Accepter cookie ?
26/01/2021 thesaker.is  25 min #184770

La dystopie américaine - Le masque de la propagande et le syndrome de l'utopie

🇬🇧

Par Larry Romanoff pour le Saker Blog

Dans un article du NYT sur la "démocratie raciale" (ou raciste) américaine, (1) Jason Stanley et Vesla Weaver ont noté que "La philosophe Elizabeth Anderson a soutenu que lorsque les idéaux politiques divergent très largement de la réalité, les idéaux eux-mêmes peuvent nous empêcher de voir le fossé. Lorsque l'histoire officielle diffère grandement de la réalité de la pratique, l'histoire officielle devient une sorte de masque qui nous empêche de la percevoir".

Cela signifie que si la propagande est non seulement incessante et omniprésente, mais si ses principes sont trop éloignés de la vérité factuelle, les victimes de cette propagande perdent leur capacité à séparer la réalité de la fiction et deviennent incapables de reconnaître le décalage entre leurs croyances et leurs actions, croyant que leurs actions correspondent aux principes d'inspiration religieuse de leur propagande même lorsqu'elles ne correspondent manifestement pas. La théorie n'est pas évidente intuitivement, mais elle est fortement soutenue par les faits. C'est peut-être pour cette raison que les Américains sont coupables de ce que j'appelle "le syndrome de l'utopie", en se comparant non pas au monde réel de leurs actions, mais à une norme utopique qui n'existe que dans leur propre imagination, un monde de fantaisie et d'illusion où ils satisfont aux normes mais pas à toutes les autres. Dans cette optique, il se peut qu'une grande partie de ce que nous attribuons à l'hypocrisie américaine soit en réalité due à une folie de masse d'un genre particulier aux États-Unis.

Les dictionnaires définissent généralement l'"aberration" comme une déviation de la normale ou du typique, un événement ou une caractéristique qui peut être désagréable ou même criminel mais qui est rarement rencontré. En 1975, une commission du Sénat américain a enquêté sur les histoires documentées de la CIA qui s'est engagée dans des assassinats à grande échelle de dirigeants mondiaux faisant obstruction à l'hégémonie américaine. (2) (3) Leur conclusion ?

"La commission ne pense pas que les actes d'assassinat qu'elle a examinés représentent le véritable caractère américain. Ils ne reflètent pas les idéaux qui ont donné au peuple de ce pays et au monde l'espoir d'une vie meilleure, plus pleine et plus juste. Nous considérons les complots d'assassinat comme des aberrations".

Ainsi, comme l'a fait remarquer William Blum (4), les assassinats par la CIA de plus de 50 dirigeants nationaux et de 100 cibles de moindre importance, qui se sont étendus sur au moins 50 ans et se sont poursuivis de manière ininterrompue pendant douze présidents américains, sont de simples "aberrations" qui ne reflètent pas "le véritable caractère américain". Lisant le même scénario, l'armée américaine a décrit avec désinvolture toutes les circonstances et les événements de son réseau mondial de prisons de torture américaines sur douze décennies comme des "aberrations".

Il est intéressant de relire la citation ci-dessus qui nous dit que les 150 meurtres ou plus "ne représentent pas le vrai caractère américain", la citation formant une parfaite introduction au masque de la propagande et au syndrome de l'utopie. Les assassinats de tous ces dirigeants étrangers ne sont pas niés ; au contraire, ils sont décrits comme incompatibles avec l'idéal utopique américain, et c'est l'idéal plutôt que l'acte contre lequel l'Amérique se juge, l'idéal utopique fictif fournissant la véritable mesure de la suprématie morale américaine. Ce raisonnement pathologique est un hommage étonnant à l'efficacité des méthodes de propagande de Lippman et Bernays, qui ont presque à eux seuls transformé les Américains en bellicistes fous et délirants pendant les deux guerres mondiales. (5) C'est précisément à partir de cette propagande que les Américains d'aujourd'hui peuvent commettre de multiples atrocités horribles, violer toutes les mesures des droits de l'homme, tout en revendiquant la plus haute moralité et en ne voyant aucune incohérence ni aucun conflit. L'idéal utopique propagandiste de créer la paix et la stabilité dans le monde remplacera les actions de l'Amérique qui ne créent que la guerre et l'instabilité. L'idéal propagandiste d'encourager et de protéger la démocratie écrasera et masquera la réalité selon laquelle les États-Unis n'ont jamais installé une démocratie nulle part, n'ont jamais soutenu la démocratie et ont au contraire presque exclusivement installé et soutenu des dictatures brutales de droite. Cette logique manifestement illogique s'applique à tout le spectre du comportement américain.

Suivant le même raisonnement, un écrivain américain du nom de Dana Williams a écrit un article raisonnablement bon détaillant le fait que les interventions militaires américaines ont toujours été menées uniquement au nom des grandes entreprises et des élites, mais a ensuite ajouté : "Le trésor le plus inestimable de l'Amérique est ses valeurs démocratiques et son sens croissant des droits de l'homme". Quoi ? Un sens croissant des droits de l'homme ? Qu'est-ce qui le prouve ? Cette femme venait d'écrire la litanie de plus en plus dévastatrice des atrocités américaines et de la destruction de tant de gouvernements et de nations et nous parle ensuite du trésor inestimable et croissant de la démocratie et des droits de l'homme de ce même pays, apparemment sans connaissance d'aucun conflit. Telle est la puissance de la propagande et la capacité des mythes à s'insinuer dans le cœur et l'esprit des hommes.

Michael Parenti, pour qui j'ai une grande admiration, a fait essentiellement la même chose, en écrivant : "la manière américaine est de critiquer et de débattre ouvertement, de ne pas accepter sans réfléchir les agissements des responsables gouvernementaux de ce pays ou de tout autre pays". (7) Mais où étaient tous ces Américains qui débattent ouvertement alors que leur gouvernement détruit progressivement l'Irak depuis plus de dix ans ? Où étaient-ils lorsque Madeline Albright tuait 500 000 enfants irakiens ? Où était le débat public ouvert sur la destruction de la Yougoslavie ou de la Libye ? Où sont-ils aujourd'hui alors que les États-Unis détruisent le Venezuela ? En raison de la propagande intensive et de la programmation idéologique, on apprend aux Américains à vénérer le processus, mais à ignorer le résultat. C'est vraiment une sorte de folie de masse, avec tout le mérite qui revient à Bernays, "le père des relations publiques en Amérique".

Il n'est pas difficile de trouver d'autres exemples de cette illusion de masse. On a demandé au président américain Obama pourquoi les États-Unis ont réussi à se relever pendant plus de 200 ans sans échec apparent. Il a répondu : "La véritable force de notre nation ne vient pas de la puissance de nos armes ou de l'ampleur de notre richesse, mais de la pérennité de nos idéaux de démocratie, de liberté, d'opportunités et d'espoir inébranlable". (8) On peut nous pardonner de mettre en doute la santé mentale de l'homme, qu'il puisse faire une déclaration aussi manifestement absurde. Pire encore, à quel point les Américains peuvent-ils être ignorants et crédules, qu'ils acclament et agitent leurs drapeaux en entendant de telles inepties ? Nous avons déjà examiné les sources de richesse de cette nation, et elles n'ont jamais été liées, même en imagination, aux idéaux de démocratie ou de liberté.

Dans un autre cas illustrant la nature envahissante de cette maladie, en 2014, une équipe de football américaine a annulé le contrat de travail d'un de ses joueurs vedettes pour avoir agressé violemment sa femme. Dans un hôtel casino, la caméra de l'ascenseur a enregistré l'homme frappant sa femme à la tête si fort qu'il l'a conduite la tête la première dans le mur d'acier, la rendant inconsciente sur le sol. (9) (10) Un instant plus tard, la caméra de surveillance dans le couloir l'a enregistré en train de traîner son corps inconscient hors de l'ascenseur et de le jeter par terre comme une poupée de chiffon. Lorsque les vidéos ont été diffusées et sont devenues virales, l'homme a fait une déclaration aux médias dans laquelle il a dit : "Ce n'est pas le genre de personne que je suis". Mais bien sûr, c'est le genre de personne qu'il est ; c'était la troisième fois que la police devait intervenir alors qu'il avait fait quelque chose de similaire. Mais, comme la plupart des Américains et la nation elle-même, il ne se compare pas à la réalité de ses actions mais plutôt aux idéaux utopiques qu'il prétend avoir en tête. Ainsi, même s'il frappe sa femme de façon répétée et inconsciente, ce n'est pas le genre de personne qu'il est. Cette histoire est une parfaite illustration de l'Amérique d'aujourd'hui.

A une autre occasion, James Fallows, auteur américain et correspondant du magazine Atlantic, a écrit dans l'une de ses diatribes une comparaison entre la Chine et les Etats-Unis : "bien que nous soyons loin de l'idéal, nous nous efforçons de mettre en place un État de droit fiable". (11) Je ne souhaite pas particulièrement jeter des pierres à Fallows, mais cet homme peint des cibles sur son front avec une déclaration aussi clairement ridicule. Toutes les preuves nationales et internationales actuelles - toutes - soutiennent une affirmation sans réserve selon laquelle les États-Unis ignorent et violent librement toutes les formes de droit, tant le leur que celui des autres nations, chaque fois qu'elles deviennent gênantes ou qu'elles entravent une action unilatérale. Pourtant, avec son arrogance délicieusement condescendante, Fallows pontifie sur le fait que l'Amérique s'efforce de respecter parfaitement l'État de droit, tout en suggérant que la Chine ne le fait pas. Sa déclaration n'est pas différente en qualité de celle de Bush et d'Obama qui déclarent carrément "nous ne torturons pas" après avoir vu toutes les preuves et que les prisons de torture sont toujours ouvertes. Le noir est le blanc. Il n'y a rien d'autre à voir ici. Passons à autre chose. Et passons à autre chose, comme le fait Fallows, qui s'appuie sur sa mythologie féerique de la supériorité morale américaine, sans se soucier des énormes contradictions qui se dressent sur ses talons.

Fallows, dans sa conscience suspendue, se conforme parfaitement à ce syndrome utopique, comparant les actions de son pays à une norme élevée qui n'existe que dans son imagination et à laquelle les États-Unis n'ont jamais adhéré. Il fait de même avec ses critiques insensées de la Chine, imaginant l'existence d'une norme idolâtrée qu'il prétend ensuite que la Chine ne respecte pas.

Il est extrêmement important que les lecteurs réalisent et comprennent pleinement que des expressions telles que "État de droit", "liberté" et "valeurs démocratiques" ne sont que des constructions idéalistes hypothétiques. Ce sont des mythes et, comme tous les mythes, ils sont "conçus pour servir une fonction émotionnelle plutôt que cognitive, non pas pour fournir des faits basés sur la raison mais comme une propagande visant à susciter des émotions pour soutenir une idée". (12) Leur but, et leur effet astucieux, n'est pas de fournir des informations mais de faire gonfler le cœur d'une personne fière de sa propre supériorité morale. Pensez encore à "Fallows" : "bien que nous soyons loin de l'idéal, nous nous efforçons de mettre en place un État de droit fiable". En tant qu'Américains, nous ressentons instantanément cette poussée de fierté dans nos seins que nous sommes si respectueux des lois alors que d'autres, par insinuation, ne le sont pas. Plus encore, nous ressentons encore plus de fierté à admettre si ouvertement nos échecs (occasionnels et insignifiants) mais, étant la bonne incarnation, nous faisons face à ces échecs et les surmontons, et nous continuons à nous efforcer dans le meilleur esprit olympique. Comment notre dieu peut-il ne pas nous aimer ?

Le gouvernement américain fait exactement la même chose avec ses rapports annuels sur les droits de l'homme, qui non seulement répondent à la définition du sophisme utopique, mais contiennent en plus le mérite d'être principalement de grands mensonges sur des pays qui se trouvent être en désaccord, et des omissions tout aussi grandes sur des alliés actuels politiquement utiles.

Dans cet état d'esprit, les Américains se considèrent supérieurs à tous les autres et croient qu'ils font avancer un plus grand bien alors que tout ce qu'ils font, c'est imposer par la force leurs valeurs antisociales tordues et leur hégémonie politique à des nations et des peuples réticents. À travers leurs générations de propagande, de programmation et de lavage de cerveau, la plupart des Américains vivent dans un brouillard indispersible d'illusions et d'auto-illusions de masse dans lequel le noir est blanc mais qu'ils ne parviennent inexplicablement pas à sonder. Du fait de leur ignorance et de leur simplicité d'esprit créées par leur programmation utopique excessive, les Américains considèrent que la poursuite des guerres par leur pays, la cannibalisation des nations et la dévotion résolue au profit de quelques élites, sont la promotion de la démocratie et de la liberté, et sont apparemment incapables de la petite clarté de pensée nécessaire pour voir que leurs actions meurtrières et cupides n'ont absolument rien à voir avec la liberté ou la démocratie.

Lorsqu'elles sont contestées, elles offrent généralement une logique si infondée et illogique qu'elle défie presque toute contestation. Dans leur esprit, toutes les nations que leur gouvernement a attaquées sont, selon une définition utopique, des "régimes malfaisants". Depuis l'invasion du Mexique, dans toutes les nations d'Amérique du Sud et d'Amérique centrale, en Afrique et au Moyen-Orient, en Asie et en Afrique, les États-Unis ont lutté de manière désintéressée contre la tyrannie despotique. Bien sûr, ces nations étaient innocentes, mais produire une liste de tous les pays que les États-Unis ont envahis et colonisés avec une dictature militaire, évoquera presque inévitablement cette réponse : "Vous faites une liste de tous les régimes maléfiques contre lesquels "l'Amérique libre" a lutté, et vous utilisez cette liste comme preuve de la malignité de l'Amérique libre. Si seulement c'était vrai.

La combinaison des principes de propagande politique, religieuse et capitaliste s'est résolue en ce que John Galbraith, dans The Affluent Society, a appelé la "sagesse conventionnelle" (13) (14) qui, à travers des générations de cette même propagande, a rendu ces principes "plus ou moins identiques à la bonne science", et leur statut étant "virtuellement imprenable", comme il le disait. Bien entendu, aucun gouvernement américain, ni même les élites et leurs entreprises, n'ont réellement adhéré à ces principes, ce qui signifie, selon Galbraith, que les principes sont "hautement acceptables dans l'abstrait" plutôt que dans la réalité. Et c'est la source de notre dystopie de l'utopie en Amérique aujourd'hui. Nous avons la situation bizarre où cette sagesse conventionnelle - la propagande, en fait - fait d'une vigoureuse défense de ces croyances un substitut au comportement selon ces croyances.

Nous avons donc des Américains qui prêchent la démocratie alors que leur gouvernement installe partout des dictatures brutales, et ils ne voient aucune déconnexion. Nous avons des Américains qui prêchent les droits de l'homme alors qu'ils kidnappent des gens dans d'autres pays et les "rendent" pour la plupart torturés à mort, et ils ne voient aucune déconnexion. Nous avons des Américains qui prêchent et défendent avec ferveur le capitalisme de libre marché alors que ce même animal a soulagé environ 30 % d'entre eux de leurs maisons et de leurs emplois, mais ils ne voient aucune déconnexion.

Cette illusion massive est constamment renforcée par la répétition publique où chacun sait que beaucoup d'autres partagent ces croyances. Tout cela fonctionne comme une sorte de jeu de moralité religieuse, la propagande répétitive ne se contentant pas de rassurer mais servant d'évangélisation supplémentaire et omniprésente de ces croyances insensées. Galbraith a déclaré que "Dans une certaine mesure, l'articulation de la sagesse conventionnelle est un rite religieux. C'est un acte d'affirmation comme la lecture à haute voix des Écritures ou le fait d'aller à l'église". Il a poursuivi en disant que cette évangélisation en tant que rite religieux n'est pas négligeable car "son but n'est pas de transmettre des connaissances mais de béatifier l'apprentissage et les savants". En d'autres termes, des déclarations telles que "nous nous efforçons d'instaurer un État de droit" sont des déclarations vides de sens qui renforcent religieusement les principes utopiques et mythiques de la propagande américaine, puis sont utilisées comme preuve d'une moralité supérieure équivalant à la volonté de Dieu. Il n'y a qu'en Amérique que nous trouvons une auto-adoration effrénée pour avoir prêché un évangile que nous ignorons totalement dans notre vie réelle, en fait une hypocrisie monstrueuse rebaptisée religion.

C'est précisément ce que nous disait John Kozy (15) lorsqu'il a écrit que les matières enseignées dans les écoles américaines étaient enseignées comme si elles étaient constituées de vérités religieuses révélées, et dans lesquelles les fondements du patriotisme américain, de l'idéologie religieuse et politique, du consumérisme et du capitalisme de libre marché n'étaient pas différents de l'étude de la Bible en ce sens qu'ils ne pouvaient pas être remis en question parce qu'ils étaient par nature incontestables, et que l'évaluation critique était donc interdite. Et encore, "ceux qui posent des questions gênantes sont réduits au silence dans la honte ; les livres qui présentent des vérités gênantes sont retirés des bibliothèques". Aux États-Unis, comme dans aucun autre pays du monde, il est aussi nécessaire d'adhérer au récit accepté, ni aussi susceptible de faire accepter et même d'applaudir la régurgitation de ce même récit. Et dans aucun autre pays, il n'existe un tel écart entre les croyances et les actions ou entre la théorie et la pratique. L'évangile politique américain nous dit que nous protégeons et installons des démocraties partout. Dans la vie réelle, cela ne s'est jamais produit, même une seule fois, mais cela ne modifie en rien notre foi dans notre religion politique et personne ne nous excommunie pour nos péchés.

Selon Galbraith, "la sagesse conventionnelle s'adapte non pas au monde qu'elle est censée interpréter mais à la vision du monde du public", la même vision qui a été artificiellement créée par les propagandistes professionnels. Bien que les Américains puissent critiquer d'autres nations pour leur désapprobation des écarts de comportement, notamment politique, le même mécanisme de désapprobation fonctionne avec beaucoup plus de force dans la société américaine. Ce n'est qu'en Amérique que nous pouvons pleinement faire l'expérience de la puissance impressionnante de la capacité de la propagande à rendre 300 millions de personnes si sourdes, muettes et aveugles qu'elles déclareront avec ferveur et solennité que le noir est blanc. Ce processus est si efficace que peu de temps après le flot de révélations du vaste réseau américain de prisons de torture, y compris les rapports de témoins, les photos et les vidéos du traitement pathologiquement dépravé des prisonniers, le président Bush pourrait aller à la télévision nationale et dire à l'Amérique : "Nous ne torturons pas" - et faire en sorte que la plupart des Américains le croient. De même, avec Obama et ses prisons de torture toujours en activité, qui a dit à la nation : "Je peux me tenir devant vous ce soir et vous assurer que nous ne torturons pas", laissant 300 millions d'Américains au cerveau pathétique fermement ancrés dans la supériorité morale d'une nation qui ne fait pas de mal.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Scott Stanzel, a déclaré, à propos des décès américains en Irak, que le Président Bush "croit en la valeur et la dignité de chaque vie humaine, que chaque vie est précieuse et qu'il pleure chaque fois qu'elle est perdue". (16) (17) Pour preuve, un jour, le président Bush s'exprimait lors d'une réunion de l'organisation terroriste connue sous le nom de Freedom House, et a déclaré aux membres : "Nous sommes un pays de profonde compassion. Nous nous soucions des autres. Une des grandes choses de l'Amérique, une des beautés de notre pays, c'est que lorsque nous voyons un jeune enfant innocent exploser, nous pleurons. Nous ne nous soucions pas de la religion de l'enfant, ni de l'endroit où il vit, nous pleurons. Cela nous bouleverse. L'ennemi le sait, et il est prêt à tuer pour ébranler notre confiance. C'est ce qu'ils essaient de faire". (18) Mais il y a aussi une cassette vidéo de la Maison Blanche qui montre une conversation entre l'ancien secrétaire d'État Colin Powell et le président George Bush de l'époque, discutant de leur obligation chrétienne de répandre la démocratie partout, au moins en partie dans le but de protéger la vie de ces enfants innocents. (19) (20) Powell a ouvert la conversation en disant : "Il faut vite casser la gueule à quelqu'un. Nous devons avoir une démonstration de pouvoir brutale." Ce à quoi Bush a répondu : "Bottez le cul ! Si quelqu'un essaie d'arrêter la marche vers la démocratie, nous le chercherons et le tuerons ! Restez forts ! Tuez-les ! Nous allons les exterminer !"

Après avoir renversé une cinquantaine de gouvernements nationaux et installé des dictatures militaires brutales et télécommandées dans chacun d'entre eux, et après avoir essayé de faire de même dans une vingtaine d'autres pays tout en s'ingérant grossièrement dans leurs médias, leurs élections et leurs affaires intérieures, Karl Eikenberry, l'ambassadeur des États-Unis à Kaboul, a déclaré au monde : "L'Amérique n'a jamais cherché à occuper une quelconque nation dans le monde. Nous sommes un bon peuple". (21) (22)

Après être intervenu dans une centaine de pays, infligeant d'immenses effusions de sang et de misère à d'innombrables millions de civils innocents, le président américain Ronald Reagan s'est vanté : "Nous ne sommes jamais intervenus dans le gouvernement interne d'un pays et nous n'avons aucune intention de le faire, nous n'avons jamais eu de pensée de ce genre". (23) Et c'est le grand John F. Kennedy lui-même qui nous a dit : "Les États-Unis, comme le monde le sait, ne déclencheront jamais une guerre". (24) Comme l'a fait remarquer William Blum, cela doit signifier que dans les centaines de guerres que l'Amérique a connues avec plus de 70 nations pendant plus de 200 ans, tous ces pays ont d'abord envahi les États-Unis, et l'Amérique ne faisait que se défendre.

Le chroniqueur du New York Times Thomas Friedman, dans une interview probablement réalisée dans le bureau de son psychiatre, a affirmé que "les hommes et les femmes de l'armée de terre, de la marine, de l'armée de l'air et du corps des Marines des États-Unis ont été les plus importants gardiens de la paix dans le monde au cours du siècle dernier". (25) C'est dans cette même interview qu'il a encouragé tous les lecteurs de NYT à "donner une chance à la guerre".

La secrétaire d'État américaine Madeleine Albright, qui avait besoin d'un moyen de punir Saddam Hussein parce qu'il ne voulait pas devenir une colonie américaine, a personnellement organisé la destruction ciblée des installations de purification de l'eau potable en Irak et a promulgué des sanctions mondiales pour empêcher l'Irak d'obtenir des fournitures de remplacement ou des réparations. Selon les Nations unies, les actions d'Albright ont directement entraîné la mort de plus de 500 000 nourrissons irakiens à cause de l'eau potable contaminée, et ce en toute connaissance du gouvernement américain. Puis, dans une interview télévisée de l'émission 60 Minutes où elle a été confrontée aux preuves de ces actes par Leslie Stahl, Albright a proclamé, de façon célèbre, "Oui, cela en valait la peine". (26) (27) Et après avoir personnellement organisé les 80 jours de bombardements ininterrompus sur la Yougoslavie, la plus grande campagne de bombardements continus jamais mise en place par quiconque en quelque lieu que ce soit, elle a déclaré : "Les États-Unis sont bons. Nous essayons de faire de notre mieux partout". (28)

Un fonctionnaire du gouvernement américain a déclaré que "l'Empire américain est probablement le plus bénéfique et le plus moral que le monde ait jamais connu, non seulement en termes de développement technologique, mais aussi en favorisant la démocratie et la prospérité dans le monde. Aucun autre empire mondial n'a jamais pris des mesures aussi massivement contre ses intérêts uniquement à des fins morales". Pourtant, l'examen ne révélera aucun exemple où les États-Unis aient jamais nourri la démocratie, ni la prospérité non plus, et je mets quiconque au défi de détailler ne serait-ce qu'un seul incident dans l'histoire du monde où les États-Unis aient jamais agi, massivement ou non, contre leurs intérêts uniquement à des fins morales. Divers responsables militaires américains ont affirmé que "notre pays est une force pour le bien sans précédent", et que "l'armée américaine est une force pour le bien mondial qui... n'a pas d'égal". Le président américain Woodrow Wilson s'est vanté, il y a un siècle, que "l'Amérique est le sauveur du monde", tout en détruisant et en colonisant ce même monde. Robert Kagan, du Carnegie Endowment for War and Misery, a écrit : "Et la vérité est que l'hégémonie bienveillante exercée par les États-Unis est bonne pour une vaste partie de la population mondiale". (29) Preuve en est ? Par le masque de la propagande et le syndrome de l'utopie. Rien d'autre.

Le christianisme américain est une part importante de cette folie nationale. George Bush a informé le monde que Dieu lui a dit d'envahir l'Irak et, pendant l'invasion, il a dit : "J'ai confiance que Dieu parle à travers moi. Sans cela, je ne pourrais pas faire mon travail". Et lorsque la guerre fut terminée, après avoir tué un million ou plus de civils irakiens innocents, Bush a déclaré : "Lorsque nous élevons nos cœurs vers Dieu, nous sommes tous égaux à ses yeux. Nous sommes tous aussi précieux.... Dans la prière, nous grandissons dans la miséricorde et la compassion.... Lorsque nous répondons à l'appel de Dieu à aimer notre prochain comme nous-mêmes, nous nouons une amitié plus profonde avec notre prochain". Nous devons apparemment conclure que personne n'a eu un plus grand amour pour son prochain que George Bush pour le million de civils qu'il a tués en Irak et que Madeleine Albright ne faisait que manifester son grand amour pour l'humanité en tuant un demi-million de nourrissons. Et bien sûr, Obama ne peut pas être laissé en dehors de cette parade. Après les innombrables milliers de morts dans la destruction illégale de la Libye et les innombrables morts civiles causées par ses drones au Pakistan, il a rempli son obligation de propagande en nous disant : "Je crois que le Christ est mort pour mes péchés et que je suis racheté par lui. C'est une source de force et de subsistance au quotidien". (30) Les populations d'Afghanistan, de Libye, de Syrie et du Pakistan pourraient avoir une interprétation différente de la relation d'Obama avec son dieu.

Un autre résultat de ce syndrome utopique est ce que nous appelons "la marmite qui appelle la bouilloire noire", en d'autres termes, attribuer aux autres les péchés que "notre côté" commet et être apparemment inconscient de l'illogisme et des mensonges grossiers de notre position. La seule raison pour laquelle les États-Unis accusent Huawei d'être un espion potentiel est que Cisco, Microsoft, Intel, Xerox et tant d'autres sociétés informatiques américaines espionnent pour la CIA et la NSA depuis des décennies. Les médias américains accusent quiconque écrit des articles favorables à la Chine, à la Russie ou à l'Iran d'être payé des shillings, uniquement parce que les correspondants américains sont payés des shillings de la CIA depuis les années 1950.

Un autre exemple qui a récemment croisé mon chemin est un article du Financial Times de Jamil Anderlini, qui était à l'époque le chef de la station du FT à Pékin. Dans un article intitulé "L'éducation patriotique déforme la vision du monde de la Chine", (31) Anderlini affirmait que "l'enseignement sélectif de l'histoire par la Chine influence l'image qu'elle a d'elle-même", imaginant une grande "déconnexion entre la façon dont le monde voit la Chine et la façon dont la Chine - des citoyens ordinaires aux hauts dirigeants - se voit elle-même". Il a déclaré que le monde voit la Chine comme un monstre effrayant qui intimide toutes les autres nations, son ignorance le rendant béatement inconscient que ce sentiment n'est pas vrai pour la Chine mais pour les États-Unis qu'il défend.

Il a écrit que l'"enseignement sélectif" de l'histoire par la Chine et l'accent mis sur l'"éducation patriotique" cultivent une "mentalité de victime nationaliste et anti-occidentale chez les jeunes Chinois", ignorant apparemment, là encore, l'éducation patriotique typiquement occidentale (américaine) qui cultive le patriotisme américain. Cette mentalité est typique de tous les correspondants des médias occidentaux qui sont sélectionnés principalement pour l'ampleur de leur conversion par la propagande américaine. Il est peut-être bon de noter qu'avant de rejoindre le Financial Times, Anderlini était employé comme mannequin de sous-vêtements masculins, ce qui a sans doute contribué à sa profonde compréhension de la culture chinoise tout en consolidant ses références en tant que chef de la station du CE à Pékin.


 L'écriture de M. Romanoff a été traduite en 28 langues et ses articles ont été publiés sur plus de 150 sites d'information et de politique en langue étrangère dans plus de 30 pays, ainsi que sur plus de 100 plateformes en langue anglaise. Larry Romanoff est un consultant en gestion et un homme d'affaires à la retraite. Il a occupé des postes de cadre supérieur dans des sociétés de conseil internationales et a été propriétaire d'une entreprise internationale d'import-export. Il a été professeur invité à l'université Fudan de Shanghai, où il a présenté des études de cas sur les affaires internationales à des classes supérieures du EMBA. M. Romanoff vit à Shanghai et écrit actuellement une série de dix livres généralement liés à la Chine et à l'Occident. Il est l'un des auteurs de la nouvelle anthologie de Cynthia McKinney   'When China Sneezes'. Ses archives complètes peuvent être consultées sur  moonofshanghai.com +  bluemoonofshanghai.com Il peut être contacté à l'adresse suivante 2186604556qq.com.

Notes

(1)  opinionator.blogs.nytimes.com

(2)  nsarchive.gwu.edu

(3)  spartacus-educational.com

(4)  williamblum.org

(5)  moonofshanghai.com

(6)  researchgate.net

(7)  thirdworldtraveler.com

(8)  edition.cnn.com

(9)  knowyourmeme.com

(10)  pressofatlanticcity.com

(11)  theatlantic.com

(12) J'ai perdu la source de cette citation

(13)  betterhelp.com

(14)  amazon.com

(15)  globalresearch.ca

(16)  williamblum.org

(17)  counterpunch.org

(18)  williamblum.org

(19)  lewrockwell.com

(20)  informationclearinghouse.info

(21)  theguardian.com

(22)  foreignpolicyjournal.com

(23)  whale.to

Ronald Reagan, 1982. Voir : Nicaragua [2011 Jan] RONALD REAGAN : ILLUMINATI TOOL [1995] The Crimes of Mena par Sally Denton et Roger Morris.

(24)  jfklibrary.org

(25)  wsws.org

(26)  dissidentvoice.org

(27)  dissidentvoice.org

(28)  en.wikiquote.org

(29)  carnegieendowment.org

(30)  boston.com

(31)  ft.com

 thesaker.is

 Commenter
admin [Commentaire] 2021-01-26 #10304

Alavache,
ça fait du bien un bon bain d'intelligence

Il est extrêmement important que les lecteurs réalisent et comprennent pleinement que des expressions telles que "État de droit", "liberté" et "valeurs démocratiques" ne sont que des constructions idéalistes hypothétiques. Ce sont des mythes et, comme tous les mythes, ils sont "conçus pour servir une fonction émotionnelle plutôt que cognitive, non pas pour fournir des faits basés sur la raison mais comme une propagande visant à susciter des émotions pour soutenir une idée".
Nous avons donc des Américains qui prêchent la démocratie alors que leur gouvernement installe partout des dictatures brutales, et ils ne voient aucune déconnexion. Nous avons des Américains qui prêchent les droits de l'homme alors qu'ils kidnappent des gens dans d'autres pays et les "rendent" pour la plupart torturés à mort, et ils ne voient aucune déconnexion. Nous avons des Américains qui prêchent et défendent avec ferveur le capitalisme de libre marché alors que ce même animal a soulagé environ 30 % d'entre eux de leurs maisons et de leurs emplois, mais ils ne voient aucune déconnexion.
Afficher la suite  2 min
Référencé par : 2 articles