11/06/2020 legrandsoir.info  14 min #175247

Julian Assange dans les limbes (London Review of Books)

Patrick COCKBURN

Julian Assange dirigeait WikiLeaks en 2010 lorsque l'organisation a publié une vaste collection de documents du gouvernement américain révélant des détails sur les opérations politiques, militaires et diplomatiques américaines. Avec des extraits publiés par le New York Times, le Guardian, Der Spiegel, Le Monde et El País, les archives ont fourni un aperçu plus approfondi du fonctionnement international de l'État américain que tout ce qui a été vu depuis que Daniel Ellsberg a remis les Pentagon Papers aux médias en 1971. Mais aujourd'hui, Ellsberg est célébré comme le saint patron des lanceurs d'alerte, tandis qu'Assange est enfermé dans une cellule de la prison de haute sécurité de Belmarsh à Londres pendant 23 heures et demie par jour. Dans cette dernière phase de la poursuite d'Assange par les autorités américaines depuis dix ans, il lutte contre son extradition vers les États-Unis. Les audiences du tribunal visant à déterminer si la demande d'extradition sera acceptée ont été reportées à septembre en raison de la pandémie de Covid-19. Aux États-Unis, il fait face à une accusation de piratage informatique et à 17 chefs d'accusation en vertu de la loi sur l'espionnage de 1917. S'il est reconnu coupable, il pourrait être condamné à une peine de prison de 175 ans.

J'étais à Kaboul lorsque j'ai entendu parler pour la première fois des révélations de WikiLeaks, qui ont confirmé une grande partie de ce que moi-même et d'autres journalistes soupçonnaient, ou savaient mais ne pouvaient pas prouver, au sujet des activités américaines en Afghanistan et en Irak. Le trésor était immense : quelque 251 287 câbles diplomatiques, plus de 400 000 rapports classifiés de l'armée sur la guerre en Irak et 90 000 sur la guerre en Afghanistan. En relisant ces documents, je suis à nouveau frappé par la prose militaro-bureaucratique coincée, avec ses acronymes sinistres et déshumanisants. Tuer des gens est appelé EOF ("Escalade de la force"), ce qui se produit fréquemment aux postes de contrôle militaires américains lorsque des soldats américains nerveux ordonnent aux conducteurs irakiens de s'arrêter ou de partir avec des signaux manuels complexes que personne ne comprend. Ce que cela pourrait signifier pour les Irakiens est illustré par de brefs rapports militaires tels que celui intitulé "Escalade de la force par 3/8 NE Fallujah" : I CIV KIA, 4 CIV WIA". Décodé, il décrit le moment où une femme dans une voiture a été tuée et son mari et ses trois filles blessés à un poste de contrôle dans la banlieue de Falloujah, à 60 km à l'ouest de Bagdad. Le marine américain de service a ouvert le feu parce qu'il était "incapable de déterminer les occupants du véhicule en raison de la réflexion du soleil sur le pare-brise". Un autre rapport marque le moment où les soldats américains ont abattu un homme qui "se glissait derrière leur position de tireur d'élite", pour apprendre plus tard qu'il était l'interprète de leur propre unité.

Ces rapports sont les petits détails de la guerre. Mais, collectivement, ils en restituent la réalité bien mieux que les comptes-rendus journalistiques les mieux informés. Ces deux fusillades ont été répétées mille fois, bien que les reportages aient rarement admis que les victimes étaient des civils. Le plus souvent, les morts étaient identifiés systématiquement comme des "terroristes" pris sur le fait, sans qu'aucune preuve du contraire ne soit apportée. La plus célèbre des découvertes de WikiLeaks concerne un événement survenu à Bagdad le 12 juillet 2007, au cours duquel l'armée américaine a affirmé avoir tué une douzaine de terroristes. Mais l'incident avait été filmé par la caméra de l'hélicoptère américain Apache qui avait effectué les tirs, et les personnes visées étaient toutes des civils. On en savait beaucoup sur ces meurtres car parmi les morts se trouvaient deux journalistes locaux travaillant pour Reuters. On savait aussi qu'une telle vidéo existait, mais le Pentagone a refusé de la diffuser malgré une demande en vertu de la loi sur la liberté de l'information. Consternée par ce que la vidéo révélait sur la façon dont les États-Unis menaient leur guerre contre le terrorisme, et consternée par le contenu des milliers de rapports et de câbles qu'elle contenait, un jeune analyste des services de renseignement américains, Bradley Manning, qui a ensuite changé de sexe et est devenu Chelsea Manning, a transmis l'ensemble des archives à WikiLeaks.

La vidéo a encore le pouvoir de choquer. Les deux pilotes d'hélicoptère échangent des plaisanteries sur le massacre dans la rue en bas : "Ha, ha, je les ai touchés", dit l'un d'eux. "Oh oui, regardez ces salauds morts", dit l'autre. Ils ont confondu la caméra tenue par l'un des journalistes avec un lance-grenades, alors qu'il était peu probable que des insurgés armés se tiennent à découvert à Bagdad avec un hélicoptère américain en vol stationnaire. Ils tirent à nouveau sur les blessés alors que l'un d'entre eux, probablement l'assistant de Reuters Saeed Chmagh, rampe vers une camionnette qui s'est arrêtée pour les secourir. Lorsque les pilotes apprennent à la radio qu'ils ont tué plusieurs civils irakiens et blessé deux enfants, l'un d'entre eux dit : "C'est de leur faute s'ils amènent leurs enfants dans la bataille".

Les documents de WikiLeaks ont révélé la façon dont les États-Unis, seule superpuissance mondiale, ont réellement mené leurs guerres - ce que les institutions militaires et politiques ont considéré comme un coup porté à leur crédibilité et à leur légitimité. Il y a eu quelques révélations dévastatrices, dont la vidéo de l'hélicoptère, mais beaucoup des secrets découverts n'étaient pas particulièrement importants ni même vraiment secrets. En soi, ils n'expliquent pas le sentiment de rage que WikiLeaks a provoqué au sein du gouvernement américain et de ses alliés. C'était une réponse à l'attaque d'Assange contre leur monopole sur les informations sensibles de l'État, qu'ils considéraient comme un élément essentiel de leur autorité. Le fait de rendre ces informations publiques, comme l'avaient fait Assange et WikiLeaks, a militarisé la liberté d'expression : si des divulgations de ce type restaient impunies et devenaient la norme, cela modifierait radicalement l'équilibre des pouvoirs entre le gouvernement et la société - et en particulier les médias - en faveur de cette dernière. C'est la détermination du gouvernement américain à défendre son monopole actuel, plutôt que les dommages supposés causés par la divulgation des secrets eux-mêmes, qui l'a motivé à poursuivre Assange et à chercher à discréditer à la fois lui et WikiLeaks.

Cette campagne a été implacable et a eu un succès certain, malgré le fait que la plupart des accusations portées contre Assange sont manifestement fausses. En ce qui concerne la divulgation de documents, il y a eu deux lignes d'attaque. Tout d'abord, Assange et WikiLeaks ont été accusés d'avoir révélé des informations qui ont mis en danger ou entraîné la mort d'Américains ou de leurs alliés en Irak et en Afghanistan. Deuxièmement, ils ont été accusés d'avoir porté atteinte à l'État américain en général par des activités équivalant à de l'espionnage, ce qui devrait être puni en tant que tel. Mais les allégations de viol portées contre Assange en Suède, également en 2010, ont été beaucoup plus dommageables pour lui et pour l'ensemble du projet WikiLeaks. Cela a conduit à une enquête judiciaire de près de dix ans, qui a été abandonnée à trois reprises et reprise à trois reprises avant d'être finalement abandonnée en novembre dernier à l'approche de la prescription, au-delà de laquelle aucune accusation ne pouvait être portée.

Le résultat est qu'Assange est devenu un paria. Il a perdu le fait que lui et WikiLeaks ont fait ce que tous les journalistes devraient faire, c'est-à-dire mettre des informations importantes à la disposition du public, permettant aux gens de porter des jugements fondés sur des preuves concernant le monde qui les entoure et, en particulier, les actions de leurs gouvernements. Étant donné le battement de tambour constant des attaques contre Assange provenant de toutes parts, il peut être difficile de se rappeler qu'en 2010, WikiLeaks a remporté une grande victoire pour la liberté d'expression et contre le secret d'État, et que le gouvernement américain et ses alliés ont fait tout leur possible pour l'inverser.

Les premières tentatives pour discréditer Assange se sont concentrées sur la preuve que les révélations de WikiLeaks avaient directement conduit à la mort d'agents et d'informateurs américains. Le Pentagone a déployé beaucoup d'efforts pour étayer cette allégation : il a mis sur pied un groupe de travail sur l'examen des informations, dirigé par un officier supérieur du contre-espionnage, le brigadier général Robert Carr, qui a étudié l'impact des révélations et a cherché à produire une liste de personnes qui auraient pu être tuées à cause des informations contenues dans les câbles. Carr a ensuite décrit l'ampleur de l'échec de son groupe de travail, lors du témoignage de Manning lors de l'audience de détermination de la peine en juillet 2013. Après de longues recherches, son équipe de 120 agents de contre-espionnage n'avait pas réussi à trouver une seule personne, parmi les milliers d'agents américains et de sources secrètes en Afghanistan et en Irak, dont on pouvait prouver qu'elle était morte à cause des révélations. Carr a déclaré à la cour qu'à un moment donné, son groupe de travail semblait arriver à quelque chose : les talibans prétendaient avoir tué un informateur américain identifié dans les câbles de WikiLeaks. C'était un signe de désespoir de la part des agents du contre-espionnage qu'en cherchant des preuves contre WikiLeaks, ils en étaient réduits à citer les talibans comme source. Et, comme Carr l'a admis lors du contre-interrogatoire de la défense, il s'est avéré que les talibans mentaient : "Le nom de l'individu tué ne figurait pas dans les révélations [de WikiLeaks]". Malgré tout cela, l'avocat représentant le gouvernement américain lors des audiences d'extradition d'Assange à Londres au début de l'année a toujours soutenu qu'Assange avait mis en danger la vie de sources américaines en Irak et en Afghanistan.

A Kaboul en 2010, juste après avoir vu pour la première fois les câbles diplomatiques que WikiLeaks avait publiés, j'ai rencontré par hasard un fonctionnaire américain pour un entretien officieux sur la situation en Afghanistan. Je lui ai demandé son avis sur les câbles ; il m'a répondu en me demandant quel code de classification apparaissait en haut des pages que j'avais vues. Lorsque je lui ai répondu, il n'a pas voulu savoir dans quelle mesure les documents contenaient réellement des secrets bien gardés, aussi classifiés soient-ils. Il a expliqué que le gouvernement américain n'était pas naïf au point de croire que les informations stockées dans une base de données à laquelle jusqu'à un demi-million de personnes avaient accès - dont l'un s'est avéré être le soldat Manning - étaient susceptibles de rester confidentielles très longtemps. Connue sous le nom de Siprnet (Secret Internet Protocol Router Network), la base de données était à l'origine la propriété exclusive du Pentagone, mais elle a été utilisée plus largement au lendemain du 11 septembre, lorsqu'il est apparu clairement que certaines parties de la bureaucratie américaine disposaient d'informations précieuses dont d'autres parties n'avaient pas connaissance. Siprnet était la réponse au problème de l'insuffisance du partage : des archives électroniques auxquelles de nombreuses personnes de différents secteurs du gouvernement pouvaient accéder, des diplomates des ambassades américaines dans le monde entier aux humbles militaires comme Manning. En théorie, au moins trois millions de personnes avaient une autorisation de sécurité pour utiliser Siprnet : il suffisait d'un mot de passe. Les mesures de sécurité étaient limitées et pouvaient être facilement pénétrées. Pour la transmission de données vraiment secrètes, comme la communication entre les attachés militaires américains, au moins quatre autres systèmes plus sophistiqués étaient disponibles. Le fait que le groupe de travail du général Carr, qui a pu faire appel à toutes les ressources du Pentagone, n'ait pu trouver, dans tous les océans de faits publiés par WikiLeaks, le nom d'un seul individu qui avait effectivement été tué par les talibans, Al-Qaida ou un autre ennemi des États-Unis, montre que la suppression des informations détaillées de Siprnet était efficace.

Les charges qui pèseront sur Assange aux États-Unis s'il est extradé ont toutes trait à la mise en danger des États-Unis et de ses informateurs. Mais la perception que le public a de lui est largement influencée, d'une manière ou d'une autre, par son statut de suspect de viol. Certains rejettent les accusations, qu'ils estiment concoctées ou injustes. D'autres pensent qu'il aurait dû être jugé pour agression sexuelle et qu'une exception ne peut être faite simplement parce qu'Assange est un icône de la liberté de la presse. Parmi ceux qui l'ont soutenu, on trouve Katrin Axelsson et Lisa Longstaff, deux porte-parole de Women against Rape, qui  ont publié en 2012 un article s'opposant à son extradition vers la Suède au motif que le processus judiciaire avait été "corrompu" et que la justice "avait été refusée tant aux accusateurs qu'aux accusées" : les femmes impliquées avaient été "traînées dans la boue" sur Internet parce que les procureurs suédois n'avaient pas protégé leur anonymat ; Assange était "traité par la plupart des médias comme s'il était coupable, bien qu'il n'ait même pas été accusé".

Le 12 septembre dernier,  Nils Melzer, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants, a envoyé une lettre de 19 pages au gouvernement suédois. Après avoir entrepris un examen détaillé de la procédure judiciaire contre Assange, il a conclu que "depuis 2010, le ministère public suédois semble avoir tout fait pour maintenir le récit sans réserve du "suspect de viol"" sans que des progrès aient été réalisés ou que des accusations aient été portées : il s'agit d'une "procrastination procédurale". Assange a refusé de se rendre en Suède pour être interrogé - il a fait valoir par l'intermédiaire de ses avocats que s'il quittait la protection de l'ambassade équatorienne, il serait inévitablement extradé vers les États-Unis - mais les procureurs, à leur tour, ont passé six ans à refuser de se rendre à Londres pour l'interroger ou pour mener un interrogatoire par liaison vidéo. La lettre révèle également des échanges de courriels entre les procureurs suédois et le ministère public britannique, qui semblaient déterminés à ce que la procédure suédoise se poursuive. Le 31 août 2012, par exemple, suite à des informations dans les médias selon lesquelles la Suède envisageait d'abandonner l'enquête pour la deuxième fois, le CPS a écrit au procureur général de Suède : "Ne vous dégonflez pas !"

Melzer décrit une enquête qui a été politisée à partir du moment où, le 20 août 2010, deux femmes, alors connues seulement comme AA et SW, se sont rendues dans un poste de police à Stockholm "pour demander si M. Assange pouvait être contraint de passer un test VIH". En quelques heures, "le ministère public suédois a ordonné l'arrestation de M. Assange et a informé le tabloïd Expressen qu'il était soupçonné d'avoir violé deux femmes". Au cours des neuf années suivantes, l'enquête ayant été à plusieurs reprises close par un procureur pour être ensuite rouverte par un autre, la Suède a régulièrement indiqué qu'elle souhaitait interroger M. Assange, mais dans la pratique, elle a montré peu de volonté de le faire ou de mener l'enquête à son terme. L'effet principal de cette procédure judiciaire a été de maintenir la controverse sur ce qu'Assange a fait à Stockholm en 2010. Le gouvernement suédois a finalement répondu à la lettre de M. Melzer en novembre et a déclaré qu'il n'avait "aucune autre observation à faire" ; le lendemain, l'enquête a été officiellement close.

Rien de tout cela n'est susceptible de changer la façon dont Assange est perçu. Conformément à l'expérience passée, presque aucun grand média n'a prêté attention aux questions de M. Melzer sur la conduite de l'affaire. Les plus grands journaux du monde, qui avaient publié les révélations de WikiLeaks en première page en 2010, se sont distancés de M. Assange très peu de temps après, déclarant souvent qu'il était une personne difficile à traiter ou qu'il était négligent dans sa façon de traiter les câbles et les rapports du gouvernement américain. Il a été accusé d'être "narcissique", comme s'il s'agissait de quelque chose de plus qu'un défaut de caractère, ou comme si ses défauts de caractère - quels qu'ils soient - avaient une quelconque incidence sur les informations qui avaient été révélées.

Compte tenu de la gravité des enjeux, le silence des journalistes sur la détention d'Assange à Belmarsh suite à la révocation de son statut d'asile par l'Equateur est frappant. C'est la preuve d'un changement radical dans la politique de sécurité des Etats-Unis, vers la position adoptée par des pays comme la Turquie et l'Egypte, qui ont cherché à criminaliser la critique de l'Etat et à confondre la publication de nouvelles qu'ils ne veulent pas que le public entende avec le terrorisme ou l'espionnage. La suppression progressive de la liberté de la presse en Hongrie et en Inde est fréquemment critiquée par les commentateurs occidentaux. Mais, comme l'a souligné Glenn Greenwald dans The Intercept, les médias occidentaux ont "largement ignoré ce qui est, de loin, la plus grande attaque du gouvernement américain contre la liberté de la presse depuis au moins dix ans : la poursuite et la tentative d'extradition de Julian Assange pour des crimes présumés découlant de la publication par WikiLeaks - en collaboration avec les plus grands journaux du monde - des journaux de guerre sur l'Irak et l'Afghanistan et des câbles diplomatiques américains". Ils n'ont pas pu emprisonner le rédacteur en chef du New York Times et ont donc poursuivi Assange à la place.

Assange et WikiLeaks ont plus que rempli le but premier de la collecte d'informations. "Le premier devoir de la presse", écrivait Robert Lowe dans le Times en 1852, "est d'obtenir les renseignements les plus anciens et les plus exacts sur les événements de l'époque et, instantanément, en les divulguant, d'en faire la propriété commune de la nation. L'homme d'État recueille ses informations en secret et par des moyens secrets ; il retient même les renseignements actuels de l'époque avec des précautions ridicules". La presse, en revanche, "vit de révélations". Les révélations d'Assange en 2010 ont suivi exactement cette prescription, c'est pourquoi il risque de passer le reste de sa vie en prison.

Patrick Cockburn

Traduction "les bons journalistes le défendent, les pseudo-journalistes l'insultent" par VD pour le Grand Soir avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»»  lrb.co.uk

 legrandsoir.info

 Commenter