Accepter cookie ?
24/09/2021 dedefensa.org  8 min #195573

L'Ocs, à l'insu des sous-marins

 Ouverture libre

• Textes du 24 septembre 2021. • On jugera de l'étrange coïncidence, génératrice d'innombrables dissonances chez nos dirigeants et commentateurs, tous "sachants" du domaine, dans cette réunion de l'OCS comparée à l'affaire des sous-marins et la création du pacte AUKUS, alias "l'OTAN du Pacifique" (!). • Le bloc-BAO continue à vivre dans un simulacre que mille et mille plumes de la presseSystème contribuent à gonfler, gonfler, gonfler... • L'OCS, avec une impressionnante réunion de pays dissidents affirmés ou semi-dissidents, rend absolument bouffonne l'initiative anglo-saxonne. • Contributions : dedefensa.org et Pepe Escobar.

On comprendra aisément que le texte de Pepe Escobar sur la réunion de l'Organisation de Coopération de Shanghai (OCS) des 18-19 septembre tombe à pic pour mettre dans sa véritable perspective la "crise" désormais réglée par  l'amiable et franche camaraderie franco-américaniste, concernant la douzaine de sous-marins australiens qui feront la loi dans le Pacifique dans les années 2030-2040. Il ne s'agit pas ici de développer quelques réflexions de plus sur les soubresauts touchant les relations transatlantiques (France-USA) et les divers épisodes qui leur sont liés au sein du bloc-BAO, mais bien d'envisager une appréciation moins exaltée sur le traité AUKUS (Australie-UK-USA).

L'OCS n'est pas une alliance militaire au sens de l'OTAN, avec son Article 5 (lequel prévoit une aide de ses membres si l'un d'eux est attaqué, - mais sur base du choix, et de la décision elle-même, et des moyens, - et nullement une obligation). Cela se comprend par la diversité à la fois géographique et culturelle des pays concernés, et aussi de leurs sens de la souveraineté, cette chose qui semble bien absente chez les membres de l'OTAN. Quoi qu'il en soit, l'OCS s'est fortement renforcée depuis sa création, d'ailleurs et sans surprise dans l'indifférence affichée et d'ailleurs sincères des pays du bloc-BAO qui ne voient rien d'honorable et de digne du regard dans le monde qu'eux-mêmes. (Faites "OCS" sur Google, vous êtes dirigés sur "Orange Cinéma Séries", évidemment bien plus attachant et sérieux que l'OCS.) Partie de la Chine, de la Russie et de quatre pays-"stan", elle s'est renforcée de l'Inde et du Pakistan en 2017 et de l'Iran depuis le week-end dernier.

Comme on le voit dans le texte de Pepe Escobar ci-dessous, le cas de l'Afghanistan a été au centre des discussions de sécurité, avec un mandat donné au Pakistan pour suivre l'évolution de ce pays sous la direction des talibans. Si cette évolution est "satisfaisante" pour les uns et les autres au sein de l'OCS, lorsqu'un gouvernement stable sera établi, la question de l'entrée de ce pays dans l'OCS sera clairement posée. Pour l'heure, la réunion a permis de rappeler que l'Inde, bien que mobilisée par les USA au sein de l'intrigant QUAD, n'est pas pour autant engagé sans condition au côté des USA, puisque d'ailleurs objet des menaces de sanctions US pour ses achats d'armement russes.

D'un autre point de vue que l'on comprend évidemment, la participation de l'Inde au QUAD, - qui tient sa première réunion au sommet  à Washington, - n'est pas nécessairement perçue avec faveur au sein de l'OCS, essentiellement par la Chine, comme on le comprend bien et comme le souligne Escobar. Il n'est pas impossible que le temps vienne rapidement où l'Inde devra choisir entre les deux, au risque, si cette puissance choisit le QUAD, de perdre toute autonomie stratégique et toute capacité d'indépendance de souveraineté.

(Les Russes eux-mêmes veillent sur ce parcours de l'Inde, et ils sont prêts, dans certains cas de figure, de se juger obligés à la fois de rassurer leur allié chinois, à la fois de craindre des intrusions des USA, et donc de mettre en question la vente d'armements très avancés à l'Inde. C'est de ce point de vue qu'il faut suivre le chemin de la commande indienne  annoncée du système S-500.)

Escobar : « Prenons l'exemple de la rencontre bilatérale entre le ministre indien des affaires étrangères, S. Jaishankar, et le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi. Jaishankar a déclaré que la Chine ne devait pas considérer "ses relations avec l'Inde à travers le prisme d'un pays tiers" et a pris soin de souligner que l'Inde "ne souscrit à aucune théorie de choc des civilisations".

» Cette déclaration n'a pas été facile à faire accepter, étant donné que le premier sommet du QUAD aura lieu cette semaine à Washington, DC, et qu'il sera accueilli par ce "pays tiers" qui est actuellement en mode "choc des civilisations" contre la Chine. »

Il est remarquable de constater la différence de vision existant entre les deux parties mises en présence, essentiellement du fait des USA et de ses illusions sur l'état de sa propre puissance...
• les USA avec le bloc-BOA encordé en youyou, et l'enfant "naturel" AUKUS d'une part, ensemble complètement naval et centré sur l'affrontement mer-terre (contre la Chine) si cher aux géopoliticiens et, depuis Mahan, aux amiraux de l'U.S. Navy ; et
• d'autre part la vision extrêmement terrestre de l'OCS, ouverte sur le flanc Sud de la masse eurasiatique, et conduisant à la considération de l'Occident comme un appendice du bloc Asie-Pacifique.

Ainsi, AUKUS et l'OCS ne parlent pas, ni la même langue conceptuelle du monde, ni la même stratégie. Lorsque nos commentateurs occidentaux (même les antiaméricanistes) parlent d'un "tournant stratégique majeur" des USA (donc "tournant stratégique majeur du monde", pensent-ils), ils projettent une conception occidentaliste (même s'ils sont antiaméricanistes, répétons-le). Il ne serait pas inutile d'envisager la possibilité qu'ils n'aient pas raison, non plus qu'en se référant au 'Choc des Civilisations' du professeur Huntington, comme font notamment les Français Zemmour et Onfray, en ne pensant d'ailleurs qu'à la "civilisation musulmane" comme auteur du "choc" pour la France ;
et oubliant, selon notre point de vue combien l'essentiel de l'effondrement d'une civilisation (la nôtre, incluant les USA dans un concept assez critiquable) est devenu, au fil du " déchaînement de la Matière", l'effondrement du Système.

Ces gens-là, oubliant les nouvelles constantes profondes de la crise terminale de la modernité, n'ont peut-être pas raison pour notre sujet, d'autant qu'il ne nous paraît pas que l'enfant "naturel'" AUKUS soit spécialement effrayant jusqu'à faire trembler le monde... A ce sujet et en résumé, nous rappelons ici les  diverses objections à cet égard que nous avions énumérées dans un article récent, non pas sur cette vision du monde occidentalisée qui mâchonne le "choc des civilisations" mais sur la réalité à débattre du "tournant stratégique majeur" pour une puissance (les USA) qui pourtant baigne dans le Pacifique bien plus que dans l'Atlantique :

« • Il y a longtemps que, depuis 1945, les USA changent leur priorité stratégique de l'Europe vers l'Asie. C'était déjà le cas en 1950 (guerre de Corée) ou en 1964 (guerre du Vietnam) ; le dernier épisode du feuilleton est donc l'annonce d'Obama du "shift" vers l'Asie. Le "changement stratégique" n'a pour les USA aucun sens, parce que ce pays "indispensable" qui est évidemment une "hyperpuissance" à durée indéterminée a évidemment une stratégie maîtresse et une domination à mesure pour chacune de ces zones, comme pour toutes les autres d'ailleurs.

» • Une "alliance" avec UK et Australie, déjà bien vivante depuis 1945 au travers d'une multitude de lien (serait-ce le fameux réseau "anglo-saxon" d'écoute et d'espionnage 'Five Eyes' depuis 1947), n'ajoute pas grand'chose à la situation stratégique de trois pays étroitement liés, c'est-à-dire où l'un (les USA) est comme chez lui chez les deux autres (Australie et UK)....

» • Au reste ce "changement stratégique" majeur se fait selon le constat que tout est à peu près réglé entre les USA et la Russie, la fameuse scission entre Chine et Russie ayant été réalisée, et ainsi la possibilité de se tourner vers l'affrontement contre la seule Chine. Est-ce qu'on plaisante ?...

» • La livraison de sous-marins AUKUS à l'Australie, avec ce cadeau étincelant des livraisons de technologies nucléaires à l'Australie est une perspective radieuse : elle s'étend sur plusieurs décennies aussi longues que les dizaines de $milliards, dans un environnement où l'on connaît bien maintenant les capacités technologiques et gestionnaires du Pentagone......

» • Pour ce qui est des forces US qui pourraient s'installer en Australie...... Il est possible que la priorité pour les USA soit plutôt d'en déployer dans les îles Hawaï, si se confirment les hypothèses selon lesquelles la marine chinoise, pour "riposter" aux incursions de la VIIe Flotte en Mer de Chine, pourrait instituer ce même jeu autour de Guam, de Pearl Harbor, voire au large des côtes californiennes. »

On trouve donc ci-dessous le texte de Pepe Escobar, mis en ligne sur le site du  Saker-US le 22 septembre 2021, dans une traduction du  Sakerfrancophone. Le titre original (« L'Eurasie prend forme. L'OCS vient de bouleverser l'ordre mondial ») apparaît en parfait contrepoids des annonces emphatiques de la presseSystème du bloc-BAO selon laquelle AUKUS "bouleverse l'ordre stratégique mondial".

 dedefensa.org

 Commenter