Accepter cookie ?
22/01/2021 reseauinternational.net  18 min #184588

Trump vs État profond ? Voici 18 exemples de son soutien au marais pendant sa présidence

par Derrick Broze.

Mardi, Donald Trump a fait ses adieux à la présidence des États-Unis en reconnaissant que : « cette semaine, nous inaugurons une nouvelle administration ». Trump n'a pas encore officiellement cédé - un point qui, selon ses plus fervents partisans, suffit à indiquer qu'il restera président - mais il a finalement parlé de remettre les rênes du pouvoir à l'administration Biden. « Maintenant, alors que je me prépare à remettre le pouvoir à une nouvelle administration mercredi midi, je veux que vous sachiez que le mouvement que nous avons lancé ne fait que commencer », a  déclaré Trump lors de son discours d'adieu.

Avant que les États-Unis ne se pressent d'oublier les années Trump, nous nous devons de faire une pause et de réfléchir aux faits survenus à l'ère Trump. Tout d'abord, Donald Trump n'a pas drainé le marais. Comme je l'illustre ci-dessous, Trump a utilisé sa position de pouvoir pour continuer de renforcer les mêmes industries et personnalités qui ont profité de tous les présidents démocrates et républicains avant lui. En effet, je maintiens mon évaluation de Trump faite en novembre 2016 : Le rôle de Donald Trump était d'être  le Grand Diviseur. Il a utilisé sa position pour attiser les flammes de la division et du chaos, tout en jouant le rôle du président « anti-establishment » (un oxymore s'il y en a jamais eu un).

En 2018, j'ai  demandé : « Quand les partisans du mouvement de libération se rendront-ils compte qu'ils ont été dupés ? » Je n'y croyais pas beaucoup à l'époque, déclarant : « Maintenant, bien sûr, il y a les irréductibles qui vont inévitablement rester avec Trump tout au long de sa carrière présidentielle, quelle que soit la politique qu'il adopte, même si elle est en contradiction non seulement avec ses propres mots, mais aussi avec les principes adoptés par ces irréductibles ». Aujourd'hui, alors que Biden est sur le point d'exercer les pouvoirs présidentiels, les partisans les plus acharnés de Trump continuent de prétendre que ce dernier va empêcher Biden d'être président.

Je crains que les personnes qui ont soutenu auparavant les nombreuses actions entreprises par Trump ne retrouvent pas les principes qu'elles avaient autrefois, et qu'au lieu de cela, elles se retranchent davantage dans le faux paradigme gauche/droite, se convainquant que Trump représentait la lutte contre « l'État profond » et que Biden est le marais incarné. Le problème de cette croyance est qu'elle renforce l'idée qu'une partie est en fait meilleure que l'autre, alors qu'en réalité, elles jouent toutes deux pour les mêmes maîtres. Plus important encore, cette croyance selon laquelle Trump combattait l'État profond n'est pas étayée par les faits. Permettez-moi de présenter une liste partielle des preuves montrant la relation de Trump avec le marais.

1. Nomination d'initiés de l'industrie

Dès son entrée en fonction, il était clair que Donald Trump allait poursuivre la pratique de ses prédécesseurs et continuer la relation de porte tournante entre le gouvernement et les entreprises. Comme je l'ai  écrit en mars 2018 :

« Le président Donald Trump a nommé Peter C. Wright au poste d'administrateur adjoint de l'Office of Land and Emergency Management (OLEM) de l'Agence américaine pour la Protection de l'Environnement. La nomination de Wright est une autre indication que l'administration Trump poursuivra la pratique consistant à nommer des initiés de l'industrie et des avocats d'entreprise à des postes de pouvoir.

En plus de son travail avec la société Dow, la  page LinkedIn de Wright le mentionne comme avocat spécialisé dans l'environnement pour Monsanto de 1989 à 1996. L'association de Wright avec The Dow Chemical Company et Monsanto - des sociétés connues pour la production de produits chimiques et de pesticides dangereux ainsi que de semences génétiquement modifiées - pourrait indiquer que l'administration Trump pourrait avoir une oreille compatissante pour ces industries. Si c'est le cas, ce serait la poursuite d'une tendance qui s'est étendue à travers les dernières présidences américaines ».

2. Bienveillance envers les grandes sociétés pétrolières

L'un des domaines les plus évidents où Trump était de mèche avec les entreprises est l'industrie pétrolière. Au cours de sa première semaine de mandat, Trump a émis un  décret pour accélérer le pipeline controversé Dakota Access, un projet qui a un héritage de  fuites de pétrole et de police militarisée. De plus, Trump a passé des décrets qui stipulent que les pipelines, les routes et les chemins de fer le long de la frontière ne prendraient pas plus de 60 jours pour être approuvés ou refusés et que la décision  viendrait désormais directement du président lui-même, donnant ainsi au président des pouvoirs unilatéraux pour approuver les projets pétroliers.

En mars 2019, d'autres preuves ont été révélées après la fuite de conversations entre le secrétaire à l'Intérieur David Bernhardt et des cadres du secteur pétrolier. Dans un  enregistrement secret obtenu par Reveal, les dirigeants du secteur pétrolier peuvent être entendus discuter de David Bernhardt et célébrer l'accès qu'ils ont actuellement à l'administration Trump. L'enregistrement a eu lieu lors d'une réunion de l'Independent Petroleum Association of America (IPPA) en Californie du Sud en 2017.

3. Bienveillance avec les grandes entreprises pharmaceutiques

Un autre indicateur majeur que Trump a continué à permettre aux entreprises de s'autoréguler est la nomination de plusieurs de ses amis de Big Pharma. En 2017, Trump a choisi Alex Azar comme secrétaire du Département de la Santé et des Services sociaux. Le candidat a immédiatement fait l'objet d'un  examen minutieux en raison de ses anciens liens avec l'industrie pharmaceutique.

Azar a précédemment occupé le poste de sous-secrétaire américain à la Santé et aux Services sociaux sous George W. Bush de 2005 à 2007. En juin 2007, Azar a commencé à travailler comme lobbyiste pour le géant pharmaceutique Eli Lilly and Company. Azar a également été le porte-parole d'Eli Lilly en tant que premier vice-président des Affaires générales et de la Communication. À partir du 1er janvier 2012, Azar a été promu au poste de président de Lilly USA, LLC, la plus grande division d'Eli Lilly and Company - un poste qui lui a permis de prendre en charge l'ensemble des activités d'Eli Lilly aux États-Unis.

Cette tendance s'est poursuivie en 2020, lorsque Trump a nommé le Dr Moncef Slaoui à la tête de son opération Warp Speed - elle-même un exemple des pires types de partenariats public-privé. Slaoui a de nombreux liens avec l'industrie pharmaceutique et la Fondation Bill et Melinda Gates. Comme je l'ai  signalé en mai 2020 :

« Après ses études, Slaoui a rejoint l'industrie pharmaceutique, siégeant au conseil d'administration de GlaxoSmithKline (GSK) entre 2006 et 2015. Slaoui a occupé plusieurs postes de direction en recherche et développement chez GlaxoSmithKline au cours de son passage dans l'entreprise, notamment celui de président de Global Vaccines. GSK a toujours  travaillé avec la Fondation Bill et Melinda Gates sur des projets tels que le développement d'un vaccin contre la malaria et de composés anti-VIH utilisés comme microbicides. En fait, le Dr Slaoui a travaillé pendant 27 ans sur le vaccin contre la malaria, pour finalement s'associer à la Fondation Bill et Melinda Gates afin de développer un vaccin contre la malaria d'une valeur de 600 millions de dollars. Lorsque Slaoui a pris ses fonctions chez GSK, son prédécesseur, Tachi Yamada, a rejoint la Fondation Bill et Melinda Gates...

Plus récemment, Slaoui siège au conseil d'administration de sociétés pharmaceutiques et d'organisations de biotechnologie. Il est également  partenaire de la société d'investissement MediciX, président du conseil d'administration de  Galvani Bioelectronics, président du conseil d'administration de  SutroVax et siège aux conseils d'administration d' Artisan Biosciences, de Human Vaccines Project et de Moderna Therapeutics. Chacune de ces entreprises est impliquée dans le développement de vaccins et dans le domaine émergent de la bioélectronique ».

4. Soutien à la Fondation Bill et Melinda Gates

Le Dr Slaoui n'était pas le seul lien avec la Fondation Gates que nous avons vu de la part de l'administration Trump. En octobre, le NIH a signé des contrats avec des  sociétés liées à la DARPA, à Big Tech et à la Fondation Gates.

De plus, l'administration Trump a signé un accord pour donner des  milliards de dollars des contribuables à la Fondation Gates et a financé la GAVI, l'Alliance mondiale pour les Vaccins.

5. Fin des enquêtes sur les dangers des pesticides

L'administration de Trump a été  poursuivie par des groupes d'activistes pour avoir mis fin aux enquêtes en cours sur les dangers des pesticides.

6. Facilitation de l'entrée des OGM dans l'alimentation

Le 11 juin 2019, Trump a discrètement fait passer un  décret visant à « rationaliser » la réglementation sur les OGM aux États-Unis. Ce décret, intitulé « Modernisation du cadre réglementaire pour les produits agricoles biotechnologiques », est la dernière initiative de l'administration Trump visant à promouvoir l'utilisation de cultures génétiquement modifiées ou transgéniques. Dans son décret, Trump a demandé aux agences fédérales de résoudre ce qu'il a appelé un « labyrinthe réglementaire » lié à l'agriculture et à la vente de produits OGM.

Greg Jaffe, directeur de la biotechnologie au Center for Science in the Public Interest, a  déclaré à l'Associated Press que l'impact de ce décret dépend de la réponse du gouvernement fédéral. « Il faut garantir la sécurité de ces produits », a déclaré Jaffe.

7. Mauvais sur les droits des armes à feu

Selon votre opinion politique, cette question peut ne pas avoir beaucoup d'importance, mais pour la base de Trump, les droits relatifs aux armes à feu sont une question qui leur tient à cœur. Pendant son administration, Trump a soutenu les appels aux  lois Drapeau Rouge controversées - le gouvernement a approuvé le retrait d'armes sur la base de fausses allégations - et à une  interdiction des stocks d'armes à feu.

8. Soutien et extension du déploiement de la 5G

Malgré  l'opposition de milliers de scientifiques, médecins, chercheurs, activistes et professionnels de la santé, Donald Trump a poussé à l'expansion des réseaux 5G, appelant à un moment donné à la  mise en place de la 6G. En avril 2019, Trump a publié un  décret stipulant que les organes locaux et étatiques doivent désormais approuver les nouvelles infrastructures 5G dans un délai de 90 jours. L'administration Trump a également instauré un plafond sur les frais que les gouvernements locaux peuvent imposer aux entreprises de télécommunications souhaitant installer la technologie 5G.

9. Soutien au faux récit d'attaques chimiques en Syrie

En avril 2018, les États-Unis et une partie de la communauté internationale ont affirmé que le président syrien Bachar al-Assad avait gazé son propre peuple à Douma, en Syrie. Cette prétendue attaque au gaz a été immédiatement remise en question par des observateurs neutres. Même un ancien enquêteur de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes chimiques (OIAC) a  témoigné devant les Nations unies sur les tentatives de suppression de preuves qui contredisaient le rapport final de l'OIAC. Le rapport affirmait que le président syrien Bachar al-Assad était responsable d'une prétendue attaque au gaz en avril 2018.

Malgré le fait que de nombreux journalistes ont souligné  les failles de l'histoire, Donald Trump a  bombardé la Syrie sur la base de cette attaque sous faux drapeau. Les médias ont continué à empêcher le public de découvrir la vérité, notamment en  renvoyant les journalistes qui remettent en question le récit principal.

10. L'Empereur des Drones

Alors qu'Obama était connu comme le « Roi des Drones » pour sa dépendance à la technologie des drones pour éliminer les terroristes présumés - et tuer leur famille innocente - Trump l'a  porté à un autre niveau. Tout d'abord, Trump a  supprimé les règles de signalement des morts par drone qui avaient été mises en place par Obama, une fois qu'il avait décidé que son tour était venu de tuer par drone. En fait, en 2019, les frappes aériennes des États-Unis et de leurs alliés en Afghanistan ont tué 700 civils, soit plus qu'en toute autre année depuis le début de la guerre en 2001 et 2002, selon une nouvelle étude du projet Cost of War de l'Université Brown. Le rapport indique que « le nombre de civils tués par des frappes aériennes internationales a augmenté d'environ 330% entre 2016, dernière année complète de l'administration Obama, et 2019, dernière année pour laquelle on dispose de données complètes des Nations unies ».

11. Lutte pour garder secrète la liste des victimes présidentielles

En décembre 2017, l'Union américaine des Libertés civiles a  intenté un procès à l'administration Trump pour tenter de forcer la publication de nouvelles règles liées au programme secret de tuerie de l'armée américaine. Le programme a été établi sous l'administration Obama et a été étendu sous Donald Trump.

12. Mensonges aux familles des victimes du 11 septembre

Bien qu'il ait fait de vagues déclarations sur la « découverte de la vérité » sur le 11 septembre, Donald Trump n'a jamais utilisé sa position pour  contester le récit officiel des attaques du 11 septembre. Pire encore, Trump a en fait  menti aux membres des familles des victimes lorsqu'il a promis qu'il ferait toute la lumière sur  l'implication des Saoudiens dans le 11 septembre. Malgré les efforts des familles pour que Trump enquête sur l'Arabie Saoudite, il n'a pas réussi à faire une enquête sérieuse sur l'un des partenaires favoris du gouvernement américain.

13. Emprisonnement d'un citoyen américain sans procès ni accusation

Dans une histoire qui a reçu beaucoup moins d'attention qu'elle ne le mérite, l'administration Trump a  détenu un citoyen américain sans procès ni accusation pendant plus d'un an. Un Américain aurait voyagé pour rechercher et documenter le conflit en cours en Syrie lorsqu'il a été capturé par les forces kurdes et remis à l'armée américaine. L'administration Trump l'a qualifié de « combattant ennemi » et l'a détenu sans inculpation pendant plus d'un an sans l'accuser officiellement d'un crime. Après l'aide de l'Union américaine des Libertés civiles, cet Américain non identifié a été  libéré. Malheureusement, il a été libéré et forcé d'aller vivre dans un pays non identifié qui n'est pas son domicile.

« Mon cas a montré le pire et le meilleur de mon pays », a déclaré l'homme dans une déclaration de ses avocats au Washington Post. « Personne, peu importe ce dont on le soupçonne, ne devrait être traité de la façon dont mon gouvernement m'a traité. Une fois que j'ai eu la chance de défendre mes droits, la Constitution et les tribunaux m'ont protégé ».

14. Maintien du soutien à la clause de détention indéfinie du NDAA

En parlant de détention, un autre produit de la guerre contre le terrorisme (alias la guerre contre la liberté) est une disposition contenue dans le NDAA qui a été initialement incluse dans la version 2011 du projet de loi. Certains lecteurs se souviendront peut-être que depuis 2011, le NDAA a inclus une disposition qui permet la détention indéfinie de citoyens américains sans droit à un procès. Le projet de loi a été signé par l'ancien président Obama et la disposition relative à la détention illimitée est toujours contenue dans le NDAA, ayant été approuvée par Trump chaque année depuis son adoption.

15. Tentative de blocage des témoignages sur la torture de la CIA

L'administration Trump a  invoqué le privilège des secrets d'État pour empêcher les deux psychologues qui ont créé le programme de torture de la CIA de témoigner devant le tribunal.

16. Renforcement et expansion de l'État policier

L'expansion des États policier et de surveillance s'est produite sous l'administration Trump sous diverses formes. Plus précisément, l'administration Trump a étendu la militarisation des outils d'application de la loi et de surveillance sous le couvert de la lutte contre l'immigration illégale. Alors que Trump discutait de la construction d'un mur le long de la frontière sud des États-Unis - un mur que  les contribuables américains ont payé - il travaillait également avec l'ICE (Immigrations and Customs Enforcement) et le CBP (Customs and Border Protection) pour accroître la surveillance.

Sous l'administration Trump,  l'ICE a été poursuivi pour avoir utilisé des outils de surveillance secrets dont il refuse de divulguer les détails. En janvier 2020, le CBP et l'ICE ont publié une évaluation des incidences sur la vie privée détaillant les plans de collecte d'ADN des personnes temporairement détenues aux postes frontières. Il s'agissait de la première tentative de  collecte d'ADN de personnes détenues mais non accusées d'un crime.

La patrouille des frontières a également lancé un programme visant à  scanner le visage de chaque personne quittant les États-Unis par avion, ainsi qu'un programme visant à scanner le visage de toutes les personnes se trouvant à l'intérieur de véhicules qui traversent des frontières internationales.

17. Soutien à la persécution et à la poursuite de Julian Assange & Chelsea Manning

Pendant sa campagne présidentielle, Donald Trump a dit qu'il adorait Wikileaks, mais après son élection, il a commencé à chanter un autre air. Trump a finalement demandé la poursuite du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, et l'administration Trump a fait pression sur l'Ambassade équatorienne à Londres pour qu'il remette Assange aux États-Unis. Aujourd'hui, alors que la présidence de Trump se termine, les partisans d'Assange espèrent désespérément une grâce qui ne semble pas venir.

L'administration Trump a également été récemment critiquée pour le traitement réservé à la dénonciatrice de l'armée américaine Chelsea Manning. Manning a récemment été convoquée pour répondre à des questions dans le cadre d'une citation à comparaître devant le grand jury. Pour avoir refusé de participer à la procédure secrète du grand jury, elle a été  arrêtée et est détenue à l'isolement depuis. On pense que les questions portent sur les fuites de documents de l'armée américaine de 2010 de Manning vers Wikileaks.

18. Relations avec Jeffrey Epstein depuis près de trois décennies

Lorsque l'agresseur en série Jeffrey Epstein a été arrêté en 2019, Donald Trump n'a pas mentionné sa relation avec Epstein. Cette relation bien documentée remonte aux années 1980, et comprend des liens importants avec la complice d'Epstein, Ghislaine Maxwell. Epstein avait 14 numéros différents de Donald Trump dans son petit livre noir et de nombreuses vidéos et photos montrent les hommes passant du temps ensemble. Malgré la tentative de la base de Trump de mettre de la distance entre lui et Epstein, l'une des premières victimes d'Epstein  affirme que Trump, les Clinton, Alan Dershowitz et les Rothschild étaient tous impliqués dans les inquiétants trafics sexuels.

En raison de la disparition prématurée d'Epstein, nous ne connaîtrons probablement jamais l'étendue réelle de l'implication de Trump. À moins que Ghislaine Maxwell ne décide de sauver sa peau en dénonçant tous ceux qui ont participé à l'opération Epstein.

source :  thelastamericanvagabond.com

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
Référencé par : 1 article