19/07/2022 investigaction.net  7 min #212366

La visite de Joe Biden en Israël

L'Empire montre de plus en plus son vrai visage

Caitlin Johnstone

Quand John Bolton avoue tranquillement sur un plateau télé avoir organisé des coups d'État, ça ne crée pas une onde de choc médiatique évidemment. Mais comme le relève Diana Johnstone, cela nous montre aussi que l'impérialisme occidental se fout de travailler dans l'ombre, pour autant qu'il exerce un ferme contrôle de l'information. (IGA)


Le morse du génocide, John Bolton, a ouvertement admis avoir planifié des coups d'État à l'étranger avec le gouvernement US. Il s'est confié John Bolton: "As somebody who has helped plan coup d'état..."John Bolton: "As somebody who has helped plan coup d'état..." de la CNN mercredi 13 juillet. C'est bien « coups d'État », au pluriel.

Bolton affirmait que l'émeute du 6 janvier au Capitole n'était pas une tentative de coup d'État, mais juste une manœuvre maladroite de Trump pour défendre ses intérêts. Lorsque Tapper a suggéré qu'il pourrait se tromper sur la manière dont les coups d'État fonctionnent, Bolton s'est empressé de faire valoir son autorité.

« Je ne suis pas d'accord avec cela », a déclaré Bolton. « En tant que personne qui a aidé à planifier des coups d'État - pas ici, mais, vous savez, à d'autres endroits - cela demande beaucoup de travail, et ce n'est pas ce que [Trump] a fait. »

Endroits. Au pluriel.

Tapper a d'abord laissé passer la remarque de Bolton comme s'il ne venait pas d'admettre quelque chose d'extraordinairement diabolique. Puis il a finalement demandé à l'ancien conseiller à la sécurité nationale d'élaborer.

« Je veux revenir sur ce point », a dit Tapper. « Lorsque nous parlions de ce qui est nécessaire, ou de ce qu'il faut faire pour être capable de planifier un coup d'État, vous avez évoqué votre expertise, ayant planifié des coups d'État. »

« Je ne vais pas entrer dans les détails », a répondu Bolton avec un petit rire.

« Des coups d'État réussis ? » Tapper a demandé.

« Eh bien, j'ai écrit sur le Venezuela dans le livre », a répondu Bolton. « Et il s'est avéré que ce n'était pas réussi - non pas que nous avons eu tant à faire avec cela, mais j'ai vu ce qu'il fallait à une opposition pour essayer de renverser un président élu illégalement, et ils ont échoué ». L'idée que Donald Trump était à moitié aussi compétent que l'opposition vénézuélienne est risible.

« J'ai l'impression qu'il y a d'autres choses que vous ne me dites pas, cependant », a répondu Tapper.

« Je suis sûr qu'il y en a », a dit Bolton, souriant comme s'il venait de faire bouillir un chiot.

Tapper n'est pas allé plus loin, parce qu'il est d'abord un propagandiste et ensuite un journaliste. Par ailleurs, il est parfaitement conscient que Bolton dit des choses qu'on n'est pas censé admettre à la télévision.

Le seul aveu de Bolton manigançant des coups d'État va à l'encontre de ses commentaires sur la tentative ratée du gouvernement US d'évincer le président Nicolas Maduro. Alors qu'il facilitait cette  opération bizarre sous l'administration Trump, Bolton  déclarait aux journalistes en 2019 que les manigances de l'Empire au Venezuela n'étaient « clairement pas un coup d'État. »

Dans la série l'Empire US dévoile sa hideuse tête en plein jour,  un excellent reportage d'Alan MacLeod de Mintpress News nous apprend que la société mère de Facebook/Instagram, Meta, a embauché des dizaines de personnes qui ont précédemment travaillé dans le cartel du renseignement US. L'objectif? Aider à réglementer le contenu qui est vu sur les plateformes du géant des médias sociaux. Certains ont été directement débauchés de la CIA, d'autres avaient (officiellement) quitté l'agence il y a peu.

La CIA  avait l'habitude d'infiltrer les médias. Maintenant, la CIA est les médias. Cette tendance à embaucher ouvertement des vétérans du renseignement US pour aider à enseigner au public les pensées à avoir sur le monde  a commencé il y a quelques années dans les médias traditionnels, et nous l'observons maintenant dans les nouveaux médias également.

Cela s'inscrit dans un contexte plus large. L'Empire US avait l'habitude de faire en secret un tas de choses horribles. Aujourd'hui, il les fait ouvertement avec l'aide de la propagande. En plus de  tenter des coups d'État au grand jour, comme nous l'avons vu au Venezuela, et de donner aux initiés du renseignement des positions d'influence au sein des institutions médiatiques anciennes et nouvelles, vous avez des choses comme la National Endowment for Democracy (NED), financée par le gouvernement US, qui,  selon ses propres responsables fondateurs, a été créée pour faire ouvertement ce que la CIA faisait secrètement.

On retrouve les empreintes de la NED dans presque toutes les situations où l'alliance des puissances occidentales doit gérer la perception que le public a d'un gouvernement ciblé par la CIA. Cela va de  l'Ukraine à  la Russie, en passant par  Hong Kong et  le Xinjiang, jusqu'à  la société de propagande impériale connue sous le nom de Bellingcat. Autrefois, la CIA trafiquait les récits du monde derrière un voile d'identités cachées et de montages. Aujourd'hui, la NED les manipule ouvertement en finançant des opérations de contrôle des récits qui profitent à l'Empire. Et elle présente le tout comme des actions destinées à promouvoir la démocratie et les droits de l'homme.

Il y a d'autres choses encore: des responsables US qui  disent à la presse que le gouvernement étasunien a fait circuler de fausses informations sur la Russie et l'Ukraine; des responsables de l'administration Biden qui disent que la guerre par procuration en Ukraine est  utilisée pour « affaiblir » la Russie et qu'ils sont d'accord pour que la politique de la corde raide des États-Unis avec la Russie  provoque une récession mondiale et la faim; ou encore des responsables occidentaux qui avouent dans les médias que l'Ukraine  grouille d'agents de la CIA.

Ce que l'Empire a découvert, c'est qu'il n'est pas nécessaire de se cacher autant de l'opinion publique tant que l'on peut manipuler ce que les gens pensent voir. Avec suffisamment de propagande et un consentement fabriqué de manière adéquate, vous pouvez vous en sortir  en proclamant un type quelconque président d'un pays étranger puis voir si vous pouvez manipuler le reste du monde pour qu'il joue le jeu avec vous.

Si votre contrôle du récit est suffisamment fort, vous pouvez même maintenir l'Empire en bon état de marche lorsque des informations que vous préféreriez garder secrètes sont révélées au grand jour. Très souvent aujourd'hui, des histoires majeures sur les malversations impériales sont révélées et n'ont tout simplement aucun impact. Soit parce que ces révélations sont  unanimement ignorées par les grands médias, soit parce qu'elles  sont présentées comme provenant de quelqu'un de mauvais ou comme des informations sans importance.

Les gens ont tendance à surestimer la puissance de la machine de guerre US et à sous-estimer la puissance de la machine de propagande US. Alors que l'armée étasunienne se retrouve à perdre une guerre contre les talibans, la puissance impressionnante de son moteur de propagande fait que les gens  marchent en parfait alignement avec la volonté de l'empire oligarchique.

Lorsque j'étais dans une relation abusive, plus je m'abaissais et me soumettais, plus mon agresseur affichait son abus au grand jour. Vers la fin, il admettait carrément qu'il était un sociopathe et un manipulateur. Et il me disait ouvertement qu'il allait me faire des choses monstrueuses avant de les faire, parce qu'il était persuadé de m'avoir à sa merci.

Heureusement, il avait tort. Et j'espère que l'empire a tort, car il fait le même calcul avec chacun d'entre nous.

Source originale:  Le blog de Caitlin Johnstone

Traduit de l'anglais par GL pour Investig'Action

 investigaction.net

 Commenter