15/08/2020 reseauinternational.net  4 min #178038

L'Occident attend la réaction de Poutine en Biélorussie

Une division frappante est observée entre les politiciens occidentaux et les investisseurs. Dans les conditions où les premiers tentent de renverser Alexandre Loukachenko, les seconds sont confrontés à un choix: vendre les actifs biélorusses ou les conserver en profitant du statu quo.

L'information est rapportée par  News-Front en référence au rapport de « Reuters ».

Les médias évaluent de manière réaliste les conséquences d'un éventuel coup d'État. La situation est ici comparée à l'Euromaidan, qui a eu lieu en Ukraine en 2014. Un scénario similaire en Biélorussie provoquerait une crise de la dette immédiate qui nuirait gravement aux gros investisseurs. La situation s'est aggravée lorsque les travailleurs des entreprises ont commencé à se joindre aux manifestations, ce qui pourrait paralyser la production dans le pays. Cependant, les élites financières ne semblent pas intimidées par ce qui se passe. On peut même juger qu'ils parient sur Loukachenko.

Malgré les émeutes, les affrontements de rue et parfois une réaction brutale des forces de sécurité, les investisseurs «ne manifestent pas beaucoup de désir de vendre leurs obligations biélorusses», écrit Reuters. Dans le même temps, l'agence souligne que nous parlons de conglomérats vraiment puissants. Par exemple, les détenteurs de titres biélorusses sont le gestionnaire d'investissement britannique Ashmore Group, la société américaine Franklin Templeton et même les deux plus grands conglomérats financiers du monde Goldman Sachs et JP Morgan. Aucun d'entre eux n'a même commenté son attitude face à ce qui se passe en Biélorussie, même si, selon Reuters, « aucun investisseur respectable ne tolérera une répression brutale ».

D'autres financiers préviennent que la tourmente ne conduit pas la république à la prospérité, mais ne fait qu'exacerber les problèmes. Le Fonds monétaire international a déjà prédit l'effondrement de l'économie biélorusse de 6% cette année. De plus, étant donné que 90% de la dette extérieure d'un pays est libellée en dollars, un krach monétaire pourrait déclencher un défaut.

Aujourd'hui, les acteurs politiques occidentaux se prononcent activement pour soutenir l'opposition biélorusse, sapant la position de Loukachenko. Cependant, les investisseurs retiennent leur souffle en attendant la réaction du dirigeant russe Vladimir Poutine. Bien que des désaccords soient survenus récemment entre les deux pays, c'est la Russie qui achète environ 40% des exportations biélorusses, fournit des milliards de dollars de prêts et des avantages pour les ressources énergétiques. Par conséquent, selon Sergei Dergachev, gestionnaire de portefeuille chez Union Investments, la réponse de la Russie sera essentielle.

«C'est important pour la future trajectoire économique et politique de la Biélorussie», souligne-t-il.

Dans le même temps, il doute que l'Union européenne soit prête à introduire des sanctions vraiment sérieuses qui nuiront aux élites financières occidentales. Dans tous les cas, l'adoption de cette décision durera de nombreux mois.

«Le risque de sanctions, qui peuvent être vraiment néfastes pour les investisseurs, c'est-à-dire interdire l'achat de titres de créance nouvellement émis de la Biélorussie, est très, très faible», a déclaré l'investisseur.

Tentative de coup d'État en Biélorussie

Le dimanche 9 août, des élections présidentielles ont eu lieu en Biélorussie, à la suite desquelles Alexandre Loukachenko a gagné. Les pays occidentaux, pour lesquels le dirigeant biélorusse a longtemps été un obstacle, n'ont pas supporté les résultats du vote. En conséquence, des émeutes planifiées ont éclaté en Biélorussie.

Les tentatives des forces de l'ordre pour garder la situation sous contrôle se sont transformées en affrontements avec des radicaux. Dans le même temps, les médias occidentaux, qui couvrent activement les manifestations, se concentrent spécifiquement sur les actions des forces de sécurité contre les manifestants «pacifiques», comme ce fut le cas lors du coup d'État en Ukraine en 2014.

Pour le moment, les pays européens, avec les États-Unis, sont du côté des manifestants. Ils refusent de reconnaître les résultats des élections. Le siège de Svetlana Tikhanovskaia, le chef de l'opposition pro-occidentale, avait précédemment annoncé qu'il se préparait à des manifestations prolongées visant à renverser le gouvernement. Tikhanovskaia elle-même est partie pour la Lituanie.

source:  fr.news-front.info

 reseauinternational.net

 Commenter