Accepter cookie ?
04/07/2021 reseauinternational.net  8 min #191678

Talibans, États-Unis et armes russes

1

par Andrei Martyanov.

Laissez-moi réfléchir Hm

3M22 Zircon : + Mach 9, portée de + 1 000 kilomètres, guidé par IA, une fois que plusieurs tonnes ont atteint la cible - c'en est fini pour la cible. Maintenant, l'alternative : un canon électromagnétique Mach 7 pour un projectile « entier » de 23 livres avec une portée « étonnante » d'environ 160 kilomètres. Mais il est tellement cool, c'est l'iPhone, le Tesla, des armes navales. Bon sang, on parle d'inadéquation technologique. On parle d'une poursuite insensée d'une technologie « éveillée » et de stupidité opérationnelle. Ah,  attendez

« BATH, Maine (AP) - La marine américaine a mis fin, pour le moment, à l'utilisation d'une arme futuriste qui tire des projectiles à une vitesse sept fois supérieure à celle du son. La marine a passé plus d'une décennie à développer le canon électromagnétique et a un jour envisagé de l'installer sur les nouveaux destroyers furtifs de la classe Zumwalt construits à Bath Iron Works, dans le Maine. Mais le Département de la Défense se tourne vers les missiles hypersoniques pour rester au niveau de la Chine et de la Russie, et la marine a réduit le financement de la recherche sur le canon électromagnétique dans sa dernière proposition de budget.

« Le canon électromagnétique est, pour l'instant, mort », a déclaré Matthew Caris, analyste de la défense chez Avascent Group, une société de conseil. La suppression du financement suggère que la marine a perçu à la fois les difficultés de mise en œuvre de la technologie et les lacunes de la portée des projectiles par rapport aux missiles hypersoniques, a-t-il ajouté. La décision de la marine de suspendre les recherches à la fin de l'année libère des ressources pour les missiles hypersoniques, les systèmes à énergie dirigée comme les lasers et les systèmes de guerre électronique, a déclaré le lieutenant Courtney Callaghan, porte-parole de la Marine ».

Je me souviens qu'il y a quelques années, lorsque j'affirmais que toute cette histoire de canon électromagnétique n'était rien d'autre qu'un tas de conneries qui n'aurait aucune valeur au combat, de nombreux « experts » se moquaient de moi. Effectivement, qu'est-ce que j'y connais. Il y a quatre ans, j'ai lancé un  avertissement :

« Nous sommes entrés dans un paradigme de missiles il y a quelque temps et, aujourd'hui, la technologie des missiles nous permet d'accéder à de toutes nouvelles capacités qui changent non seulement la tactique, mais aussi la perspective des opérations et de la stratégie. Aucune technologie exotique et inutile en combat réel, au coût prohibitif, n'y changera quoi que ce soit. Les portées, les vitesses, la manœuvrabilité, l'intelligence artificielle, la furtivité des missiles ne feront que croître jusqu'à ce qu'un nouveau paradigme technologique se développe - probablement avec la robotique complète, les lasers de combat réels et d'autres armes énergétiques qui changeront la nature de la guerre, mais pour l'instant : Portée de 100 miles, Mach 6, trouvez autre chose pour impressionner quelqu'un avec un peu de connaissance ».

Ah, ce bon vieux moi, toujours aussi pessimiste et sceptique quant à tous ces trucs de guerre du Pentagone. En effet, qui suis-je comparé à un « scientifique » politique issu d'une école prestigieuse de l'Ivy League qui a vu tant d'images d'armes et à qui l'on a enseigné l'histoire dans laquelle les États-Unis ont gagné toutes leurs guerres depuis le Péloponnèse, le Punique et les guerres napoléoniennes.

Bien sûr, à ce stade, il faut se poser une question très simple et douloureuse : dans quelle mesure les États-Unis sont-ils à la traîne de la Russie (et de la Chine) en matière d'armes hypersoniques et laser. Réponse honnête en ce qui concerne les hypersoniques, de véritables armes hypersoniques capables de recevoir un ciblage, de voler, y compris dans l'atmosphère, d'être contrôlées, de se verrouiller sur la cible et de la frapper - comme je le dis sans arrêt, au moins une génération.

Je ne suis pas sûr au sujet des lasers, cependant, et nous connaissons tous l'état réel, peu impressionnant, pour le dire poliment, des défenses aériennes et antimissiles américaines. Ici, le décalage n'est pas d'une mais de plusieurs générations. Comme le chantait Pink Floyd :

And then one day you find ten years have got behind you
No one told you when to run, you missed the starting gun

Et puis un jour, vous découvrez que dix ans se sont écoulés.
Personne ne vous a dit quand courir, vous avez raté le départ.

Les États-Unis ont raté le coup d'envoi de la Révolution dans les Affaires militaires en 1990, lorsqu'ils se sont convaincus, à l'encontre des preuves empiriques accablantes, qu'ils pouvaient combattre un pair (ou un quasi-pair) et gagner. Ce n'est pas le cas et c'est pourquoi les États-Unis sont si dangereux aujourd'hui : ils sont toujours au bord du précipice d'une erreur de calcul historique qui entraînera la destruction de leur armée et déclenchera la seule réponse possible pour les États-Unis : le nucléaire.

Dans un  développement tragique :

« Quelques heures après le retrait américain de Bagram - la plus grande base aérienne d'Afghanistan et le centre historique de la plus longue guerre des États-Unis - des pilleurs sont arrivés. Les pilleurs ont volé des ordinateurs portables et des bonbonnes de gaz de la base, a déclaré Darwaish Raufi, un administrateur de district de Bagram, selon le New York Times. Raufi a déclaré que le retrait américain de la base a été effectué en une nuit et sans coordination avec les responsables locaux. « Malheureusement, les Américains sont partis sans aucune coordination avec les responsables du district de Bagram ou le bureau du gouverneur », a déclaré Raufi, selon l'Associated Press. « En ce moment, nos forces de sécurité afghanes contrôlent l'intérieur et l'extérieur de la base » ».

Pourquoi tragique, dites-vous ? Parce qu'en dépit de meilleurs conseils et de l'aide d'amis et même « d'ennemis » (la Russie a puissamment aidé les États-Unis en Afghanistan), les États-Unis n'ont rien accompli là-bas et c'est à quelqu'un d'autre qu'il incombe de nettoyer ce gâchis et de traiter avec des Talibans triomphants. Devinez qui va nettoyer ce foutu bordel, pendant que les États-Unis s'enfuient et laissent  d'énormes problèmes derrière eux

« L'administration Biden a demandé à trois pays d'Asie centrale d'héberger temporairement des milliers d'Afghans qui ont travaillé avec les forces américaines et qui pourraient être la cible des Talibans, alors que les troupes américaines et de l'OTAN se retirent après près de deux décennies. Les États-Unis ont demandé au Kazakhstan, au Tadjikistan et à l'Ouzbékistan d'accueillir environ 9 000 Afghans qui ont participé à l'invasion et à l'occupation du pays par l'armée américaine, selon trois personnes au courant de la demande, qui ont demandé à ne pas être identifiées comme discutant de délibérations privées ».

Pour l'instant, la Turquie veut le job en Afghanistan. Qu'à cela ne tienne, Erdogan pense encore en termes de Grand Turan oubliant, bien sûr, que nous sommes au XXIe siècle et que la Turquie n'a tout simplement pas les ressources pour accomplir des choses de cette ampleur et de cette nature. Bien sûr, il ne doit pas oublier que l'Iran et le Pakistan voisins ont leurs propres desseins en Afghanistan, il sera donc fascinant d'observer le déroulement des événements dans cette région.

Lester Grau a  écrit il y a 14 ans :

« Il existe une littérature et une perception commune selon lesquelles les Soviétiques ont été vaincus et chassés d'Afghanistan. Ce n'est pas vrai. Lorsque les Soviétiques ont quitté l'Afghanistan en 1989, ils l'ont fait de manière coordonnée, délibérée et professionnelle, laissant derrière eux un gouvernement qui fonctionnait, une armée améliorée et un effort de conseil et économique assurant la viabilité continue du gouvernement. Le retrait était basé sur un plan diplomatique, économique et militaire coordonné permettant aux forces soviétiques de se retirer en bon ordre et au gouvernement afghan de survivre.

La République démocratique d'Afghanistan (RDA) a réussi à se maintenir malgré l'effondrement de l'Union soviétique en 1991. Ce n'est qu'ensuite, avec la perte du soutien soviétique et les efforts accrus des moudjahidines (guerriers saints) et du Pakistan, que la DRA a glissé vers la défaite en avril 1992. L'effort soviétique pour se retirer en bon ordre a été bien exécuté et peut servir de modèle pour d'autres désengagements de nations similaires ».

Il a fallu l'alcoolique et dégénéré Eltsine et sa cabale de « réformateurs » pour empêcher toute aide au gouvernement de Najibullah. Sinon, nous n'aurions pas eu ce que nous avons aujourd'hui en Afghanistan, nous n'aurions peut-être pas connu la tragédie du 11 septembre. Mais le régime à Kaboul dirigé par les États-Unis et totalement corrompu commence à compter ses derniers mois, probablement ses dernières semaines. Nous allons, je dois malheureusement l'admettre, assister à la tragédie de nombreuses personnes en Afghanistan, celles qui ont cru à un moment donné qu'un changement positif était possible dans ce pays maudit. Ils se sont trompés.

Comme l'a prophétisé un jour Saint-Exupéry : « On devient responsable, pour toujours, de ce qu'on a apprivoisé ». Beaucoup de gens en Afghanistan vont apprendre maintenant que les États-Unis n'ont pas de responsabilités et qu'ils sont incapables de conclure un accord. Mais bon, le principe « déclarons une victoire et partons » est aussi américain que le baseball et la tarte aux pommes.

Je me souviens toujours de ces  filles afghanes qui ont commencé à jouer au football féminin - un crime aux yeux des Talibans. Que va-t-il leur arriver ? N'oubliez pas que nous sommes responsables de ceux que nous avons apprivoisés. Maintenant, regardez la Russie, ses actions.


source :  smoothiex12.blogspot.com

traduit par  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter
Référencé par : 1 article