La Cour internationale de justice ordonne à Israël d'empêcher un génocide à Gaza et de permettre l'acheminement de l'aide

La Cij ordonne à Israël de prévenir les actes génocidaires à Gaza et de sanctionner les appels au massacre

Le héros de la libération de l'Afrique du Sud, Nelson Mandela, « sourira dans sa tombe » à la vue de l'ordonnance de la Cour mondiale imposant des mesures d'urgence à Israël pour sa guerre à Gaza, a déclaré le ministre de la justice, Ronald Lamola - Photo : La Hague, Dursun Aydemir - via Memo

Par  David Kattenburg

Dans un arrêt historique contre Israël pour des actes apparents de génocide, la Cour internationale de justice a appelé Israël à prévenir immédiatement les actes de génocide à Gaza et à punir l'incitation au massacre. Le jugenment de la plaine contre Israël va maintenant suivre son cours.

S'exprimant au nom des 17 juges de la Cour mondiale, dont deux ad hoc (d'Afrique du Sud et d'Israël), la présidente Joan Donoghue a présenté la réponse de la Cour à la requête de l'Afrique du Sud contre Israël au titre de la convention sur le génocide de 1948 et à sa demande d'injonction urgente - des « mesures provisoires », dans le vocabulaire juridique, à l'encontre d'Israël.

Mme Donoghue a présenté un résumé féroce de la situation dans laquelle se trouvent les 2,3 millions d'habitants de Gaza après seize semaines de violence israélienne incessante, caractérisée par des actes plausiblement définis comme génocidaires en vertu de l'article II de la convention sur le génocide de 1948.

Dans son exposé de 45 minutes devant une salle comble d'avocats et de diplomates, la présidente Donoghue a cité un grand nombre de sources haut placées des Nations unies, des rapporteurs spéciaux des Nations unies et le secrétaire général des Nations unies lui-même, décrivant une situation à Gaza qui ressemble à un génocide, qui en a l'air et qui en a toutes les caractéristiques.

Elle a également cité des déclarations du ministre israélien de la défense Yoav Gallant, du président israélien Isaac Herzog et d'autres hauts responsables israéliens qui, selon l'Afrique du Sud, sont génocidaires.

Après un examen détaillé des conditions procédurales requises pour que la Cour puisse « indiquer des mesures préliminaires » (une sorte d'injonction) - qui ont toutes été remplies dans la requête de l'Afrique du Sud, a-t-elle confirmé - la juge Donoghue a lu une demi-douzaine de mesures préliminaires que la Cour attend d'Israël en tant qu'État partie à la convention de 1948 sur le génocide. Quatre des six mesures ont été adoptées par 15 voix contre 2. Deux ont été adoptées par 16 voix contre 1.

Israël, a annoncé le juge Donoghue, doit :

  • 1) prendre toutes les mesures nécessaires pour s'assurer que les actes considérés comme génocidaires en vertu de la Convention sur le génocide n'ont pas lieu à Gaza ;
  • 2) veiller à ce que son armée ne commette pas d'actes génocidaires ;
  • 3) Prévenir et punir l'incitation au génocide et la rhétorique du génocide ;
  • 4) permettre et faciliter la fourniture de services de base et d'aide humanitaire à la population de Gaza ;
  • 5) empêcher la destruction et préserver les preuves de génocide dans le cadre de ses opérations militaires ; et
  • 6) faire rapport à la Cour dans un délai d'un mois, en l'informant de son respect de l'ordonnance de mesures préliminaires rendue aujourd'hui, et en réponse à la plainte pour génocide déposée par l'Afrique du Sud.

La Cour n'a toutefois pas ordonné à Israël de suspendre ses opérations militaires dans l'enclave assiégée, comme l'Afrique du Sud l'avait demandé dans sa requête.

Dans sa requête méticuleusement détaillée de 84 pages adressée à la CIJ pour engager une procédure contre Israël au titre de la convention sur le génocide, l'Afrique du Sud avait demandé à la Cour, dans l'attente de l'établissement des faits qui sous-tendent ses accusations (ce qui prendra des années), d'ordonner à Israël de « suspendre immédiatement ses opérations militaires à Gaza et contre Gaza ».

Les avocats israéliens peuvent penser qu'ils ont évité le pire devant la Cour internationale de justice aujourd'hui à La Haye parce que la Cour a négligé de le faire. Mais ils n'ont guère de raisons de se réjouir, et ils le savent.

L'ordonnance de mesures préliminaires rendue aujourd'hui laisse définitivement Israël sur le carreau à La Haye et sous le coup d'une condamnation internationale.

En vertu de la convention de 1948 sur le génocide, les 153 États parties à la convention « s'engagent à prévenir » le génocide avant qu'il ne se produise ou qu'il ne prenne de l'ampleur. L'Afrique du Sud a insisté sur ce point dans une « note verbale » adressée à Israël le 21 décembre, une semaine avant de déposer sa requête auprès de la Cour.

« En tant qu'État partie à la Convention, l'Afrique du Sud a l'obligation conventionnelle d'empêcher qu'un génocide ne se produise. »

Dans les pays du Sud (d'où sont originaires près de la moitié des juges de la CIJ), l'injonction cruciale de la Convention sur le génocide d'étouffer le génocide dans l'œuf, dès ses premiers stades, trouvera un écho parmi les amis de la Palestine.

L'ordonnance de mesures préliminaires rendue aujourd'hui leur fournira très probablement des motifs pour imposer des sanctions économiques et diplomatiques à Israël.

Avis juridiques

Mondoweiss a contacté des juristes pour connaître leur point de vue sur la décision de justice rendue aujourd'hui.

« C'est une décision révolutionnaire », déclare Giulia Pinzauti, professeur adjoint de droit international public à l'université de Leiden. « Même si le tribunal n'a pas ordonné toutes les mesures demandées par l'Afrique du Sud, il s'agit de mesures significatives, et il a reconnu que l'Afrique du Sud avait des arguments plausibles à l'encontre d'Israël concernant la commission d'un génocide, et que la situation exigeait des mesures urgentes. C'est une étape très importante. »

« Je pense que c'est une très grande réussite pour l'Afrique du Sud », a déclaré William Schabas, spécialiste canadien des génocides, à Mondoweiss. « Si le tribunal ne pensait pas que la situation était grave, il n'aurait pas rendu une telle ordonnance. Je pense que l'autre aspect remarquable de cette décision est son caractère unanime ».

Bien qu'un cessez-le-feu ordonné par le tribunal figure en tête de la liste des mesures provisoires demandées par l'Afrique du Sud, son absence dans la décision du tribunal d'aujourd'hui n'inquiète ni Pinzauti ni Schabas.

« Israël avait des prétextes pour réagir après le 7 octobre », a déclaré M. Schabas à Mondoweiss, « alors lui ordonner de cesser toute activité militaire alors que des missiles ont été tirés sur Israël depuis Gaza, c'est demander beaucoup au tribunal que d'ordonner une telle chose ».

« Même s'ils n'ont pas ordonné la suspension des opérations militaires », a déclaré M. Pinzauti à Mondoweiss, « je pense qu'en pratique, pour qu'Israël respecte l'ordonnance et prenne les mesures ordonnées par la Cour, il devra réduire ses opérations militaires, car sinon il n'y a pas d'autre moyen pour lui de prendre des mesures efficaces pour assurer la fourniture de services de base et d'aide humanitaire, et de s'abstenir de commettre des actes tels que tuer, infliger des conditions de vie calculées pour détruire, empêcher les naissances. Je me demande s'ils n'appellent pas à un cessez-le-feu sans appeler à un cessez-le-feu ».

La décision de justice rendue aujourd'hui aura des conséquences pour Israël, peut-être même au Conseil de sécurité des Nations unies.

« Je n'exclurais pas la possibilité d'une résolution du Conseil de sécurité », a déclaré M. Schabas à Mondoweiss. « Étant donné l'unanimité, la quasi-unanimité de la décision, je ne pense pas qu'il soit exclu qu'il y ait une résolution du Conseil de sécurité, peut-être avec quelques abstentions. Les États-Unis et le Royaume-Uni s'abstiendraient peut-être dans une telle résolution, mais ils la laisseraient passer. Si j'étais participant à une résolution du Conseil de sécurité, je m'emploierais à rédiger une résolution qui tiendrait compte de cet ordre ».

Anticiper la réaction des États-Unis

Compte tenu de la possibilité d'un veto américain, le Conseil de sécurité - nominalement responsable de l'application des décisions de la CIJ - restera presque certainement paralysé. Mais certains observateurs suggèrent que l'administration Biden pourrait chercher une raison de se montrer « dure » avec son État client.

Les États-Unis veulent également être perçus comme soutenant la CIJ. Washington dépend de la Cour mondiale lorsqu'elle sert ses intérêts (par exemple, Ukraine contre Russie) et sera contraint de reconnaître la légitimité des mesures préliminaires émises par la Cour aujourd'hui.

Il en sera de même pour les autres alliés occidentaux d'Israël.

À la mi-novembre, ignorant probablement que l'Afrique du Sud allait saisir la Cour, le Canada, le Danemark, la France, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Royaume-Uni ont déposé une requête commune auprès de la CIJ concernant l'affaire du génocide entre la Gambie et le Myanmar, dont la Cour est actuellement saisie. Les six puissances occidentales ont recommandé à la Cour d'élargir son interprétation de la Convention sur le génocide, en tenant compte des « atteintes graves à l'intégrité physique ou mentale » que les conflits armés frôlant le génocide infligent aux enfants et du rôle des déplacements forcés dans les génocides.

« Le fait de prendre des enfants pour cible indique l'intention de détruire un groupe en tant que tel, du moins en partie », ont déclaré les six États à la Cour.

S'ils avaient su que l'Afrique du Sud était sur le point de déposer une requête en génocide contre Israël - requête susceptible d'être renforcée par leur propre recommandation à la CIJ - ils auraient peut-être choisi de garder le silence, a déclaré M. Schabas à Mondoweiss.

Alors que les alliés et les détracteurs d'Israël digèrent l'énormité de la décision rendue aujourd'hui à La Haye sur les mesures préliminaires, ces mesures encourageront probablement les institutions des Nations unies à faire pression sur Israël.

Autres voies de l'ONU

Le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale (CERD), sans doute le plus puissant des dix organes conventionnels du système des droits de l'homme de l'ONU, est beaucoup plus susceptible d'agir que le Conseil de sécurité.

Depuis 2018, le CERD examine une plainte déposée par la Palestine contre Israël en vertu de l'article III du traité CERD, accusant Israël de racisme institutionnalisé et d'apartheid.

Cette plainte en est maintenant au stade de la « conciliation ». Israël refuse d'y participer. La conciliation ayant échoué, la dernière étape du CERD consistera à rendre une décision sur le bien-fondé de la position de la Palestine. Le contenu de cette décision - qu'il est tentant de prédire - risque d'être accélérée par l'ordonnance de mesures préliminaires rendue aujourd'hui.

Une semaine avant la requête de l'Afrique du Sud devant la CIJ pour génocide, le CERD a déposé une déclaration publique dans le cadre d'une « procédure d'alerte anticipée et d'action urgente » inhabituelle, établissant des liens entre l'apartheid israélien présumé et le génocide à Gaza.

Le CERD connaît son histoire. De l'Allemagne nazie au Rwanda, en passant par l'ex-Yougoslavie et le Myanmar, le racisme institutionnalisé, les discours de haine et la discrimination se transforment facilement en génocide, en particulier dans le contexte des campagnes « antiterroristes » et des conflits armés.

Citant les « discours de haine raciste » et la « rhétorique déshumanisante » des hauts responsables du gouvernement israélien et des personnalités publiques, ainsi que les « graves préoccupations concernant l'obligation d'Israël... de prévenir les crimes contre l'humanité et le génocide », le Comité pour l'élimination de la discrimination raciale a appelé Israël à instaurer un cessez-le-feu à Gaza et à respecter les obligations qui lui incombent en vertu de la Convention sur l'élimination de toutes les formes de discrimination raciale et de la Convention sur le génocide.

Dans sa demande de mesures préliminaires auprès de la CIJ, l'Afrique du Sud a fait référence à la fois à la déclaration du CERD et à la relation organique entre le génocide israélien et l'apartheid. Et dans l'arrêt rendu aujourd'hui sur les mesures préliminaires, la Cour a cité le CERD.

« Les actes de génocide s'inscrivent inévitablement dans un continuum », indique la requête de l'Afrique du Sud. « Pour cette raison, il est important de placer [les actes présumés de génocide israélien] dans le contexte plus large de la conduite d'Israël envers les Palestiniens pendant les 75 ans d'apartheid... et d'autres crimes de guerre et crimes contre l'humanité. »

En effet, la demande de l'Afrique du Sud pour génocide « pourrait être interprétée comme une sorte de demande fantôme relative à l'apartheid », écrivent les juristes Victor Kattan et Gerhard Kemp dans un  article académique publié hier.

Retombées diplomatiques et juridiques

L'ordonnance de mesures préliminaires rendue aujourd'hui est contraignante - en théorie - mais la Cour n'a aucun moyen de la faire appliquer. Israël l'ignorera probablement, comme il l'a fait pour l'arrêt historique de la CIJ sur le mur, en 2004.

Mais le préjudice de réputation et les retombées diplomatiques découlant de l'ordonnance de mesures préliminaires rendue cet après-midi à La Haye ne peuvent que s'amplifier.

Peu avant qu'Israël ne dépose le 19 février le rapport d'étape demandé par la CIJ, la Cour entamera une semaine d'auditions d'avis consultatifs sur les « conséquences juridiques » de l'occupation par Israël de la Cisjordanie, de Jérusalem-Est et de Gaza depuis 57 ans, comme l'a demandé l'Assemblée générale des Nations unies.

Parmi les crimes internationaux dont Israël est accusé dans les centaines de pages de documents soumis par l'Assemblée générale à la plus haute juridiction de l'ONU figurent l'acquisition de territoires par la force, le colonialisme de peuplement, l'annexion de facto, le déni du droit à l'autodétermination, la persécution et l'apartheid.

Et le génocide...

Israël pense peut-être avoir évité le pire ce matin à La Haye. Mais une volée de missiles juridiques se dirige vers lui.

Auteur :  David Kattenburg


* David Kattenburg est né à Long Island en 1953. Il est titulaire d'une licence et d'un doctorat en biologie et en sciences de la santé, donne des cours de sciences à l'université et produit des reportages radio et des podcasts sur l'environnement mondial, le développement et les questions de justice sociale. Des documentaires issus de ses voyages ont été diffusés sur CBC Radio, Radio Netherlands, Free Speech Radio et sur son propre site  www.greenplanetmonitor.net.

26 janvier 2024 - Mondoweiss - Traduction :  Chronique de Palestine

 chroniquepalestine.com

 Commenter