17/05/2020 reseauinternational.net  2 min #174010

Pompeo fustige l'enquête de la Cpi sur les crimes de guerre israéliens et la menace

Les Palestiniens n'ont pas droit à la justice, car ils ne sont pas considérés par Washington comme un État souverain, a déclaré le chef du département d'État américain, Michael Pompeo.

Il y a 2 ans, la Palestine a fait appel à la Cour Pénale Internationale pour demander une enquête sur les crimes de guerre perpétrés par Israël sur son territoire qui relèvent de la compétence de la CPI, à compter du 13 juin 2014.

Un Palestinien tient un carton découpé du secrétaire d'État américain Mike Pompeo avec une chaussure sur le visage et des chaînes, lors d'une manifestation contre sa visite en Israël, le 14 mai 2020 à Naplouse en Cisjordanie occupée

Alors que la bande de Gaza a fait l'objet de 3 offensives meurtrières où des crimes de guerre ont été commis, elle subit un blocus israélien très sévère qui renferme une population de deux millions de Palestiniens et l'appauvrit. En Cisjordanie occupée, les confiscations des maisons des Palestiniens, ainsi que leur destruction se poursuivent impunément, sans compter les assassinats faciles et les arrestations arbitraires et les séquestrations sans jugement. Avec le feu vert américain, l'entité sioniste compte annexer prochainement une partie de la Cisjordanie.

Fin 2019, le tribunal après avoir étudié la demande a déclaré qu'elle satisfaisait aux critères du Statut de Rome pour lancer une véritable enquête sur Israël.

« Comme nous l'avons clairement indiqué lorsque les Palestiniens ont tenté d'adhérer au Statut de Rome, nous ne les considérons pas comme un État souverain, et ils n'ont donc pas le droit d'être membres à part entière ou de participer en tant qu'État à des organisations internationales », a déclaré Michael Pompeo.

Le secrétaire d'État a accusé la Cour Pénale Internationale d'avoir tenté « d'aller au-delà de sa compétence » et de son intention de soutenir les Palestiniens en tant « qu'outil politique ». Il a souligné qu'il considérait ces actions comme « illégales ».

« Si la Cour Pénale Internationale continue de travailler dans ce sens, nous montrerons quelles seront les conséquences », a menacé Pompeo.

source :  http://french.almanar.com

 reseauinternational.net

 Commenter
Se réfère à : 1 article

Référencé par : 1 article