13/11/2020 reseauinternational.net  7 min #181587

Poutine crée les conditions pour mettre fin aux effusions de sang dans le Caucase

par M.K. Bhadrakumar.

La  déclaration trilatérale Arménie-Azerbaïdjan-Russie du 10 novembre sur le Haut-Karabakh est un événement majeur pour la sécurité régionale et internationale. Une tentative audacieuse est en cours pour atténuer un conflit ethnique à connotation politique en redessinant les frontières territoriales.

L'accord porte l'imprimatur du Président Vladimir Poutine. La  déclaration séparée de Poutine l'atteste. De manière générale, en vertu de l'accord, l'Azerbaïdjan conservera les zones du Haut-Karabakh qu'il a prises pendant les sept semaines qu'a duré le conflit. L'Arménie a également accepté de se retirer de plusieurs autres zones adjacentes au cours des prochaines semaines. Le Nagorno-Karabakh est tronqué. Les soldats de la paix russes ont pris en charge les lignes de contact et les artères de communication.

L'accord ne peut être lu que comme une victoire pour l'Azerbaïdjan et une défaite pour l'Arménie. Mais surtout, il constitue un coup de maître diplomatique pour le Kremlin. La Russie revient au centre de la politique transcaucasienne.

Le 9 novembre, l'Azerbaïdjan a pris le  contrôle militaire de la ville située au sommet d'une colline, connue sous le nom de Choucha, une forteresse naturelle perchée dans les montagnes et bordée de falaises abruptes, à une hauteur imposante surplombant la capitale du Haut-Karabakh, Stepanakert (à seulement 10 km), et considérée comme un pivot du contrôle militaire de la région.

La prise de la ville signifiait en fait que l'Azerbaïdjan avait envahi une route principale (appelée le couloir de Lachin) reliant l'Arménie et le Haut-Karabakh, qui était essentielle pour l'Arménie pour envoyer des fournitures militaires le long des aiguillages par un col de montagne.

Pour dire les choses simplement, les dirigeants arméniens jingoïstes du Premier Ministre Nikol Pashinyan ont compris que la  chute de Stepanakert était imminente et que la voie la plus judicieuse serait de négocier un cessez-le-feu avec l'aide de la Russie.

Le Kremlin anticipait cette éventualité, comme en témoigne la  conversation téléphonique que Poutine a eue avec son homologue français Emmanuel Macron le 7 novembre, qui a été suivie de deux appels avec le Président turc Recep Erdogan.

La France est coprésidente du Groupe de Minsk (avec la Russie et les États-Unis) et la légitimité internationale serait cruciale pour l'intervention de Moscou dans le conflit, tandis que la Turquie doit être « gérée », étant donné ses aspirations en tant que puissance de la Mer Noire et ses liens particuliers avec l'Azerbaïdjan.

Erdogan continue d'insérer la Turquie en tant que pacificateur dans le Caucase (ce que Moscou ne va probablement pas concéder, étant donné le parrainage turc des groupes djihadistes). C'est ce qu'a déclaré le  communiqué d'Ankara suite à un appel téléphonique à Poutine le 10 novembre :

« Le Président Erdogan a noté que puisque la Turquie va également effectuer le suivi et la supervision des activités pour le cessez-le-feu avec la Russie par le biais d'un centre commun qui sera mis en place dans un lieu qui sera déterminé par l'Azerbaïdjan sur ses terres qui ont été sauvées de l'occupation arménienne, une grande responsabilité incombe également à la partie russe, à ce stade ».

Mais le  communiqué russe a ignoré l'interpolation turque et a simplement rappelé que Poutine avait « informé » Erdogan de l'accord de cessez-le-feu complet du 9 novembre et des « arrangements » y afférents et qu'il avait « accepté de continuer à travailler ensemble pour mettre en œuvre l'ensemble des mesures énoncées dans la déclaration ». Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a par la suite  nié toute intention russe de s'associer à la Turquie pour le maintien de la paix.

soldats de maintien de la paix russes se dirigeant vers le Haut-Karabakh

L'accord trilatéral du 10 novembre emprunte fortement au plan de paix de l'Iran. (Voir mon article «  L'Iran a un plan pour le Haut-Karabakh»). Téhéran est tout simplement en liesse. Le Ministère des Affaires Étrangères iranien, tout en se  félicitant de l'accord, a offert à Téhéran « la possibilité d'aider au déploiement des forces de maintien de la paix de la Fédération de Russie le long des lignes de contact conformément aux clauses 3 et 4 de l'accord de cessez-le-feu ».

Moscou a le sentiment qu'il est urgent de mettre fin au conflit et de prendre en charge le maintien de la paix. Moscou s'attend à ce que les États-Unis renforcent considérablement leur engagement dans le « proche étranger » de la Russie, ce qui pourrait prendre la forme d'un affrontement aux implications géopolitiques majeures.

On peut s'attendre à ce que Biden, s'il est élu, soit beaucoup plus actif que son prédécesseur dans la promotion de la démocratie dans l'ensemble de l'ancien espace post-soviétique. Biden est profondément impliqué dans la politique de l'Europe de l'Est, ayant mené les politiques de l'administration Obama envers la Russie et l'Ukraine. Une relation acrimonieuse entre la Maison-Blanche et le Kremlin est en jeu sur ces questions.

Poutine s'est penché sur ce sujet lors du sommet de l'Organisation de Coopération de Shanghai le 10 novembre. Poutine a déclaré : « Un défi plus ouvert pour notre sécurité commune est le nombre croissant de tentatives d'ingérence étrangère directe dans les affaires intérieures des États qui sont impliqués dans les activités de l'OCS. Je veux parler de l'atteinte flagrante à la souveraineté, des tentatives de diviser les sociétés, de changer la voie de développement des pays et de rompre les liens politiques, économiques et humanitaires existants qui ont mis des siècles à se développer.

« Une attaque de ce type a été dirigée par des forces extérieures contre la Biélorussie, pays observateur de l'OCS. Suite à l'élection présidentielle, nos amis biélorusses ont été soumis à une pression sans précédent et ont dû repousser les sanctions, les provocations et la guerre d'information et de propagande menée contre eux.

« Nous considérons qu'il est inacceptable que des forces extérieures tentent d'imposer des décisions au peuple biélorusse. Il faut leur donner le temps de mettre les choses au clair et de prendre les mesures nécessaires. Il en va de même pour les récents développements au Kirghizistan et les combats politiques internes en cours en Moldavie ».

La situation chaotique concernant le transfert de pouvoir à Washington a donné carte blanche à Moscou dans son arrière-cour transcaucasienne hautement stratégique. Macron a été l'interlocuteur occidental clé de Poutine tout au long de la crise du Haut-Karabakh depuis septembre.

Dans le cas de la Turquie, Poutine a tenu Erdogan informé et l'a consulté en reconnaissant implicitement les aspirations de ce pays en tant que puissance régionale et son importance pour la Russie en tant que partenaire dans la sécurité et la stabilité régionales.

L'Iran, en effet, appartient à une catégorie unique, étant donné sa convergence croissante avec la Russie sur les questions régionales. Le niveau de compréhension mutuelle transforme progressivement leur relation et lui confère un caractère stratégique. Téhéran a soutenu sans équivoque les initiatives de Poutine sur le Haut-Karabakh.

L'accord du 10 novembre va durer au moins un certain temps. La tâche qui se profile à l'horizon sera le retour des 100 000 Azerbaïdjanais qui ont été déplacés dans les années 1990 des territoires occupés entourant le Haut-Karabakh ainsi que le retour de plus de 100 000 Arméniens qui ont été déplacés de la région du Karabakh lors du dernier cycle de combats.

Mais il reste à voir combien de personnes déplacées voudront revenir. Ensuite, il y a le retour des Azerbaïdjanais déplacés au Haut-Karabakh proprement dit. Choucha est considérée comme un berceau de la culture azerbaïdjanaise et la réinstallation de cette ville sera une expérience hautement émotionnelle et politique.

L'accord met fin à la guerre sanglante et dévastatrice, mais il n'a rien à voir avec la politique du conflit. D'autre part, il introduit une architecture de sécurité et stipule des mesures de communication pour stabiliser la situation sur le terrain.

La polarisation ethnique est telle que les deux communautés sont loin d'être prêtes à s'embrasser l'une l'autre. Cependant, il s'agit d'un accord de 5 ans qui sera reconduit pour 5 ans supplémentaires. Et le temps est un grand guérisseur.

 M.K. Bhadrakumar

source :  indianpunchline.com

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter