21/03/2020 dedefensa.org  8 min #170739

La « génération Z » et le « boomer Remover »

 Bloc-Notes

Selon une implacable logique, la "Génération Z" suit la "Génération Y" et regroupe les personnes nées à partir de 1997. Wikipédia nous précise que « Ce nom est généralement considéré comme "temporaire", sachant qu'il n'y a pas de consensus sur la date de fin de cette génération ». Cela nous semble une remarque sacrément intéressante puisque nous sommes, avec cette lettre étrange, au bout de l'alphabet ; mais peut-être ce constat un peu trop facile n'a-t-il pas encore atteint les centres de réflexion des observateurs postmodernes, - et peut-être que ces centres se foutent bien de l'alphabet qui date d'une époque révolue, - peut-être...

Une autre explication doit être également proposée avec assurance sinon impétuosité, selon laquelle cette génération née après qu'ait été installé l'univers de l'informatique/numérique est destinée à ne pas se terminer du tout. Après tout, c'est essentiellement à elle que s'adresse le directeur de l'Organisation Mondiale de la Santé  lorsqu'il affirme d'une façon bien audacieuse, "Vous n'êtes pas immortels !" ; car il semble bien que les "jeunes" soient passablement indifférents à Covit-19, ne se défendant point contre lui, considérant que cette menace ne les concerne pas, se dispensant donc en général des diverses mesures de défense et de régulation des déplacements ("gestes-barrière", confinement et le reste) :

« Bien que le coronavirus ait touché de manière disproportionnée les personnes âgées et les infirmes, le chef de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a lancé un avertissement sévère aux jeunes générations : "Vous n'êtes pas invincibles".
» "Les données de nombreux pays montrent clairement que les personnes de moins de 50 ans représentent une proportion importante des patients nécessitant une hospitalisation", a déclaré le directeur général de l'agence lors d'un point de presse vendredi.
» Il a ensuite exhorté directement les jeunes à prendre au sérieux la menace du Covid-19 : "Ce coronavirus pourrait vous faire hospitaliser pendant des semaines, voire vous tuer....
» Les médecins en Italie, - où les décès dus au virus ont récemment dépassé ceux de la Chine, - ont également mis en garde les jeunes contre le risque de maladie grave.
» "Cinquante pour cent de nos patients dans les unités de soins intensifs, qui sont les patients les plus graves, ont plus de 65 ans", a déclaré le Dr Antonio Pesenti à Sky News."Mais cela signifie que les autres 50% de nos patients ont moins de 65 ans. Nous avons des patients qui ont 20 ou 30 ans, un certain nombre, et ils sont aussi gravement atteints que les anciens. »

La chose, - cette sensation d'invincibilité que l'on est immanquablement conduits à assimiler à une sensation d'immortalité puisque nous sommes dans des temps métahistorique, se retrouve dans le modelage de langage des "jeunes" aux USA qui ont trouvé un nom un peu plus convivial et festif pour Codiv-19 : 'Boomer Remover'.

(Difficilement traduisible en une formule françaiise qui soit vraiment sexy... "Boomer" désigne la génération du "Baby Boom", née dans l'immédiat après-guerre en nombre impressionnant ; "Remover" renvoie à to remove, ou "supprimer"... Proposons donc pour Covid-19 l'une ou l'autre expression décisive telles que "liquidateur des Anciens" ou "liquidateur des vieux croutons".)

En témoignent ces quelques lignes d'un article de The Nation File du  15 mars 2020 :

« Selon des rapports sur les médias sociaux, les écoliers ont commencé à surnommer le coronavirus mortel le "Boomer Remover" après qu'il ait été révélé que la grande majorité des décès dus à la maladie sont des patients âgés.
» Au cours des dernières 24 heures, divers messages concernant le nouveau surnom sont apparus, ridiculisant les réponses potentielles des internautes plus âgés.
» Le tweet qui a attiré l'attention du public sur cette nouvelle tendance était sous-titré : "J'ai été informé par un parent qui est professeur de collège que les élèves appellent désormais le coronavirus 'le Liquidateur des Boomers'".»

Ce conflit intergénérationnel à propos de Codiv-19 est des plus intéressants, surtout si on le prend d'un point de vue métaphysique, que nos "jeunes" méritent certainement par leur culture, leur audace, leur héroïsme et leur ardeur. On peut donc avancer remarques et hypothèses pour tenter d'expliquer pourquoi ces "jeunes" de la génération qui clôt l'alphabet se jugent immunisés contre les attaques vulgaires d'un virus, chargé par contre de la vertu d'un "Terminnator" des encombrantes générations précédentes ; celles-là qui n'ont même pas réussi à accoucher d'une Greta Thunberg, laquelle dispose déjà de sa page Wikipédia.

• Première hypothèse : la "Génération Z" est la génération du " Big Now", du "No Future" doublé de la plus complète inconnaissance du passé comme chose dépassée, sans intérêt ni avenir, et même comme chose n'ayant jamais existé. Il n'y a rien qu'un immobile et immortel présent, et par conséquent la "Génération Z" se suffit à elle-même et n'a nul besoin des débris du Baby Boom. Codiv-19 est là pour faire le ménage.

• Deuxième hypothèse : cette génération étant celle de l'Intelligence Artificielle, de Google et de celle du transhumanisme multiplié par le transgenre, elle est nécessairement immortelle et invincible, et l'on retrouve le cas précédent.

• Troisième hypothèse : le Z de "Génération Z" signifie simplement Zombie, et tout est dit sans qu'on sache dans quel sens.

• Quatrième hypothèse : depuis qu'on nous répète, dans le tourbillons d'avis et de jugements péremptoires et néanmoins paradoxaux et contradictoires sur Covid-19, que ce virus est spécialisé dans la liquidation des plus de 65 ans, les vieilles croutes du Baby Boom... Voilà que le docteur italien Antonio Pesenti, dans le pays européen le plus dévasté par Covid-19, nous dit qu'au moins 50% des personnes gravement atteintes par Covid-19 ont moins de 65 ans, et qu'on y trouve des jeunes de 20-30 ans, soit de cette fameuse "Génération Z"... Alors, nous ne savons plus que dire finalement...

Comme quoi, même dans cette profonde et formidable tragédie qu'est la pandémie du virus Covid-19 il reste toujours un peu de cette catégorie de la  tragédie-bouffe qui est le caractère essentiel de cette "étrange époque" où les choses sérieuses se passent au-dessus de nos têtes, dans le chef de puissantes forces surhumaines qui poursuivent leur travail. Les Chinois ont d'ailleurs pensé à cet aspect des choses en diffusant  un tweet, dans le chef, très terrestre lui, de Xinhua News, nous donnant un florilège des déclarations de Trump (un vrai Boomer, lui), concernant la ligne directe et sans hésiter de sa politique vis-à-vis du coronavirus... Nous vous les livrons en guise de conclusion, pour l'édification de la "Génération Z" :

• 25 janvier 2020 : « La Chine a travaillé très dur pour stopper le coronavirus. Les USA apprécient grandement leurs efforts et leur transparence. »
• 10 février 2020 : « En avril, quand il fera plus chaud, le coronavirus disparaîtra miraculeusement. »
• 26 février 2020 : « Quoi qu'il arrive, nous sommes complètement prêts. »
• 27 février 2020 : « Les marchés me semblent commencer à être vraiment en très bonne forme. Cela [l'effet coronavirus] va disparaître. Un jour, comme par miracle, - il disparaîtra. »
• 28 février 2020 : « Les démocrates politisent le coronavirus. C'est un nouveau canular-bidon. »
• 7 mars 2020 : « Non, je ne suis pas du tout préoccupé. Non, nous avons fait un sacré travail dans cette affaire. »
• 10 mars 2020 : « Et nous sommes prêts, et nous faisons un sacré travail avec ce truc. Et il s'en ira. Restez calmes, il s'en ira. »
• 11 mars 2020 : « Nous suspendons les voyages d'Europe vers les USA. Nous devons laisser la politique de côté, arrêter d'avoir une attitude partisane, et nous unir tous comme une seule nation. »
• 13 mars 2020 : « Aujourd'hui, je déclare l'état d'urgence nationale. »
• 17 mars 2020 : « J'ai senti que c'était une pandémie bien avant qu'on ne l'appelle une pandémie. »

Mis en ligne le 21 mars 2020 à 17H58

 dedefensa.org

 Commenter
Se réfère à : 1 article