La Cour internationale de justice ordonne à Israël d'empêcher un génocide à Gaza et de permettre l'acheminement de l'aide

Israël défie les arrêts de la Cour internationale de Justice pour empêcher un génocide

par Yeni Safak

Deux semaines après que la Cour internationale de justice (CIJ) a émis une injonction provisoire à l'encontre d'Israël dans l'affaire de génocide portée par l'Afrique du Sud, Israël continue de défier les décisions de la Cour, qu'il s'agisse d'autoriser l'aide humanitaire ou de commettre des massacres.

Dans l'affaire de génocide portée par l'Afrique du Sud, la CIJ a statué le 26 janvier qu'Israël devait s'abstenir de tout acte de meurtre, d'attaque et de destruction à l'encontre des habitants de Gaza et prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir un génocide.

En ce qui concerne la violation par Israël de la convention des Nations unies de 1948 pour la prévention et la répression du génocide, la CIJ a ordonné à Tel-Aviv de fournir d'urgence les services de base et l'aide humanitaire nécessaires pour remédier aux mauvaises conditions de vie des Palestiniens de Gaza.

La CIJ a ordonné à Israël de prendre des mesures immédiates et efficaces pour y parvenir.

À la suite de l'arrêt de la CIJ, le nombre de camions autorisés par Israël à entrer dans la bande de Gaza a diminué de 40%

L'armée israélienne, qui occupe la bande de Gaza, a divisé la région en trois. Des points de contrôle de l'armée israélienne se trouvent dans les zones divisées. Le passage par ces points, y compris l'aide humanitaire, n'est pas autorisé sans la permission d'Israël.

Alors qu'Israël menace de tirer sur tout ce qui veut passer sans autorisation, même le convoi d'aide de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), qui attendait de se rendre au nord de la bande de Gaza, a essuyé des tirs en provenance de la mer le 5 février.

Selon une compilation effectuée par le correspondant d'AA à partir des données publiées par le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (UNOCHA) au début du mois de février, il convient de noter que le nombre de camions d'aide étant entrés dans la bande de Gaza après le 26 janvier a diminué malgré la décision claire de la CIJ sur l'acheminement de l'aide humanitaire aux civils.

Au cours des deux semaines précédant le 26 janvier, lorsque la décision de la CIJ a été prise, 156 camions d'aide sont entrés à Gaza en moyenne par jour, alors que les données de l'ONU pour les 11 jours suivant le 26 janvier montrent que la moyenne quotidienne du nombre de camions d'aide autorisés n'était que de 93.

En conséquence, Israël a réduit de 40% le nombre de camions autorisés à entrer à Gaza pour l'aide humanitaire à la suite des arrêts de la CIJ.

C'est pourquoi la crise dans la bande de Gaza a atteint le niveau le plus élevé en termes de médicaments et de fournitures médicales, ainsi que de produits de première nécessité.

Avant la guerre israélienne lancée le 7 octobre, la moyenne quotidienne de camions d'aide entrant dans la bande de Gaza était d'environ 500, malgré le blocus.

L'ONU met en garde contre la famine

Le porte-parole des Nations unies, Stéphane Dujarric, a déclaré le 5 février que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) n'avait pu mener que 10 des 61 opérations de secours prévues dans le nord de la bande de Gaza en janvier, les autres ayant été bloquées par Israël.

Le porte-parole a souligné que les missions d'aide aux hôpitaux et aux établissements de santé étaient également bloquées par les forces israéliennes.

Les Nations unies ont prévenu que 2,2 millions de personnes dans la bande de Gaza risquaient de souffrir de la famine en raison de l'intense agression israélienne.

Selon l'ONU, 378 000 personnes à Gaza sont confrontées à une famine «catastrophique» de niveau 5 et 939 000 personnes sont confrontées à une famine «d'urgence» de niveau 4 sur l'échelle de la classification intégrée des phases de la sécurité alimentaire (IPC).

Israël n'a pas cessé de tuer

Malgré les décisions de la CIJ, la plus haute instance judiciaire des Nations unies, Tel-Aviv n'a jusqu'à présent pris aucune mesure pour démontrer qu'il se conformait aux arrêts.

En fait, les rapports en provenance de Gaza montrent que même après le 26 janvier, Israël a poursuivi l'escalade de la violence, bombardant les civils et bloquant la plupart de l'aide humanitaire.

En 13 jours seulement, les forces de Tel-Aviv ont tué 1 625 Palestiniens et en ont blessé au moins 2 660 dans la bande de Gaza depuis que la CIJ a émis des injonctions à l'encontre d'Israël

Bien qu'accusé de génocide et de crimes de guerre, Israël a bombardé, occupé et rendu inopérant de nombreux hôpitaux de la bande de Gaza et a frappé plusieurs centres de santé, dont l'hôpital Nasser de Gaza, même après la décision de la CIJ.

Préparation d'une attaque sur Rafah, où s'entassent les personnes déplacées

Dans la bande de Gaza, où vivent environ 2,3 millions de personnes, quelque 2 millions de Palestiniens ont été déplacés de force. La plupart des personnes déplacées se sont réfugiées dans la ville de Rafah, située au sud de la bande de Gaza, à la frontière avec l'Égypte.

La population de Rafah, qui comptait environ 280 000 personnes avant les attaques israéliennes, a plus que quadruplé pour atteindre plus de 1,2 million d'habitants.

En raison du manque de logements adéquats, la grande majorité de ces Palestiniens s'efforcent de vivre dans des camps constitués de tentes de fortune. L'administration israélienne signale maintenant qu'elle lancera des attaques terrestres sur Rafah.

Malgré la décision de la Cour de mettre un terme aux actes susceptibles de constituer un génocide au sens de l'article 2 de la convention sur le génocide, Israël semble étendre ses attaques à la ville méridionale de Rafah, où plus de la moitié des deux millions de Palestiniens déplacés ont trouvé refuge, déclarée par Tel-Aviv comme une «zone de sécurité».

Le Premier ministre, Benyamin Netanyahou et le ministre de la Défense, Yoav Gallant ont tous deux annoncé publiquement la semaine dernière leur intention de lancer une attaque terrestre sur Rafah.

Rafah fait l'objet de frappes aériennes de la part des forces israéliennes depuis des mois, mais la nouvelle offensive terrestre prévue fait craindre de nouvelles tragédies.

Dans son rapport du 2 février, l'UNOCHA a averti que la situation à Rafah avait atteint un «point de basculement». L'agence a également rapporté le 5 février que les civils palestiniens continuent d'affluer à Rafah alors que les attaques sur la bande de Gaza s'intensifient et que les civils palestiniens manquent toujours de nourriture, d'eau, d'abris et de médicaments.

source :  France-Irak Actualité

 reseauinternational.net

 Commenter