21/03/2020 reseauinternational.net  6 min #170705

Covid-19 - Un demi-million de tests venant d'une entreprise de Brescia en Italie en direction des États-Unis

par Gianluca Di Feo.

Produits dans la zone de l'épidémie en Italie, ils auraient été nécessaires pour les besoins de tout le Nord. Les kits de diagnostic ont plutôt été vendus aux États-Unis et transférés par avion militaire. L'entreprise : « tout est régulier, il n'y a pas de pénurie ». Est-ce que quelqu'un en Italie était au courant ?

Le monde entier dit que c'est une guerre. Et pour la première fois dans l'histoire, il semble que ce soit chacun pour soi, sans plus d'alliance. Chaque nation pense pour elle-même, en utilisant tous les moyens pour sécuriser les moyens de lutte contre le virus : tests, masques, respirateurs. Les États-Unis ont donc réussi à acheter un demi-million de kits de détection de la contagion à Brescia. Et ils les ont transférés à Memphis par avion militaire.

Mercredi, les États-Unis ont célébré l'arrivée d'une cargaison de kits de diagnostic, un demi-million de pièces. Un stock impressionnant : dans notre pays, depuis le début de l'épidémie, un peu plus de 100 000 ont été faits. Ce ravitaillement débarqué aux États-Unis provenait de la base américaine d'Aviano, non loin de Pordenone. Oui, il existait en Italie une réserve colossale de kits de diagnostic, disponibles à quelques dizaines de kilomètres de l'épicentre de coronavirus : des outils que nos régions cherchent à récupérer par tous les moyens pour endiguer la propagation de la maladie mais qu'elles ne trouvent pas.

L'annonce de l'expédition transatlantique a été faite sur Instagram, ainsi que la diffusion d'une photo de la soute d'un quadri-réacteur C-17 Globemaster de l'armée de l'air rempli de conteneurs avec des kits. Puis le post a été supprimé. Mais la nouvelle a trouvé une confirmation officielle dans les propos du porte-parole du Pentagone, Jonathan Hoffman.

« Il y a plusieurs éléments pour faire le test - explique le Général Paul Friedrichs, du Commandement Médical Central - Le premier sont les écouvillons qui sont utilisés pour prélever des échantillons sur les personnes, puis il y a le liquide pour les développer. C'est ce que nous avons ramené d'Italie ».

Le Général a déclaré que les matériaux sont produits aux États-Unis et à l'étranger, sans préciser où ils ont été trouvés. Et d'ajouter :

« C'est un excellent exemple de la façon dont les nations travaillent ensemble pour s'assurer que les questions mondiales trouvent une réponse ».

Et le demi-million de tests a été produit en Italie. Dans une entreprise de la ville de Brescia, qui est maintenant à la pointe de la lutte contre la maladie : Copan Diagnostics. L'ambassadeur américain en Italie Lewis Eisenberg le confirme dans Repubblica :

« Nous sommes heureux que la société italienne Copan Diagnostics continue de produire des écouvillons pour les tests de Covid-19 en quantité suffisante pour répondre à la demande en Italie et aux ventes à l'étranger. Le secteur privé italien contribue à sauver des vies dans le monde entier. Je vous félicite pour cet effort ». Et il ajoute : « Les États-Unis continueront à acheter ces kits de diagnostic aux entreprises italiennes en fonction de leurs besoins. Les États-Unis et l'Italie continuent à travailler ensemble en très étroite collaboration ».

La nouvelle semble surprenante. Une entreprise de Lombardie disposait de suffisamment de kits pour les besoins de tout le Nord et, au lieu de cela, ils étaient vendus à l'étranger. Beaucoup d'informations circulent sur les initiatives du gouvernement américain pour faire des stocks de matériel pour lutter contre le Covid-19. La Maison Blanche, par exemple, aurait offert des sommes très élevées pour obtenir les droits exclusifs sur le vaccin testé par les laboratoires allemands CureVac : une opération bloquée par l'intervention de Berlin suivie par l'Union Européenne, qui a alloué 80 millions pour empêcher la fuite des brevets. En ces heures, il y a des enchères mondiales pour acheter à des prix croissants des stocks de masques et de respirateurs : un défi économique, dans lequel le plus fort gagne. Tout comme à la guerre. Mais il n'y a plus d'alliances à conserver.

Au début, on pensait que les kits de diagnostic provenaient de bases militaires américaines. À Aviano, il y a un important dépôt de fournitures médicales, accumulées en vue d'un conflit. C'est la Medical War Reserve Materiel de la 31e escadre de chasse américaine : une vidéo de décembre dernier montre un hangar géant rempli de matériel pour les hôpitaux de campagne, de kits de diagnostic et de médicaments. Tous prêts à être embarqués dans les avions et à arriver n'importe où en quelques heures. Un autre stock devrait se trouver au Camp Darby, juste à la sortie de Livourne, le plus grand arsenal situé en dehors des États-Unis. Dans les documents du Pentagone, les deux entrepôts stratégiques sont indiqués, bien qu'au dernier point de priorité, comme utilisables pour les « nations hôtes ». C'est-à-dire l'Italie. Mais rien n'a été mis à sa disposition. Citant Winston Churchill, le légendaire Général Jim Mattis, ancien chef du Pentagone, a écrit dans son livre : « Il n'y a qu'une chose pire que de se battre avec des alliés, se battre sans alliés ». C'était une critique de la politique étrangère de Donald Trump. Un avertissement qui s'applique également dans la guerre contre le virus.

Mais la réalité est différente. Les kits de diagnostic étaient prêts à Brescia, au cœur de l'épidémie, où les médecins et les infirmières se battent pour arrêter la maladie avant qu'elle ne balaye Milan, où des milliers de personnes risquent d'être infectées chaque jour. Est-ce que le gouvernement italien était au courant ?

Copan Diagnostics répond :

« Tout s'est passé au grand jour. Nous n'avions pas à avertir les autorités italiennes : ce sont des produits en vente libre. Et nous sommes une entreprise leader qui exporte dans le monde entier. Les kits de diagnostic ne manquent pas : ces dernières semaines en Italie, nous avons vendu plus d'un million de kits et nous pouvons répondre à toutes les demandes. Le problème n'est pas les kits, mais les laboratoires pour les analyser ». Et il explique : « Ce stock n'a pas été acheté par le gouvernement américain, mais par des entreprises privées et des distributeurs américains. Ils l'ont transporté sur un vol militaire simplement parce qu'il n'y avait pas d'avion commercial disponible ».

Les sites web qui suivent le trafic dans le ciel ont établi que l'avion transportant les kits a décollé d'Aviano le lundi 16 mars en début d'après-midi. À ce moment, près de 30 000 cas et 2 158 décès étaient enregistrés en Italie. Aux États-Unis, il n'y avait que 86 décès et 4 500 cas testés positifs.

source :  Coronavirus, mezzo milione di tamponi da un'azienda di Brescia agli Stati Uniti

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
Se réfère à : 1 article