Accepter cookie ?
05/12/2020 reseauinternational.net  4 min #182518

L'Argentine obligée d'assouplir le confinement sous la pression de la population

Depuis mars 2020, l'Argentine connaît le plus dur confinement lié au coronavirus. Néanmoins, les résultats positifs des tests PCR ont rapidement augmenté. Les restrictions imposées ont eu un effet catastrophique sur la vie économique et sociale. Depuis septembre, les protestations de la population argentine ont augmenté. Depuis le 2 novembre, les frontières nationales et les centres commerciaux d'Argentine sont à nouveau ouverts.

kla.tv

L'Argentine obligée d'assouplir le confinement sous la pression de la population Depuis mars 2020, l'Argentine est soumise à un confinement, qui a été prolongé toutes les deux à trois semaines. De mars à août 2020, le couvre-feu était strict : les gens n'étaient autorisés à sortir de chez eux que sous certaines conditions : pour faire des courses, pour aller chez le médecin ou pour aller travailler. Depuis le mois de mai, les gens devaient porter un masque. Depuis le mois d'août, les réunions dans des lieux publics sont autorisées avec dix personnes maximum, des masques et une distance minimale de deux mètres. Il n'y a eu aucun événement public. Les écoles et les établissements d'enseignement ont dû rester fermés, tout comme une grande partie des magasins et de prestataires de services. Les magasins fournissant des produits de première nécessité font exception à cette règle, à condition que des exigences sanitaires strictes soient respectées. Malgré les mesures de confinement les plus sévères d'Amérique centrale et du Sud, les résultats positifs des tests PCR ont rapidement augmenté en fonction du nombre de tests effectués, ce qui remet complètement en question la signification et l'utilité de ces tests et des mesures Covid-19 obligatoires.

Les restrictions imposées par la politique ont eu un impact négatif durable sur la vie économique et sociale de l'Argentine. Selon le rapport de l'Organisation internationale du travail de septembre 2020, le taux de chômage est passé de 10,4 % au premier trimestre 2020 à 13,1 % au 2ème trimestre. En octobre, l'office argentin des statistiques a signalé que la pauvreté augmentait dans le pays. 40,9 % des personnes vivaient en dessous du seuil de pauvreté et 10,5 % dans l'extrême pauvreté. La criminalité augmente également à un rythme tout aussi rapide. Ce n'est pas étonnant, vu les privations menaçant l'existence des couches de population les plus modestes.

La résistance s'est accrue contre le confinement de longue durée et fortement remis en cause par les experts. Depuis septembre, les protestations de la population argentine ne cessent de croître. Les 20 septembre, 11 octobre et 25 octobre, dates limites pour la prolongation des restrictions, des milliers de personnes sont descendues dans la rue pour manifester en faveur de la fin du confinement. Et avec un succès retentissant : Depuis le 2 novembre, les frontières nationales de l'Argentine sont à nouveau ouvertes, pour l'instant uniquement aux citoyens des pays voisins, la Bolivie, le Brésil, le Chili, le Paraguay et l'Uruguay. Le trafic de l'aéroport de Buenos Aires a été rétabli.

Une mer de drapeaux blanc-bleu flottait dans les rues des villes d'Argentine. Le peuple était partout actif, et même le gouvernement, qui d'habitude ne traite pas ses citoyens avec délicatesse, a dû se rendre compte que sans le peuple, ça ne fonctionne pas. En raison de protestations de plus en plus vives, les premiers centres commerciaux ont été ré-ouverts, après quand même sept mois !

« Je suis heureuse de voir tant de gens avec les drapeaux nationaux argentins défendre la base de leur existence. Ils veulent que l'Argentine soit un pays progressiste. Tous ces drapeaux représentent la liberté et la république », a déclaré Patricia Bullrich, ancienne ministre de la sécurité et chef du parti d'opposition conservateur P.R.O. Elle avait appelé à des protestations dans tout le pays.

Tout comme à l'époque en Allemagne la population a toujours plus développé sa conscience de « Nous sommes le peuple » et a ainsi conduit à la fin de l'ancienne RDA, le peuple argentin démontre qu'aujourd'hui la fin des mesures de confinement peut certainement être réalisée par des mouvements populaires. Cela rappelle le discours visionnaire de David Icke lors de la manifestation pour la paix et la liberté à Londres le 29 août, où il a déclaré : « Imaginez que des mesures anti coronavirus aient été décrétées et que personne n'y participe. »

de Horst M. / hm

Liens : Comment le peuple argentin a forcé son gouvernement à assouplir le confinement

 connectiv.events
 deutsch.rt.com
 welt.de

source:  kla.tv

 reseauinternational.net

 Commenter
admin [Commentaire] 2020-12-05 #10154
Tout comme à l'époque en Allemagne la population a toujours plus développé sa conscience de « Nous sommes le peuple » et a ainsi conduit à la fin de l'ancienne RDA, le peuple argentin démontre qu'aujourd'hui la fin des mesures de confinement peut certainement être réalisée par des mouvements populaires.

Très important !
Eh oui, c'est ça la différence entre une dictature française et un peuple libre argentin ! La conscience !