Accepter cookie ?
24/01/2022 10 articles reseauinternational.net  3 min #201030

Mutineries dans les casernes au Burkina Faso : embryon de coup d'État ou coup de semonce ?

par Chaabane Bensaci.

Au Burkina, les soldats en colère veulent le départ des chefs.

Du feu sous les cendres

En proie, depuis presque une décennie, à une vague terroriste de plus en plus menaçante, la région sahélienne traverse, ces derniers temps, une autre zone de turbulences, caractérisée par une instabilité politique et militaire chronique. À la suite des coups d'État qui ont ébranlé le Mali et la Guinée et dont les conséquences sont encore indéterminées, si l'on en juge par le bras de fer qui oppose les nouvelles autorités de transition à la Communauté économique des États d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) dont les sanctions connaissent un durcissement graduel, c'est au tour du Burkina de subir, hier, les soubresauts d'une agitation inquiétante.

Les militaires ont exprimé leur colère dans plusieurs casernes du Burkina Faso, réclamant le « remplacement » des chefs de l'armée et des « moyens adaptés » dans la lutte contre les groupes terroristes qui frappent leur pays, selon un enregistrement sonore transmis aux médias. « Nous voulons des moyens adaptés à la lutte » antiterroriste, « des effectifs conséquents » et le « remplacement » des plus hauts gradés de l'Armée nationale, est-il déclaré dans cet enregistrement, sous couvert de l'anonymat.

Il semble que le propos émane de soldats de la caserne Sangoulé Lamizana de Ouagadougou, une parmi toutes celles où ont retenti des salves répétées durant plusieurs heures, hier, dans la matinée. Il a été également question, dans cet enregistrement porteur de revendications informelles, de la nécessité d'une « formation du personnel adaptée à la menace » terroriste, « la création d'unités permanentes » constituées spécialement pour « le front » et la « revalorisation des primes ». Pour couronner le tout, est aussi réclamée « une meilleure prise en charge » des victimes tuées ou blessées ainsi que de leurs familles.

Cette agitation qui fait suite à une tentative de mobilisation populaire en soutien au Mali, interdite par la Mairie de Ouagadougou mais dont la tenue a entraîné des affrontements avec les forces de l'ordre, témoigne de la situation critique dans laquelle se trouve le pays burkinabè. Pendant les deux dernières semaines, le président Roch Christian Kaboré et le gouvernement, ont été accusés par une grande partie de la population de se montrer « incapables », face à la montée en puissance des groupes terroristes. Ce mécontentement populaire est en train de faire tache d'huile, malgré les dernières mesures prises pour tenter d'endiguer le fléau et si, officiellement, le Burkina est encore à l'abri d'une « prise de pouvoir par l'armée », le risque est grand de voir les institutions brusquement menacées.

De plus en plus fréquents, les manifestations et autres mouvements de foules excédés par l'impuissance des dirigeants à combattre les groupes terroristes sont réprimés par les forces de l'ordre, mais la spirale des violences est telle qu'un jour ou l'autre, le volcan finira par se transformer en brasier.

source :  lexpressiondz.com

 reseauinternational.net

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
1 occurrence 06/02/2022 francais.rt.com  2 min #201707

Coups d'Etat en Afrique : le deux poids, deux mesures de la France

Coups d?Etat en Afrique : le deux poids, deux mesures de la France

6 févr. 2022, 18:50

Y a-t-il de bons et de mauvais coups d'Etat ? Bien que Paris condamne à chaque fois les putschs en Afrique, les autorités françaises se montrent plus ambiguës avec les autorités militaires qui servent leurs intérêts sur le continent.

Il y a de mauvais coups d'Etat et de bons coups d'Etat. Qui mieux qu'Emmanuel Macron pour nous l'expliquer ? Au Soudan, mais aussi dans des pays francophones comme le Mali, la Guinée ou le Burkina Faso, Paris condamne à chaque fois ces putschs.

1 occurrence 03/02/2022 reseauinternational.net  6 min #201547

Guinée-Bissau : les zones d'ombre d'un putsch manqué contre Umaro Sissoco Embalo

par Momar Dieng.

Dans une région qui semble avoir pris un goût immodéré aux coups d'État militaires depuis deux ans, le putsch raté contre le président Umaro Sissoco Embalo, malgré ses mystères, rajoute aux inquiétudes ambiantes et laisse planer le doute sur un effet domino potentiel.

Le 30 janvier 2022, « heureux » d'assister à l'intronisation du président de l'Union des imams de Guinée-Bissau, Thierno Suleyman Baldé, le président Umaro Sissoco Embalo n'avait sans doute pas à l'esprit que son  pouvoir vacillerait dangereusement 48 heures plus tard.

1 occurrence 30/01/2022 francais.rt.com  3 min #201369

Burkina Faso : une soixantaine de djihadistes tués, selon l'état-major français

© Uncredited Source: AP

Les militaires ont pris le pouvoir au Burkina Faso (image d'illustration du 24 janvier).

30 janv. 2022, 21:26

Une soixantaine de djihadistes ont été tués dans le nord du Burkina Faso lors d'une opération conduite par les forces burkinabè, assistées par des unités françaises de l'opération Barkhane, a annoncé l'état-major de l'armée française.

1 occurrence 30/01/2022 reseauinternational.net  3 min #201338

Afrique de l'Ouest: un ancien diplomate français prévoit des putschs dans deux autres pays

par Tarek Hafid.

Le phénomène des putschs pourrait avoir un effet de contagion en Afrique de l'Ouest. Après le Mali, la Guinée et le Burkina Faso, d'autres pays pourraient connaître des « changements anticonstitutionnels de gouvernements ». La mauvaise gouvernance et la fraude électorale en sont les principaux déclencheurs, selon un ancien diplomate français.

La situation politique dans certains États d'Afrique de l'Ouest est très préoccupante et laisse présager le risque de changements par la force.

1 occurrence 29/01/2022 reseauinternational.net  3 min #201295

Une semaine après le mali, le Burkina Faso exclu de la Cedeao

par Chaabane Bensaci.

Une semaine après le sommet d'Accra, au Ghana, durant lequel les chefs d'état et de gouvernement de la Cédéao ont durci à l'extrême les sanctions contre le Mali pour amener les nouvelles autorités de transition à respecter le calendrier prévu avec des élections présidentielle et législatives le 27 février prochain, un nouveau sommet virtuel a dû se tenir dans l'urgence, hier, pour débattre des sanctions éventuelles au lendemain du putsch qui vient de secouer, lundi dernier, le Burkina Faso.

1 occurrence 28/01/2022 reseauinternational.net  7 min #201242

Sanctionnés par la Cedeao, Bamako, Conakry et Ouagadougou ont-ils une chance de s'en sortir ?

par Kamal Louadj.

Dans un entretien à Sputnik, le géopoliticien Abdelkader Soufi estime, à la suite des coups d'État qui ont eu lieu dans certains pays africains, que le temps est venu pour l'Afrique d'avoir sa monnaie d'échange unique et d'enterrer définitivement le Franc CFA et toutes les organisations enfantées par le néocolonialisme.

Après les dures sanctions économiques et financières imposées au Mali et à la Guinée-Conakry, en réaction aux coups d'État effectués par la junte militaire dans ces deux pays, la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) s'apprête ce vendredi 28 janvier à faire subir la même chose au Burkina Faso.

1 occurrence 25/01/2022 reseauinternational.net  4 min #201090

Burkina Faso - Les militaires arrêtent le président Kaboré

Des soldats se sont mutinés dimanche dans plusieurs casernes du Burkina Faso pour réclamer le départ des chefs de l'armée et des «moyens adaptés» à la lutte contre les terroristes.

Le président du Burkina Faso Roch Marc Christian Kaboré a été arrêté hier et était détenu dans une caserne de Ouagadougou, au lendemain de mutineries dans des camps militaires de ce pays en proie à la violence terroriste.

1 occurrence 24/01/2022 francais.rt.com  2 min #201069

Burkina Faso : des militaires annoncent à la télévision avoir pris le pouvoir

© Radio Télévision du Burkina (RTB) Source: AFP

Le capitaine Sidsoré Kader Ouedraogo porte-parole des militaires, annonce la fin des fonctions du président burkinabé Roch Marc Christian Kaboré, le 24 janvier 2022.

24 janv. 2022, 18:47

Selon l'AFP, des militaires ont annoncé à la télévision nationale du Burkina Faso avoir mis fin aux fonctions su président Roch Marc Christian Kaboré.

1 occurrence 24/01/2022 francais.rt.com  3 min #201045

Le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, aurait été arrêté après des mutineries

© Sophie Garcia Source: AP

Cliché pris au Burkina Faso, le 22 janvier 2022 (image d'illustration).

24 janv. 2022, 08:54

Selon plusieurs médias, le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, aurait été arrêté le 24 janvier et serait retenu par des soldats mutins.

Vers une prise de pouvoir des militaires au Burkina Faso ? D'après une information rapportée par nos confrères de  RFI et de  France 24, le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, aurait été arrêté le 24 janvier après  les mutineries qui ont secoué le pays la veille.