01/07/2020 wsws.org  7 min #176196

Netanyahu prépare l'annexion par Israël d'une large tranche de Cisjordanie

Par Jean Shaoul
1 juillet 2020

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s'apprête à annoncer plus tard cette semaine son intention d'annexer les parties les plus importantes de la Cisjordanie palestinienne, qu'Israël a occupées illégalement depuis la guerre de 1967 avec ses voisins arabes.

Le cabinet doit se réunir pour approuver la décision, fixée au 1er juillet, après avoir obtenu le feu vert du président américain Donald Trump.

En janvier dernier, Trump, dans son soi-disant «accord du siècle», a donné l'approbation de Washington à la politique israélienne du Grand Israël, y compris son annexion des colonies construites sur des terres palestiniennes ainsi que dans d'autres parties de la Cisjordanie qu'Israël juge essentielles pour sa sécurité.

Des femmes israéliennes et arabes bloquent une route lors d'une manifestation contre l'annexion prévue par Israël de la vallée du Jourdain, à Tel Aviv, Israël, jeudi 18 juin 2020. (AP Photo / Oded Balilty)

Cela mettrait fin à toute prétention selon laquelle les Palestiniens trouveront même le contrôle des territoires tronqués qui composent actuellement l'Autorité palestinienne (AP) - une série de bantoustans disloqués dans seulement 15 pour cent de la Palestine historique. L'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas, qui gouverne certaines parties de la Cisjordanie et fonctionne comme le sous-traitant d'Israël pour réprimer les Palestiniens, a rejeté l'accord.

Netanyahu lui-même a rejeté la partie du plan appelant à la création d'un État palestinien et au gel de toute expansion des colonies israéliennes dans les zones à inclure dans cet État. C'est un anathème pour sa base politique de droite. En effet, certaines factions ultranationalistes se sont opposées à l'annexion partielle, craignant qu'elle n'implique un soutien implicite à un État palestinien.

La décision de Netanyahu est une violation flagrante des Conventions de Genève. Promulguées au lendemain de la Seconde Guerre mondiale pour empêcher la répétition d'actions similaires menées par le régime nazi allemand, elles interdisent l'annexion de territoires conquis par la guerre. Mais les gouvernements israéliens successifs, protégés par le veto américain au Conseil de sécurité des Nations Unies, ont longtemps agi au mépris de ces lois et d'autres lois internationales.

Son plan, dont les détailles ne sont pas encore précisées, comprend non seulement les blocs de colonies autour de Jérusalem, permettant leur expansion rapide, mais aussi la vallée du Jourdain de 105 kilomètres de long - la moitié la plus fertile de la Cisjordanie - jusqu'à la région septentrionale de la mer Morte. La vallée du Jourdain fait actuellement partie de la zone C qui, en vertu des accords d'Oslo de 1993, était temporairement sous domination militaire avant d'être transférée à l'Autorité palestinienne en 1999. La zone C est restée pendant des décennies sous le contrôle militaire d'Israël.

L'annexion de la vallée du Jourdain signifierait la prise de contrôle par Israël d'environ 30 pour cent de la Cisjordanie et l'encerclement total de ce qui reste de la Cisjordanie palestinienne, rendant même un mini-Etat non viable. La plupart des agriculteurs palestiniens, qui ne sont pas connectés au réseau d'eau, ne pourraient pas accéder au Jourdain et devraient acheter de l'eau aux citernes. Jéricho, la principale ville palestinienne de la vallée du Jourdain, avec environ 28 villages et petites communautés bédouines, ne serait pas annexée, la laissant isolée et coupée du reste de la Cisjordanie.

L'annexion proposée de la vallée du Jourdain est d'environ 30 pour cent plus grande à 1236 kilomètres carrés que la zone décrite dans le plan de Trump de janvier 2020 d'environ 964 kilomètres carrés.

Étant donné que ces Palestiniens vivant dans la région ne se verraient pas octroyer la citoyenneté palestinienne, s'ils étaient autorisés à rester, l'annexion entraînerait ouvertement un système d'apartheid.

La proposition d'annexion de septembre 2019 par le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Zone orange de la carte: région de la vallée du Jourdain à annexer par Israël. Zone blanche de la carte: reste de la Cisjordanie, y compris Jéricho.

Cela a été préparé par des mesures promulguées par le gouvernement Netanyahu, y compris la «loi sur l'État-nation» consacrant la suprématie juive en tant que fondement juridique de l'État. La loi fournit le cadre d'un État d'apartheid, les Palestiniens rassemblés dans de ghettos, qui représentent près de la moitié de la population totale d'Israël et des territoires occupés, pris dans leur ensemble.

Un tel système ne peut être réalisé que par une intensification de la répression - en Israël et à travers les territoires occupés - et un régime militaire israélien en Cisjordanie et à Gaza occupés.

«L'accord du siècle» de Trump est lié à sa campagne de pression maximale sur l'Iran, dans laquelle Israël joue un rôle vital avec l'Arabie saoudite et les États du Golfe, et sa quête de l'hégémonie américaine dans le Moyen-Orient riche en ressources dans le cadre de ses plans pour isoler la Chine, considérée comme une menace existentielle pour les intérêts géostratégiques de Washington.

Les plans de Netanyahu équivalent à une déclaration de guerre contre les Palestiniens et à une guerre plus large au Moyen-Orient, où Israël - la puissance militaire la plus puissante de la région - agit en tant que force par procuration de Washington. Il a attisé la dissension en Israël alors que certaines couches de l'establishment du renseignement militaire mettent en garde contre les conséquences explosives.

Les Palestiniens sont descendus dans la rue pour protester contre les plans d'annexion. Samedi, les Forces de défense israéliennes (FDI) ont bloqué les routes menant au village de Bardala, tandis qu'aux postes de contrôle de Hamra et de Tayasir qui contrôlent les routes entre la Cisjordanie et la vallée du Jourdain, les soldats ont refusé d'autoriser les non-résidents de la vallée du Jourdain à y traverser.

Un porte-parole des FDI a déclaré que ses barrages routiers faisaient partie des préparatifs contre «les manifestations qui se transforment en émeutes violentes et en frictions avec les habitants de Bardala et de Tubas».

Vendredi, la FDI a effectué des frappes aériennes en réponse à deux roquettes tirées de l'enclave palestinienne assiégée de Gaza, qui est contrôlée par le Hamas, le groupe bourgeois religieux.

Le 18 juin, une manifestation des femmes israéliennes et arabes contre le projet d'annexion - qui comprenait le blocage d'une route - a été organisée à Tel Aviv par le mouvement des Femmes pour la paix. Samedi, les Combattants pour la paix ont organisé une manifestation de militants palestiniens et israéliens à la jonction d'Almog, au nord de la mer Morte, où au moins une personne a été arrêtée. Mais la plus grande manifestation a eu lieu lundi, lorsque des milliers de personnes ont assisté à un rassemblement organisé par l'AP à Jéricho.

Les FDI ont mis en place des barrages routiers pour empêcher l'accès à la manifestation, provoquant des affrontements violents. Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh, l'envoyé de l'ONU au Moyen-Orient Nickolay Mladenov et des diplomates étrangers, dont les ambassadeurs de l'Union européenne (UE), de Chine, de Russie, de Jordanie et d'autres États arabes, ont assisté à la manifestation.

Les voisins d'Israël, l'Égypte et la Jordanie, dont la population est en grande partie d'origine palestinienne, craignent que toute instabilité dans les territoires palestiniens ne déborde sur leurs propres pays instables. La semaine dernière, Netanyahu a envoyé le chef du Mossad Meir Cohen pour discuter du plan d'annexion avec le roi de Jordanie Abdullah, qui a mis en garde contre un «conflit massif» si Netanyahu allait de l'avant avec ses plans.

S'exprimant mercredi au Conseil de sécurité de l'ONU, le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, et Mladenov ont exhorté Israël à abandonner ses plans, avertissant qu'ils menaçaient les perspectives de paix avec les Palestiniens.

La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni se sont joints à d'autres membres européens du Conseil de sécurité de l'ONU pour faire écho à ces déclarations et ont déclaré qu'ils refuseraient de reconnaître la souveraineté d'Israël sur la vallée du Jourdain, avec des appels de certains parlementaires européens à des sanctions ou à un boycott contre les produits fabriqués dans les colonies.

Mladenov a été explicite sur les craintes des grandes puissances européennes, qui ont une longue histoire d' «opposition» à l'agression israélienne contre les Palestiniens mais sans rien y faire en pratique. Faisant allusion aux graves difficultés économiques et sociales provoquées par la pandémie de COVID-19, qui se greffent aux décennies de répression brutale, il a averti que le conflit israélo-palestinien «a été marqué par des périodes de violence extrême, mais jamais le risque d'une escalade n'a été accompagné d'un horizon politique si éloigné, d'une situation économique si fragile et d'une région si volatile.»

Alors que Trump avait indiqué son consentement aux plans d'annexion de Netanyahu, ce qui conforte sa base de soutien chrétien évangélique à l'approche des élections présidentielles de novembre, il fait face à des divisions au sein de son gouvernement.

Jeudi, Kellyanne Conway, conseillère principale à la Maison Blanche, a déclaré que Trump ferait une «grande annonce» sur la question, mais tel est le désaccord et les marchandages qui se déroulent entre la Maison Blanche, le Pentagone et le Département d'État que les discussions se sont poursuivies sans accord ni déclaration publique.

La résolution de la terrible situation à laquelle doivent faire face les travailleurs palestiniens et israéliens ne peut être laissée entre les mains de la classe dirigeante de la région et aux puissances impérialistes. Ils doivent s'unir à leurs frères et sœurs de classe à travers la région et au niveau international dans une lutte pour mettre fin au capitalisme à l'échelle mondiale et réorganiser la société sur une base socialiste.

(Article paru en anglais le 29 juin 2020)

 wsws.org

 Commenter