24/01/2020 francais.rt.com  4 min #167978

Le représentant américain pour l'Iran menace le nouveau chef de la force al-Qods

Brian Hook a averti le nouveau chef de la force al-Qods, Ismael Ghani, qu'il connaîtrait le même sort que son prédécesseur s'il s'en prenait aux intérêts américains. Et ce alors que la situation régionale demeure explosive.

Les Etats-Unis n'en ont décidément pas fini avec  le corps des Gardiens de la révolution islamique. Dans une interview accordée au quotidien saoudien  Ansharq al-Awsat, le représentant spécial pour l'Iran du département d'Etat américain, Brian Hook, a directement menacé Ismael Ghani, le nouveau chef de la force al-Qods (branche des Gardiens de la Révolution chargée des opérations extérieures).

D'après le diplomate étasunien, si le général nommé  après l'assassinat de Qassem Soleimani, le 3 janvier dans une frappe américaine, suit «le même chemin [que son prédécesseur] en tuant des Américains, il connaîtra le même sort». «Depuis des années, le président Trump a clairement indiqué que toute attaque contre des Américains ou des intérêts américains se heurterait à une réponse décisive, comme l'a démontré le président [lors de l'opération contre le général Soleimani]», a-t-il encore prévenu.

«Je pense que le régime iranien comprend maintenant qu'il ne peut pas attaquer l'Amérique»

L'ancien directeur de la planification politique du département d'Etat a également appelé à ne pas considérer Ismael Ghani comme une «menace», dans la mesure où «le président a toujours dit qu'il répondrait de manière décisive pour protéger les intérêts américains».

«Je pense que le régime iranien comprend maintenant qu'il ne peut pas attaquer l'Amérique [et] nous tiendrons le régime et ses agents responsables de toute attaque contre les Américains ou les intérêts américains dans la région», a-t-il ajouté. Selon l'émissaire, la mort de Qassem Soleimani «créera un vide que le régime [iranien] ne sera pas en mesure de combler», car celui-ci avait réussi à fédérer les soutiens iraniens dans la région.

Le général Soleimani, qui a occupé la tête de la force al-Qods durant plus de 20 ans, était l'un des chefs militaires les plus célèbres du pays. Il a notamment combattu les terroristes de Daech en Syrie et en Irak, les empêchant ainsi de mener des attaques contre l'Iran. Son assassinat par les Etats-Unis a créé un regain de tension dans les relations entre les deux nations et a bien failli déboucher  sur un conflit ouvert entre les deux ennemis historiques.

En réponse,  l'Iran avait lancé plusieurs attaques contre des bases américaines situées sur le territoire irakien, blessant onze soldats américains. Comme son prédécesseur, Ismael Ghani s'était distingué durant la guerre Iran-Irak (1980-1988) et était, depuis la fin des années 90, l'adjoint de Qassem Soleimani au sein de la force al-Qods.

Alexis Le Meur

 Lire aussi : La tête de Donald Trump mise à prix pour trois millions de dollars par un député iranien

 francais.rt.com

 Commenter