandat d'arrêt européen
AM 131226-10 :
Dossier no RCJ CO / 1925/2011

Rapport médical Prisonnier politique Julian Paul Assange

Par Barbara LAVALLEE, médecin WJJA

Je m'appelle Barbara LAVALLEE. Je suis citoyen français et médecin (initialement médecin urgentiste et exerçant désormais en médecine préventive), enregistré sous le N ° 56-3700 au Conseil national de l'Ordre des médecins (Conseil National de l'Ordre des Médecins).
J'ai assisté, en tant que membre du public et pour la première fois le 19 décembre 2019, à l'audience sur la gestion des affaires au Westminster Magistrate Court de Londres concernant la demande d'extradition des États-Unis de M. Julian Paul ASSANGE.
Je suis arrivé très tôt le matin en m'attendant à ce que la règle « Premier entré, premier servi » soit respectée. C'est grâce au respect de cette règle par le personnel judiciaire que j'ai pu témoigner aujourd'hui. Je regrette que mes collègues medicla présents ce jour-là aient été induits en erreur par leur inscription sur une liste, qui n'a aucune valeur juridique, et les ont ainsi empêchés d'entrer dans la salle d'audience.
Je témoigne en tant que citoyen et membre de l'association française des droits de l'homme WikiJustice Julian Assange.
Mes capacités et mon expérience en tant que médecin soutiennent mes observations.
M. ASSANGE n'est pas mon patient.
M. ASSANGE a envoyé un SOS à l'un des membres de l'association WikiJustice Julian Assange, au recto d'une de ses lettres.
Ce SOS, publié par WikiJustice Julian Assange le 16 septembre 2019 sur les réseaux sociaux, m'impose, comme à tous ceux qui en sont conscients, le devoir d'intervenir et de tout faire en mon pouvoir pour l'aider.
Le SOS était écrit en code Morse, au verso de la lettre, au-dessus du numéro du prisonnier (- qui signifie SOS).

Je suis arrivée à l'audience avec deux questions:

  1. La santé de M. ASSANGE, ou du moins ce que je peux comprendre d'après sa présence à l'audience, lui permet-elle de se défendre, comme tout accusé devrait pouvoir le faire?
  2. M. ASSANGE est-il victime de torture (telle que définie par l'ONU)?

Ma réponse à ces questions est la suivante:
1- Est-ce que l'état de santé de M. ASSANGE, du moins que je puisse comprendre en assistant à l'audience, lui permet de se défendre, comme tout prévenu devrait pouvoir le faire?
La santé de M. ASSANGE, ou plutôt la détérioration de sa santé, est depuis de nombreuses années une préoccupation majeure pour tous ceux qui s'intéressent à sa situation.
La lettre ouverte de Doctors4Assange du 25 novembre 2019 est sur ce point précise et éclairante:  https:  medium.com
Il met en évidence une détérioration continue et inquiétante de la santé de M. ASSANGE depuis 2015, conduisant à une grave inquiétude de tous les médecins signataires.
Cette préoccupation est partagée par M. Nils MELZER, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Il a déclaré le 1er novembre 2019: » À moins que le Royaume-Uni ne change de cap de toute urgence et améliore sa situation inhumaine, l'exposition continue de M. ASSANGE à l'arbitraire et aux abus pourrait bientôt lui coûter la vie «.
Des militants de la Julian Assange WikiJustice Association ont également fait part de leurs préoccupations après chaque audience à laquelle ils ont assisté.
Voici quelques extraits chronologiques:
« 21 octobre 2019: Julian ASSANGE comparaît en personne à Westminster Court. Il peut encore s'exprimer.
18 novembre 2019: Julian ASSANGE apparaît sur l'écran vidéo, il prononce son nom, avec difficulté.
13 décembre 2019: Julian ASSANGE apparaît sur l'écran vidéo, il n'est pas en mesure de dire son nom et sa date de naissance. Il finit par confirmer laborieusement son nom, que le juge a dû répéter.
19 décembre 2019: Julian ASSANGE apparaît sur l'écran vidéo. Il a du mal à se concentrer. »
En raison des communications répétées et alarmantes concernant l'état de santé de M. Julian ASSANGE, je suis venu à l'audience afin de mieux comprendre son état de santé.
Je me suis concentré, pendant la durée de la procédure, sur l'écran vidéo montrant M. ASSANGE. D'autres personnes présentes ont retranscrit le déroulement de l'audience.
Par exemple via ce lien:  l.facebook.com  //www.linkedin.com/pulse/french-activism-luttes-intenses-et-audience-fantôme-à-véroniqu
Voici une transcription de mes notes de l'audience du 19 décembre 2019.
« Il est 10h00: l'audience commence.
L'écran du côté droit du court s'allume. Il y a 3 sièges et sur le mur le panneau « Salle d'audience 1 » et en dessous, HMP BELMARSH. La pièce est sombre mais les sièges sont éclairés. La lumière vient non seulement du dessus mais aussi de l'avant. Je me demande si Julian ASSANGE sera ébloui par la lumière. Apparemment non. Il y a cette petite fenêtre oblongue sur le mur gauche, qui semble être fumée, derrière laquelle on peut voir une silhouette.
« Officier » « Oui » « Monsieur ASSANGE SVP ». Le temps passe. Rien ne se passe.
On peut voir une silhouette passer derrière la vitre, une marche légèrement rebondissante, l'allure de Julian ASSANGE, je le reconnais (j'ai regardé de nombreuses vidéos et j'ai suivi avec beaucoup d'intérêt le travail et la carrière de Mr ASSANGE depuis de nombreuses années). Cette démarche est plus lourde et moins fluide que celle que je connais.
Il s'assoit sur la première chaise et n'est donc pas entièrement visible. La juge Vanessa BARAISTER lui demande de s'installer sur une autre chaise. Ses mouvements sont lents et délibérés. Je le vois enfin.
Il se positionne très prudemment sur sa chaise, se forgeant le dos contre le dossier. Son visage est marqué et il a l'air de 15 à 20 ans de plus que son âge réel. Ses cheveux sont clairement en recul. Son front est tapissé. Il porte un pantalon en flanelle grise, une chemise légère et un pull bleu ciel trop gros. Ses épaules tombent et il a l'air épuisé. Il porte ses lunettes et regarde par-dessus les jantes. Il semble assez bien présenté et son air et sa barbe sont courts.
La juge Vannessa BARAISTER lui demande s'il peut entendre; Il répond «Je pense que oui» puis «Correct» lorsque son nom et sa date de naissance sont indiqués. Il pose ses mains jointes sur ses genoux. Ses gestes et ses mots sont lents et difficiles.
Il regarde l'écran devant lui, je me demande s'il ne voit rien du tout. Il fait un effort, poussant discrètement la tête en avant comme s'il essayait de se concentrer. Il se rassoit sur sa chaise et croise sa jambe gauche sur sa droite.
Il semble de taille moyenne, mais avec la brièveté du loght, il est difficile de dire s'il a perdu du poids. Ses joues ne sont pas creuses et il n'a pas de cernes autour des yeux, mais il est impossible de distinguer les yeux eux-mêmes.
La juge Vanessa BARAISTER prononce les prochaines dates. Julian ASSANGE agite ses doigts, les mains serrées. Il bouge inconfortablement sur sa chaise, enlève ses lunettes et les replace sur le dessus de sa tête. Ses gestes sont maladroits, difficiles et imprécis.
M. FITZERALD parle de « la procédure en espagnol » puis des « gros problèmes pour voir M. Assange ».
Il est 10h10: Julian ASSANGE se penche en avant, son visage plus près de l'écran et pendant une ou deux minutes repose ses coudes sur ses cuisses et prend une posture plus concentrée. Puis Mme DOBBIN parle et il se rassoit dans son fauteuil, son attention une fois de plus absente. Je le vois respirer profondément et ses épaules s'affaissent un peu plus. Son visage est inexpressif, ses yeux sont morts, son énergie diminue clairement avec le temps. Il se tord les mains. Parfois, il ferme les yeux et sa tête tombe en avant avant de se redresser, comme s'il avait du mal à rester éveillé, à surmonter son épuisement, le besoin de sommeil écrasant.
L'audience se poursuit sans Julian ASSANGE. Le sien est loin. Ne pas suivre du tout la procédure. Il touche ses cheveux puis va remettre ses lunettes mais le mouvement est mal coordonné et abandonné. Son bras droit tombe sur sa cuisse droite.
10: 21: Une silhouette passe derrière le verre fumé.
10: 22: Julian ASSANGE se mord la joue.
10: 23: Mord encore ses joues et serre les poings pendant que les dates des futures audiences en janvier sont en discussion.
10: 25: Fermez les yeux.
10: 26: Se redresse, s'appuie sur l'accoudoir gauche, lui tord les mains et caresse ses lunettes.
10: 27: S'appuie sur l'accoudoir droit. M. FITZERALD parle. Quelque chose à propos de « grandes difficultés à voir M. Assange » puis « s'il vous plaît, ajoutez votre voix à notre préoccupation » se référant apparemment au juge BARAISTER.
10 h 30: lutte pour rester éveillé, pour garder les yeux ouverts et garder la tête droite. Aucune expression visible sur son visage.
Vient ensuite la pause.
Je regarde Julian ASSANGE. Il fait tout ce qui est en son pouvoir pour interrompre la procédure. Saisit quatre feuilles de papier, remet ses lunettes. Il tient le papier par le coin inférieur gauche avec sa main gauche et les laisse avec sa droite. Peut-être qu'il cherche quelque chose? En tout cas, il ne lit pas. Il les pose et se pousse vers l'arrière de son fauteuil, comme épuisé.
Il y a un carré dans le coin inférieur droit de l'écran vidéo qui, je pense, est ce que Julian ASSANGE voit de son point de vue dans la cabine. Seules la première rangée de la salle d'audience, le juge à son banc et le greffier du tribunal sont visibles. Est-ce contraire au protocole de rester là? Il serait possible de saluer Julian ASSANGE de là, même sans le son, de le prendre en considération, de lui apporter un contact humain. Mais personne ne tente ou peut-être même considère cela
10 h 40: la session reprend et l'écran vidéo de gauche est également allumé. Julian ASSANGE reste absent, assis là, immobile, apathique. Son seul geste est de remettre ses lunettes sur sa tête.
La négociation des dates reprend. Deux fois Julian ASSANGE grimace. Des grimaces pleines de douleur. Bien qu'ils soient éphémères, je parviens quand même à bien le regarder mais sans pouvoir identifier leur origine physique ou psychologique. Cela me rappelle les images vidéo de lui devant les tribunaux lorsqu'il a été momentanément aveuglé par le flash de la caméra du photograpger contre la fenêtre de la camionnette lors de sa comparution personnelle le 21 octobre 2019.
10 h 45: La juge Vanessa BARAISTER s'adresse à Julian ASSANGE. Il s'exprime difficilement, peine à articuler, trébuche sur ses mots. Je suis obligé de détourner le regard, gêné par sa détresse évidente.
Immédiatement après, un militant crie quelque chose au sujet d'une « pantomime » et l'audience qui allait se terminer de toute façon se termine dans une certaine confusion alors que la juge Vanessa BARAISTER sort et que la salle est évacuée.
J'ai fait de mon mieux pour décrire l'attitude de Julian ASSANGE lors de l'audience. Quelle analyse puis-je proposer?
J'ai vu un homme épuisé, incapable de se concentrer plus de quelques minutes.
Sa posture était statique, ses épaules tombantes, ses traits marqués. Le sien ressemblait à un homme aux cheveux fins.
Ses gestes sont peu nombreux, lents, peu sûrs, imprécis, parfois infructueux.
La plupart étaient des gestes automatiques, distraits et égocentriques (se gratter, toucher les cheveux, toucher un objet, les mains, les lunettes) qui peuvent avoir plusieurs significations:
Ils peuvent aider à rassurer, à donner un sentiment de confiance en soi.
Ils peuvent servir de stimulation pour aider à combattre l'épuisement ou la somnolence.
Ils peuvent également aider à lutter contre la fragmentation psychologique ou l'effondrement, ce qui entraînerait un effondrement physique conduisant finalement à la mort. Ressentir ses propres limites physiques afin de maintenir son sentiment d'identité.
J'ai vu un homme dont le visage était pour la plupart impassible, avec quelques grimaces fugaces évoquant la douleur ou la souffrance.
J'ai vu un homme dont le discours était laborieux, qui a marmonné sa seule vraie phrase, prononcé à la fin de l'audience.
J'ai vu un homme avec un retard idéomoteur, qui était apathique, faisant preuve de détachement non pas à cause de son apathie mais à cause du fait qu'il n'était pas en mesure de suivre la procédure.
J'ai vu un homme qui ne pouvait pas suivre ce qui se passait dans sa propre audition. Son problème de concentration signifiait qu'il ne pouvait pas maintenir son attention.
J'ai vu un homme qui n'était pas en mesure de participer à sa propre défense.
Il n'a pas pris de notes, n'est pas intervenu, n'a pris la parole que pour confirmer son identité et clore l'audience de ses propres mots, disant, d'après ce que j'ai pu décrypter, qu'il « a compris le programme ».
Certes, il a manipulé quelques feuilles de papier, surtout pendant la pause, mais dans quel but? Les at-il amenés lui-même? Étaient-ils là avant son arrivée? Étaient-ils liés à l'audience?
Il m'est impossible, en tant que spectateur, de répondre à cela.
Des militants ont déjà assisté à d'autres audiences d'extradition impliquant d'autres hommes et femmes. Plusieurs affaires sont entendues ces jours-là.
Certains accusés apparaissent libres, avec ou sans avocat. Certains d'entre eux apparaissent dans un lien vidéo.
Chacun s'exprime, participe, donne son avis. Se défend. Se bat pour son avenir.
Rien de ce genre n'a été observé dans le cas de M. ASSANGE.
Les proches de Julian ASSANGE le décrivent comme un homme à l'esprit vif et décisif. Un homme exigeant, engagé, déterminé, simple, aimant et plein d'esprit. Il suffit de regarder des vidéos de ses nombreuses conférences, son discours de Noël 2012 sur le balcon de l'ambassade équatorienne par exemple, pour le confirmer.
Ce n'était pas le même homme! J'ai vu un homme à peine l'ombre de son ancien moi.
Cependant, l'homme que j'ai vu semblait faire de son mieux pour rester présent.
Maintenir son identité, son humanité et sa dignité à tout moment.
Certains militants ont exprimé leur soulagement à la fin de l'audience: « Il avait l'air mieux que la semaine dernière. Il n'était pas aussi cassé que la dernière fois. Ses yeux étaient moins creux et il ne semblait pas avoir si froid ».
Mme Naomi COLVIN, qui a assisté à l'audience, a tweeté: « Voici mes notes. Julian  #Assange a été attentif à cette audition, en suivant de près les choses. Il avait des papiers à la main et les feuilletait de temps en temps. Il portait des lunettes, une chemise et un pull violet. «
Ces éléments pourraient être compris dans un autre contexte, comme dans le cas d'une personne en fin de vie, où, à chaque visite, on cherche de petits signes de réconfort que les choses vont mieux. Qu'il y a eu une certaine amélioration, qu'il y a de l'espoir.
Mais la situation de M. Julian ASSANGE est très différente: M. ASSANGE est un prisonnier malgré sa peine, et qui, selon la loi britannique, aurait dû être libéré le 23 septembre 2019. Un homme qui reste emprisonné à l'isolement 22 ou 23 heures a jour, dans une prison de haute sécurité en attente d'une décision de justice sur une demande d'extradition émise par les USA, à la suite de quoi il risque jusqu'à 175 ans de prison voire la peine de mort.
Un homme que même ses avocats ont du mal à visiter.
Le système judiciaire et le système pénitentiaire sont donc responsables et responsables de sa santé.
Mon appréciation de la situation m'amène à conclure que M. Julian ASSANGE est dans une grande détresse. Sa santé est altérée. Sa vie est en danger.
Les conséquences médicales de l'isolement et du stress prolongé (au sens médical) sont bien connues:
D'un point de vue psychologique, on retrouve entre autres:

Troubles de l'humeur,

Apathie,

Retard psychomoteur,

Anxiété,

La dépression,

Confusion

Dépersonnalisation,

Problèmes d'identité,

Troubles psychotiques,

Trouble de stress post-traumatique,

Impossibilité de créer un système de pensée logique et cohérent

À mon avis, en tant que témoin et professionnel de la santé, certains des éléments ci-dessus s'appliquent clairement à M. ASSANGE.
Des études récentes ont montré l'apparition de lésions cérébrales après 7 jours d'isolement, avec des effets à long terme pouvant durer plus de 10 ans (90 Ind. LJ 741 (2015)
E. BENNION: Banning the Bing: Why Extreme Solitary Confinement Is Cruel and Châtiment trop habituel).
D'un point de vue physiologique, en raison de l'augmentation chronique des hormones de réponse au stress, nous pouvons noter entre autres:

Effondrement du système immunitaire augmentant le risque d'infections graves,

Risque cardiovasculaire accru pouvant entraîner des troubles du rythme cardiaque, une pression artérielle élevée, un infarctus du myocarde.

Risque accru de cancer

Mort subite.

Seule une consultation médicale, menée conjointement par des médecins indépendants spécialisés en santé physique et mentale, permettrait d'établir un diagnostic, un pronostic, et de savoir si un traitement est administré à M. ASSANGE, modifiant ses facultés.
Donc à la première question: la santé de M. ASSANGE, ou du moins ce que je peux comprendre en assistant à l'audience, lui permet-elle de se défendre, comme tout accusé devrait pouvoir le faire?
La réponse est un NON très clair et catégorique.
Son affaiblissement de la concentration, son épuisement et son incapacité à suivre la procédure, et encore moins à y participer, devraient l'empêcher de poursuivre les audiences et la procédure d'extradition en raison de sa mauvaise santé, ce qui ne lui permettrait pas de se défendre.
Cette détérioration de l'état de santé invalide également son témoignage du 20 décembre 2019 dans l'enquête sur l'affaire d'espionnage de l'ambassade. Ce témoignage devra être réévalué ultérieurement, une fois sa santé rétablie.
M. Julian ASSANGE doit pouvoir bénéficier de soins appropriés, dans un environnement approprié (qui ne peut pas être une prison) et dans un pays non impliqué dans les procédures judiciaires complexes en cours, afin d'éviter tout risque de pression directe ou indirecte sur la soignants, une pression mentionnée dans la lettre de médecins4Assange déjà citée ci-dessus.
Le Royaume-Uni, les États-Unis d'Amérique, l'Équateur, l'Australie, la Suède et l'Espagne devraient être exclus des pays autorisés à recevoir et à prendre soin de M. ASSANGE.

2-Deuxième question: M. ASSANGE est-il victime de torture?

Quelles définitions faut-il donner au terme torture?

Au niveau universel:

La torture a été définie par l'Assemblée générale des Nations Unies dans sa Déclaration universelle des droits de l'homme du 10 décembre 1948 et la Convention internationale des Nations Unies contre la torture du 10 décembre 1984 et est entrée en vigueur en 1987. Cette convention compte 169 États parties et 83 États signataires au 29 décembre 2019. Ils peuvent être consultés via le lien suivant:
 https://treaties.un.org/Pages/ViewDetails.aspx?src=TREATYtdsg_no=IV9hapter=4lang=_fr#EndDec
Cette convention a également créé le Comité contre la torture, qui examine le respect par les États de la convention. Il peut également recevoir et examiner sous certaines conditions les communications individuelles ou étatiques concernant le non-respect de la Convention par un État membre.

Au niveau régional:

D'autres textes ou traités peuvent compléter la définition  https://dictionnaire-droit-humanitaire.org/content/article/2/torture-et-traitements-cruels-inhumains-et-degradants/.

La Convention européenne pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants. Adopté le 26 novembre 1987 par le Conseil de l'Europe et entré en vigueur en 1989. Il a été ratifié par les 47 Etats.

 https://www.humanrights.ch/fr/droits-humains-internationaux/conseil-europe/torture

La Convention interaméricaine pour prévenir et punir la torture, adoptée le 9 décembre 1985 sous l'égide de l'OEA et entrée en vigueur le 28 février 1987.  https://journals.openedition.org/revdh/962?lang=en

La torture est une violation majeure de la dignité humaine. Elle ne se réduit pas à la seule agression physique, elle est aussi et surtout un processus systématique de destruction de l'intégrité psychique, sociale et relationnelle d'un individu.
Article 1, paragraphe 1 de la Convention internationale des Nations Unies sur la torture:
« Aux fins de la présente Convention, le terme » torture « désigne

Tout acte par lequel une douleur ou une souffrance intense, physique ou mentale, est intentionnellement infligée à une personne

Aux fins, entre autres, d'obtenir des informations ou des aveux de sa part ou d'un tiers, de le punir pour un acte qu'il ou un tiers a commis ou est soupçonné de l'avoir commis, de l'intimider ou de le contraindre ou de contraindre un tiers, ou pour toute raison fondée sur une discrimination de toute nature,

Lorsqu'une telle douleur ou souffrance est infligée par ou à l'instigation ou avec le consentement ou l'acquiescement d'un agent public ou d'une autre personne agissant à titre officiel.

Ce terme ne s'étend pas à la douleur ou à la souffrance résultant uniquement, inhérentes ou accessoires aux sanctions légales. «

Cette définition impose l'existence de plusieurs conditions cumulatives. Elle est complétée par l'interdiction supplémentaire des traitements cruels, inhumains ou dégradants qui n'atteignent pas le seuil des souffrances aiguës nécessaires pour constituer une torture mais qui sont néanmoins commis par un agent public ou une autre personne agissant à titre officiel, à sa charge. instigation ou avec son consentement ou son acquiescement (art. 16).
La définition donne une interprétation large du statut du tortionnaire en tant qu'agent de l'État. En effet, les actes de torture restent couverts par la définition et imputables à l'État ou à son agent même s'ils ne sont pas directement commis par l'État mais se produisent « à son instigation ou avec son consentement ou son acquiescement ».
Un tel consentement tacite peut être présumé dans les cas où l'État ne respecte pas les autres obligations fondamentales de la Convention: enquêter sur ces actes, punir les auteurs et fournir des recours efficaces aux victimes.
En effet, en vertu de la Convention internationale contre la torture, les États s'engagent à former et à superviser leurs propres fonctionnaires impliqués dans les tâches de détention et d'interrogatoire, y compris les personnels civils, militaires et chargés de l'application des lois, le personnel médical, les agents publics et les autres personnes susceptibles d'être impliquées dans la détention, interrogatoire ou traitement de toute personne arrêtée, détenue ou emprisonnée de quelque manière que ce soit (art. 10).
Ils s'engagent à exercer un contrôle systématique sur les règles, instructions, méthodes et pratiques d'interrogatoire, ainsi que sur la garde des personnes privées de liberté sur leur territoire (art. 11). Ils s'engagent à mener des enquêtes rapides et impartiales chaque fois qu'il existe des motifs raisonnables de croire qu'un acte de torture peut avoir été commis sur leur territoire (art. 12).
Les États s'engagent également à offrir des recours judiciaires efficaces aux personnes qui prétendent avoir été victimes de torture, ainsi qu'un droit à réparation pour ces personnes (art. 13 à 14). Enfin, ils s'engagent à ne pas utiliser comme preuves les déclarations obtenues sous la torture (art. 15).
La Convention contre la torture ne prévoit aucune dérogation à l'interdiction de la torture, même dans des circonstances exceptionnelles ou en cas de guerre (art. 2.2). Il interdit aux États de renvoyer, d'expulser ou d'extrader une personne vers un autre État où il existe des motifs sérieux de croire qu'elle risquerait d'être soumise à la torture (art. 3).
L'obéissance aux ordres d'un officier supérieur ou d'une autorité publique ne peut être invoquée pour justifier la participation à des actes de torture (art. 2.3).
Les États ont l'obligation de juger leurs propres agents impliqués dans de telles pratiques (art. 4). Ils s'engagent également à adopter des règles de droit national leur permettant de juger les auteurs étrangers de tels actes s'ils se trouvent sur leur territoire, quels que soient leur nationalité et le pays dans lequel la torture a été commise, mais également si la torture a été commise sur le territoire national, si la victime ou l'accusé est un ressortissant (art. 5). Il s'agit d'une application du principe de compétence ou compétence universelle, exceptionnellement utilisé au niveau international pour les délits les plus graves.
La limitation de la définition de la torture aux actes commis par des agents publics s'explique par la volonté de concentrer la répression internationale sur les actes pour lesquels la volonté nationale et la capacité de répression peuvent faire défaut. Les traitements cruels commis par des individus ou des groupes qui ne sont pas des agents de l'État ne sont pas couverts par la Convention internationale mais restent interdits et punis par le droit pénal national de chaque pays. En effet, il n'y a aucune raison de craindre que les autorités nationales tolèrent les actes commis par des acteurs privés étrangers à l'État.
La définition de la torture contenue dans la Convention interaméricaine ajoute une référence explicite à la torture mentale à la définition internationale.
Il définit cette dernière comme « l'application à toute personne de méthodes destinées à annuler la personnalité de la victime ou à diminuer sa capacité physique ou mentale, même si ces méthodes et procédures ne provoquent pas de douleur physique ni d'angoisse mentale ». Cette convention reprend les principales dispositions de la Convention internationale contre la torture. Il précise et adapte dans le cadre régional les obligations liées à l'extradition et le principe de compétence universelle, ainsi que celles garantissant une indemnisation adéquate des victimes (art. 9). Il ne crée pas de comité spécifique car la Cour interaméricaine et la Commission des droits de l'homme sont compétentes pour juger ces crimes de torture.
La Convention européenne pour la prévention de la torture complète l'interdiction de la torture contenue à l'article 3 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme.
Ces deux textes ne donnent pas de définition de la torture. Ils prévoient cependant d'importants mécanismes de prévention et d'application. La Convention pour la prévention de la torture institue un Comité européen pour la prévention de la torture. Il dispose de pouvoirs étendus pour visiter et enquêter sur tous les lieux de détention des États membres. La Cour européenne des droits de l'homme est compétente pour recevoir et juger les plaintes concernant des actes de torture qui constituent des violations de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme.
La torture est également interdite dans le cadre plus large des conventions internationales ou régionales des droits de l'homme et du droit humanitaire applicables dans les conflits armés:

Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 (art. 5);

Pacte international relatif aux droits civils et politiques de 1966 (art. 7);

Convention européenne des droits de l'homme de 1950 (art. 3);

Convention interaméricaine des droits de l'homme de 1978 (art. 5);

Charte africaine des droits de l'homme et des peuples de 1981 (art. 5);

Conventions de Genève de 1949 (article commun 3);

Protocole additionnel I de 1977 aux Conventions de Genève (art. 75.2);

Protocole additionnel II de 1977 aux Conventions de Genève (art. 4.2);

Statut de la Cour pénale internationale (art. 7 et 8

Quel est le statut de M. Julian ASSANGE?
Il est essentiel à ce stade de rappeler que M. Julian ASSANGE est privé de liberté depuis le 7 décembre 2010, date de son incarcération à la prison de Londres Wandsworth suite à la délivrance par la Suède d'un mandat d'arrêt international pour enquête préliminaire dans une affaire de présumé viol (la Suède a définitivement abandonné les charges dans cette affaire le 19 novembre 2019).
Il a été libéré sous caution le 16 décembre 2010.
Il est privé de liberté depuis juin 2012; d'abord à l'ambassade de l'Équateur à Londres et depuis avril 2019 en prison, à l'isolement.
Il est donc isolé depuis de nombreuses années, dans un environnement clos, coupé, à toutes fins utiles, du monde extérieur.
M. Nils MELZER, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants a déclaré le 31 mai 2019 après avoir rendu visite à M. Julian ASSANGE en prison qu'il « présente tous les symptômes de torture () auxquels il est exposée depuis plusieurs années «.
Ces propos ont été confirmés par M. Craig MURRAY, ancien ambassadeur britannique, à l'issue de l'audience du 21 octobre 2019 où M. Julian ASSANGE s'est physiquement présenté.  https://www.craigmurray.org.uk/archives/2019/10/assange-in-court,
Le témoignage le plus récent est celui de M. Vaughan SMITH, via Twitter le 27 décembre 2019, qui a eu une conversation téléphonique avec M. ASSANGE le soir de Noël a écrit: « Julian Assange a appelé ma famille de prison le soir de Noël pendant que nous préparions le dîner S'il vous plaît, pensez à lui. Il a parlé à ma femme, Pranvera, et à nos filles - qui se sont souvenues de Noël avec lui en 2010, alors qu'il était notre invité sous caution. # Prisonniers politiques #
C'était la dernière fois que Julian avait un Noël en famille. Il a dit à ma femme et à moi qu'il mourait lentement à Belmarsh où, bien qu'en détention provisoire, il est placé en isolement pendant 23 heures par jour et souvent sous sédation. Son extradition vers les États-Unis commence en février »
Et il a désespérément besoin de notre soutien. «
 https://twitter.com/VaughanSmith/status/1210278654615474176?s=09
Ensemble de règles minima des Nations Unies pour le traitement des détenus (Règles Nelson Mandela)
https://www.unodc.org/documents/justice-and-prison-reform/GA-RESOLUTION/E_ebook.pdf définit et limite la ségrégation comme suit:
Règle 43
(1) Les restrictions ou sanctions disciplinaires ne peuvent en aucun cas être assimilées à des actes de torture ou à d'autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. En particulier, les pratiques suivantes sont interdites: a) l'isolement cellulaire pour une durée indéterminée; b) l'isolement cellulaire prolongé; c) placer un prisonnier dans une cellule sombre ou constamment éclairée; d) châtiments corporels ou réduction de l'alimentation ou de l'eau potable d'un détenu; e) punition collective.
2. Les instruments de contrainte ne doivent jamais être utilisés pour sanctionner des infractions disciplinaires.
3. Les sanctions disciplinaires ou les mesures restrictives ne devraient pas inclure l'interdiction des contacts avec la famille. Les moyens de contact avec la famille ne peuvent être limités que pour une période limitée et uniquement dans la mesure où ils sont strictement nécessaires au maintien de la sécurité et de l'ordre.
Règle 44
Aux fins du présent règlement, l'isolement cellulaire signifie la détention de prisonniers pendant 22 heures ou plus par jour sans contact humain significatif. L'isolement cellulaire prolongé signifie l'isolement cellulaire pour une période de plus de 15 jours consécutifs. »
1 L'isolement cellulaire ne doit être utilisé que dans des cas exceptionnels, en dernier recours, pour la durée la plus courte possible et sous réserve d'un contrôle indépendant, et uniquement avec l'autorisation d'une autorité compétente. Il ne devrait pas être imposé sous peine de prison.
2 L'imposition de l'isolement cellulaire devrait être interdite dans le cas des détenus handicapés mentaux ou physiques lorsque leur situation serait aggravée par de telles mesures. L'interdiction de l'isolement cellulaire et des mesures similaires dans les affaires impliquant des femmes et des enfants, comme le prévoient d'autres règles et normes des Nations Unies en matière de prévention du crime et de justice pénale, continue de s'appliquer. «
Dans le cas de M. ASSANGE, les déclarations de ses proches et de M. Nils MELZER suggèrent que les « Règles Nelson Mandela » ne sont pas respectées.
Le « Protocole d'Istanbul » est un manuel d' enquête efficace sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. Il contient des normes générales pour la recherche et la documentation des situations de torture ou d'autres violations des droits de l'homme.
Le « Protocole d'Istanbul » a été publié en 1999 à l'initiative de l'Union médicale de Turquie, de la Fondation des droits de l'homme de Turquie et de Médecins pour les droits de l'homme. Le texte a été élaboré sur trois ans par des médecins, des médecins légistes, des psychologues, des observateurs des droits de l'homme et des avocats. Au final, pas moins de 75 experts ont été impliqués, représentant plus de 40 organisations de 15 pays différents.
Ce protocole soumis par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme a été adopté par l'Assemblée générale des Nations Unies en août 1999 et le 4 décembre 2000 par la Commission des droits de l'homme (aujourd'hui: Conseil des droits de l'homme). Le protocole a également été reconnu « comme un moyen efficace et approprié de fournir des informations et de la documentation sur les allégations de torture » par l'Union européenne et la Commission africaine des droits de l'homme et des peuples.
Voici des extraits du « Guide pratique du Protocole d'Istanbul pour les psychologues - Évaluation psychologique des allégations de torture »:
« Tous les types de torture incluent inévitablement des processus psychologiques (Kordon et al., 1988). La torture provoque souvent différents niveaux de symptômes psychologiques / psychiatriques.
Les méthodes de torture sont souvent conçues pour ne laisser aucun préjudice physique, et les méthodes physiques peuvent produire des symptômes physiques non durables ou inhabituels.
Des méthodes améliorées pour détecter et prouver la torture physique ont paradoxalement conduit à des méthodes de torture plus sophistiquées qui ne laissent aucune trace visible sur le corps de la victime (Jacobs, 2000). La plupart des symptômes et des signes physiques de torture qui peuvent être laissés pour compte disparaissent rapidement (Finn Somnier et al., 1992).
Les symptômes psychologiques sont généralement plus fréquents et plus durables que les symptômes physiques.
Contrairement à l'impact physique de la torture, les conséquences psychologiques prennent souvent plus de temps à guérir et sont plus problématiques que les handicaps physiques. Plusieurs aspects de l'état psychologique peuvent être affectés à long terme; si elles ne sont pas traitées, les victimes peuvent continuer à subir les conséquences psychologiques - plus ou moins graves - de la torture plusieurs mois ou années après l'événement, et parfois même à vie. (Voir §159, §161, §§260-261 du Protocole d'Istanbul).
La torture est un processus dynamique qui commence pendant la privation de liberté, implique une succession d'événements traumatisants qui peuvent se produire à différents moments et à différents endroits et se terminent par la libération ou la disparition de la victime (Somnier et al, 1992). Il peut parfois continuer ou se répéter. Cette cascade d'événements peut recommencer après un court intervalle, sans donner à la victime le temps de se remettre. La personne subit une perte totale de contrôle, un sentiment d'inévitabilité et est déconcertée par l'imprévisibilité du tortionnaire (Kira, 2002).
Ces sentiments peuvent s'accompagner d'un sentiment de confusion totale, d'impuissance et de perte de contrôle qui peut détruire la compréhension de soi, de tout système existentiel significatif et de la prévisibilité du monde (Fischer et Gurris, 1996; McFarlane, 1995).
La torture peut traumatiser la victime à différents niveaux (Fischer & Gurris, 1996; Gurr & Quiroga, 2001; Jacobs, 2000; Kira, 2002; Lira Kornfeld, 1995; Shapiro, 2003; Lira, 1995; Jacobs, 2000; Gurr & Quiroga, 2001; Summerfield, 1995):

Intégrité et entité physiques et psychologiques

Bien-être cognitif, émotionnel, comportemental et social

Personnalité

Identité

Autonomie

Réalisation de soi

Amour propre

Sentiment de sécurité et de survie

Rêves, espoirs et aspirations pour l'avenir

Système de croyance

Système de signification de soi et du monde

Attachement

Confiance

La torture détruit également le sentiment d'appartenance de la victime à une famille et à la société «.

Au vu des éléments ci-dessus, M. Julian ASSANGE est donc soumis à la torture comme l'a déclaré à plusieurs reprises M. Nils MELZER (31 mai et 1er-14 et 27 novembre 2019).
Les rapports d'experts et les diverses observations rapportées mettent en évidence son état de santé dégradé, nécessitant des soins immédiats, sûrs et appropriés.
Les experts médicaux doivent pouvoir le rencontrer pour évaluer sa santé et selon l'évaluation médicale, il doit recevoir des soins appropriés, si nécessaire hospitalisé ou libéré.
Dans l'intervalle, les procédures judiciaires en cours doivent être suspendues.
Lorsque nous nous habituons à l'intolérable, lorsque nous acceptons l'inacceptable, nous nous préparons à ce que nous croyons inévitable et nous pouvons perdre notre sens critique.
M. Julian ASSANGE a envoyé un SOS à l'un de ses partisans.
Ce SOS est publié et diffusé depuis septembre 2019.
Tous ceux qui restent inactifs sont pour le moins coupables de ne pas avoir aidé une personne en danger.
Tous ceux qui ont le pouvoir d'empêcher l'aggravation de son état, qui pourrait être fatal, (administration pénitentiaire, services de justice, États, avocats, experts, médecins, citoyens) seraient coupables d'homicide ou de complicité d'homicide s'ils n'agissaient pas immédiatement d'assurer sa sécurité et des soins médicaux adéquats.
Dr Barbara LAVALLEE
« Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente et des droits égaux et inaliénables de tous les membres de la famille humaine est le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde ». Déclaration universelle des droits de l'homme, §1 du préambule
« Considérant que le mépris et le mépris des droits de l'homme ont conduit à des actes barbares qui scandalisent la conscience de l'humanité et que l'avènement d'un monde dans lequel les êtres humains jouiront de la liberté d'expression et de croyance et de la peur et du besoin a été proclamé le plus haut aspiration de l'humanité «.
Déclaration universelle des droits de l'homme, §2 du préambule
« Nul ne sera soumis à la torture ni à des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants ». Déclaration universelle des droits de l'homme, article 5.
La dignité humaine est inviolable. Elle doit être respectée et protégée.
(Charte européenne des droits de l'homme, art.1)

 histoireetsociete.wordpress.com

 Commenter