Fuck Gun Control et la joyeuse prolifération des armes à feu

par H16

C'était en juin 2023, et la nouvelle a été consciencieusement tenue discrète dans les médias qui n'évoqueront la question  que très récemment : une arme, fabriquée avec une imprimante 3D, a été retrouvée sur les lieux d'un règlement de comptes à Marseille.

On peut être surpris que la nouvelle n'ait pas fait plus de bruit il y a quelques mois de cela, et sa réapparition dans les journaux du moment doit peut-être au démantèlement en Belgique, lundi 29 janvier, d'un  atelier de fabrication de ces armes particulières.

Il n'en reste pas moins qu'à lire les quelques titres consacrés à la question, l'anxiété semble gagner les rangs des autorités concernées dans les propos desquelles on peut nettement lire plusieurs préoccupations.

D'une part, il apparaît que construire ces armes est relativement simple, d'autant qu'il existe maintenant de véritables petits manuels bien détaillés ( celui qui chercherait «PDF FGC-9 MK II» trouverait probablement pas mal de liens intéressants très facilement) expliquant en détail comment s'y prendre, depuis les plans de chacune des pièces à imprimer jusqu'aux éléments métalliques à façonner ou utiliser, et comment, pour les parties les plus sensibles de l'appareil.

D'autre part, de l'aveu même des autorités, ces FGC-9 (pour «Fuck Gun Control» en 9mm) sont à peu près impossibles à tracer, et comme n'importe qui peut en fabriquer, la plupart des méthodes traditionnelles de pistage des trafiquants d'armes ne tiennent plus.

Le pompon serait que la population se rende compte qu'il n'y a rien de tel pour sa propre sécurité que de l'assurer elle-même... Ce que, à en juger par  certains articles de presse montrant une hausse nette des ventes de bombes lacrymogènes et autres cours d'auto-défense, le «sentiment d'insécurité» actuel (le fameux) pousse plus efficacement que toutes les campagnes baveuses de propagande médiatique mièvre prétendant que tout va plutôt bien en République Démocratique du Bisounoursland.

Oui, la démocratisation de la construction d'armes relativement fiables à l'ensemble des bricoleurs du dimanche devient donc un véritable casse-tête pour ceux qui ne désirent rien tant qu'une population désarmée. Il n'est pas étonnant que cette possibilité, ainsi donnée à tous par l'impression en 3D, de pouvoir créer, rapidement, facilement, des armes à feu et notamment des armes à tir semi-automatique - puis automatique et, éventuellement, jusqu'aux armes à bande de munitions, donc à cadence de tirs élevée - terrorise l'État et ses représentants, et ce d'autant plus dans les pays où la prohibition des armes est devenu une doctrine si puissamment ancrée dans les mœurs que toute remise en question en est devenue taboue.

Dans ce contexte, le retour à une relative symétrie de la force entre les autorités étatiques et les citoyens n'arrange absolument pas les représentants de l'État et pas davantage les barons des autres mafias concurrentes : une population libre de s'armer, c'est une population sur laquelle il devient particulièrement difficile de faire pression, que ce soit pour consentir à un taux de prélèvements de plus en plus obscène, prendre un traitement pharmaceutique arbitraire, ou subir une insécurité galopante en fermant bien sa gueule.

Et ça, il n'en est absolument pas question, quitte à débiter les âneries habituelles pour faire oublier à la population toute velléité de retrouver une saine liberté de se protéger : «vous n'y pensez pas, ce serait le Far West !» et autres idioties du même acabit qui semblent complètement oublier que le port d'arme fut autorisé en France  jusqu'au régime de Vichy en 1939 sans que le pays n'ait sombré dans la pire anomie sanglante. Du reste, la France est un pays qui a toujours été traditionnellement armé au point que les Révolutionnaires ne jugèrent même pas nécessaire, tant il paraissait aller de soi, d'inscrire le port d'arme dans les droits fondamentaux (grossière erreur que les Américains ne commirent pas).

Peu importe qu'il n'y ait aucun lien entre autorisation de détention ou de port d'arme et criminalité : des armes librement possédées et utilisées par des citoyens, c'est autant de points de résistance potentiel à un asservissement complet que l'État tentera toujours d'obtenir à un moment ou un autre.

Dès lors, la présence répétée de ce sujet spécifique dans la presse, actuellement, semble taillée pour alarmer le citoyen peureux et dont la crise pandémique aura amplement montré qu'il n'est qu'un conformiste niais. Pas de doute, il faut trouver une solution drastique devant ce danger et comme ces armes sont à peu près intraçables, seul un véritable Niagara de lois, de contraintes et d'interdictions permettront - mais si, mais si - de rassurer tout le monde, n'est-ce pas.

À partir de là, il suffira d'une affaire un peu plus médiatique, un crime un peu plus crapuleux, un règlement de compte un peu plus sanglant dans lequel seront (commodément) impliquées quelques-unes de ces armes pour que l'État interdise avec ce prétexte l'impression 3D, déboule chez n'importe quel bricoleur du dimanche pour lui demander de justifier ses derniers achats d'outils ou de matériel un peu louches, et j'en passe.

Plus un État veut contrôler ses citoyens, plus il lui fait peur. Inversement, plus un État a peur, plus il tabasse ses citoyens et lui retire de libertés.  Les campagnes répétées visant à supprimer les armes des mains des citoyens honnêtes, ces petits articulets de presse dégoulinants d'anxiété, les exhortations ministérielles à la plus grande fermeté contre les méchants et les vilains sont autant de signes avant-coureurs d'opérations drastiques contre toute volonté d'auto-défense des citoyens.

Historiquement, ces étapes ont toujours précédé l'avènement de sociétés nettement moins bisounours...

source :  Hashtable

 reseauinternational.net

 Commenter