23/02/2020 reseauinternational.net  8 min #169380

Syrie - Poutine contre Erdogan : qui va céder en premier ?

par Mike Whitney.

Une situation explosive se développe dans la province d'Idlib où l'armée syrienne mène une offensive majeure qui a déclenché une réponse sévère de la Turquie. Le président turc Recep Tayyip Erdogan menace d'attaquer les forces syriennes partout dans le pays si le gouvernement syrien n'arrête pas toutes les opérations militaires dans la « zone de désescalade » d'Idlib. Outre le fait que la Turquie n'a aucun droit légal d'occuper le territoire syrien, la menace d'Erdogan oppose la Turquie à la Russie dans une épreuve de force qui pourrait rapidement dégénérer en une véritable conflagration.

« J'annonce que nous allons frapper les forces du régime syrien partout à partir d'aujourd'hui sans être liés à Idlib ou par le mémorandum de Sotchi, si nos soldats aux postes de guet ou ailleurs subissent un quelconque préjudice », a déclaré Erdogan lors d'une réunion des membres de son parti.

Légalement, la Turquie n'a pas de base sur laquelle s'appuyer. Selon l'accord de Sotchi qui a été signé par la Turquie et la Russie en 2018, la Turquie a accepté ceci :

  1. Tous les groupes terroristes radicaux seront retirés de la zone démilitarisée d'ici le 15 octobre 2018
  2. Tous les chars, l'artillerie, la MLRS et les mortiers des parties en conflit seront retirés de la zone démilitarisée d'ici le 10 octobre 2018.
  3. Afin d'assurer la libre circulation des habitants et des biens locaux, ainsi que le rétablissement des liens commerciaux et économiques, le trafic de transit sur les routes M4 (Alep-Latakie) et M5 (Alep-Hama) sera rétabli avant la fin de 2018

Erdogan n'a respecté aucun de ces engagements.

Le ministre russe des affaires étrangères, Sergeï Lavrov, a expliqué ce qui se passe réellement lors d'une récente conférence de presse où il a déclaré :

« Comme vous le savez... Un accord de trêve a été signé avec la réserve que les groupes terroristes inscrits sur la liste noire du Conseil de sécurité de l'ONU ne seraient pas et ne pourraient pas être couverts par la trêve...

Tous ceux identifiés par le Conseil de sécurité de l'ONU comme des groupes terroristes se sont regroupés dans la zone de désescalade restante d'Idlib.... Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan ont conclu des accords spéciaux sur cette zone. Cette question a été examinée à deux reprises - en septembre 2018 et en octobre 2019. Dans les deux cas, la Russie et la Turquie ont adopté des documents spécifiques qui comprenaient leurs engagements à superviser Idlib, principalement en termes de sécurité civile et de distribution de l'aide humanitaire.

Malheureusement, jusqu'à présent, la Turquie n'a pas respecté certains de ses engagements clés qui visaient à résoudre le cœur du problème d'Idlib ». («  Lavrov explique l'accord Idlib »)

En bref, la Turquie n'a pas respecté sa part du marché et n'a pas débarrassé la région des éléments d'Al-Qaïda qui opèrent toujours ouvertement à Idlib et qui reçoivent toujours le soutien de l'État turc. Après de multiples avertissements et retards, la Syrie et son allié la Russie ont décidé qu'ils devaient mettre fin au subterfuge de Erdogan et prendre eux-mêmes des mesures, ce qui est clairement autorisé par le droit international. Depuis le début de l'opération il y a environ deux semaines, l'armée syrienne a libéré un certain nombre de villes stratégiques de la région ainsi que le principal corridor de transport, les autoroutes M-4 et M-5.

En réponse, la Turquie a « rejoint les militants liés à Al-Qaida dans leur attaque contre les positions de l'armée syrienne (dans) Idlib. Au cours des derniers jours, Hayat Tahrir al-Sham et d'autres groupes radicaux ont récemment reçu de la Turquie un grand nombre d'équipements militaires et d'armes. Le 10 février, ils ont lancé une attaque contre l'armée syrienne en utilisant des armes et des équipements qu'ils avaient reçus ». (« Les troupes turques se joignent aux militants liés à Al-Qaida dans leur attaque sur Saraqib », Southfront)

Quelques heures après l'attaque djihadiste, l'armée syrienne a riposté et (prétendument) a tué au moins 8 soldats turcs situés à proximité d'un poste d'observation turc en territoire syrien. L'escalade inattendue a entraîné une réaction rapide d'Ankara où le ministre turc de la défense a averti que « si les forces syriennes ne sont pas retirées d'ici la fin février, nous agirons ».

La détermination de la Turquie à annexer de grandes parties du territoire nord de la Syrie n'a pas faibli depuis 2015, lorsque le gouvernement a annoncé pour la première fois son soutien à un plan visant à imposer des « zones de sécurité » (35 km de profondeur) le long des 911 km de la frontière syro-turque. Ce plan a été couronné de succès à l'est de l'Euphrate lorsque les troupes turques ont envahi le pays plus tôt dans l'année, affirmant que la milice kurde, YPG, constituait une menace pour la sécurité nationale de la Turquie. La tentative de saisir davantage de terres syriennes à l'ouest de l'Euphrate, en invoquant la menace d'un « désastre humanitaire », suggère que la Turquie utilisera tout faux prétexte pour atteindre ses objectifs stratégiques. Heureusement, Poutine ne s'est pas laissé berner par les justifications changeantes de Erdogan pour la saisie du territoire syrien. Les forces russo-syriennes continuent à s'enfoncer plus profondément dans la province, mettant en déroute ou tuant les dernières poches de militants armés sur leur chemin.

Selon l'agence Press TV iranienne : « Le ministère russe des affaires étrangères a déclaré dans une récente déclaration que les militants basés à Idlib avaient organisé « plus de 1 000 attaques au cours des deux dernières semaines de janvier » à partir d'une zone de désescalade contrôlée par la Turquie dans la province du point d'ignition. Elle a souligné que la plupart des attaques avaient été menées par le groupe militant Hayat Tahrir al-Sham.

La Syrie est en proie à un militantisme soutenu par l'étranger depuis mars 2011. Le gouvernement syrien affirme que le régime israélien et ses alliés occidentaux et régionaux aident les groupes terroristes Takfiri qui font des ravages dans le pays arabe. (« La Turquie met en garde contre le « Plan B » dans le cadre de l'opération anti-terroriste menée par la Syrie à Idlib », Press TV).

Poutine cherche des moyens de désamorcer la situation et de conclure un accord avec Erdogan, mais cela ne va pas être facile. Poutine a déjà adopté une approche minimaliste du conflit syrien, c'est-à-dire qu'il s'est engagé à libérer des zones qui sont vitales pour la préservation de l'État, mais il ne va pas prendre des risques et saper les intérêts de la Russie en lançant des attaques sur des bases étasuniennes dans l'est de la Syrie ou en déclenchant une guerre avec Erdogan à l'ouest. De même, Poutine ne peut pas se laisser manipuler par un opportuniste intrigant comme Erdogan qui veut ignorer ses accords parce qu'ils ne servent plus ses ambitions régionales. Poutine aimerait rencontrer le président turc à mi-chemin et lui permettre de maintenir des troupes dans une zone sûre plus au nord, mais il ne cèdera pas et ne donnera pas à Erdogan tout ce qu'il veut. Poutine est raisonnable, mais il ne cède pas comme Erdogan va probablement le découvrir.

Voici un extrait d'un article paru dans le Daily Sabah, un journal pro-gouvernemental :

« Idlib, en tant que dernier bastion des forces d'opposition, a également une signification symbolique dans les pourparlers de paix à Genève : Celui qui contrôle Idlib aura évidemment une grande influence sur le dernier mot concernant l'avenir de la Syrie. Idlib est également très important pour le régime de Assad, car il renforcerait sa main lors des pourparlers de Genève à un moment où le régime prend le risque fou d'affronter les forces turques en guerre ouverte sur le terrain pour la première fois depuis le début de la guerre civile. Il est évident que cela serait fatal pour l'accord de Sotchi.

À proprement parler, l'issue des attaques du régime syrien à Idlib est une question de vie ou de mort pour le rôle de l'opposition aux pourparlers de Genève. L'opposition se battra jusqu'au bout pour éviter d'affaiblir sa position lors de sa dernière chance aux pourparlers sur Idlib ». (« La Turquie et la Russie doivent trouver un chemin vers un nouvel accord », Daily Sabah)

« Une question de vie ou de mort pour l'opposition » ? « L'opposition (djihadistes) se battra jusqu'au bout » ?

Cette possibilité est bien réelle, surtout dans l'environnement hautement inflammable actuel. Le président syrien Bachar al Assad a besoin d'Idlib pour réunifier le pays et relier Lattaquié et Alep à Damas. Poutine a besoin d'Idlib pour mettre fin à son engagement en Syrie et pour fournir un modèle permettant de préserver les États-nations menacés des opérations de changement de régime déstabilisatrices. Et Erdogan a besoin d'Idlib pour étendre le pouvoir de la Turquie aux territoires qu'elle contrôlait autrefois mais qu'elle a perdus suite au découpage impérialiste de l'après-guerre. Ajoutez à ce conflit d'intérêts toxique les récentes annonces de Washington et de l'OTAN selon lesquelles ils soutiennent les efforts de Erdogan à Idlib, et les perspectives de désastre augmentent de manière exponentielle. Voici ce que le néocon Mike Pompeo a déclaré hier sur Twitter :

« Mes condoléances aux familles des soldats tués lors de l'attaque d'hier à Idlib. Les attaques continues du régime Assad et de la Russie doivent cesser. J'ai envoyé (l'envoyé spécial étatsunien en Syrie) Jim Jeffrey à Ankara pour coordonner les mesures à prendre pour répondre à cette attaque déstabilisatrice. Nous sommes aux côtés de notre allié de l'OTAN, la Turquie ».

Les commentaires de Pompeo ont été suivis par des rapports selon lesquels des bombardiers étatsuniens auraient effectué des frappes aériennes sur les troupes syriennes à Al-Qamishli. Quelques heures plus tard, Israël a lancé une attaque de missiles sur Damas. Il est clair que les puissances occidentales sont désireuses de tirer profit de la crise naissante et d'attiser le plus possible les troubles.

Quant à la Turquie, un chroniqueur du Daily Sabah a eu l'honnêteté d'exposer la politique du gouvernement sans chercher à dissimuler les véritables motivations d'Ankara. Voici ce qu'il a dit :

« La Turquie, cependant, est déterminée à arrêter l'offensive du régime... Bien que l'objectif premier soit de sécuriser les postes d'observation de la Turquie, il est évident que le déploiement actuel sert un programme plus large. À l'avenir, Ankara doit établir une zone sûre avec des frontières durables. En d'autres termes, la Turquie doit mener une opération globale de lutte contre le terrorisme, entre autres choses. L'objectif de l'opération doit être d'assurer la durabilité de la zone sûre ». (« Regime violence must be stopped now »; « La violence du régime doit être arrêtée maintenant », Daily Sabah)

Comme l'auteur l'indique clairement, le véritable objectif de la Turquie est d'annexer le territoire syrien au nord et d'étendre ses propres frontières au sud, un cas évident d'agression territoriale. Nous ne pensons pas que Poutine va supporter cela.

source :  Putin vs. Erdogan: Who's Going to Blink First?

traduction SLT

via  le-blog-sam-la-touch.over-blog.com

 reseauinternational.net

 Commenter