07/02/2024 dedefensa.org  4 min #242383

Tucker for ever

Les changera-t-il ?

🇬🇧

Martin Jay

Dans les années 70, alors que la guerre froide atteignait son apogée, Donald Rumsfeld était convaincu que l'océan Atlantique, au large des côtes américaines, faisait équipe avec les sous-marins russes. La marine américaine ne pouvait pas les détecter car, il en était convaincu, les Soviétiques disposaient d'une nouvelle « technologie acoustique » qui les rendait effectivement invisibles. Rumsfeld est allé de l'avant et a investi des milliards de dollars dans le développement d'une nouvelle technologie capable de détecter les sous-marins non acoustiques. Mais cela a échoué et cela coûte encore cher aux contribuables américains. La vérité était qu'en fait, les sous-marins soviétiques n'étaient tout simplement pas là.

L'erreur de Rumsfeld, pourrait-on dire, a quand même porté ses fruits, car effrayer le public américain en lui faisant croire qu'une menace est réelle et imminente - à votre porte en fait - est très profitable pour un gouvernement qui souhaite atteindre deux objectifs clairs : verser des milliards dans les poches des entrepreneurs de la défense ; et deuxièmement, attiser la peur d'une guerre imminente avec un ennemi, dans le but affiché de détourner l'attention du public d'une économie défaillante et d'une politique étrangère épouvantable.

Cela se produit aujourd'hui. Si nous regardons les informations grand public, nous ne voyons que des discussions sur la guerre avec la Russie. Et pourtant, ces médias ne peuvent offrir la moindre information pour étayer cette affirmation. Cela rappellera à beaucoup les semaines qui ont précédé l'invasion de l'Irak en 2003, lorsque les États-Unis et le Royaume-Uni ont falsifié des informations pour montrer que Saddam Hussein possédait des armes de destruction massive.

Les élites occidentales incitent les journalistes à écrire ces absurdités, car leur plan principal est de susciter une frénésie de discours de guerre afin de préparer le public à des dépenses de défense bien plus importantes et, dans le cas du Royaume-Uni, à la conscription elle-même. Il s'agit en réalité de dissimuler l'une des plus grandes erreurs de l'histoire contemporaine commises par les gouvernements occidentaux - les sanctions contre la Russie et la campagne de l'OTAN en Ukraine - qui se sont retournées contre eux de manière si spectaculaire que l'administration Biden et un certain nombre de gouvernements de l'UE sont unis dans cet alarmisme, croyant que c'est la clef de la victoire.

Bien sûr, le « nous allons faire la guerre à la Russie » vient de la Maison Blanche. De qui d'autre? Seuls les États-Unis disposent de ce genre de pouvoir, avec une UE de plus en plus lâche et pathétique, qui est désormais si servile vis-à-vis de l'administration Biden qu'elle commence à faire ressembler le Royaume-Uni à un caniche aux yeux des Américains.

Toute cette arnaque est américaine et les Européens s'y prêtent largement. La seule possibilité réelle de l'échec de ce plan peut venir de ce que, de quelques coins éloignés et sauvages des médias, des non-conformistes qui ont été licenciés par les géants de la presseSystème prennent position et dénoncent le problème pour ce qu'il est. C'est pourquoi le voyage de Tucker Carlson à Moscou, où il a l'intention d'interroger Poutine, est si important et constitue une telle menace pour l'administration Biden et les élites occidentales dans leur ensemble. Lorsque Carlson interviewera le dirigeant russe et qu'il deviendra clair que les médias occidentaux mentent depuis si longtemps sur la guerre en Ukraine et même sur cette dernière ruse de la Russie qui veut envahir l'Europe de l'Est, alors toute l'arnaque s'effondrera.

Il est clair que l'Occident s'inquiète de cette interview. Ils ont déjà fait venir suffisamment de membres du Congrès sur les réseaux sociaux pour tenter de présenter Carlson comme une sorte de traître qui ne devrait pas être autorisé à revenir aux États-Unis. Les médias occidentaux ne rendront probablement pas compte de l'interview, mais cela ne fera que lui donner un plus grand succès sur les réseaux sociaux. L'entretien est en réalité la seule opportunité pour arrêter cette folle machine de guerre, pour que les mensonges soient révélés et pour qu'une approche plus marquante des relations Est-Ouest puisse commencer. Il ne faut pas le sous-estimer. Mais les couteaux sont sortis. Regardez en particulier les correspondants des médias occidentaux intégrés qui vivent à Moscou enfoncer la lame dans le dos de Carlson et se moquer de l'interview dans le but de discréditer l'ensemble. Des dizaines de millions d'Américains sont sur le point d'être éclairés sur une multitude de questions sur lesquelles, jusqu'à présent, leurs propres médias leur ont menti. Qualifier cette interview de bombe serait un euphémisme. Tucker Carlson est sur le point d'apporter la vérité au peuple américain. Mais sont-ils prêts pour cela ?

 dedefensa.org

 Commenter