12/01/2021 lesakerfrancophone.fr  3 min #184092

La tempête sur le Capitole américain

Le 7 janvier 2021 - Source  Peter Turchin

Sur un plan, celui de la dynamique macrosociale, ce qui s'est passé hier, le 6 janvier 2021, n'est pas surprenant. Après tout, mon propre modèle indique que les pressions structurelles en faveur de l'instabilité aux États-Unis continuent de s'accumuler. Sur un plan plus immédiat, il est choquant de voir des centaines de manifestants s'introduire dans le bâtiment du Capitole et se déchaîner dans ses salles sacrées. À un moment donné, alors que je regardais la couverture d'ABC, George Stephanopoulos s'est exclamé : « Ce n'est pas l'Ukraine ! Il est vrai qu'au cours des dernières années, nous nous sommes habitués à voir des foules révolutionnaires s'introduire dans des bâtiments gouvernementaux dans des pays comme l'Ukraine, l'Arménie, le Tadjikistan... » Mais quelque chose de similaire se passe à Washington D.C., cette citadelle de la démocratie et de l'État de droit. Étonnant, en effet.

Que va-t-il se passer ensuite ? La dynamique de la violence politique au niveau micro et à court terme est difficile à prévoir. Ce qui est plus important, c'est ce qui se passera au niveau des tendances démographiques profondes et structurelles. L'appauvrissement de la population s'accroît depuis des décennies. J'ai déjà écrit auparavant à quel point il était choquant pour moi de voir des indicateurs malthusiens de stress tels que la baisse de l'espérance de vie, qui baissait déjà avant la Covid-19. L'épidémie a maintenant porté un coup dur au bien-être de la grande majorité des Américains, l'espérance de vie, l'emploi et les revenus, ainsi que les mesures subjectives du bien-être, ayant tous tendance à diminuer.

La surproduction des élites, et surtout des jeunes diplômés, se poursuit sans relâche. Nos établissements d'enseignement supérieur ont produit quantités de diplômes de droit, de MBA et de doctorat, bien plus que ce que l'économie pouvait absorber. Dans un article de Bloomberg View publié il y a quelques jours à peine, Noah Smith donne les chiffres de la surproduction de doctorats («  America Is Pumping Out Too Many Ph.D.s«).

La troisième force structurelle-démographique qui pousse à l'instabilité est l'endettement de l'État. Elle semble moins pertinente que les deux premières, car les États-Unis, en raison de leur contrôle de la monnaie de réserve mondiale, peuvent apparemment imprimer les billets verts à volonté, même si cela ne peut pas vraiment continuer indéfiniment. Mais le niveau le plus important n'est pas celui du gouvernement fédéral, mais celui des États, dont beaucoup sont tellement à court d'argent qu'ils sont obligés de réduire leurs forces de police, ou incapables d'engager le personnel médical supplémentaire nécessaire pour administrer le vaccin contre la Covid-19.

Peut-être que le choc de la tempête sur le Capitole incitera nos dirigeants politiques à prendre des mesures pour faire face à ces pressions structurelles. La plus importante est d'inverser la tendance à l'appauvrissement populaire croissant. Maintenant que le second tour du Sénat américain en Géorgie est terminé, les Démocrates contrôlent la Maison Blanche et les deux chambres du Congrès. L'administration Biden a deux ans pour renverser le Titanic qu'est l'État américain. Réussiront-ils ? L'avenir nous le dira.

Peter Turchin

Traduit par Hervé, relu par Wayan pour le Saker Francophone

 lesakerfrancophone.fr

 Commenter