12/02/2024 investigaction.net  3 min #242694

Le sang des enfants de Gaza sur la conscience... Mais la peau lisse ! Merci l'Oréal

La Rédaction


AFP

Longue est la liste des enseignes qui collaborent avec l'État d'apartheid israélien, voire profitent de ses colonies illégales. McDonalds, Carrefour, Starbucks, Puma, HP et tant d'autres... Des intérêts économiques qui s'accompagnent logiquement d'un soutien au sionisme et d'une censure des voix pro-palestiniennes en leur sein. Le groupe l'Oréal en est un bon exemple. Inclusion, un peu mais pas trop

En 2018 déjà, la britannique Amena Khan, nouvelle égérie "diversité" du géant mondial des cosmétiques avait rapidement dû arrêter son contrat. En cause : ses positions pro-palestiniennes de 2014 face à l'horreur de la guerre, que les lobbies sionistes états-uniens n'avaient pas manqué de dénoncer. En novembre 2022, l'Oréal remet le couvert en mettant brutalement fin au contrat de son experte de la diversité et de l'inclusion, la juriste franco-palestinienne, Rima Hassan. Elle même réfugiée palestinienne en Syrie, elle a eu le tort de dénoncer sur Twitter l'impunité d'Israël dans le génocide des Palestiniens et d'invoquer la liberté de tout son peuple : « ceux des camps, ceux de Gaza, ceux de Jérusalem, ceux de la Cisjordanie, ceux d'Israël et tout ceux de la diaspora. » C'en est trop pour le groupe. Promouvoir l'image de « minorités discriminées » ça va, mais quand elles osent prendre la parole pour revendiquer l'égalité et le respect des droits, là l'inclusion devient gênante pour... les profits.

Amena Khan [L'Oreal promotional material]

Rima Hassan [DR]

C'est que s'opposer aux intérêts d'Israël, et donc aux Etats-Unis coûte cher. Depuis que le groupe a été contraint en 1995 de verser 1,4 million de dollars au gouvernement US pour évincer les soupçons d'avoir collaboré dans les années 80 avec la ligue Arabe pour le boycott d'Israël, l'Oréal y a énormément investi pour montrer sa bonne volonté. Depuis lors, elle y possède une filiale basée à Netanya, un centre de logistique à Césarée et une usine de production dans le village de Migdal Haemek, fondé en 1952 par des colons israéliens ayant chassé les habitants Palestiniens. L'Oréal Israël emploie près de 400 personnes et possède plus de 8000 points de vente. C'est le siège commercial de la firme mondiale pour l'ensemble du Moyen-Orient.

Sur son site on peut lire :

« Notre désir d'appliquer les normes sociales et environnementales les plus exigeantes nous a ainsi permis de nous affirmer comme modèle et source d'inspiration pour les autres entreprises. »

Nous voilà rassurés !

Début février, Forbes France a également cédé aux pressions contre Rima Hassan, en annulant la cérémonie visant à récompenser 40 femmes pour leur parcours, dont la fondatrice de l'Observatoire des camps de réfugiés. Si les pressions des sionistes pour blanchir et normaliser la politique raciste, expansionniste et génocidaire de l'Etat d'Israël font effet, la contre-campagne populaire de boycott s'organise elle aussi depuis le début des années 2000 avec un écho croissant. En décembre, Puma a renoncé à renouveler son contrat de sponsor de la Fédération israélienne de football (en arguant bien sûr que cette décision n'avait aucun rapport avec la campagne de discrédit organisée par le mouvement Boycott Désinvestisement Sanctions depuis des années). Les directeurs généraux de Mc Donalds et Starbucks, eux, n'ont pas peur de dire qu'ils enregistrent une baisse significative de leurs ventes escomptées au Moyen-Orient et aux Etats-Unis dans le dernier trimestre 2023, notamment en raison de la campagne de boycott qui les a visés. Le premier pour les repas offerts à Tsahal par sa franchise israélienne, le second pour avoir poursuivi son syndicat de travailleurs pour leur twit "Solidarité avec la Palestine" du 9 octobre. Alors, lors du choix de votre prochain produit de beauté, évitez l'Oréal !

Source: Investig'Action

 investigaction.net

 Commenter