13/02/2024 mondialisation.ca  6 min #242723

Gaza : Netanyahou rejette toute proposition de trêve et annonce la « préparation » d'une offensive à Rafah, bombardée par l'armée israélienne

Les frappes israéliennes nocturnes sur Rafah tuent des dizaines de Palestiniens

Par  Middle East Eye

Les raids interviennent alors que les quelque 1,4 million de Palestiniens déplacés dans la ville méridionale se préparent à une offensive terrestre, une potentielle "catastrophe".

Israël a lancé des frappes aériennes sur Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, dans la nuit de dimanche à lundi, tuant des dizaines de Palestiniens et alimentant les craintes d'une offensive imminente sur la zone densément peuplée de personnes déplacées.

Les attaques ont visé 14 maisons et trois mosquées à Rafah, selon des responsables palestiniens.

Le Hamas a déclaré qu'une centaine de personnes avaient été tuées lors des frappes, tandis que le ministère palestinien de la santé a indiqué qu'au moins 67 personnes avaient été tuées.

L'armée israélienne a déclaré avoir "mené une série de frappes sur des cibles terroristes dans le secteur de Shaboura, dans le sud de la bande de Gaza".

Elle a également déclaré avoir libéré deux prisonniers capturés par le Hamas lors de l'attaque du 7 octobre, au cours d'une opération menée pendant la nuit à Rafah. Les captifs ont été identifiés comme étant Fernando Simon Marman et Louis Har, et sont tous deux bien portants, ont déclaré des responsables israéliens.

Le Hamas a dénoncé le raid sur Rafah comme

"la poursuite de la guerre génocidaire et les tentatives de déplacement forcé contre notre peuple palestinien".

Les frappes aériennes israéliennes sur Rafah se sont intensifiées au cours de la semaine dernière, avec des dizaines de bombardements meurtriers sur des quartiers densément peuplés et des immeubles résidentiels. Ces attaques aériennes interviennent après que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré avoir ordonné à son armée de se préparer à une offensive terrestre sur la ville.

La plupart des personnes déplacées de Gaza – environ 1,4 million de personnes, dont 610 000 enfants – se sont réfugiées à Rafah, dernier refuge sûr, en raison des opérations militaires intenses menées dans le reste de l'enclave palestinienne.

La zone autour de Rafah – estimée à environ un cinquième de la superficie de Gaza – s'est métamorphosée un gigantesque village de tentes. Les Palestiniens n'ont nulle part où aller et s'abritent dans des tentes de fortune ou en plein air, avec peu d'accès à la nourriture, à l'eau ou aux médicaments.

Médecins sans frontières a prévenu que "l'offensive terrestre déclarée d'Israël sur Rafah serait catastrophique et ne doit pas avoir lieu".

"Il n'y a plus aucunt sûr à Gaza, et personne ne peut en sortir", a déclaré l'organisation dans un communiqué.

 Les Palestiniens à Rafah ont déclaré dimanche à Middle East Eye que la ville était leur "dernier recours".

"Je n'irai nulle part ailleurs : j'ai déjà été déplacé six fois jusqu'à présent. C'est le dernier endroit possible",

a déclaré Saleh Razaina, un Palestinien déplacé de Jabalia, depuis sa tente, à quelques centaines de mètres de la frontière avec l'Égypte.

"Nous sommes venus dans la zone frontalière avec l'Égypte parce que nous pensions que c'était l'endroit le plus sûr, le dernier endroit où Israël repousserait les habitants. Maintenant, il n'est plus possible de nous chasser plus loin, il n'est plus possible pour nous d'aller où que ce soit. Nous ne nous déplacerons d'ici que vers la tombe. C'est notre dernier recours".

Mise en garde contre un "désastre"

M. Netanyahou a déclaré que l'objectif de son gouvernement, à savoir "l'élimination du Hamas", ne pourrait être atteint sans la défaite de quatre bataillons du Hamas à Rafah. Il a ajouté qu'il avait ordonné à l'armée et aux agences de sécurité de préparer un plan visant à éliminer les bataillons et à évacuer les civils de la zone.

Le Premier ministre prévoit que l'opération se termine avant le début du Ramadan, vers le 10 mars, a déclaré un responsable israélien à  CNN.

Dimanche, M. Netanyahu a déclaré à Fox News que les Palestiniens pouvaient fuir en toute liberté au nord de Rafah, mais les autorités égyptiennes se méfient d'une offensive terrestre qui forcerait les Palestiniens à se diriger vers la frontière égyptienne et bloquerait davantage l'accès à l'aide humanitaire par le checkpoint de Rafah, le seul point de sortie vers Gaza qui ne soit pas directement contrôlé par Israël.

Des responsables égyptiens et un diplomate occidental, cités par l' Associated Press, ont déclaré que Le Caire menaçait de suspendre son traité de paix de 1979 avec Israël si des troupes israéliennes entraient à Rafah.

Vendredi,  Reuters a rapporté que l'Égypte avait déployé 40 chars et véhicules blindés de transport de troupes à Rafah pour renforcer la sécurité autour de la frontière.

Des représentants de l'ONU et de la communauté internationale ont mis en garde contre les conséquences d'une offensive sur Rafah, car les civils n'ont nulle part où fuir.

Philippe Lazzarini, directeur de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens (Unrwa), a déclaré que les Palestiniens ne savaient absolument pas où aller après Rafah et que la ville était en proie à une "peur et à une panique croissantes".

"Toute opération militaire de grande envergure au sein de cette population ne peut que renforcer la tragédie sans fin qui se déroule actuellement", a déclaré M. Lazzarini.

Les États-Unis, principal allié d'Israël dans la guerre de Gaza, ont mis en garde contre le lancement d'une offensive de grande envergure à Rafah.

Le porte-parole du Conseil national de sécurité des États-Unis, John Kirby, a déclaré aux journalistes jeudi que la Maison Blanche "ne soutiendrait pas" une telle opération.

"Toute opération militaire d'envergure à Rafah en ce moment, dans ces circonstances, avec plus d'un million – probablement plus d'un million et demi de Palestiniens qui y cherchent refuge – sans tenir compte de leur sécurité serait un désastre", a déclaré M. Kirby.

Article original en anglais :

 middleeasteye.net

Traduction :  Spirit of Free Speech

La source originale de cet article est  Middle East Eye

Copyright ©  Middle East Eye,  Middle East Eye, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter