26/06/2020 les-crises.fr  4 min #175981

Covid-19 : le fiasco de l'application de traçage britannique

Source :  Bythelines
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

David Hencke explique comment près de 10 millions de livres sterling ont été gaspillés pour l'application de traçage NHSX du gouvernement, qui a finalement été abandonnée pour une application utilisée par d'autres pays depuis un certain temps.

Des responsables désespérés du NHSX ont dépensé 1,3 million de livres sterling supplémentaires pour tenter de sauver cette application britannique de traçage du Covid-19, qui se voulait supérieure à toutes les autres et qui était condamnée, en signant et en prolongeant des contrats avec des sociétés informatiques pour éliminer les bugs, les pépins et les problèmes de sécurité, selon les dernières informations du site de recherche de contrats du gouvernement.

Les dépenses pour l'ensemble du programme Covid-19 « Test and Trace » approchent maintenant les 120 millions de livres sterling - y compris les contrats passés avec Serco et d'autres organisations pour créer une armée de personnes chargées de retrouver toutes les personnes qui ont été en contact étroit avec celles qui ont été testées positives au Coronavirus.

Mais le gouvernement abandonne son application de traçage et passe à un modèle basé sur la technologie fournie par Apple et Google, qui a été présenté comme étant plus axé sur la vie privée des utilisateurs.

Le désespoir des fonctionnaires de faire fonctionner l'application du gouvernement se manifeste dans un contrat avec Eggplant, une société mondiale de logiciels basée à Londres et au Colorado, qui a obtenu un contrat de 213 000 livres sterling sans appel d'offres. Le contrat a dû être exécuté à la hâte car il y avait « de véritables raisons d'extrême urgence face à un risque important pour la santé publique nécessitant une action immédiate à la suite du COVID-19«.

La société - spécialisée dans l'utilisation de l'intelligence artificielle pour éliminer les bugs et les pépins - a été autorisée à faire un test pour voir si l'application fonctionnait correctement, fournissait des informations précises et pouvait fonctionner avec des tiers. Elle expire officiellement le 31 juillet mais peut être renouvelée.

Trois autres sociétés informatiques ont obtenu des contrats avec Cloudflare, Helecloud et NCC Security Services à Manchester pour tester l'application, principalement pour des questions de sécurité.

La valeur du contrat conclu avec Zuhlke Engineering en Suisse pour l'exploitation de l'application NHS est passée de 3,9 millions de livres sterling à 4,725 millions de livres sterling.

Cela porte le coût de cette application ratée et abandonnée à un peu moins de 10 millions de livres sterling.

Cette ruée sur les contrats au cours des dernières semaines avant l'annonce de l'abandon de l'application NHSX au profit du modèle Google et Apple laisse penser que les ministres étaient désespérés de s'en tenir à la version du gouvernement. Le ministre de la santé et des affaires sociales, Matt Hancock, a déjà commencé à réécrire l'histoire, en décrivant hier l'application du gouvernement comme « la cerise sur le gâteau » plutôt que d'être au centre du système « Test and Trace ».

Au début du mois, Boris Johnson avait promis que l'application serait en place le 1er juin. Cette mesure a été jugée essentielle pour permettre au gouvernement de commencer à assouplir la politique de confinement, avec le retour au travail des personnes et le retour des enfants à l'école.

Au même moment, BBC News a interviewé anonymement un chercheur de « Test and Trace » qui a déclaré n'avoir reçu qu'une journée de formation et n'avoir aucun travail à faire.

Lors de son audition à la fin du mois d'avril, Matthew Gould, le directeur général de NHSX, a largement refroidi la commission spéciale des sciences et technologies de la Chambre des Communes à propos de l'utilisation de l'application Google et Apple :

« L'approche d'Apple et de Google est encore en évolution, et elle n'est encore aboutie », a-t-il déclaré aux députés. « Ils ont dit qu'ils allaient procéder en deux étapes, la première pour essayer de mettre à disposition une API [interface de programmation d'application], permettant à ceux qui développent des applications de recherche de contacts de le faire plus efficacement. La deuxième étape consiste au développement de leur propre produit de recherche de contacts, mais ils sont encore loin de cette deuxième étape, donc les attendre nous ralentirait considérablement ».

Matt Hancock a décrit l'application NHSX comme une « technologie révolutionnaire ». Mais son essai sur l'île de Wight n'a pas été un succès malgré le fait que 60 % des habitants de l'île l'aient téléchargée - car elle ne fonctionnerait pas sur les iPhones.

Pendant ce temps, les 108 millions de livres sterling dépensés pour les contrats avec Serco et d'autres entreprises n'ont pas été entièrement efficaces - ne permettant pas de retrouver un quart des contacts et s'appuyant sur la mémoire des gens, plutôt que sur la technologie, pour déterminer avec qui ils auraient pu avoir des contacts étroits.

On ne sait pas ce qu'il adviendra du contrat avec Zuhkle pour l'exploitation de l'application à partir du 15 juin. L'accord permet de le résilier, mais ni Zuhkle ni NHSX n'ont fait de commentaires.

Les contrats avec Faculty - dirigée par Marc Warner, qui a travaillé avec le conseiller principal du Premier ministre Dominic Cummings sur un précédent projet électoral du Parti conservateur - et Palantir, y compris le développement d'une base de données nationale pour les radiographies des patients COVID-19, suggèrent que le travail se poursuivra avec ces entreprises.

Source :  Bythelines
Traduit par les lecteurs du site Les-Crises

 les-crises.fr

 Commenter