13/11/2020 reseauinternational.net  4 min #181586

Lavrov : « Aucune mission turque de maintien de la paix ne sera envoyée dans le Haut-Karabagh »

L'activité des observateurs turcs sera limitée aux locaux du centre de contrôle du cessez-le-feu russo-turc en cours de création en Azerbaïdjan, a déclaré le haut diplomate.

Aucune mission turque de maintien de la paix ne sera envoyée sur le territoire du Haut-Karabakh, a déclaré le Ministre des Affaires Étrangères russe Sergeï Lavrov aux médias russes et étrangers dans une interview concernant les questions cruciales de l'agenda international.

« Aucune unité de maintien de la paix de la République Turque ne sera envoyée au Nagorno-Karabakh. Il y a une disposition claire à ce sujet dans la déclaration commune des dirigeants [d'Azerbaïdjan, d'Arménie et de Russie sur la cessation complète des hostilités au Haut-Karabakh] », a-t-il déclaré.

L'activité des observateurs turcs sera limitée aux locaux du centre de contrôle du cessez-le-feu russo-turc en cours de création en Azerbaïdjan, a déclaré Sergueï Lavrov.

« La mobilité des observateurs turcs sera limitée par les coordonnées qui seront fixées pour la localisation et le déploiement du centre de contrôle conjoint russo-turc sur le territoire de l'Azerbaïdjan, dans la partie du pays qui n'est pas proche du Karabakh et qui doit être convenue ».

Lavrov a déclaré qu'il avait vu les déclarations du Ministre des Affaires Étrangères turc, Mevlut Cavusoglu, et du Ministre de la Défense, Hulusi Akar, selon lesquelles les soldats de la paix turcs opéreraient sur les mêmes bases que leurs homologues russes.

« Cela concerne le centre qui sera stationnaire et qui fonctionnera sans envoyer de missions. Il est vrai que dans ce centre, les spécialistes russes et turcs travailleront sur une base paritaire », a-t-il déclaré.

Lavrov a souligné que les Ministres de la Défense russe et turc ont signé un mémorandum mercredi.

« Le centre fonctionnera en mode distant, en utilisant des moyens techniques de surveillance, tels que des drones, qui permettront de garder un œil sur la situation sur le terrain au Karabakh et de déterminer quel camp observe le cessez-le-feu et lequel le viole », a-t-il déclaré.

Lavrov a averti que de nombreuses critiques, y compris en Russie, essayaient de présenter les accords conclus par les trois dirigeants de manière déformée. « Je suis surpris en lisant certains commentaires des critiques de salon dans ce pays et dans d'autres pays du monde. Il faut se laisser guider par ce qui est écrit sur le papier et ce qui est le résultat de négociations intensives qui ont été menées pendant une semaine avant le cessez-le-feu », a conclu Lavrov.

Accords

La Russie ne voit aucune tentative de perturber les accords conclus sur le Haut-Karabakh, a déclaré le diplomate de haut rang. « Pour l'instant, je ne vois aucun signe que quelqu'un essaie de rompre ces accords », a-t-il déclaré.

Le diplomate russe a souligné l'effet positif produit par les accords conclus sur le Haut-Karabakh. « Je suis sûr que si nous respectons tout ce qui a été convenu, tout le monde sera gagnant et ce sera une situation gagnant-gagnant », a déclaré Lavrov.

« Je suis convaincu que le gouvernement arménien comprend pleinement sa responsabilité et qu'il est conscient d'avoir signé ces accords dans l'intérêt de son peuple. Je suis convaincu que l'intégrité de cet accord sera préservée et qu'il sera respecté », a ajouté Lavrov.

« Au moins, je vois de nombreuses forces politiques en Arménie qui comprennent ce qui se passe maintenant et en tirent les bonnes conclusions ».

Les soldats de la paix russes

Moscou est certain que toutes les parties sont intéressées par la présence de soldats de la paix russes au Haut-Karabakh, a déclaré le Ministre des Affaires Étrangères. « Nous sommes pleinement convaincus que les parties sont intéressées par la présence de soldats de la paix russes. Nous avons émis une réserve sur la possibilité de mettre fin à leur mandat, mais abstenons-nous de faire des prévisions maintenant. Soutenons les soldats de maintien de la paix russes dans l'accomplissement de leur mandat très difficile et important pour s'assurer que la vie pacifique règne au Karabakh, sur l'ensemble du territoire de cette entité », a-t-il déclaré.

Selon Lavrov, il est essentiel d'assurer le respect des droits de tous les groupes ethniques et religieux de la région. « Tous les réfugiés et personnes déplacées ont le droit de retourner au Karabakh et de retrouver leurs racines culturelles, religieuses et civilisationnelles. La situation des nombreux édifices religieux, cathédrales et mosquées, dont beaucoup sont dans un état déplorable, n'a pas encore été examinée. Ceci, d'ailleurs, s'applique également aux sites religieux dans d'autres parties de la région. La partie arménienne a soulevé à plusieurs reprises la question du sort des églises chrétiennes au Nakhitchevan », a-t-il déclaré.

Le 9 novembre, le Président russe Vladimir Poutine, le Président azerbaïdjanais Ilham Aliyev et le Premier Ministre arménien Nikol Pashinyan ont signé une déclaration commune sur un cessez-le-feu complet dans le Haut-Karabakh à partir du 10 novembre. Le dirigeant russe a déclaré que les parties azerbaïdjanaise et arménienne maintiendraient les positions qu'elles avaient tenues et que des soldats de la paix russes seraient déployés dans la région. En outre, Bakou et Erevan doivent échanger les prisonniers et les corps des personnes tuées.

source :  tass.com

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter