15/02/2020 reseauinternational.net  14 min #169044

La prochaine Intifada ?

par Vladislav B. Sotirović.

1ère partie

L'Accord du Siècle proposé par le Président américain acteur Donald Trump a une fois de plus ouvert une boîte de Pandore des relations israélo-palestiniennes au Moyen-Orient 1. Il est très rationnel de prédire que la réponse palestinienne à l'Accord du Siècle va prendre la forme de soulèvements populaires qui peuvent ramener la région plusieurs décennies en arrière. Par conséquent, il est utile de se rappeler les causes principales et la chronologie du conflit israélo-palestinien.

En quoi consiste le conflit ?

Le conflit sioniste israélo-arabe palestinien est aujourd'hui l'un des problèmes de sécurité mondiale les plus importants, sinon le plus important, à traiter. Cependant, ce conflit n'est pas très ancien historiquement car il s'agit d'une question assez moderne, datant en fait du premier Congrès sioniste en 1897. La question centrale est la suivante : quel est l'objet du conflit ? En d'autres termes : Pourquoi ces deux différents groupes se battent-ils ?

À première vue, on peut comprendre que derrière les raisons du conflit se cache une confession que ces deux peuples ont de différentes : les juifs sont majoritairement de confession judaïque tandis que la confession palestinienne prédominante est l'Islam. Cependant, les différences religieuses évidentes ne sont pas la cause fondamentale de la lutte. En fait, le conflit a commencé il y a un siècle et s'est poursuivi en combat pour la terre.

Jérusalem

Palestine, la terre revendiquée par les deux parties était connue sous ce nom dans les relations internationales de 1918 à 1948. De plus, le même nom a été utilisé par l'Islam, le Christianisme et le Judaïsme pour désigner une Terre Sainte. Cependant, à la suite de la guerre en 1948 entre les Arabes et Israël, cette terre (environ 15 000 kilomètres carrés) a été divisée en trois parties : 1) Israël ; 2) la Cisjordanie ; et la Bande de Gaza. Les deux groupes ont des antécédents différents dans la revendication de cette terre :

1) Les revendications juives sur la Palestine sont fondées sur la promesse biblique faite à Abraham et à tous ses descendants. Les fondements historiques de ces revendications sont basés sur le fait que sur le territoire de la Palestine ont été établis les anciens royaumes des Juifs : Israël et la Judée. Politiquement, cette revendication historique est soutenue par la nécessité pour les Juifs que l'État-nation se débarrasse de l'antisémitisme européen, surtout après l'holocauste de la Seconde Guerre mondiale.

2) Les Palestiniens arabes revendiquent la même terre en raison de leur vie continue en Palestine pendant des centaines d'années et du fait qu'ils étaient majoritaires sur le plan démographique jusqu'en 1948. En outre, ils rejettent la notion confessionnelle et idéologique des Juifs sionistes selon laquelle les royaumes juifs basés sur l'Ancien Testament peuvent constituer tout fondement rationnel et moral/scientifique à utiliser pour une revendication moderne acceptable, en particulier en tenant compte du fait que les Juifs ont quitté la Palestine après l'occupation de l'Empire romain au 1er siècle après J.-C. Cependant, les Palestiniens arabes utilisent également les arguments de la Bible et, par conséquent, affirment que le fils d'Abraham, Ismaël, est l'ancêtre des Arabes et que Dieu a promis la Terre Sainte à tous les enfants d'Abraham ce qui signifie simplement aux Arabes aussi. Mais la question cruciale du point de vue des Arabes palestiniens est qu'ils ne peuvent pas oublier la Palestine en guise de compensation pour l'holocauste contre les Juifs fait en Europe.

Les Palestiniens et la diaspora

Le terme « Palestiniens », du point de vue politico-historique, désigne aujourd'hui le peuple de Palestine dont les racines historiques sont retracées sur cette terre définie par les frontières du mandat britannique, à savoir les Arabes de confession chrétienne, musulmane ou druze. On estime qu'aujourd'hui, quelque 5,6 millions de Palestiniens vivent à l'intérieur des frontières de la Palestine sous mandat britannique, qui est maintenant divisée en trois parties : 1) l'État d'Israël sioniste ; 2) le territoire de la Cisjordanie ; et 3) la Bande de Gaza. Les deux dernières ont été occupées par Israël pendant la Guerre des Six Jours de 1967. On prétend qu'aujourd'hui, environ 1,5 million de Palestiniens vivent en tant que citoyens d'Israël. Les Palestiniens représentent donc environ 20% de la population israélienne. En outre, quelque 2,6 millions de Palestiniens vivent en Cisjordanie, dont 200 000 à Jérusalem-Est, et environ 1,6 million dans la bande de Gaza. Cependant, il y a environ 5,6 millions de Palestiniens qui vivent dans la diaspora, en dehors de la Palestine, principalement au Liban, en Syrie et en Jordanie.

Guerre Israël Égypte Palestiniens 1967

Parmi tous les groupes de la diaspora palestinienne, le plus important (environ 2,7 millions de Palestiniens) vit en Jordanie. Beaucoup d'entre eux vivent encore dans les camps de réfugiés établis en 1949, tandis que d'autres sont devenus des citadins. Certains réfugiés palestiniens se sont réfugiés en Arabie Saoudite ou dans d'autres pays arabes du Golfe, tandis que d'autres se sont installés dans d'autres pays du Moyen-Orient ou du monde. Parmi tous les États arabes, seule la Jordanie a accordé la citoyenneté aux Palestiniens qui y vivaient.

Néanmoins, la situation des réfugiés palestiniens au Sud-Liban est particulièrement désastreuse car de nombreux Libanais leur reprochent la guerre civile qui a ruiné le pays de 1975 à 1991 et exigent donc que tous les Palestiniens libanais soient réinstallés ailleurs comme condition préalable au rétablissement de la paix dans le pays. Les chrétiens libanais sont particulièrement soucieux de débarrasser le pays des Palestiniens musulmans, car ils craignent que les Palestiniens ne sapent l'équilibre religieux du Liban.

Les Palestiniens israéliens

Quand Israël a été proclamé État indépendant en mai 1948, il n'y avait que quelque 150 000 Palestiniens arabes à l'intérieur de ses frontières. D'une part, ils ont tous obtenu la citoyenneté israélienne, ce qui signifie automatiquement avec le droit de vote 2, mais d'autre part, les Palestiniens ont été de facto des citoyens de seconde zone (c'est-à-dire la minorité ethnique et confessionnelle) pour la raison même qu'Israël a été officiellement défini à la fois comme un État juif et comme l'État du peuple juif 3. Alors que les Palestiniens ne sont pas les Juifs (indépendamment du fait que les deux sont les Sémites) 4. La plupart de ces Palestiniens israéliens ont été soumis jusqu'en 1966 à l'autorité militaire qui a restreint leur liberté de mouvement et d'autres droits civiques comme le droit au travail, à la liberté d'expression, au rassemblement, etc. Les Palestiniens n'ont pas été autorisés à être membres à part entière de la fédération syndicale israélienne (la Histadrout) jusqu'en 1965. Mais le problème principal était que l'État d'Israël a confisqué environ 40% des terres palestiniennes pour les utiliser dans des projets de développement 5. Cependant, dans la majorité des projets de développement de cet État, ce sont surtout les Juifs israéliens qui en ont profité, pas les Palestiniens arabes israéliens.

L'une des revendications fondamentales des Palestiniens arabes en Israël est que toutes les autorités israéliennes les discriminent systématiquement en allouant à la terre peuplée par les Arabes très peu de ressources pour les soins de santé, l'éducation, les travaux publics, le développement économique ou les ressources destinées aux autorités gouvernementales municipales. Une autre revendication générale est que les Palestiniens israéliens sont aussi systématiquement discriminés du droit de préserver et de développer leur identité culturelle, nationale et politique. En fait, jusqu'en 1967, les Palestiniens israéliens ont été totalement isolés du monde arabe, mais aussi considérés par les autres Arabes comme des traîtres qui sont restés vivre dans l'État d'Israël sioniste oppressif et anti-arabe. Cependant, depuis la Guerre des Six Jours de 1967, la majorité des Palestiniens israéliens ont acquis une plus grande confiance en leur identité nationale arabe palestinienne. Au cours des 20 dernières années, Israël a interdit la commémoration de la Nakba, qui désigne l'expulsion ou la fuite d'au moins 500 000 Palestiniens arabes en 1948 pendant la première guerre arabo-israélienne.

La signification d'intifada

Le mot arabe intifada signifie « secouer », mais dans le langage politique, il signifie « soulèvement ». Plus précisément, ce terme fait référence aux deux soulèvements palestiniens sur les deux territoires de Cisjordanie et de la Bande de Gaza. Ces deux territoires ont été occupés par Israël pendant la Guerre des Six Jours de 1967 entre Israël et la coalition des États arabes dans la région du Moyen-Orient 6. Les deux intifadas ont duré de 1987 à 2000 7.

La première Intifada

La première Intifada a été, en fait, le soulèvement spontané de 1987 qui a duré jusqu'en 1993. Elle a commencé par une révolte de la jeunesse palestinienne qui jetait des pierres contre les forces de l'occupation israélienne, mais elle est rapidement devenue un mouvement généralisé de désobéissance civile avec des manifestations périodiques de grande envergure soutenues par des grèves commerciales. On considère généralement que le début de la première Intifada a été une réponse à :

  1. La prise de conscience que la question palestinienne au Moyen-Orient ainsi que le conflit israélo-arabe n'étaient pas sérieusement pris en considération par les gouvernements des États arabes.
  2. Le fait que les Palestiniens des territoires dits occupés (après la Guerre des Six Jours de 1967) devaient prendre les choses en main.

Les Palestiniens de Cisjordanie et de Gaza ont commencé un soulèvement en décembre 1987 contre la politique d'occupation menée par le gouvernement israélien. Il convient de noter clairement que la première Intifada n'a pas été lancée ou dirigée par l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP), qui était alors basée à Tunis 8. Il s'agissait en fait d'une mobilisation populaire organisée par des organisations et institutions palestiniennes locales en Palestine. Le mouvement s'est très vite transformé en une masse impliquant plusieurs centaines de milliers de Palestiniens dont beaucoup n'avaient pas participé auparavant aux précédentes actions de résistance et beaucoup d'entre eux étaient des adolescents et même des enfants. La réponse des forces de sécurité israéliennes a été une répression brutale de toute la population palestinienne des Territoires Occupés.

Pendant les premières années du soulèvement, le mouvement a choisi une forme similaire à celle du combat du Mahatma Gandhi (1869-1948) en Inde contre les autorités coloniales britanniques : désobéissance civile, manifestations massives, grèves générales, refus de payer les taxes, boycott des produits israéliens, écriture de graffitis politiques ou création d'écoles clandestines dites « de la liberté » 9. Plus tard, le soulèvement a pris certaines formes d'actions « terroristes » comme des jets de pierres, des cocktails Molotov ou la mise en place de barricades pour arrêter les forces militaires israéliennes.

Les actions de la première Intifada ont été organisées par le Front National Uni de l'Insurrection qui a englobé plusieurs comités populaires. Le fait est que l'Intifada a réussi à attirer la plus grande attention de la communauté internationale qu'elle n'avait suscitée jusqu'alors, en particulier de ceux qui s'occupent des droits de l'homme et des minorités, sur la situation des Palestiniens vivant dans la Bande de Gaza et en Cisjordanie. L'occupation israélienne de ces territoires a été critiquée comme jamais depuis 1967 10.

La stratégie du Ministre de la Défense israélien Yitzhak Rabin pour faire face à l'Intifada était d'utiliser la force militaire et la puissance de sécurité. Entre 1987 et 1991, selon des sources palestiniennes, l'Armée Israélienne a assassiné plus de 1 000 Palestiniens. Parmi eux, il y avait environ 200 adolescents de moins de 16 ans. Les actions de l'armée, entre autres, et les arrestations massives ont eu pour résultat que pendant la première Intifada, Israël avait le plus grand nombre de prisonniers par habitant au monde. En raison de ces actions brutales, en 1990, la plupart des dirigeants palestiniens de l'Intifada étaient en prison et, par conséquent, le soulèvement a perdu sa force de cohésion mais, néanmoins, il s'est poursuivi jusqu'en 1993.

à suivre...

----------------- 1 Sur le conflit israélo-palestinien, voir dans [Martin Bunton, The Palestinian-Israeli Conflict : A Very Short Introduction, New York : Oxford University Press, 2013].

2 Néanmoins, dans certains cas, la Commission électorale centrale israélienne a utilisé des critères très politiquement colorés pour discriminer les Palestiniens arabes dont les opinions politiques sont considérées comme inacceptables, en particulier au moment des élections législatives.

3 Sur le contexte idéologico-politique de la création d'Israël comme État-nation des Juifs, voir dans [Theodor Herzl, The Jewish State: The Historic Essay that Led to the Creation of the State of Israel, Skyhorse, 2019].

4 Les peuples sémitiques sont censés descendre de Sem, fils de Noé biblique. On suppose en particulier qu'il s'agit des Juifs, des Arabes, des Phéniciens de l'Ancien Monde et des Assyriens [Alan Isaacs, et al (eds.), A Dictionary of World History, Oxford-New York : Oxford University Press, 2000, 563]. On prétend qu'en fait, les Palestiniens d'aujourd'hui descendent des Phéniciens et que le terme de Palestiniens veut dire Phéniciens corrompus.

5 Les Palestiniens israéliens commémorent le 30 mars la Journée de la Terre pour protester contre la confiscation continue des territoires arabes par le gouvernement israélien. La première manifestation de ce jour a eu lieu en 1976, lorsque les forces de sécurité israéliennes ont tué six Palestiniens. Depuis cet incident, les Palestiniens de la diaspora ou d'Israël commémorent ce jour comme une journée nationale.

6 La guerre des six jours de 1967, du 5 au 10 juin, est connue dans le monde arabe sous le nom de « Guerre de Juin ». La raison officielle de cette guerre a été trois demandes de l'Égypte à la Force d'Urgence des Nations Unies dans le Sinaï : 1) le retrait de leurs détachements de la frontière israélienne ; 2) l'augmentation des troupes militaires égyptiennes dans la péninsule du Sinaï ; et 3) la fermeture du Détroit de Tiran dans le Golfe d'Aqaba pour l'utilisation des navires israéliens. Trois États arabes ont formé une coalition militaire contre l'Israël sioniste : l'Égypte, la Syrie et la Jordanie. La Guerre des Six Jours de 1967 a été lancée par le Ministre israélien de la Défense, le Général Dayan, sous la forme d'une attaque aérienne préventive. Cependant, elle a été rapidement suivie par l'occupation israélienne de la péninsule du Sinaï, de la vieille Jérusalem, de la Cisjordanie, de la Bande de Gaza et du Plateau du Golan pendant les deux derniers jours de la guerre [Guy Laron, The Six-Day War : The Breaking of the Middle East, New Haven-London : Yale University Press, 2017].

7 Don Peretz, Intifada : The Palestinian Uprising, London−New York : Routledge, 2018.

8 L'Organisation de libération de la Palestine (OLP) est une organisation à la fois politique et militaire qui a été créée en 1964 dans le but d'unir différents groupes arabes palestiniens pour lutter contre la politique anti-palestinienne israélienne sur la terre de Palestine. L'OLP est dominée depuis 1967 par le Fatah, dirigé par Yasser Arafat. En 1974, l'OLP a été reconnue par les États arabes comme un représentant politique et national officiel de tous les Palestiniens. L'invasion militaire israélienne du Sud-Liban en 1982 a diminué sa puissance militaire et son organisation elle-même. En conséquence, l'OLP s'est réorganisée en Tunisie. L'organisation s'est cependant scindée en plusieurs groupes extrémistes-radicaux comme le Front Populaire pour la Libération de la Palestine ou le Septembre Noir (groupe terroriste classique) qui sont devenus responsables d'enlèvements, de détournements ou d'assassinats à l'intérieur ou à l'extérieur du Moyen-Orient. Yasser Arafat a donc persuadé en 1988 l'OLP de renoncer à la violence et aux actes terroristes et son conseil de direction a reconnu l'existence de l'État d'Israël. Conséquence directe de ce mouvement politique, depuis 1988, l'OLP a été acceptée par de nombreux États comme étant un gouvernement en exil de Palestine. En 1993, Yasser Arafat a présidé l'Autorité Nationale Palestinienne qui administre les territoires de la bande de Gaza et de la Cisjordanie [Jillian Becker, The PLO : The Rise and Fall of the Palestinian Liberation Organization, Bloomington, IN : AuthorHouse, 2014].

9 Les écoles régulières ont été fermées par l'autorité militaire d'Israël en guise de vengeance pour l'Intifada.

10 La partie palestinienne prétend que pendant la première Intifada, le gouvernement israélien a mené une politique secrète de meurtre des Palestiniens dans les territoires occupés. Ce type d'opérations a été mené par des unités spéciales qui se sont présentées comme des Arabes afin d'approcher et d'exécuter les victimes ou par des tireurs d'élite qui tuaient à distance.

source :  Next Intifada? (I)

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter