16/09/2023 reseauinternational.net  9min #233881

Quelques notes sur certains événements

par Batiushka

La guerre assise et les trois objectifs

Premier objectif

Les amateurs de films de guerre hollywoodiens et d'effets spéciaux, avec des avancées de chars sur de vastes plaines panoramiques, d'énormes explosions, des morts et des destructions massives, des guerres terminées en quelques semaines, sont plutôt ennuyés par le conflit en Ukraine. Les Russes ont rapidement atteint la majeure partie de leur premier objectif, à savoir la libération des deux provinces du Donbass, que les menaces de Kiev sur la Crimée ont, il est vrai, élargi à deux provinces supplémentaires. Une fois qu'ils ont libéré les parties facilement défendables des régions russophones de l'Ukraine, la plupart des quatre provinces orientales, en plus de la Crimée qui avait déjà voté à la quasi-unanimité pour rejoindre la Russie en 2014, les Russes sont restés assis pendant environ dix-huit mois dans une «Sitzkrieg». C'est parce qu'ils se sont concentrés sur leur deuxième objectif.

Deuxième objectif

Les Russes ont mené une guerre d'usure depuis leurs tranchées et leurs fortifications. Ils ont détruit les forces de Kiev et leurs armes, qui leur sont lancées de manière suicidaire afin d'impressionner leurs commanditaires amateurs de mort à Washington et à Ramstein, ce qui leur rend la tâche si facile. Pourquoi lancer une offensive et perdre des hommes si ce n'est pas nécessaire ? Mais à quoi vous attendiez-vous ? Avant le début du conflit, les Russes ont déclaré que leur deuxième objectif était de «démilitariser l'Ukraine», à qui Zelensky avait promis des armes nucléaires il y a moins de deux ans. La démilitarisation est exactement ce que les Russes sont en train de faire. Bien sûr, tout cela prend beaucoup plus de temps que prévu dans le plan A, mais c'est uniquement parce que l'Occident continue d'envoyer des dizaines de milliards d'armes à détruire par les Russes, ce qui était prévu par leur plan B. Alors que se passera-t-il une fois que le régime de Kiev n'aura plus rien à jeter aux Russes pour être transformé en ferraille brûlante, en Bradleys, en Léopards, en Challengers, etc, surtout quand la Russie n'a même pas encore engagé la grande majorité de son armée ?

Troisième objectif

Tout d'abord, les Russes ne veulent pas envahir et occuper l'Ukraine. Ce serait le dernier scénario de la liste, le plan X. Pourquoi occuper un territoire alors que vous êtes déjà, et de loin, le plus grand pays du monde ? Seulement si votre peuple y vit et qu'il y est persécuté et massacré. Dans l'ouest de l'Ukraine, ce n'est généralement pas le cas - très peu de Russes y vivent. Au début de l'opération spéciale, les Russes ont déclaré que leur troisième objectif, après la libération de l'Est russe et la démilitarisation de l'ensemble, était de dénazifier l'Ukraine. En d'autres termes, le troisième objectif est de neutraliser l'Ukraine, d'en faire un espace de liberté pour tous ses peuples, un espace d'autodétermination, et non un espace de persécution centralisée de ses minorités et de leurs religions par la police secrète de type soviétique de Kiev.

Le principe de non-occupation et la nouvelle Ukraine

Les Russes savent qu'il est impossible d'occuper un pays qui ne veut pas de vous. L'Allemagne l'a compris en occupant pendant quatre ou cinq ans des pays comme les Pays-Bas, la France et la Norvège. Ils n'étaient pas les bienvenus, il y avait de la résistance, les Allemands étaient toujours des occupants, des armées d'occupation. Il leur en coûtait beaucoup d'immobiliser leurs troupes pendant quelques années seulement, et cette présence serait nécessairement devenue permanente. Et les occupants allemands étaient détestés.

Après eux, l'empire de l'étoile rouge, l'URSS, s'est rendu compte de la même chose. L'occupation de l'Europe de l'Est pendant des décennies a coûté beaucoup d'argent et les Soviétiques ont dû faire face à des révoltes constantes - en Allemagne de l'Est en 1953, en Hongrie en 1956, dans l'ouest de l'Ukraine pendant treize ans jusqu'en 1958, en Tchécoslovaquie en 1968 et, enfin, en Pologne à partir de 1980. Les occupants soviétiques étaient et sont toujours détestés. L'empire de l'étoile blanche, les États-Unis, l'a également découvert en Corée, à Cuba, au Viêt Nam, en Irak, en Afghanistan, etc. «Yankees rentrez chez vous», criaient les gens, car la technologie américaine ne pouvait pas vaincre les paysans vietnamiens et les bergers sablonneux. Les occupants américains étaient et sont toujours détestés dans ces pays.

Une fois que la Russie aura libéré l'ensemble du territoire des cinq provinces orientales de l'ancienne Ukraine, qui ont déjà voté à une écrasante majorité en faveur de leur rattachement à la Russie par plébiscite, que se passera-t-il ? Une fois le reste du pays entièrement démilitarisé et dénazifié, l'autodétermination viendra. Peut-être que deux ou quatre autres provinces, voire plus, voteront pour rejoindre la Russie, peut-être que l'une d'entre elles votera pour rejoindre la Roumanie et une autre la Hongrie. Le reste, la nouvelle Ukraine, restera indépendante, sans gouvernement fantoche américain, et restera l'un des plus grands pays d'Europe, peut-être le sixième ou le septième, comme la Norvège ou l'Allemagne, et un peu plus grand que la Biélorussie voisine.

Le G21 repris par les BRICS +

C'est certainement l'année de l'Inde, ou de Bharat. Tout d'abord, elle dépasse la Chine et devient le pays le plus peuplé du monde et sa troisième économie en termes de PPA. Ensuite, ses scientifiques organisent un alunissage très impressionnant. Enfin, elle accueille le G20 à Delhi et, triomphant de l'Occident, elle obtient l'adhésion de l'Union africaine, BRICSant ce qui était à l'origine une organisation fantoche américaine. Sunak, le traître britannique (d'un point de vue indien) a faiblement tenté de jouer la carte indienne et hindoue, mais n'a même pas réussi à obtenir une rencontre avec le Premier ministre indien Modi. Les Britanniques ne peuvent plus faire la leçon à l'Inde, mais les Indiens peuvent la faire à la Grande-Bretagne, et ils ont tous les droits moraux de le faire.

Quand l'Inde obtiendra-t-elle un siège au Conseil de sécurité des Nations unies ? Mais pour cela, il faudrait que l'Amérique latine et l'Afrique y soient également représentées, alors qu'à l'heure actuelle, des pygmées parrainés par les États-Unis, comme le Royaume-Uni et la France, y sont représentés. De toute façon, les Nations unies ne devraient-elles pas être déplacées de New York ? L'Afrique, l'Inde et la Chine représentent exactement quatre milliards d'habitants, soit la moitié de la planète. La Chine et la Russie n'ont même pas participé au G20, ou plutôt au G18, et pourtant, bien qu'absentes, elles ont tiré les ficelles. Pourquoi auraient-elles dû être présentes ? Les pays occidentaux qui tuent des soldats russes avec leurs armes et appliquent des sanctions illégales contre la Russie et la Chine, menant des guerres hybrides contre ces deux pays, étaient présents.

Bien sûr, les pays occidentaux, une minorité du G20 post-occidental, ont été réprimandés et il n'y a pas eu de déclaration contre la libération par la Russie de la marionnette ukrainienne de l'Occident. Il y a plutôt eu une déclaration contre ceux qui se mêlent des affaires des autres pays - comme l'Occident essaie de le faire partout. En un mot, l'Occident a été humilié lors du premier G20 post-colonial. Il n'est pas étonnant que Biden ait été tellement dégoûté qu'il a quitté les lieux avant même la troisième session.

Comment devenir le dirigeant d'un pays occidental

Critères en Europe

L'actuel Premier ministre britannique n'est pas élu. Il en était de même pour Truss, le précédent. Les dirigeants politiques non élus n'ont rien d'inhabituel dans ce pays. Après tout, c'est la classe riche qui dirige le pays, quel que soit le mannequin de tailleur qui fait office d'homme ou de femme de tête. Les dirigeants politiques allemands et français, tant moqués et détestés, obtiennent probablement environ 18% du vote populaire. Démocratie ? Le libre choix ? Tout le monde sait que c'est un mythe, le choix entre deux candidats, tous deux soigneusement sélectionnés par l'élite et présentés par les médias de l'élite. Des élections sont prévues en Slovaquie dans deux semaines. Beaucoup s'attendent à ce qu'un gouvernement anti-ukrainien soit élu ; le gouvernement actuel, comme la plupart des gouvernements d'Europe de l'Est, à l'exception de la Hongrie vraiment démocratique, serait remplacé par le même, si les États-Unis et leur UE en donnaient l'occasion à l'électorat.

Critères aux États-Unis

Il semblerait que pour être président des États-Unis, il faille être à la tête de la CIA (Bush père), ou être un instrument consentant du complexe militaro-industriel (Clinton/Obama), ou avoir une déficience mentale (Bush fils), ou encore être atteint de démence, de «déclin cognitif» (Biden). En d'autres termes, tant que, pour quelque raison que ce soit, vous pouvez être manipulé par les oligarques qui dirigent réellement l'endroit, vous pouvez devenir président. C'est pourquoi ils détestaient Trump, parce qu'il ne pouvait pas être contrôlé. Il avait déjà beaucoup d'argent, il ne pouvait donc pas être acheté, et il a fait preuve d'une grande indépendance. La solution consistait à le qualifier de «populiste» (c'est-à-dire que les gens l'apprécient), à le calomnier (Russiagate), à le salir (payer une star du porno) ou à le faire destituer et à le mettre en prison (corrompre les juges). Le danger existe toujours : il pourrait être réélu. Pas d'inquiétude à avoir. Enfin, il reste ce vieux favori du complexe militaro-industriel américain : l'assassinat.

Critères en Ukraine

Tous les pays occidentaux non occidentaux ou pauvres doivent être contrôlés par les États-Unis par l'intermédiaire d'une marionnette. Ces pays sont des républiques bananières du tiers-monde, du point de vue des États-Unis - à un moment donné, l'Italie et la Grèce figuraient toutes deux sur la liste. La marionnette doit avoir deux qualités essentielles. Premièrement, elle doit parler anglais. Après tout, comment le crucifieur local/Ponce Pilate/gouverneur romain/ambassadeur américain pourrait-il communiquer avec lui et lui donner des ordres ? Deuxièmement, la marionnette doit aimer l'argent. Sinon, pourquoi ferait-elle ce que vous lui ordonnez ? Ce sont les deux points essentiels, mais il y a plusieurs autres éléments souhaitables.

Par exemple, s'il s'agit d'un acteur, «un comédien en pantalon cargo», cela serait très utile. Il sera habitué à porter différents costumes, militaires ou autres, à se maquiller, à se présenter devant des caméras et à jouer la comédie. Il est également souhaitable que sa femme (il doit en avoir une) ait l'air américaine (comme la femme du scénariste de Zelensky), parle américain (comme la femme de Zelensky) ou soit née ou ait vécu aux États-Unis (comme la femme de Iouchtchenko). Enfin, le grand atout des néoconservateurs est qu'il soit juif (comme Porochenko et Zelensky). La dernière chose que vous voulez, c'est un homme enraciné dans son propre peuple. Il pourrait vous résister.

source :  Global South

traduction  Réseau International

 reseauinternational.net

 Commenter