Accepter cookie ?
06/12/2020 reseauinternational.net  28 min #182568

Vaccin anti-Covid - L'objectif est-il l'immunité ou la dépopulation ?

par Mike Whitney.

« Les vaccins ne sont absolument pas nécessaires pour enrayer la pandémie... On ne vaccine pas les personnes qui ne sont pas à risque de contracter une maladie. On ne planifie pas non plus de vacciner des millions de personnes en bonne santé avec un vaccin qui n'a pas été testé de manière approfondie sur des sujets humains » -  Dr. Mike Yeadon, ancien vice-président de Pfizer et scientifique en chef pour les allergies et les maladies respiratoires.

« Ce que nous savons du coronavirus grâce à 30 ans d'expérience, c'est qu'un vaccin contre le coronavirus a une particularité unique, à savoir que toute tentative de fabrication du vaccin a entraîné la création d'une classe d'anticorps qui rendent en fait les personnes vaccinées plus malades lorsqu'elles sont finalement exposées au virus sauvage » -  Robert F. Kennedy Jr.

Voici ce qui selon moi est en train de se dérouler actuellement dans une grande partie du monde occidental. Une crise de santé publique - qui a été fabriquée et élaborée avant l'apparition des premiers cas à Wuhan, en Chine - a été utilisée pour court-circuiter les libertés civiles de longue date, renforcer l'autorité des dirigeants politiques, détruire l'économie, remodeler de façon spectaculaire les relations sociales de base et imposer un contrôle absolu sur le travail, l'école, les rassemblements et les activités de loisirs. La politique publique est désormais définie par des technocrates non élus qui opèrent sous le couvert d'organisations aux allures nobles entièrement contrôlées par les plus grandes entreprises et les oligarques les plus riches du monde. Le président Dwight Eisenhower a anticipé ce scénario troublant il y a 70 ans lorsqu'il a déclaré :

« Pourtant, en respectant, comme il se doit, la recherche et la découverte scientifiques, nous devons également être attentifs au danger, tout aussi important et opposé, que la politique publique devienne elle-même la captive d'une élite scientifico-technologique ».

Bingo. C'est précisément ce qui se passe aux États-Unis aujourd'hui. Tout le pouvoir réel a été concédé à une oligarchie mondialiste qui opère derrière le rideau de fonctionnaires et d'experts en santé publique corrompus. On peut donc se demander si le battage autour du coronavirus est apparu comme une réaction spontanée et appropriée à une pandémie mortelle qui se propage rapidement ou si l'hystérie a été grandement exagérée (le taux de mortalité par infection est de 0,26%, soit 1 sur 400) pour mettre en œuvre un programme politico-social transformationnel qui non seulement éradiquera la démocratie et les droits de l'homme fondamentaux, mais ouvrira également la voie à des vaccins dangereux qui réduiront considérablement la croissance démographique, un objectif largement partagé par les élites.

Seriez-vous surpris d'apprendre que des vaccins ont été utilisés en Afrique, aux Philippines, au Nicaragua et au Mexique pour rendre stérile ? Seriez-vous surpris d'apprendre que des mandarins « bien-pensants » - qui veulent sauver le monde de la surpopulation et du réchauffement climatique - ont utilisé des vaccins toxiques sur des jeunes femmes sans méfiance qui ne se rendaient pas compte qu'elles étaient utilisées comme rats de laboratoire dans une expérience d'eugénisme pernicieux ? Ceci est tiré d'un article paru dans Global Research :

« Selon LifeSiteNews, une publication catholique, l'Association des Médecins Catholiques du Kenya charge l'UNICEF et l'OMS de stériliser des millions de jeunes filles et de femmes sous le couvert d'un programme de vaccination antitétanique parrainé par le gouvernement kenyan...

les six échantillons ont été testés positifs à l'antigène HCG. L'antigène HCG est utilisé dans les vaccins anti-fertilité, mais a été trouvé présent dans les vaccins antitétaniques destinés aux jeunes filles et aux femmes en âge de procréer. Le Dr Ngare, porte-parole de l'Association des Médecins Catholiques du Kenya, a déclaré dans un bulletin publié le 4 novembre :

« Cela a confirmé nos pires craintes, à savoir que cette campagne de l'OMS ne vise pas à éradiquer le tétanos néonatal, mais à procéder à une stérilisation de masse bien coordonnée et énergique en utilisant un vaccin qui a fait ses preuves en matière de régulation de la fertilité. Cette preuve a été présentée au Ministère de la Santé avant le troisième cycle de vaccination, mais elle a été ignorée » - («  Stérilisation de masse : Des médecins kenyans trouvent un agent anti-fertilité dans le vaccin antitétanique de l'ONU », Global Research)

Tout cela semble plutôt suspect, n'est-ce pas, d'autant plus qu'il n'y avait pas de crise de tétanos au Kenya au départ. Le Kenya n'était qu'un terrain d'essai pour des vaccins visant à atteindre des objectifs diaboliques. Par exemple, pourquoi une campagne de lutte contre le tétanos ne viserait-elle que les femmes âgées de 14 à 49 ans ? Pourquoi la campagne a-t-elle exclu les jeunes filles, les garçons et les hommes qui étaient tout aussi sensibles au tétanos ?

Pourquoi ?

Vous savez pourquoi. C'est parce que le véritable objectif n'avait rien à voir avec le tétanos. Le tétanos n'était qu'un prétexte pour dissimuler les activités des élites mondialistes qui travaillent à leur stratégie de dépeuplement. Selon un communiqué de presse de la Conférence des Évêques Catholiques du Kenya sur la campagne nationale de vaccination contre le tétanos :

« Nous ne sommes pas convaincus que le gouvernement ait pris la responsabilité adéquate de s'assurer que le vaccin contre le tétanos (TT) associé à la sous-unité de gonadotrophine chorionique humaine Beta (b-HCG) n'est pas utilisé par les partenaires de développement qui le parrainent. Ce vaccin a déjà été utilisé par les mêmes partenaires aux Philippines, au Nicaragua et au Mexique pour vacciner les femmes contre les grossesses futures. La sous-unité bêta HCG est une hormone nécessaire à la grossesse.

Lorsqu'elle est injectée comme vaccin à une femme non enceinte, cette sous-unité Beta HCG combinée à l'anatoxine tétanique développe des anticorps contre le tétanos et l'HCG de sorte que si l'ovule d'une femme est fécondé, son propre HCG naturel sera détruit, la rendant définitivement stérile. Dans cette situation, la vaccination antitétanique a été utilisée comme méthode de contrôle des naissances » - («  Stérilisation de masse : Les médecins kenyans trouvent un agent anti-fertilité dans le vaccin antitétanique de l'ONU », Global Research)

Je sais ce que vous pensez. Vous pensez qu'ils auraient pu mener ces programmes de dépeuplement en Afrique, mais qu'ils ne feraient jamais une chose pareille aux États-Unis où nos médias toujours vigilants exposeraient ce qu'ils font. N'est-ce pas ?

Malheureusement, les médias sont détenus en bloc par les mêmes personnes qui créent des crises pour faire avancer leurs propres intérêts. Le Covid-19 n'est probablement pas différent à cet égard. Le fait que l'infection soit modestement mortelle contribue en fait à atteindre l'objectif plus large de remodeler la société, de restructurer l'économie, d'abandonner le gouvernement représentatif et de réduire la population à des niveaux plus soutenables. Tels sont les véritables objectifs de cette farce politique. Consultez cet article de Bloomberg (2019) qui contribue à faire la lumière sur les développements actuels du Covid. L'article est judicieusement intitulé «  La Terre a besoin d'être moins peuplée, disent les scientifiques » :

« Il y a quarante ans, des scientifiques de 50 nations convergeaient vers Genève pour discuter de ce qu'on appelait alors le « problème CO2-climat »... Aujourd'hui, quatre décennies plus tard, un groupe plus important de scientifiques sonne une autre alarme, bien plus urgente. Plus de 11 000 experts du monde entier réclament un complément essentiel à la stratégie principale d'abandon des combustibles fossiles au profit des énergies renouvelables : il faut qu'il y ait beaucoup moins d'êtres humains sur la planète...

« Nous déclarons, avec plus de 11 000 scientifiques signataires du monde entier, clairement et sans équivoque que la planète Terre est confrontée à une urgence climatique », ont écrit les scientifiques dans un avertissement brutal publié mardi...

Lorsqu'ils sont analysés en séquence, les graphiques montrent une tendance dévastatrice pour la santé de la planète. De la consommation de viande, des émissions de gaz à effet de serre et de la fonte des glaces à l'élévation du niveau de la mer et aux phénomènes météorologiques extrêmes, elles dressent un sombre portrait de 40 années d'opportunités gâchées. Les scientifiques lancent des appels spécifiques aux décideurs politiques pour qu'ils mettent rapidement en œuvre un changement systémique des politiques énergétiques, alimentaires et économiques. Mais ils vont plus loin, dans le domaine politiquement délicat du contrôle de la population. Celle-ci « doit être stabilisée - et, idéalement, réduite progressivement - dans un cadre qui assure l'intégrité sociale », écrivent-ils. («  La Terre a besoin de moins de gens, disent les scientifiques », Bloomberg)

Forbes a publié un article similaire intitulé «  Plus de 11 000 scientifiques déclarent l'urgence climatique ». Voici un court extrait :

« Au-delà du simple fait de tirer la sonnette d'alarme plus fortement que par le passé, la lettre propose également des mesures immédiates à prendre dans six domaines clés pour ralentir le changement climatique et ses conséquences... Ces mesures représentent une réorganisation assez radicale de la société mondiale et des systèmes qui la sous-tendent, à commencer par l'élimination progressive des combustibles fossiles, le remplacement du défrichement à grande échelle par des efforts de reboisement, la stabilisation de la population mondiale et la réduction considérable de la quantité de viande et de produits animaux que nous consommons... » - («  Plus de 11 000 scientifiques déclarent l'urgence climatique », Forbes)

Enfin, il y a cette déclaration publiée dans la revue BioScience par des dizaines de scientifiques et approuvée par 11 000 autres de 153 nations. Les scientifiques affirment que les changements urgents nécessaires comprennent la fin de la croissance démographique, l'abandon des combustibles fossiles, l'arrêt de la destruction des forêts et la réduction de la consommation de viande :

« Les scientifiques ont l'obligation morale d'avertir clairement l'humanité de toute menace catastrophique et de « dire les choses telles qu'elles sont ». Sur la base de cette obligation et des indicateurs graphiques présentés ci-dessous, nous déclarons, avec plus de 11 000 scientifiques signataires du monde entier, clairement et sans équivoque que la planète Terre est confrontée à une urgence climatique.

Augmentant encore d'environ 80 millions de personnes par an, soit plus de 200 000 par jour, la population mondiale doit être stabilisée - et, idéalement, réduite progressivement - dans un cadre qui assure l'intégrité sociale. Il existe des politiques éprouvées et efficaces qui renforcent les droits de l'homme tout en faisant baisser les taux de fécondité et en atténuant les effets de la croissance démographique sur les émissions de GES et la perte de biodiversité. Ces politiques mettent les services de planification familiale à la disposition de tous, suppriment les obstacles à leur accès et assurent une égalité totale entre les sexes... » - («  Le monde scientifique avertit d'une urgence climatique », Oxford Academic)

(Remarquez comment le contrôle de la population est un thème récurrent, un thème qui coïncide avec l'agenda « zéro émission » des élites et des « philanthropes » autoproclamés).

Le fait est que les dirigeants d'entreprises et les autres élites s'accordent de plus en plus à dire que nous sommes confrontés à une « urgence climatique » qui nécessitera des changements immédiats et draconiens de nos structures politiques, sociales et économiques. Est-il trop tiré par les cheveux de penser que le Covid-19 a été invoqué pour mettre en œuvre ces changements sans en révéler la véritable raison ? Après tout, le public est assez divisé sur le changement climatique, ce qui signifie que l'opposition serait probablement organisée, bien financée et féroce. C'est sans doute quelque chose que les oligarques voulaient éviter. Une « pandémie » mondiale fortement exagérée était un bien meilleur choix. Avec les médias déjà en place, et suffisamment d'experts en santé publique et de gouverneurs démocrates corrompus pour faire le gros du travail, les perspectives de succès devaient être très prometteuses. Huit mois après le début de l'opération, le drapeau à damier est désormais en vue... Les gouverneurs des États ne s'opposent pas à l'usurpation de « pouvoirs de crise » spéciaux, Fauci et ses semblables sont toujours très vénérés, les masques sont partout, les fermetures à répétition et les restrictions de plus en plus strictes restent à l'ordre du jour, et nous ne sommes qu'à quelques semaines de la cerise sur le gâteau, la diminution du troupeau grâce à un « vaccin à base de nanoparticules contenant un produit chimique synthétique appelé polyéthylène glycol ou PEG ». En d'autres termes, les exercices de stérilisation furtifs qui ont été menés en Afrique n'étaient qu'une répétition générale de l'événement principal, l'injection sommaire sur des milliards de personnes dans le monde dans le but de réduire considérablement la population mondiale. En sommes-nous arrivés là ?

Pas encore, mais bientôt.

Les équipes de psychologues qui ont travaillé avec les gouvernements (pour vendre la terreur du Covid) et qui ont compris que la réalité quotidienne doit être bouleversée - par la distanciation sociale, les masques, les ordres de se mettre à l'abri, la fermeture des écoles, des entreprises, des rassemblements publics et des services religieux - afin (de créer un environnement désorientant et terrifiant) d'inaugurer un nouveau système autoritaire dans lequel la liberté personnelle ne va pas plus loin que la sélection des achats en ligne sur Costco ou Amazon. Ces psychologues méritent une grande partie du crédit pour la transformation du monde occidental en un État policier verrouillé dirigé par des mécréants manipulateurs qui vont maintenant décider de notre avenir à notre place.

LE VACCIN - Le point culminant de 8 mois de désinformation et d'hystérie incessantes

S'il est clair que les progrès en matière de vaccins ont été délibérément retardés jusqu'après les élections présidentielles (afin de nuire aux chances de réélection de Trump), très peu de gens comprennent pourquoi les vaccins sont déployés si rapidement. Pour dire les choses simplement, l'épidémie se termine rapidement, ce qui oblige les fabricants de vaccins à demander une approbation rapide pour que la distribution puisse commencer. Il s'agit d'une question de grande urgence, ce qui signifie que la FDA cédera sans aucun doute aux pressions politiques et approuvera les vaccins potentiels bien avant que les essais ne prouvent leur innocuité. Mercredi :

« Le Royaume-Uni est devenu le premier pays mercredi à approuver officiellement le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer et BioNTech... Les premières inoculations devraient être lancées la semaine prochaine... Le vaccin a été autorisé bien plus rapidement que tout autre dans l'histoire, son développement fulgurant n'ayant pas nécessité les 15 à 20 ans qu'il faut habituellement pour mettre au point ce type de traitements ». («  Le Royaume-Uni devient le premier pays à approuver le vaccin anti-Covid-19 de Pfizer-BioNTech », NBC News)

Naturellement, la sécurité ne joue aucun rôle dans la création d'un vaccin dont le développement prend normalement dix ans, mais qui est rapidement mis au point et commercialisé en huit mois seulement. Par définition, un tel vaccin n'est pas sûr.

Plus d'informations sur NBC : « Aux États-Unis, Pfizer-BioNTech et Moderna ont tous deux soumis des demandes à la FDA pour une autorisation d'utilisation d'urgence... Le PDG de BioNTech Ugur Şahin a déclaré à Richard Engel, de NBC News, qu'il était « convaincu qu'une autorisation aux États-Unis pourrait également être accordée dans les deux prochaines semaines »...

Pendant ce temps, l'Organisation Mondiale de la Santé a déclaré à Reuters qu'elle avait reçu des données des entreprises et qu'elle les examinait en vue d'une « éventuelle inscription pour une utilisation d'urgence » - ce qui signifie qu'elle pourrait être mise en place plus rapidement dans les pays en développement » - (NBC News)

Pourquoi ces dindes sont-elles précipitées sur le marché ?

Comme nous l'avons déjà indiqué, la distribution des vaccins est précipitée car la pandémie est en train de se résorber, en fait, à toutes fins pratiques, elle est déjà terminée. Aux États-Unis, les données relatives aux hospitalisations et aux décès sont délibérément gonflées pour perpétuer l'hystérie (nous l'expliquerons plus tard), tandis qu'au Royaume-Uni, les décès attribuables au Covid (dans la fausse « deuxième vague ») n'ont jamais dépassé la moyenne quinquennale des « décès excédentaires », qui est le baromètre permettant de décider s'il y a ou non un pic de mortalité inhabituel. Ce n'est pas le cas. La deuxième vague n'existe pas. C'est de la pure fabrication. Lisez ce texte du Dr Mike Yeadon, ancien vice-président de Pfizer et responsable scientifique de la division Allergies et Maladies Respiratoires. Yeadon rejette la théorie de la « deuxième vague » comme une absurdité non scientifique. Voici ce qu'il dit :

« Les virus ne font pas de vague... J'ai demandé à plusieurs reprises à voir la pléthore d'articles scientifiques utilisés pour prédire une « deuxième vague » et pour construire un modèle permettant de calculer sa taille probable et son moment. Ils n'ont jamais été publiés. C'est presque comme s'il n'y avait pas de littérature fondamentale de ce type... Il n'y a eu aucun exemple de vagues multiples depuis et le dernier nouveau coronavirus avec sa propagation réelle a effectué une seule vague dans chaque région géographique touchée. Je ne sais même pas pourquoi un modèle comportant une « deuxième vague » a été élaboré...

Malgré l'absence de preuve d'une « deuxième vague » - et l'absence de vague pour cette catégorie de virus respiratoires - une campagne multimédia a été lancée pour ancrer l'idée d'une « deuxième vague » dans les esprits. Cette campagne s'est déroulée en continu pendant de nombreuses semaines. Elle a été couronnée de succès : un sondage réalisé auprès des médecins généralistes a montré que près de 86% d'entre eux s'attendaient à une « deuxième vague » cet hiver.

Dans le cadre de mes recherches, j'ai cherché à obtenir la première mention d'une « deuxième vague ». Le 30 avril, les professeurs Heneghan et Jefferson ont noté que l'on nous avait prévenus qu'une « deuxième vague » était prévue et que le premier ministre avait, le 27 avril, prévenu d'une « deuxième vague ». Les professeurs ont mis en garde tous ceux qui font des prédictions sur une « deuxième » et une « troisième vague » contre le fait que les données historiques ne permettent pas de le faire.

J'ai cherché les mentions de la BBC concernant une « deuxième vague »... Les 3 et 6 mars, il est fait mention d'une seule vague de SRAS-CoV-2 dont l'impact a été le plus précoce (95%). Ce qui semble être le document final, le 29 mars, ne fait toujours référence qu'à une seule vague. C'est ce qu'enseigne l'histoire et l'immunologie...

En dépit de cette bizarrerie gênante concernant une « deuxième vague » et presque comme s'il y avait un plan pour une telle vague, l'infrastructure des tests PCR (réaction en chaîne de la polymérase) au Royaume-Uni a commencé à être remodelée... la haute cour portugaise a déterminé il y a deux semaines que ce test PCR n'est pas un moyen fiable de déterminer l'état de santé ou l'infectiosité des citoyens... La validité scientifique de ce test étant sérieusement remise en cause, je pense qu'il doit être immédiatement retiré de la circulation ». («  Le test PCR faux positif pseudo-épidémique », Lockdown Skeptics)

Pas de deuxième vague ?

Non, c'est de la foutaise à 100%. Mais « il y avait un plan pour elle », c'est-à-dire un plan pour amplifier la panique afin d'atteindre les objectifs des élites. C'est clair.

Yeadon explique ensuite comment les tests PCR ont été retirés des laboratoires du NHS (National Health Service) et livrés à des « centres de tests de masse » privés qui ont remplacé « des scientifiques biomédicaux hautement qualifiés et expérimentés enregistrés auprès du Health and Care Professions Council (HCPC) » par « principalement du personnel bénévole non enregistré dans des laboratoires non accrédités qui ont été créés en quelques semaines ». Naturellement, cela a remis en question la fiabilité globale de leurs résultats de tests qui, à leur tour, ont produit un nombre massif de faux positifs qui ne reflétaient en rien l'impact décroissant du virus.

Comme le dit Yeadon : « de tels tests de masse entraînent, lorsqu'on utilise la PCR comme méthode, un risque important de ce que nous appelons une « pseudo-épidémie de faux positifs par PCR ». Cela ne pourrait jamais se produire si nous n'utilisions pas les tests PCR en masse ». Lorsqu'un test plus fiable a été utilisé à Liverpool (test à flux latéral ou LFT) montrant qu'un pourcentage plus faible de personnes étaient infectées, le test a été écarté au profit du test PCR.

« En septembre, la grande majorité des tests PCR étaient effectués par de grands laboratoires privés, dont certains sont appelés Lighthouse Labs ». C'est alors que le nombre d'infections a commencé à augmenter fortement, ce qui était complètement incompatible avec le comportement des épidémies dans le passé.

Yeadon : « Comment pouvons-nous concilier ces dizaines de milliers de « cas » quotidiens et une « deuxième vague » sans précédent de décès avec la quantité irréalisable de tests utilisant une technique considérée par les experts comme difficile à appliquer de manière fiable, même à petite échelle ? »

C'est facile. Toute cette mascarade a été truquée pour que les faux positifs par PCR fassent croire à une véritable épidémie. Gardez à l'esprit que ce n'est pas mon observation non professionnelle, mais celle de l'ancien vice-président de Pfizer et scientifique en chef pour les Allergies et les Maladies Respiratoires.

Et il suffit de voir à quel point cette farce a été maintenue. Voici Yeadon qui explique comment les définitions sont étirées jusqu'au point de rupture pour exagérer le nombre de décès liés au Covid :

« Un 'cas'est un test PCR positif. Il n'y a pas de symptômes. Une « admission COVID-19 » dans un hôpital est une personne dont le test PCR est positif avant, à l'entrée ou à tout moment pendant un séjour à l'hôpital, quelle que soit la raison de l'admission ou les symptômes que présente le patient. Un « décès COVID-19″ est tout décès survenu dans les 28 jours suivant un test PCR positif ».

Supposons que vous ayez une crise cardiaque massive et que vous mouriez, mais qu'un test PCR montre que vous avez des fragments d'ARN inoffensifs dans votre sang, alors le décès est qualifié « décès Covid ». Vous avez compris ? Yeadon résume cette entourloupe en une phrase laconique :

« Nous avons des preuves très solides que le test PCR de masse tel qu'il est effectué actuellement est complètement inutile ». (Yeadon et un groupe d'experts ont depuis soumis un  document en 10 points au comité de rédaction d'Eurosurveillance, contestant la science sur laquelle le test PCR est basé « qui a conduit à un mauvais diagnostic mondial des infections attribuées au SRAS-CoV-2 et associées à la maladie COVID-19. Nous sommes confrontés à un confinement strict qui a détruit la vie et les moyens de subsistance de nombreuses personnes, à un accès limité à l'éducation et ces restrictions imposées par les gouvernements du monde entier sont une attaque directe contre les droits fondamentaux des personnes et leurs libertés individuelles, ce qui entraîne des dommages collatéraux pour des économies entières à l'échelle mondiale »).

Selon Yeadon et son équipe de chercheurs indépendants :

« La pandémie était terminée en juin et l'immunité collective a été la principale force qui a transformé la pandémie et l'a poussée à battre en retraite. À l'automne, les « cas » revendiqués sont un artefact d'un système de test déréglé... Bien qu'il y ait quelques cas de COVID-19 sur le modèle de « l'ondulation secondaire »... ils se sont produits principalement dans les régions, villes et districts qui ont été moins touchés au printemps. Le COVID-19 réel est autolimité et a peut-être déjà atteint son maximum dans certaines villes du Nord. Il ne reviendra pas en force...

C'est tout. Tout le reste est une pseudo-épidémie de faux-positifs par PCR. Le remède, bien sûr, comme cela a été le cas dans le passé lorsque la PCR a remplacé la pandémie elle-même comme menace dans le pays, est d'arrêter les tests PCR de masse » - («  La pseudo-épidémie de faux-positifs par PCR », Dr Mike Yeadon, Lockdown Skeptics)

L'analyse de Yeadon est similaire à celle de Genevieve Briand, directrice adjointe du programme de maîtrise en économie appliquée de l'Université John Hopkins. Briand voulait voir l'effet du Covid sur la surmortalité en utilisant les propres données des CDC. Ce qu'elle a trouvé était extraordinaire, mais conforme à l'analyse de Yeadon. Voici un bref résumé de ce qu'elle a découvert :

« De la mi-mars à la mi-septembre, le nombre total de décès aux États-Unis a atteint 1,7 million, dont 200 000, soit 12% du total des décès, sont liés au COVID-19″...

Après avoir récupéré les données sur le site web des CDC, Briand a compilé un graphique représentant les pourcentages de décès totaux par catégorie d'âge de début février à début septembre, ce qui inclut la période allant d'avant la détection du COVID-19 aux États-Unis jusqu'à après la montée en flèche des taux d'infection.

Étonnamment, le nombre de décès de personnes âgées est resté le même avant et après le COVID-19. Étant donné que le COVID-19 touche principalement les personnes âgées, les experts s'attendaient à une augmentation du pourcentage de décès dans les groupes d'âge supérieurs. Cependant, cette augmentation ne ressort pas des données des CDC. En fait, les pourcentages de décès dans toutes les tranches d'âge restent relativement les mêmes.

« La raison pour laquelle nous avons un nombre plus élevé de décès COVID-19 déclarés chez les personnes âgées que chez les jeunes est simplement que chaque jour aux États-Unis, les personnes âgées meurent en plus grand nombre que les jeunes », a déclaré Briand.

Briand a également noté que 50 000 à 70 000 décès sont observés à la fois avant et après le COVID-19, ce qui indique que ce nombre de décès était normal bien avant l'apparition du COVID-19. Par conséquent, selon Briand, non seulement le COVID-19 n'a eu aucun effet sur le pourcentage de décès des personnes âgées, mais il n'a pas non plus augmenté le nombre total de décès.

Ces analyses de données suggèrent que, contrairement aux hypothèses de la plupart des gens, le nombre de décès par COVID-19 n'est pas alarmant. En fait, il n'a relativement pas d'effet sur les décès aux États-Unis.

« Tout cela ne prouve en rien que le COVID-19 a créé un excès de décès. Le nombre total de décès n'est pas supérieur au nombre normal de décès. Nous n'avons trouvé aucune preuve du contraire », conclut Briand - («  Un regard plus attentif sur les décès américains dus au COVID-19 », JB Wells News)

Les recherches de Yeadon et Brand permettent de montrer comment de faux résultats de tests, des données de mortalité manipulées, des tromperies incessantes et des mandats étatiques désorientants (masques, confinement, etc.) ont alimenté l'hystérie publique, créant ainsi la population docile que nos dirigeants recherchent. Après 8 mois de ce travail de psychanalyse, les élites sont maintenant prêtes à délivrer le coup de grâce, un vaccin contenant une substance potentiellement toxique qui va changer le cours de l'histoire.

Est-ce que j'exagère ?

Peut-être, mais il y a de nombreuses raisons de s'inquiéter. N'oubliez pas que les partisans les plus enthousiastes de ces vaccins expérimentaux (les médias) sont les mêmes personnes :

  • Qui ont menti pendant 3 ans sans arrêt au sujet de Trump-Russie.
  • Qui ont censuré agressivement toute information sur l'opération massive de trafic d'influence de Hunter Biden.
  • Qui ont dissimulé toute information relative à l'élection présidentielle volée le mois dernier.

Les médias sont l'ennemi du peuple, et ils l'ont prouvé à maintes reprises. Mais comment pouvons-nous appliquer cette règle au déploiement des nouveaux vaccins ?

Nous pouvons supposer que les intérêts des riches courtiers en puissance - qui possèdent les médias et fixent leur programme - primeront sur ceux des personnes qui sont en passe de se faire vacciner. C'est tout. Leurs intérêts auront la priorité sur votre sécurité. C'est ainsi que cela fonctionne.

Il faut donc se méfier des vaccins qui sont mis sur le marché en un temps record, tout comme il faut se méfier des motivations des personnes qui voient dans le « scepticisme » ou « l'hésitation » une « menace pour la sécurité nationale ». Il ne faut pas faire confiance à ces personnes. C'est aussi simple que cela.

Pourquoi, par exemple, le gouvernement britannique ferait-il appel aux «  renseignements militaires pour rechercher et juguler ce que le Times appelle les « militants anti-vaccins » et le « contenu de propagande » connexe dans le cyberespace » ?

Pourquoi les géants des médias sociaux retireraient-ils les articles qui critiquent les vaccins ?

Pourquoi tous les médias et les experts de la santé publique poussent-ils à la vaccination de masse ?

Pourquoi ?

La réponse est évidente, n'est-ce pas ?

C'est parce que les riches courtiers en puissance qui orchestrent cette opération veulent que Nous, le Peuple, soit vacciné en masse. C'est de cela qu'il s'agit.

Donc, la question est : pourquoi ? Pourquoi est-ce si important pour eux ? Est-ce parce qu'ils veulent sauver des vies ?

Non, ce n'est pas du tout ça. Il y a manifestement autre chose qui se passe et dont nous ne sommes pas au courant. Peut-être est-ce le changement climatique, peut-être est-ce la surpopulation, ou peut-être est-ce une détermination collective à transformer la société en une dystopie technocratique. (« La Grande Réinitialisation). Nous ne savons pas vraiment, mais une chose est sûre, tout ce battage autour du Covid est un faux-fuyant. Il détourne simplement l'attention du véritable programme, c'est pourquoi nous devons être prudents en ce qui concerne les vaccins. La vaccination de masse pourrait, en fait, être l'objectif ultime. Voici le point de vue de Yeadon sur les vaccins dans un récent numéro de LifeSite News :

« Il n'y a absolument pas besoin de vaccins pour enrayer la pandémie... On ne vaccine pas les personnes qui ne sont pas à risque de contracter une maladie. On ne planifie pas non plus de vacciner des millions de personnes en bonne santé avec un vaccin qui n'a pas fait l'objet de tests approfondis sur des sujets humains...

Comme il est démontré « qu'environ 30% de la population avait une immunité antérieure », et si l'on inclut certains jeunes enfants « résistants », 40%, et tout en considérant que le taux d'infection est « quelque part entre 25 et 30 % », cela signifie qu'environ 65 à 72% de la population a actuellement une immunité contre le COVID-19.

Et compte tenu de la réalité de l'immunité de groupe, lorsque la susceptibilité à un virus tombe à ce point bas, autour de 28 à 35%, « cette population ne peut plus entretenir la propagation de la maladie », et donc le virus « s'affaiblit et disparaît... La pandémie est effectivement terminée et peut facilement être gérée par un NHS (National Health Service) qui fonctionne correctement. En conséquence, le pays devrait être immédiatement autorisé à reprendre une vie normale ». («  Ancien vice-président de Pfizer : Pas besoin de vaccins,la pandémie est effectivement terminée », LifeSite News)

A-t-il raison ? Les vaccins représentent-ils un risque inutile qui ne sert aucun objectif terrestre ? Voici d'autres informations de Yeadon sur les effets négatifs potentiels des nouveaux vaccins à base d'ARNm qui font « fureur ».

« La formation d'anticorps dits « non neutralisants » peut entraîner une réaction immunitaire exagérée, surtout lorsque la personne testée est confrontée au vrai virus « sauvage » après la vaccination ».

- Les vaccinations devraient produire des anticorps contre les protéines de pointe du SRAS-CoV-2. Cependant, les protéines de pointe contiennent également des protéines homologues de la syncytine, qui sont essentielles pour la formation du placenta chez les mammifères tels que l'homme. Il faut éviter qu'un vaccin contre le SRAS-CoV-2 ne déclenche une réaction immunitaire contre la syncytine 1, car il pourrait sinon entraîner une stérilité de durée indéterminée chez les femmes vaccinées.

- Les vaccins à ARNm de Pfizer/BioNTech contiennent du polyéthylène glycol (PEG). 70% des personnes développent des anticorps contre cette substance. Cela signifie que de nombreuses personnes peuvent développer des réactions allergiques, potentiellement mortelles, à la vaccination.

- La durée beaucoup trop courte de l'étude ne permet pas une estimation réaliste des effets tardifs. Comme dans les cas de narcolepsie après la vaccination contre la grippe porcine, des millions de personnes en bonne santé seraient exposées à un risque inacceptable si une autorisation d'urgence était accordée et la possibilité d'observer les effets tardifs de la vaccination devrait suivre » - («  Ça a été rapide », Lockdown Skeptics)

Résumons :

  • Les nouveaux vaccins à ARN messager pourraient rendre les receveurs plus susceptibles de contracter une maladie grave ou de mourir.
  • Les protéines de pointe peuvent « déclencher une réaction immunitaire » qui « entraînera la stérilité ». (Encore une fois, contrôle de la population)
  • Les nouveaux vaccins contiennent du polyéthylène glycol (PEG) qui peut être « potentiellement mortel ».
  • Les essais n'ont pas été suffisamment longs pour déterminer si les vaccins sont sûrs ou non. L'approbation de la FDA ne signifie pas « sûr ». Bien au contraire. La FDA est « captive » de la même manière que la FAA. (Pensez : Boeing 737 Max)

Le nouveau régime des vaccins anti-Covid-19 est à la fois inutile et risqué. Les lecteurs devraient ignorer le battage médiatique et faire leurs propres recherches. Prenez la responsabilité de votre propre santé et de votre bien-être. Ne vous attendez pas à ce que les médias ou les responsables de la santé publique disent la vérité. Ils ne le feront pas. Ils veulent vous utiliser comme cobaye dans leur expérience de laboratoire tordue. Ne coopérez pas, ne vous conformez pas, n'acquiescez pas, ne cédez pas.

Ne capitulez pas.

source :  unz.com

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
admin [Commentaire] 2020-12-06 #10159
« Cela a confirmé nos pires craintes, à savoir que cette campagne de l'OMS ne vise pas à éradiquer le tétanos néonatal, mais à procéder à une stérilisation de masse bien coordonnée et énergique en utilisant un vaccin qui a fait ses preuves en matière de régulation de la fertilité. Cette preuve a été présentée au Ministère de la Santé avant le troisième cycle de vaccination, mais elle a été ignorée »
Se réfère à : 2 articles