Accepter cookie ?
22/01/2021 reseauinternational.net  6 min #184589

Donald Trump : Un autre faux Messie ?

par Kevin Barrett.

Trump, autoproclamé « roi d'Israël », n'a pas réussi à sauver les États-Unis des démocrates et des pédophiles. Ses adeptes de la secte vont-ils continuer à trouver des excuses ?

En 1666, le monde juif tout entier est devenu fou. Un fou maniaco-dépressif nommé Sabbatai Zevi, aidé par son attaché de presse loquace, Nathan de Gaza, s'était déclaré le Messie.

L'histoire n'avait pas été tendre avec les Juifs. L'image qu'ils se faisaient d'eux-mêmes en tant qu'élus de Dieu, destinés à régner sur le bétail goyim, se heurtait à une réalité désordonnée. Persécutés ici, expulsés là, méprisés partout, les Juifs se sentaient une nation en déclin. Beaucoup étaient prêts à suivre un messie fou qui promettait de « rendre Israël grand à nouveau ». Alors que la frénésie sabbatéenne s'emparait des communautés juives d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient, les rabbins de l'establishment étaient impuissants à la contenir. Les Juifs abandonnèrent leurs entreprises, vendirent leurs biens et firent une telle pénitence masochiste que le prix des orties grimpa en flèche. Ceux qui pouvaient se permettre d'acheter des billets pour la Terre Sainte. C'était le sionisme 1.0, et il a donné le ton des futures itérations.

Avance rapide de 350 ans jusqu'en 2016. Un autre individu psychologiquement déséquilibré, un certain Donald J. Trump, s'est couronné d'une casquette de baseball rouge et s'est déclaré le rédempteur qui allait « rendre l'Amérique à nouveau grande ». Comme celle de Zevi, la folie de Trump a trouvé un public. Comme les Juifs en 1666, les Américains (hommes blancs) en 2016 commençaient à se sentir comme les membres persécutés d'une nation en déclin. Comme Sabbatai Zevi promettant de restaurer les jours de gloire biblique d'Israël et d'autres encore, Donald Trump a vendu à ses disciples une vision nostalgique et messianique d'un temple reconstruit de la grandeur nationale. Et comme les proto-sionistes de Zevi, les lemmings de Trump portant la casquette MAGA ont suivi leur chef dans la folie, abandonnant la pensée critique et embrassant ce que les gens plus sensibles pouvaient voir comme une illusion bizarre et mythique.

Pourquoi tant de gens ont-ils suivi sans esprit critique des chefs fous comme Zevi et Trump ? De toute évidence, tous deux avaient de bons propagandistes : Zevi n'était personne jusqu'à ce que Nathan commence à le promouvoir, tandis que Trump a construit son empire politique avec l'aide d'une armée de pétards engagés par les faux médias alternatifs de la MAGA-nation. Mais même les bons propagandistes ont besoin d'un produit viable. Et Zevi et Trump étaient tous deux cliniquement fous. Heureusement pour leurs propagandistes, tous deux souffraient de maladies mentales taillées sur mesure pour les vendre comme des messies.

Zevi était un maniaco-dépressif qui, dans ses phases maniaques, faisait des choses follement transgressives. Mais selon Nathan, le comportement criminel de Zevi était exactement ce que l'on attend d'un Messie ! Le but d'être un Messie, dit Nathan, est d'abolir la Loi. (On dirait quelque chose que Giuliani pourrait dire pour défendre Trump).

Les Juifs, qui en avaient probablement assez d'obéir ponctuellement à tous les aspects mesquins de la loi juive, l'ont cru. Un monde sans plus de loi, dans lequel les Juifs régneraient sur le bétail des Gentils comme Dieu l'avait prévu, leur semblait sacrément bon.

La folie unique de Trump a également joué sur les fantasmes de son public. Comme Zevi, Trump a enfreint les règles et s'en est tiré. De nombreux Américains de la classe ouvrière fantasment sur une vie d'opulence égoïste tout en bafouant les règles. Grâce à Trump - ou plutôt à leur image de Trump - ils pouvaient vivre leurs fantasmes par procuration. Et comme Zevi qui, selon la rumeur, a épousé une prostituée et invité des connaissances à en profiter, Trump aurait épousé un « mannequin » venu d'Europe de l'Est et aurait mené une vie dissolue à bien d'autres égards, comme pourraient en témoigner Roy Cohn et « Katie Johnson ».

Une autre attraction fatale : Zevi et Trump étaient tous deux des égoïstes sataniques, des narcissiques qui exigeaient que les gens les adorent à la place de Dieu. Zevi a changé les liturgies pour que les Juifs cessent de vénérer Yahvé et commencent à vénérer Zevi. Il était un soi-disant Antéchrist qui a consciemment volé le motif « l'homme à l'image de Dieu » aux chrétiens et l'a appliqué à lui-même. Trump, lui aussi, invitait au culte de lui-même, et était toujours le membre le plus important et le plus enthousiaste de la congrégation.

Sabbatai Zevi

Enfin, on ne peut s'empêcher de remarquer que Zevi et Trump étaient tous deux des « sionistes fous ». J'entends par là que, contrairement aux « sionistes sains d'esprit » (pardonnez l'oxymore), Zevi et Trump avaient une foi totale en leur propre capacité à défier le bon sens, la réalité géopolitique et historique, ainsi que l'existence et la volonté indépendante du peuple de l'Orient musulman, et à vouloir unilatéralement le succès suprême du Grand Israël.

Le message de Zevi aux Juifs - « Venez en Terre Sainte, je suis maintenant le roi du monde et le sultan ottoman est sur le point de se rendre à moi pour que nous, les Juifs, puissions soumettre et asservir le bétail goyim et nous retirer dans la splendeur et les laisser faire tout le travail » - s'est rapidement heurté à la réalité, sous la forme du sultan lui-même. Zevi a été amené devant le sultan, qui a dit « Si tu es le Messie, les flèches de mes bourreaux ne te feront pas de mal. Si tu ne l'es pas, tu es un imposteur qui mérite la mort ». La réponse rapide de Zevi a été une conversion nominale à l'Islam. Le sultan, qui a trouvé Zevi fou mais charmant, a traité le nouveau « converti » avec la pitié et la compassion légendaires des Musulmans, en révoquant la peine de mort et en le nommant à un poste élevé et bien rémunéré.

Les disciples de Zevi, comme ceux de Trump aujourd'hui, ont été anéantis. Comme les disciples de QAnon, les adeptes de Zevi (la majorité des Juifs de 1666) avaient imaginé toutes sortes de scénarios improbables censés expliquer pourquoi le « messie » qui allait tout remettre en ordre ne semblait pas pouvoir le faire. « Malgré l'apostasie de Sabbatai, beaucoup de ses adeptes s'accrochaient encore avec ténacité à leur croyance en lui, affirmant que sa conversion faisait partie du projet messianique ». (Wikipedia). De même, il y a encore des adeptes de Q qui croient que Trump va encore accomplir une sorte de miracle, se téléporter par magie à la Maison Blanche, arrêter l'élite pédophile satanique, exécuter Biden et Hillary, et aider les États-Unis à vivre heureux pour toujours.

50 ans après la mort de Zevi en 1676, sa réincarnation autoproclamée, Jacob Frank, a reconstruit son culte sioniste satanique et a élaboré la doctrine de Zevi de « rédemption par le péché ». Un fou qui se prend pour la réincarnation de Donald Trump va-t-il faire revivre de la même façon QAnon dans les dernières années de ce siècle ? Des choses plus étranges - comme l'histoire de Zevi et Frank et la création des spectacles modernes d'Israël - ont déjà été vues.

source :  unz.com

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
Se réfère à : 1 article