18/06/2020 ism-france.org  5 min #175600

Les Palestiniens sont fatigués de prouver que l'apartheid israélien existe

Par Amjad Iraqi
17.06.2020 - Entre 1891 et 1992, Francis William Reitz, le président de l'État libre d'Orange (dans ce qui est aujourd'hui l'Afrique du Sud), a échangé  une série de lettres avec Theophilus Shepstone, l'ancien administrateur du Transvaal, pour discuter de la "question autochtone". Les républiques boers, écrit Reitz, devraient "adopter le principe et le maintenir fermement, selon lequel il n'y aura pas d'"égalité"entre les aborigènes [noirs] d'Afrique du Sud et les personnes d'origine européenne qui ont fait de cette terre leur foyer".

© Crédit photo : AFP AHMAD GHARABLI
Les sentiments de Reitz, comme ceux des autres dirigeants afrikaners, ont jeté les bases de ce qui allait devenir l'Apartheid. Deux décennies après ses lettres, la nouvelle Union d'Afrique du Sud a adopté la  loi de 1913 sur les terres indigènes, qui a consolidé les mesures coloniales précédentes interdisant aux Noirs d'acquérir des biens en dehors des zones désignées. Dix ans plus tard, la loi de 1923 sur les zones urbaines autochtones a restreint la circulation des personnes "indésirables" et a permis leur éloignement des villes et des districts.

En 1950 - deux ans après que l'Apartheid ait été officiellement déclaré politique nationale - la loi sur les zones de groupes a accéléré la ségrégation résidentielle dans tout le pays. La constitution de 1983, qui a été présentée comme une réforme libérale, a amélioré certains droits des personnes de couleur et des Indiens, mais a maintenu la privation de ses droits à la majorité noire et la minorité blanche au pouvoir. Même après les premières élections libres en Afrique du Sud en 1994, les élites politiques et commerciales ont effectivement  remodelé de nombreuses institutions de l'apartheid pour préserver les hiérarchies raciales et de classe, qui subsistent encore aujourd'hui.

Comme d'autres régimes oppressifs, l'apartheid en Afrique du Sud n'était pas une entité statique qui aurait simplement vu le jour en 1948. Il a été continuellement développé, reconfiguré et reconditionné pour répondre aux désirs des personnes au pouvoir et pour faire taire ceux qui y résistaient. C'était, pour emprunter  les mots du chercheur Patrick Wolfe sur le colonialisme des colons, "une structure et non un événement", un mécanisme organisé plutôt qu'un moment dans le temps.

Cette histoire devrait instruire ceux qui attendent avec impatience le 1er juillet, date à laquelle le gouvernement israélien s'est engagé à commencer l'annexion de grandes parties de la Cisjordanie occupée. Les fonctionnaires étrangers, les analystes des grands courants et les activistes locaux - dont beaucoup sont bien intentionnés - ont passé des années à avertir qu'Israël pourrait devenir un "État d'apartheid" s'il absorbe officiellement ces territoires. Aujourd'hui, ils tirent la sonnette d'alarme en disant que le mois prochain pourrait être le point de basculement qui finira par sceller ce destin.

Il est cependant assez obscène que de nombreuses personnes attendent toujours une loi spécifique, ou un certain ordre du gouvernement, pour valider les récits de millions de Palestiniens qui vivent l'apartheid au moment où nous parlons. Comme l'Afrique du Sud, le régime complexe d'Israël n'a pas été créé par un seul "moment" dramatique : il a été méticuleusement conçu sur des décennies, alimenté par une idéologie qui rejetait l'égalité entre les indigènes et les colons qui, selon les mots de Reitz, avaient "fait de cette terre leur chez-soi".

Pourquoi, par exemple, Israël n'était-il pas un État d'apartheid en 1950, lorsqu'il a introduit la loi sur les biens des absents pour transférer des terres arabes aux immigrants juifs ? Pourquoi n'était-ce pas l'apartheid lorsque la Knesset a annexé Jérusalem-Est en 1980, comme elle s'apprête à le faire aujourd'hui avec la vallée du Jourdain ? Ou en 2003, quand elle a interdit aux Palestiniens de se réunir avec les membres de leur famille qui ont la citoyenneté israélienne, tout en permettant à tout juif à l'étranger d'être naturalisé en vertu de la loi du retour ?

Qu'en est-il de la loi sur l'État-nation juif, adoptée il y a deux ans, qui décrète que l'autodétermination dans ce pays appartient uniquement aux Juifs ? Ou les innombrables lois militaires qui volent et emprisonnent les civils palestiniens, tout en abritant les Juifs israéliens sous le droit civil ? Un demi-siècle de colonies et d'infrastructures, qui n'ont fait que croître avec le temps, n'est-il pas un indice qu'Israël n'a guère l'intention de renoncer à la Cisjordanie ?

Étant donné l'abondance de "moments" parmi lesquels choisir, de nombreux Palestiniens se sont lassés du tout dernier seuil artificiel pour "prouver" que l'apartheid israélien existe. Au lieu de reconnaître ce que les Palestiniens expriment, la communauté internationale gagne du temps pour qu'Israël signale qu'il ne souhaite pas l'apartheid - même s'il utilise chaque seconde de ce temps pour montrer le contraire. La ligne de preuve a été déplacée, littéralement, des fragments du plan de partition de l'ONU de 1947 aux bantoustans rétrécis décrits dans le "Deal of the Century" de Trump en janvier. Si l'annexion se poursuit, cette ligne sera probablement déplacée à nouveau.

Le drame autour de la prétendue étape du mois prochain est donc non seulement naïf, mais dangereux. Si le gouvernement israélien fait marche arrière ou retarde sa poussée d'annexion - comme le suggèrent certains rapports - le monde ne peut retomber dans le mythe selon lequel Israël s'est sauvé d'un destin d'apartheid. Sous chaque degré de la domination israélienne, les Palestiniens n'ont jamais été que des réfugiés exilés, des sujets occupés ou des citoyens de seconde zone. Il n'y a rien qu'un nouveau projet de loi puisse nous dire que des décennies de lois et de politiques n'ont pas déjà fait. Et il n'est pas nécessaire d'attendre que les Israéliens admettent que leur régime est l'apartheid pour prouver que les Palestiniens avaient raison depuis le tout début.

Source :  972mag

Traduction : MR pour ISM

 ism-france.org

 Commenter