24/05/2022 ismfrance.org  4 min #208804

Shireen Abu Akleh : Israël n'enquêtera pas sur le meurtre de la journaliste palestino-américaine

Middle East Eye, 19 mai 2022. L'armée israélienne ne va pas enquêter sur le meurtre de la journaliste américano-palestinienne Shireen Abu Akleh, qui a été abattue par ses soldats alors qu'elle couvrait un raid à Jénine la semaine dernière.

Haaretz a  rapporté mardi que la division des enquêtes criminelles de la police militaire de l'armée israélienne, connue sous son acronyme hébreu, Metzah, ne prévoit pas d'enquêter sur le meurtre du journaliste de 51 ans, affirmant qu'il n'y avait aucun soupçon d'acte criminel.

« La raison principale est qu'il n'y a pas de soupçon d'acte criminel : les soldats ont témoigné qu'ils n'ont pas du tout vu le journaliste et qu'ils ont dirigé leurs tirs vers des tireurs, qui étaient effectivement à proximité », rapporte Haaretz.

Abu Akleh, journaliste d'Al Jazeera, a été mortellement touchée le 11 mai alors qu'elle couvrait un raid mené dans le camp de réfugiés de Jénine par un commando israélien, le Duvdevan.

À la suite de la condamnation générale de ce meurtre par des personnalités palestiniennes, américaines et européennes, les forces israéliennes ont publié les résultats d'une enquête provisoire, déclarant qu'elles ne pouvaient pas déterminer qui avait tiré la balle qui a tué Abu Akleh.

Le rapport israélien a également suggéré que des tireurs palestiniens pourraient être responsables.

Mais une  enquête visuelle menée par Middle East Eye sur la mort d'Abu Akleh a permis d'établir le lieu d'un certain nombre d'événements clés survenus mercredi, ainsi que des témoignages, qui ont jeté le doute sur les affirmations israéliennes selon lesquelles la grande journaliste aurait pu être tuée par des tirs palestiniens.

Des témoins oculaires ont déclaré qu'il n'y avait pas de tirs croisés à ce moment-là et que les tireurs palestiniens étaient loin de l'équipe de six journalistes.

Des responsables israéliens anonymes ont également  déclaré aux journalistes que des soldats situés à 150 mètres d'Abu Akleh avaient tiré à plusieurs reprises au moment de sa mort.

Incapable ou peu disposée

Les forces israéliennes enquêtent rarement sur les incidents au cours desquels des militants palestiniens sont tués en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, mais elles ont parfois enquêté sur les tirs et les meurtres de civils palestiniens, malgré la pression des partis d'extrême droite.

Dans le cas d'Abu Akleh, une telle enquête obligerait l'armée israélienne à interroger des soldats en tant que suspects potentiels dans une enquête criminelle, ce qui irriterait l'armée et susciterait une forte opposition.

Yesh Din, une ONG israélienne, a déclaré que les mécanismes d'application de la loi de l'armée « ne se donnent plus la peine de donner l'apparence d'enquêter », ajoutant que « Quatre-vingt pour cent des plaintes déposées sont rejetées sans enquête criminelle. Il semble que la politique et l'image comptent plus que la vérité et la justice. Une armée qui refuse d'enquêter sur elle-même dans un cas aussi grave que celui-ci prouve une fois de plus qu'elle est incapable ou peu disposée à entreprendre une enquête équitable et efficace. »

La semaine dernière, l'Autorité palestinienne a refusé la tenue d'une enquête conjointe avec Israël sur l'assassinat, ou de remettre la balle fatale pour examen médico-légal, affirmant qu'Israël était « entièrement responsable » de la mort du journaliste.

Vendredi, les forces israéliennes ont attaqué les funérailles d'Abu Akleh et ont agressé les personnes portant son cercueil alors qu'elles quittaient l'hôpital pour se rendre dans une église de la vieille ville de Jérusalem.

Un petit groupe d'hommes politiques a demandé au gouvernement américain d'enquêter sur le meurtre d'Abu Akleh aux mains de soldats israéliens, exhortant l'administration Biden à restreindre l'aide militaire à Israël suite à cette tragédie.

Article original en anglais sur  Middle East Eye / Traduction MR

 ismfrance.org

 Commenter