18/05/2020 francais.rt.com  2 min #174077

Etats-Unis : Uber licencie 3 700 employés en trois minutes sur Zoom

Lors d'une visio-conférence sur Zoom, service de téléconférence, Uber a notifié leur licenciement à quelque 3 700 employés aux Etats-Unis, en pleine crise de Covid-19.

«Aujourd'hui sera votre dernier jour de travail avec Uber» : c'est ce qu'a annoncé Ruffin Chaveleau, responsable du service clientèle d'Uber, à quelque 3 700 salariés de la société américaine de VTC, qui avaient été conviés à une réunion virtuelle sur Zoom.

«Je sais que c'est incroyablement difficile à entendre. Personne ne veut être sur un appel comme celui-ci. Avec tout le monde à distance et un changement de cette ampleur, nous devions le faire de manière à pouvoir vous le dire le plus rapidement possible afin que vous ne l'entendiez pas de la rumeur» explique Ruffin Chaveleau, la voix chancelante.

Relayée par le  Daily Mail le 11 mai, la vidéo de cette annonce qui n'aura duré qu'une poignée de minutes, a rapidement fait le tour des médias.

Dans des images diffusées par CBS News, on peut voir la responsable du service clientèle de Uber au bord des larmes, à l'issue de cette annonce qui concernait, d'après la chaîne d'information américaine, environ 3 700 salariés administratifs.

At least 3,7000 Uber employees learned that they were being laid off during a Zoom call.
"We had to do this in a way that allowed us to tell you as quickly as possible so that you did not hear it from the rumor mill"

Une employée, citée par le Daily Mail, dénonce anonymement cette méthode : «Ils ne nous ont donné aucun préavis. Si j'avais manqué l'appel de Zoom, j'aurais manqué la nouvelle. []... lls nous ont envoyé des indemnités de licenciement et d'autres choses, mais ils ne nous disent rien. C'est mondial, mais il y a eu une cinquantaine de licenciements dans mon bureau».

Invoquant la crise économique résultant de la pandémie de Covid-19, le géant américain Uber avait  annoncé récemment la suppression de 3 700 postes à travers le monde, soit environ 14% de ses effectifs.

 Lire aussi Dénonçant un esprit de «toxicité» chez Amazon, un vice-président claque la porte avec fracas

 francais.rt.com

 Commenter