21/06/2020 legrandsoir.info  9 min #175716

Vaincre le racisme !

Benedikt ARDEN

Combattre le racisme, voilà tout un défi ! Comme vous le savez sans doute, c'est le pari que se sont donné les organisations et les militants antiracistes de plusieurs villes d'Amérique du Nord et d'Europe, depuis l'assassinat de George Floyd par un policier de Minneapolis, le 25 mai dernier. Les crimes racistes commis par des policiers aux États-Unis n'ont malheureusement rien d'exceptionnels, mais cette fois les circonstances ont fait que ce crime ne pouvait rester impuni, puisque celui-ci était beaucoup trop flagrant pour être étouffé. La vidéo de la scène était trop explicite et le passif du policier l'était encore plus. C'est pourquoi l'événement a pris l'ampleur d'une affaire politique internationale.

Il faut dire que la brutalité policière est très liée à la discrimination sociale que subissent tous les pauvres du monde, même si celle-ci touche tout particulièrement les communautés noires d'Amérique du Nord et d'Europe. C'est donc un sentiment de colère, partagé par des millions de gens, qui explique le succès de ces manifestations, partout où elles avaient lieu.

Notons également que ces manifestations fermaient la période de confinement qui, dans un pays sans filet social, comme le sont les États-Unis, a fortement affecté les plus démunies, au premier rang desquelles se trouvent aussi les communautés noires. Ces manifestations ont donc aussi servi à rappeler aux autorités que les protestations de rue ne sont pas choses du passé et que, Covid-19 ou pas, la période de « pause » des conflits sociaux était désormais terminée.

Pour en revenir avec le fond de l'affaire, c'est-à-dire la lutte contre le racisme, on notera que si le meurtre a scandalisé les opinions progressistes de la plupart des pays occidentaux, la lecture du problème et les réponses à y apporter demeurent assez diversifiées et correspondent à des situations sociales relativement distinctes. Par exemple, le cœur des revendications qui avaient lieu en France était surtout centré sur la régularisation des sans-papiers et la dénonciation de la radicalisation extrême-droitière de la police macronienne. Autrement dit, des revendications concrètes politiquement, qui unis traditionnellement la gauche et une bonne partie des « Gilets jaunes », qui, comme on le sait, ont vécu leur lot de violence policière en 2019 !

De l'autre côté de l'océan, les revendications nord-américaines (incluant dans ce cas-ci le Québec) étaient parfois beaucoup moins concrètes puisque souvent centrées sur la reconnaissance des citoyens avisés et l'épineuse question du « racisme systémique ». Il n'y a certes pas de rupture absolue au niveau du fond de l'affaire, mais disons que les revendications en France avaient comme particularités d'être beaucoup plus politiques. Les revendications nord-américaines, notamment celles de l'organisation « Black lives matter », ont cette particularité d'être très sociologiques et se centrent beaucoup (sans s'y limiter bien sûr) sur la reconnaissance identitaire et la lutte au racisme dit « systémique ». Notions bien souvent hors de portée de la législation, comme l'est le racisme tout court d'ailleurs.

Et c'est tout le problème des revendications de ce genre, car les relations humaines ne sont pas régies que par des lois, mais aussi par des mœurs et des mentalités. La particularité du racisme systémique, comme du racisme tout court, est plutôt du second ordre, puisque, comme un peu partout en occident, les discriminations raciales sont théoriquement interdites. Comme il n'est pas possible de décréter la fin du racisme dans les têtes, il restera toujours des racistes revendiqués ou non en situation de pouvoir pour exercer des discriminations, même si la majorité des gens exècre le racisme.

Pour la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec, la discrimination systémique se définit comme suit : « la somme d'effets d'exclusion disproportionnés qui résultent de l'effet conjugué d'attitudes empreintes de préjugés et de stéréotypes, souvent inconscients, et de politiques et pratiques généralement adoptées sans tenir compte des caractéristiques des membres de groupes visés par l'interdiction de la discrimination ». En d'autres termes, il s'agit d'effets cumulés de préjugés plus ou moins inconscients dans le fonctionnement du système. Ce qui touche surtout, on l'aura bien compris, les emplois, les promotions professionnelles ou sociales et le commerce. Le racisme systémique est donc difficilement dissociable du racisme tout court, puisque, inconscient ou pas, le racisme systémique implique toujours du racisme individuel à sa base.

Néanmoins, loin de moi l'idée de rejeter le concept de discrimination systémique puisque c'est une donnée sociologique particulièrement solide et qui est au cœur de la pensée marxiste. L'une des bases du marxisme est la critique des concepts abstraits, notamment la rhétorique bourgeoise sur les libertés individuelles et l'égalité en droit. Le droit bourgeois proclame la liberté et l'égalité de toute personne devant la loi, mais ne tient aucunement compte des conditions matérielles de l'exercice de cette liberté. Le bourgeois prétend que tous sont libres, alors que les moyens de production sont strictement hiérarchisés par la propriété privée. Dans un monde où l'accès à l'argent est régi par l'offre et la demande, via le salariat ou le commerce, l'accès aux capitaux dans la vie forme une hiérarchie informelle qui définit les grandes lignes de la destinée des gens. Et ne parlons pas du rôle déterminant que joue le capital social et culturel, issu de la cellule familiale, qui lui est tout particulièrement mal distribué et handicape toute une myriade de talents dans la société. En d'autres termes, la doctrine marxiste démontre parfaitement qu'il n'est pas possible d'être réellement libre par le seul fait de la loi.

La source de la discrimination systémique est donc de feindre une égalité formelle par la négation ou l'ignorance des inégalités structurantes de la vie. Le capital social, culturel et économique des gens forme la base des inégalités du monde capitaliste, mais cette particularité se retrouve aussi dans les catégories non économiques, comme pour ce qui est de la situation des mères monoparentales dans le monde libéral. La concurrence dans le cadre du salariat handicape nécessairement les femmes touchées par l'enfantement, puisque les grossesses ne sont pas toujours issues d'un choix. Les patrons le savent bien et préféreront prendre une personne qui n'est pas soumise à ce risque, même s'il est bien conscient que les enfants sont nécessaires à la société. D'ailleurs, ce temps de travail gratuit donné à l'enfant (et à la société) n'est pas reconnu ce qui implique un potentiel de précarité qui ne touche que très peu d'hommes. En d'autres termes, c'est la concurrence issue du libéralisme et non pas l'éthique du patron qui engendre cette discrimination. On parle donc ici de discrimination systémique.

Comme vous le voyez, la discrimination systémique est une réalité objective accessible à tous ceux qui se donnent la peine d'observer les conditions de vie concrète des gens. Mais le racisme systémique ne me semble pas relevé totalement de cet ordre, puisqu'il n'est pas issu du système, mais bien du racisme ordinaire. Je m'explique.

Le libéralisme se définit par la liberté individuelle dans le domaine social et économique, mais la réalité démontre qu'il engendre surtout un despotisme des possédants dans un monde où le salariat est devenu quasi indépassable, en raison de l'importance démesurée de l'argent dans la société capitaliste. Le rôle de l'emploi est donc déterminant dans la vie des gens, mais est encore organisé comme un simple contrat de gré à gré. Ce contrat est modalisé sur la base de l'offre et la demande et est pratiquement toujours à l'avantage de l'employeur. C'est donc la subjectivité du patron dans le cadre d'un rapport de classes avantageux pour lui qui fait qu'une jolie femme sera choisie plutôt qu'une autre, qu'un beau parleur sera préféré à quelqu'un de timide et c'est pour la même raison qu'un « blanc » sera choisi plutôt qu'un « noir ». C'est donc bien le libéralisme qui rend la discrimination possible, mais ce sont les mœurs et les mentalités qui engendrent une discrimination plutôt qu'une autre.

Dans l'emploi et tout ce qui l'entoure, la discrimination systémique est issue du paradoxe social du monde capitaliste, elle peut donc être corrigée par la socialisation et la démocratisation des moyens de production, voir même par une vraie social-démocratie, mais, pour ce qui est des discriminations issues des mœurs et coutumes, la solution est bien moins claire. Disons même qu'elle ne pourra jamais vraiment évoluer dans les conditions actuelles, si nous nous en tenons aux règles qui définissent la « superstructure » de nos sociétés.

La superstructure désigne l'ensemble des idées d'une société, c'est-à-dire ses productions non matérielles, comme les institutions politiques, les lois, la religion, l'art, la morale, la conscience de soi, etc. Celles-ci sont directement issues des rapports sociaux et si « l'infrastructure » (les rapports de classes) est inégalitaire, il est fatal que les inégalités matérielles seront traduites et justifiées par des mœurs et des institutions inégalitaires, comme c'est le cas aux États-Unis.

Le mythe américain du « self made man » en est d'ailleurs un cas d'école, puisqu'il justifie les inégalités par le seul fait du talent et de l'effort individuel sans jamais tenir compte des conditions sociales, donc des possibilités des individus. Un peu comme si le monde capitaliste à l'américaine était une espèce de concours de talent qui récompense des génies mis à l'épreuve. Ce mythe est évidemment confortable pour les gens bien installés, puisqu'elle flatte leur orgueil, mais celui-ci sous-entend également que la pauvreté serait issue de la seule fainéantise et du manque de talent !

La discrimination des afro-américains me semble assez directement connectée à ce mythe, puisque c'est le type de préjugé que l'on entend le plus dans la bouche des racistes américains. Les Noirs seraient moins « intelligents et plus « paresseux » que les Blancs, en raison de je ne sais quelle théorie raciale, ce qui expliquerait leur situation. Je ne crois pas avoir besoin de démontrer à quel point ce raisonnement est ridicule, mais nous pouvons affirmer que ce mythe confirme bien que l'idéologie est bel et bien une justification des conditions matérielles.

Aux États-Unis, un autre mythe est bien rependu et c'est celui de la « race ». Le concept de « race » est depuis longtemps discrédité par la science et est relégué au rang de pseudoscience. Pour autant, cet autre mythe persiste dans ce pays et ce n'est pas un hasard, puisque le « communautarisme » est consubstantiel au néolibéralisme, étant donné qu'il justifie la stratification du domaine public (hors travail) en sous-catégorie privée. La catégorie phare de ce communautarisme est bien sûr celle des super riches ! Communauté réputée pour sa fermeture, celle-ci justifie légalement et moralement son autarcie par l'existence des communautés religieuses d'antan et par les communautés ethniques d'aujourd'hui. Autrement dit, la « liberté de regroupement » dans la société civile appelée « lobby ». Ces regroupements, en plus d'être arbitraires et antisociaux, sont à double tranchant, puisque s'ils aident ses membres quand ils sont forts, ils rabaissent aussi leurs membres quand ils sont faibles et stigmatisés.

Cette vision communautaire de la société apporte un boulevard aux idées racistes, puisqu'il participe à l'essentialisation des gens et justifie les préjugés, alors qu'ils sont surtout issus d'une solidarité de condition de vie. Il est vrai que le racialisme est une composante importante de la conscience des membres des communautés noires et fait évidemment écho au nationalisme d'antan, mais, comme ce dernier, il traduit une communauté d'existences et le référant (la couleur de peau ou la nationalité) reste au fond bien arbitraire. La communauté d'existence dépasse parfois les classes sociales dans un cadre identitaire, mais ne dépasse pas les objectifs politiques de la lutte des classes, puisque c'est au travers une « infrastructure » sociale égalitaire et démocratique (la société socialiste quoi) qu'émergeront des mœurs égalitaires et antiracistes.

C'est pour cette raison que l'antiracisme doit relever de la lutte des classes et ne doit pas faire cavalier seul. Autrement, l'antiracisme se fera manipuler par les bourgeois pseudos progressistes, sans pour autant faire disparaitre le racisme dans la société. Et cette manipulation est malheureusement déjà en bonne partie réalisée, par la frange « progressiste » de la bourgeoisie américaine depuis l'ère d'Obama. Ère Obama qui, rappelons-le, a vu émerger l'organisation « Black lives matter ». Peut-être ne s'agit-il pas d'un simple hasard ?

Benedikt Arden (juin 2020)

»»  lequebecois.org

 legrandsoir.info

 Commenter
admin [Commentaire] 2020-06-21 #9705

le titre est nul !
il est démenti par le contenu
on se fout du racisme des imbéciles
c'est juste une diversion et une régression pour empêcher que les gens soient unis et autodéterminés, et qu'ils s'en prennent au mal supérieur dont le racisme n'est qu'un vieil exemple topique

Se réfère à : 1 article