02/02/2024 5 articles middleeasteye.net  8 min #242044

De Gaza à Jénine, nous devons résister au génocide culturel israélien

« Éducide » : les militants dénoncent la destruction par Israël du monde universitaire palestinien à Gaza

Par  Katherine Hearst

Depuis le 7 octobre, Israël a détruit la quasi-totalité des universités de Gaza, tué des milliers d'étudiants et près de cent professeurs

Wesam Amer, doyen de la faculté de communication et de langues de l'Université de Gaza, a été évacué du territoire en novembre.

Il essaie de garder le contact avec ses collègues restés à  Gaza, mais les fréquentes coupures d'électricité ne facilitent pas la communication.

« Beaucoup de mes collègues y sont encore... ou ont été déplacés à Rafah, dans le sud », explique à Middle East Eye le chercheur invité à Harvard et boursier de la fondation Fulbright. « Certains ont préféré rester dans les décombres de leurs maisons. »

Des organisations de défense des droits de l'homme ont condamné le ciblage par  Israël de la communauté et des infrastructures universitaires de  Gaza, qu'ils considèrent comme délibéré et assimilable à un crime de guerre.

« Les effets à long terme sur la productivité de la société, sur sa culture, sur tous ses aspects, sont dévastateurs »

- Neve Gordon, professeur à l'Université Queen Mary de Londres

En  France, une  pétition publiée sur Middle East Eye par le collectif « L'Éducation avec Gaza », composé d'enseignants et de membres de la communauté éducative dans son ensemble, pour dénoncer « la destruction du système éducatif à Gaza » et les violations du droit à l'éducation des  Palestiniens par  Israël a recueilli plusieurs centaines de signatures.

Au Royaume-Uni, dans une lettre ouverte au gouvernement, la British Society for Middle Eastern Studies (BRISMES) a dénoncé le « ciblage systématique » des universités, des écoles, des laboratoires et des bibliothèques comme faisant « partie d'une stratégie génocidaire visant à détruire en tout ou en partie le système éducatif palestinien dans la bande de Gaza ».

Neve Gordon, vice-président de la BRISMES et professeur de droit international et de droits de l'homme à l'Université Queen Mary de Londres, a qualifié la destruction du système éducatif de Gaza d'« éducide ».

« Les effets à long terme sur la productivité de la société, sur sa culture, sur tous ses aspects, sont dévastateurs », explique-t-il à MEE.

Délibérément « pris pour cible »

Dans une  déclaration publiée le 20 janvier, l'organisation de défense des droits de l'homme  Euro-Med Human Rights Monitor a déclaré que les forces israéliennes avaient délibérément « pris pour cible des universitaires, des scientifiques et des intellectuels dans la bande de Gaza ».

Selon le  ministère palestinien de l'Éducation, l'assaut israélien sur Gaza a tué 4 327 étudiants et en a mutilé 7 819 autres, tandis que 231 enseignants et personnels administratifs ont été tués et 756 blessés, selon des chiffres datant du 24 janvier.

Les forces israéliennes ont également tué 94 professeurs d'université, selon Euro-Med Monitor.

Nombre d'entre eux étaient des universitaires de renommée internationale, dont l'un des intellectuels les plus éminents de Gaza, le poète et professeur de littérature  Refaat Alareer, tué le 7 décembre.

Le bilan des décès d'étudiants et de personnels éducatifs dans la région est « sans précédent », selon la BRISMES.

« Quand on tue les intellectuels d'une société, qui va transmettre [...] la mémoire de cette communauté ? », s'interroge Samia al-Botmeh, professeure adjointe d'économie à l' Université de Birzeit, lors d'un entretien accordé à MEE.

La décimation de la communauté académique de Gaza s'est accompagnée de la destruction physique de son infrastructure éducative.

« La plupart des universités de Gaza sont soit complètement détruites, soit partiellement touchées », indique Wesam Amer.

L' Université islamique de Gaza et la Faculté des sciences appliquées ont été bombardées les 11 et 19 octobre. L' Université al-Azhar, la deuxième plus grande université de Gaza, a été prise pour cible le 4 novembre, avant la  destruction totale de l'Université al-Qods le 15 novembre.

« Israël veut créer un environnement qui contraindra les universitaires, les intellectuels et les étudiants à quitter la bande de Gaza »

- Wesam Amer, doyen, Université de Gaza

Le 17 janvier, des  vidéos de la démolition programmée de l'Université al-Israa, la dernière grande université de la bande de Gaza, ont circulé sur les réseaux sociaux.

Le bâtiment avait été occupé et utilisé comme caserne militaire par les forces israéliennes, qui l'avaient pillé de 3 000 rares artéfacts avant sa destruction, selon la BRISMES.

« Israël veut créer un environnement qui contraindra les universitaires, les intellectuels et les étudiants à quitter la bande de Gaza », dénonce Wesam Amer.

« [Son] intention est de rendre la vie invivable à Gaza. L'éducation fait partie intégrante de [cet objectif] », explique Samia al-Botmeh.

« Les campus sont censés être un sanctuaire »

Le ciblage par Israël des institutions universitaires palestiniennes n'est pas un fait nouveau.

« Cela a toujours été une stratégie d'Israël », déclare Samia al-Botmeh à MEE. « Pour les Palestiniens, [l'éducation] est un mécanisme de survie. Nous survivons à la colonisation en devenant de plus en plus éduqués. »

Le  blocus de Gaza, qui dure depuis seize ans, a paralysé les universités en restreignant les déplacements à l'intérieur et à l'extérieur de la bande côtière.

Les étudiants de Gaza ont des difficultés à se rendre à l'étranger pour leurs études, tandis que les universitaires internationaux ne peuvent pas se rendre dans les universités de la bande côtière.

« L'enseignement, c'est l'élargissement des horizons, c'est l'interaction, c'est le travail en collaboration et, bien sûr, Israël essaie de freiner tout cela », explique la professeure de l'Université de Birzeit.

Les restrictions des déplacements pèsent également sur les étudiants palestiniens en  Cisjordanie occupée, en les contraignant à poursuivre leurs études au niveau local.

« Les restrictions des déplacements ont en fait changé la nature de l'éducation en la localisant », ajoute Samia al-Botmeh. « Parce que les gens préfèrent rester à l'abri et se contenter de ce qui est proposé dans leurs universités locales. »

Depuis le 7 octobre, les universités de Cisjordanie dispensent leurs cours en ligne, face à  l'escalade des attaques des forces d'occupation israéliennes.

Le 8 novembre, des soldats israéliens ont pris d'assaut l' Université de Birzeit, abattant un jeune Palestinien.

« [Le ciblage par Israël des institutions universitaires palestiniennes] a toujours été une stratégie d'Israël. Pour les Palestiniens, [l'éducation] est un mécanisme de survie »

- Samia al-Botmeh, professeure à l'Université de Birzeit

Le 15 janvier, neuf étudiants de l'Université nationale An-Najah de Naplouse ont été arrêtés en raison de leur soutien présumé au Hamas.

Bien avant le 7 octobre, les  raids militaires visant les bibliothèques, les associations  étudiantes et les laboratoires sur les campus universitaires de Cisjordanie étaient déjà  fréquents.

« Les campus sont censés être un sanctuaire », déplore Samia al-Botmeh. « Les raids sont éprouvants pour le personnel et les étudiants. »

Selon la professeure adjointe d'économie, plus de 100 étudiants de l'Université de Birzeit sont en prison, tandis que le personnel enseignant est régulièrement arrêté aux check-points.

Pas seulement les bâtiments

La reconstruction du système éducatif de Gaza nécessitera probablement des années.

« Cela prendra des décennies », affirme Neve Gordon à MEE. « Ce qui a été perdu, ce n'est pas seulement l'infrastructure physique, mais aussi une partie de l'infrastructure intellectuelle. »

« Le leadership intellectuel de Gaza a été pris pour cible », poursuit le vice-président de la BRISMES.

Pour Samia al-Botmeh, la reprise de la vie universitaire à Gaza dépendra de la « détraumatisation » des universitaires et des étudiants.

« Il ne s'agit pas seulement de bâtiments, de pierres et de blocs de béton. Il s'agit d'êtres humains. Les étudiants ont vécu des expériences horribles », rappelle-t-elle.

Traduit de l'anglais ( original).

Middle East Eye propose une couverture et une analyse indépendantes et incomparables du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et d'autres régions du monde. Pour en savoir plus sur la reprise de ce contenu et les frais qui s'appliquent, veuillez remplir ce  formulaire en anglais. Pour en savoir plus sur MEE,  cliquez ici en anglais.

 middleeasteye.net

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
16/02/2024 chroniquepalestine.com  11 min #242947

« Éducide » : les militants dénoncent la destruction par Israël du monde universitaire palestinien à Gaza

Scolasticide israélien à Gaza : un boycott universitaire s'impose maintenant !

Par Samar Saeed

Le mois dernier, des centaines de millions d'étudiants à travers le monde ont repris les cours dans leur université et leur école après les vacances d'hiver. Mais pas les Palestiniens de Gaza.

Au cours des 125 derniers jours, Israël a bombardé toutes les universités et 370 écoles. Le 6 novembre 2023, le ministère de l'Éducation de Gaza a suspendu l'année scolaire 2023-2024 en raison de l'agression israélienne et des bombardements sans discernement des écoles et autres établissements.

15/02/2024 middleeasteye.net  7 min #242918

« Éducide » : les militants dénoncent la destruction par Israël du monde universitaire palestinien à Gaza

À Gaza, une enseignante palestinienne ne se laisse pas décourager par la guerre

Par Hala Alsafadi

« J'enseignerai aux enfants tant que je serai en vie », déclare l'enseignante palestinienne Asma Mustafa, lauréate du Global Teacher Award 2020

En 2020, Asma Mustafa, une enseignante d'anglais palestinienne de Gaza, a remporté le Global Teacher Award après avoir concouru parmi des milliers d'enseignants de 110 pays.

En dépit de sa vie dans l'enclave sous blocus et de son accès limité au monde extérieur, Asma Mustafa s'est montrée ingénieuse pour enseigner l'anglais par des jeux et des voyages imaginaires à travers le monde.

14/02/2024 arretsurinfo.ch  4 min #242832

« Éducide » : les militants dénoncent la destruction par Israël du monde universitaire palestinien à Gaza

Le génocide israélien à Gaza comprend une campagne visant à effacer l'identité palestinienne...

Par Chris Hedges

Chris Hedges s'entretient avec le Dr. Ahmed Alhussaina, vice-président de l'université Israa à Gaza, sur la démolition par Israël de toutes les universités, ainsi que de centaines d'écoles et de centres culturels, à Gaza.

Une Palestinienne assise devant ce qui reste de l'entrée de l'université Al-Aqsa à Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, le 26 janvier 2024.

07/02/2024 chroniquepalestine.com  11 min #242356

« Éducide » : les militants dénoncent la destruction par Israël du monde universitaire palestinien à Gaza

L'épistémicide en Palestine : comment Israël détruit tous les piliers du savoir

Par Abdulla Moaswes

Le 6 novembre 2023, une frappe aérienne israélienne a détruit l'université Al-Azhar de Gaza, l'un des plus grands établissements d'enseignement du territoire occupé.

Loin d'être la seule université visée lors de la récente escalade israélienne de nettoyage ethnique à Gaza, et en fait dans toute la Palestine, une courte vidéo publiée par le ministère palestinien de l'éducation et de la recherche scientifique le jour même de l'attaque soulignait qu'un total de neuf bâtiments universitaires (au moment de la publication de la vidéo) à Gaza et deux en Cisjordanie avaient été soit « complètement ou partiellement Summary of Violations against the Palestinian Higher Education Sector since October 7  ».