21/06/2020 reseauinternational.net  6 min #175721

Que devient l'individu ?

par Marie-France de Meuron.

J'entends par ce vocable l'in-dividu, l'être non divisé. Nous traversons une période aigüe de profonds changements et il vaut la peine de se demander quel individu je suis dans ce tsunami qui bascule toutes nos structures, tant médicales que politiques, économiques et judiciaires. Ceux qui dirigent ou du moins sont officiellement responsables, que font-ils des individus que nous sommes ?

La situation actuelle met en évidence des dynamiques qui nous forcent à différentes adaptations, à partir de qui nous étions avant le développement de la « pandémie ». En fait, nous étions déjà passablement divisés et la situation aigüe permet de distinguer encore plus nettement nos divisions. Comme je l'ai illustré dans mon dernier article, le mode de vie occidental a donné une prévalence à  l'éducation cérébrale. La conscience était ainsi incitée à se placer davantage au niveau du 3e oeil que de l'ouverture du coeur qui pourtant a une position centrale et unificatrice entre les forces du bas et du haut du corps.

Une autre division qui suscite beaucoup de dissensions est celle du féminin versus le masculin. Alors que les dynamiques féminines et masculines sont en activité continue sur divers plans et présentent de nombreuses manifestations, on voudrait les figer. Or la vie est en perpétuel mouvement et c'est l'équilibre de ces deux forces à chaque instant qui devrait primer. Le mental a de la peine à le concevoir et veut fixer des « normes ». Ainsi le Droit gère nos activités et trop souvent les fige sans tenir compte de toutes les nuances qui les modulent, ce qui peut engendrer de franches injustices et occasionner des ruptures de l'élan vital.

Quand j'évoque les forces féminines et masculines, que les Chinois dénomment yin et yang, je préfère les termes réceptif et émissif qui montrent mieux les dynamiques en jeu. Tout être humain, donc in-dividu, est habité par ces deux types de capacités. Si l'être est équi-libré, il sait jouer des deux. Même si une femme dispose d'une propension plus grande à utiliser ses capacités réceptives, elle saura user de son émissivité pour se manifester dans l'existence. Ainsi, laisser un foetus se développer en elle, le recevoir n'a de sens que si elle accouche et propulse son enfant dans le monde ! La vie de couple permet de développer les qualités encore enfouies en nous. L'existence nous permet de les manifester toujours plus subtilement au fur et à mesure que les années passent, d'autant plus si nous accompagnons ce processus avec conscience.

Prenons l'exemple très parlant de cette femme de 55 ans, interpellée en blouse blanche d'  infirmière lors d'une manifestation pour avoir lancé des pierres aux policiers. Son côté émissif ressort nettement par sa dynamique agressive puis quand elle réclame son ventolin pour son asthme. Pour être infirmière, il est nécessaire d'être réceptive à la souffrance des patients. De ce fait, le port d'une blouse blanche pour exhiber ses revendications n'est pas forcément un moyen d'être persuasive, ce que démontre la suite des événements où elle subit les forces émissives des policiers. Ainsi, toute l'énergie qu'elle a déployée dans son engagement à cette manifestation a plutôt été gaspillée.

On peut dire que les épousailles ont lieu quand il y a harmonie entre les énergies réceptives et émissives. Sinon, il y a dispute, voire divorce, voire enfermement...

Ainsi, pouvons-nous distinguer LE Droit de LA Justice. Il est intéressant de souligner que le symbole du Droit est LE marteau, un élément frappant alors que le symbole de la Justice est LA balance avec ses deux plateaux qui cherchent un équilibre. La dynamique actuelle semble donner beaucoup de force et de pouvoir au Droit qui édicte des articles imposant des mesures contraignantes.

Ainsi, LE confinement a conduit à des déséquilibres énormes tant sanitaires, humains et économiques, en visant (en martelant!) qu'il fallait limiter la contagion. Des thérapeutes alternatifs ont été interdits de pratiquer, ce qui est aberrant dans une période où il vaut mieux renforcer la santé de chacun-e. Ce fait a mis en évidence que LE système économico-sanitaire a établi depuis longtemps le divorce entre les médecines complémentaires et la médecine officielle, entre autres en figeant cette distinction lors de l'institution de l'assurance-maladie complémentaire versus l'assurance obligatoire.

Ainsi, l'être humain à l'origine non divisé, se fait soigner non pas selon les besoins de son état de santé mais selon ce qui est décrété d'après des articles de loi créés au coup par coup. La conclusion fait que lors de l'arrivée du virus couronné, la médecine officielle n'avait rien à proposer et l'académie n'a pas daigné demander de l'aide aux autres médecines. Au contraire, au lieu d'élargir ses pouvoirs, elle continue à se focaliser sur UN mode de soin, à savoir UN médicament et Un vaccin alors qu'il est évident que l'organisme humain est constitué de différents systèmes qui méritent d'être soutenus lors de l'invasion par un organisme. Mais voilà, UN diagnostic est bien plus simple que l'observation globale des facteurs de LA source de l'état pathologique en cours, source souvent complexe comme la vie l'est.

Au niveau politique aussi, on peut souligner que LA France est une unité, même si elle est éminemment complexe. Elle subit de réelles distorsions quand le gouvernement lui impose des décrets qui favorisent certaines institutions. Il devrait ramener le pouvoir de base à l'  ensemble des individus, sinon il crée de graves divorces entre eux.

Quelle différence entre LE pouvoir et LA puissance ? Le pouvoir peut se percevoir comme une emprise sur quelqu'un ou quelque chose, ce qui délimite ses actions. Ainsi le pouvoir de confiner s'est concrétisé en de nombreuses mesures.

La puissance détient beaucoup de potentiels qui interagissent les uns avec les autres et forment un réseau mobile et fluctuant. Ainsi une mère de famille au foyer n'est pas SANS profession mais avec CENT professions ! Évidemment, ces potentialités ne peuvent se concrétiser que grâce aux pouvoirs mais non à un pouvoir qui veut tout attirer à lui.

Nous en avons un exemple flagrant avec le confinement qui a asservi l'économie en la contraignant de maintes façons, s'arrogeant différents droits et se leurrant mentalement d'avoir les milliards nécessaires à la gérer. En fait, l'économie est une puissance qui se crée et se recrée perpétuellement, manifestant là les forces de la vie qui se renouvellent sans cesse.

Il est intéressant aussi de constater à quel point ces forces de vie ont éclaté lors des récentes manifestations, prouvant bien par là que les gouvernements, les états, n'ont pas LA mission et LA envergure d'en être les maîtres mais bien de les gérer.

Que cette « pandémie » organisée par des pouvoirs humains plutôt que par LE coronavirus permette à chacun-e de pendre conscience de sa puissance individuelle afin de gérer son évolution personnelle et sa santé, tout en jouissant de sa créativité !

 Marie-France de Meuron

source :  https://mfmeuron.blog.tdg.ch

 reseauinternational.net

 Commenter
admin [Commentaire] 2020-06-21 #9706
J'entends par ce vocable l'in-dividu, l'être non divisé

l'indivisible ?

(j'adore cet auteur)