09/02/2024 mondialisation.ca  9 min #242549

Gaza : Netanyahou rejette toute proposition de trêve et annonce la « préparation » d'une offensive à Rafah, bombardée par l'armée israélienne

Netanyahou ordonne l'évacuation de Rafah, ville surpeuplée, en prévision d'une invasion terrestre imminente

Par  Najib Jobain et  Josef Federman

JERUSALEM (AP) – Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré vendredi qu'il avait ordonné à l'armée de préparer un plan d'évacuation des civils de Rafah avant une invasion israélienne attendue de cette ville du sud Gaza,  densément peuplée.

Cette annonce fait suite à de vives critiques internationales, notamment de la part des États-Unis, concernant l'intention d'Israël d'envoyer des forces terrestres dans cette ville située à la frontière avec l'Égypte. Rafah comptait environ 280 000 habitants avant la guerre et, selon les Nations unies, elle abrite aujourd'hui quelque 1,4 million de personnes supplémentaires qui vivent avec des proches, dans des abris ou dans  des camps de tentes gigantesques après avoir fui les combats dans d'autres parties de la bande de Gaza.

Des Palestiniens devant les destructions après plusieurs attaques aériennes à Rafah, au sud de la bande de gaza le 9 février 2024 © Photo AP / Fatima Shbair

Israël affirme que Rafah est le dernier bastion du Hamas à Gaza après plus de quatre mois de guerre.

"Il est impossible d'atteindre l'objectif de la guerre, à savoir l'élimination du Hamas, en laissant quatre bataillons du Hamas à Rafah", a déclaré le bureau de M. Netanyahu. "Au contraire, il est clair que des combats intenses à Rafah exigent d'évacuer les civils du secteur."

[

[

Il a indiqué qu'il avait ordonné aux responsables de l'armée et de la sécurité d'élaborer un "plan combiné" prévoyant à la fois une évacuation massive des civils et la destruction des forces du Hamas dans la ville.

Israël a déclaré la guerre après que plusieurs milliers de militants du Hamas ont fait irruption dans le sud d'Israël en franchissant la frontière  le 7 octobre, tuant des centaines de personnes et en prenant 250 autres en otage. L'offensive aérienne et terrestre israélienne a tué plus de 28 000 Palestiniens, dont la plupart sont des femmes et des mineurs, selon les autorités sanitaires locales. Environ 80 % des 2,3 millions d'habitants de Gaza ont été déplacés, et le territoire est plongé dans  une crise humanitaireavec des pénuries de vivres et de services médicaux.

M. Netanyahu a largement rejeté les critiques internationales concernant le nombre de civils tués, affirmant que le Hamas était responsable de la mise en danger des civils en opérant et en se cachant dans des zones résidentielles. Mais ces critiques ont pris de l'ampleur ces derniers jours, alors que M. Netanyahu et d'autres dirigeants promettent de se rendre à Rafah.

Le président américain Joe Biden a déclaré jeudi que la conduite d'Israël dans la guerre était "excessive", soit la critique la plus sévère des États-Unis à l'égard de leur proche allié. Le département d'État a déclaré qu'une invasion de Rafah dans les circonstances actuelles "serait un désastre".

L'opération sera un défi à bien des égards. On ne sait toujours pas où les civils peuvent se rendre. L'offensive israélienne a provoqué des destructions massives, notamment dans le nord de la bande de Gaza, et des centaines de milliers de personnes n'ont plus de maison où s'abriter.

En outre, l'Égypte a  averti que tout mouvement de Palestiniens traversant la frontière égyptienne menacerait le traité de paix conclu il y a quarante ans entre Israël et l'Égypte. Le poste frontière entre Gaza et l'Égypte, en grande partie fermé, est le principal point d'entrée de l'aide humanitaire.

Israël a déjà commencé à frapper Rafah depuis les airs. Les frappes aériennes de la nuit et de vendredi ont touché deux immeubles d'habitation à Rafah, tandis que deux autres sites ont été bombardés dans le centre de Gaza, dont l'un a endommagé un jardin d'enfants transformé en refuge pour les Palestiniens déplacés. Vingt-deux personnes ont été tuées, selon des journalistes de l'agence AP qui ont vu les corps arriver dans les hôpitaux.

Des tensions croissantes

Les commentaires des hauts fonctionnaires américains sur Rafah ont signalé  des tensions croissantes avec Netanyahu après une visite dans la région du secrétaire d'État américain Antony Blinken.

M. Blinken, qui travaille avec l'Égypte et le Qatar pour tenter d'obtenir un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas, a quitté la région jeudi sans avoir obtenu d'accord. Il a toutefois déclaré qu'il pensait qu'il était encore possible de parvenir à un accord de trêve prolongée dans les combats en échange de la libération d'une grande partie de la centaine d'otages détenus par le Hamas.

M. Netanyahou a snobé M. Blinken, affirmant qu'il ne se contenterait de rien de moins qu'une "victoire totale". Le dirigeant israélien a déclaré que la guerre visait à détruire les capacités militaires et administratives du Hamas et à ramener tous les otages chez eux. M. Netanyahu a déclaré que la réalisation de ces objectifs nécessiterait une opération à Rafah. Vedant Patel, porte-parole du Département d'Etat, a déclaré jeudi qu'une telle offensive

"sans planification ni aucune réflexion préparatoire dans une zone où vivent un million de personnes va être un désastre".

John Kirby, porte-parole de la Maison Blanche pour la Sécurité nationale, a déclaré qu'une telle offensive israélienne à Rafah "est pas quelque chose que nous ne soutiendrons pas".

Les responsables des agences humanitaires ont également lancé des avertissements sur la perspective d'une offensive à Rafah.

"Les derniers hôpitaux, abris, marchés et systèmes d'approvisionnement en eau de Gaza doivent rester opérationnels",

a déclaré Catherine Russell, directrice de l'agence des Nations unies pour l'enfance, l'UNICEF.

"Sans cela, la faim et les maladies vont monter en flèche et coûter la vie à d'autres enfants."

Alors que la guerre est entrée dans son cinquième mois, les forces terrestres israéliennes se concentrent toujours sur la ville de Khan Younis, juste au nord de Rafah, mais M. Netanyahu a répété à plusieurs reprises que Rafah serait la prochaine cible, semant la panique parmi les centaines de milliers de personnes déplacées.

[

Frappes aériennes nocturnes

Peu après minuit vendredi, un immeuble résidentiel a été frappé près de l'hôpital koweïtien de Rafah, tuant cinq personnes de la famille al-Sayed, dont trois enfants et une femme. Une deuxième frappe à Rafah a tué trois autres personnes.

Une autre frappe, dans la nuit, dans la ville centrale de Deir al-Balah, a coûté la vie à neuf personnes. Toujours dans le centre de Gaza, une frappe a touché un jardin d'enfants transformé en abri, endommageant le bâtiment. Elle a fait cinq morts et plusieurs blessés. Des témoins ont déclaré que les résidents de l'abri dormaient au moment des faits.

Une femme, portant une petite fille dans ses bras, a crié en arrivant à l'hôpital local des martyrs d'Al Aqsa :

"Que pouvons-nous faire ? C'est l'œuvre du lâche ennemi sioniste qui cible des civils innocents. Cette fillette tire-t-elle des roquettes sur les Juifs ? Que Dieu nous vienne en aide".

Certains des enfants blessés ont été soignés allongés à même le sol.

[

Pour un cessez le feu

L'offensive aérienne et terrestre menée par Israël depuis quatre mois –  l'une des plus destructrices de l'histoire récente – a tué 27 947 Palestiniens et en a blessé plus de 67 000, ont indiqué vendredi des responsables locaux de la santé. La guerre a chassé la plupart des gens de leurs maisons et condamné un quart de la population à la famine, selon l'ONU.

M. Biden a déclaré qu'il continuait à travailler "sans relâche" pour faire pression sur Israël et le Hamas, afin qu'ils s'accordent sur une pause prolongée dans les combats.

M. Netanyahu a rejeté les demandes du Hamas concernant un accord sur les otages, englobant l'arrêt de la guerre et la libération de centaines de prisonniers palestiniens vétérans qui purgent de longues peines en Israël dans le cadre du conflit de longue durée. M. Netanyahu a qualifié d'illusoires les exigences du Hamas, même si M. Blinken a déclaré penser que la poursuite des négociations, par l'intermédiaire des médiateurs égyptien et qatarien, est toujours un objectif réalisable.

Les objectifs de guerre d'Israël semblent de plus en plus difficiles à atteindre, car  le Hamas ressurgit dans certains secteurs du nord de la bande de Gaza, premières cibles de l'offensive qui a infligé des destructions massives. Israël n'a sauvé qu'un seul otage, tandis que le Hamas affirme que plusieurs d'entre eux ont été tués lors de frappes aériennes ou de missions de sauvetage ratées.

Najib Jobain

Josef Federman

Article original en anglais : Israel seeks to evacuate Palestinians jammed into a southern Gaza city ahead of an expected invasion, AP, le 9 février 2024

Traduction :  Spirit of Free Speech

La source originale de cet article est  apnews.com

Copyright ©  Najib Jobain et  Josef Federman,  apnews.com, 2024

 mondialisation.ca]]]]

 Commenter