21/02/2024 arretsurinfo.ch  23 min #243301

« Libérez la vérité » : Julian Assange et la défense de la liberté de la presse

Des larmes pour Navalny. Et pour Assange ? Pas grand-chose

Par  Andrey Cockburn

Dieu veuille que les médias ne regardent pas les faits

Demain, 20 février, Julian Assange dispose de sa dernière chance de faire appel de l'ordre d'extradition de la Grande-Bretagne vers les États-Unis. La campagne ininterrompue visant à écraser l'un des journalistes les plus importants de notre époque est peut-être sur le point de réussir. Mais alors que la presse verse des larmes à profusion sur la mémoire d'Alexei Navalny, les yeux des médias demeurent froids et secs pour Assange, persécuté pour le crime de nous avoir dit ce que nous avions besoin de savoir. Le New York Times, par exemple, s'est nourri de ses scoops avant de se retourner contre lui. Aujourd'hui, en ce moment de crise non seulement pour Assange mais aussi pour la liberté de la presse elle-même, le mieux que le journal puisse offrir est un article malveillant dans sa colonne d'opinion, relatant des mensonges longtemps utilisés comme excuse pour abandonner un journaliste à son sort.

La campagne visant à discréditer Assange a été savamment construite et mise en œuvre, mais elle a nécessité la complicité active de la presse pour étouffer la vérité. Il y a un an, j'ai publié l'article suivant dans le magazine Harper's pour rétablir la vérité. Malheureusement, il n'y a guère de raison de changer ce que j'ai écrit. (Le Comité de protection des journalistes refuse toujours de reconnaître qu'Assange est un journaliste emprisonné).

Chaque année, le 1er décembre, le Comité pour la protection des journalistes publie son recensement mondial des prisons, qui indique le nombre de journalistes derrière les barreaux dans le monde. L'édition 2022 a établi un sinistre record : 363, le plus élevé jamais atteint. En parcourant la liste - classée par ordre alphabétique des prénoms - et en faisant défiler les J, on découvre que Juan Lorenzo Holmann Chamorro, éditeur du journal nicaraguayen La Prensa, est enfermé depuis 2021 pour blanchiment d'argent, victime de la répression de la dictature Ortega à l'encontre des médias indépendants. Vient ensuite Juret Haji, le directeur du Xinjiang Daily, détenu depuis 2018 après qu'un collègue a été accusé d'avoir un "double visage", une accusation de routine du gouvernement chinois.

Julian Assange aurait sa place entre ces deux noms, mais il n'apparaît pas, comme c'est le cas depuis que le fondateur de WikiLeaks a été arraché à l'ambassade équatorienne de Londres en 2019 et enfermé à l'isolement à la prison de Belmarsh, un sinistre édifice connu sous le nom de "Guantánamo britannique". Cette omission est frappante pour quiconque se souvient de l'impact retentissant des révélations d'Assange sur les secrets du gouvernement américain. Mais l'importance de ce phénomène s'est estompée pour beaucoup dans l'univers des médias, si tant est qu'il ait jamais existé. Il n'y a pas de demandes publiques très médiatisées pour que des comptes soient rendus ou que des poursuites soient engagées pour les crimes révélés par les reportages de M. Assange. Dans l'ensemble, WikiLeaks a supprimé les filtres à travers lesquels nous sommes normalement conditionnés à voir le monde. Sans Wikileaks, nous n'aurions aucune idée du nombre de civils tués en Irak et en Afghanistan lors de l'invasion américaine, ni des crimes de guerre, tels que l'exécution de onze personnes menottées, dont cinq enfants, lors d'un raid sur une maison en Irak en 2006. Nous ne saurions pas que la secrétaire d'État Hillary Clinton savait pertinemment que l'Arabie saoudite était une source de "soutien financier majeur" pour les talibans et Al-Qaïda, ou que le gouvernement britannique trompait le public sur ses intentions à l'égard des anciens habitants de Diego Garcia, expulsés dans les années soixante et soixante-dix pour faire place à une base américaine. Comment la CIA aborde-t-elle la question des "assassinats ciblés" ? WikiLeaks nous a révélé la vision interne de l'agence, ainsi que les méthodes qu'elle a mises au point pour mettre nos téléviseurs sur écoute et prendre le contrôle de nos voitures. Le Comité national démocrate a-t-il manœuvré pour truquer les campagnes des primaires de 2016 ? WikiLeaks a montré que c'était effectivement le cas. "C'est une archive de la diplomatie américaine pour ces années-là", a déclaré John Goetz, un ancien journaliste de Der Spiegel qui a travaillé avec Assange pour publier des documents. "Sans WikiLeaks, nous ne saurions rien de tout cela."

Ces réalisations ont coûté à Assange plus de dix ans d'enfermement et d'emprisonnement. De juin 2012 à avril 2019, il a été confiné dans la minuscule ambassade de l'Équateur à Londres, période pendant laquelle son état de santé a commencé à se détériorer fortement. En janvier 2021, la juge britannique Vanessa Baraitser s'est prononcée contre son extradition au motif qu'elle serait "oppressive" compte tenu de son état mental, avertissant qu'il pourrait se suicider pour éviter un tel sort. Les États-Unis ont fait appel de cette décision et ont obtenu gain de cause, et l'extradition de M. Assange a été approuvée en juin 2022. S'il est condamné par un tribunal américain, il pourrait passer le reste de sa vie dans une prison fédérale.

La perspective d'un procès d'Assange en vertu de la loi sur l'espionnage de 1917 - une accusation envisagée par Barack Obama, poursuivie avec énergie par Donald Trump et non contestée, jusqu'à présent, par Joe Biden - a suscité un sentiment d'inquiétude (très) graduel dans les médias, qui y voient une menace évidente pour la liberté de la presse. Cela a été démontré avec force dans une déclaration commune cosignée fin novembre 2022 par le New York Times, le Guardian, Le Monde, El País et Der Spiegel, des publications majeures qui ont collaboré avec Assange en publiant des scoops de WikiLeaks.

"Tenir les gouvernements pour responsables fait partie de la mission essentielle d'une presse libre dans une démocratie", peut-on lire dans la lettre, avant de dénoncer la criminalisation potentielle de "l'obtention et de la divulgation d'informations sensibles (...) qui font partie intégrante du travail quotidien des journalistes".

Les médias demandent ensuite au gouvernement américain "de mettre fin aux poursuites engagées contre Julian Assange pour avoir publié des secrets. Publier n'est pas un crime".

Le fait que les anciens collaborateurs de Julian Assange se soient ralliés à sa défense et, par extension, à la leur, est une évolution tout à fait bienvenue, stimulée en grande partie par le plaidoyer de James Goodale, l'ancien avocat en chef du New York Times qui, il y a un demi-siècle, a orchestré la victoire juridique du journal dans l'affaire des Pentagon Papers, établissant le droit de la presse à publier des informations classifiées, un droit aujourd'hui menacé par les poursuites engagées contre Julian Assange. Mais M. Assange fait l'objet de l'attention vindicative du gouvernement depuis de nombreuses années, même avant d'être menacé d'une incarcération à vie dans un cachot supermax américain. Pourquoi les grands médias ont-ils mis autant de temps à prendre position ?

Lorsque j'ai demandé au Comité de protection des journalistes pourquoi Assange ne figurait pas sur leur liste, j'ai été dirigé vers une déclaration de décembre 2019 : "Après des recherches et un examen approfondis, le CPJ a choisi de ne pas inscrire Assange sur la liste des journalistes, en partie parce que son rôle a tout aussi souvent été celui d'une source", peut-on y lire, "et parce que WikiLeaks ne se comporte généralement pas comme un organe d'information doté d'un processus éditorial."

Les journaux qui ont signé la lettre de novembre ont également refusé de revendiquer M. Assange comme l'un des leurs. Dans le même temps, d'autres accusations et calomnies ont déformé le récit public, occultant les menaces qui pèsent sur le Premier Amendement. De nombreux médias qui expriment aujourd'hui leur inquiétude ont ignoré ou déformé des informations essentielles sur le sort de M. Assange tout au long de son parcours. Il est essentiel de réfléchir à ces erreurs d'aiguillage, d'autant plus qu'une attaque flagrante contre la liberté de la presse semble aujourd'hui sur le point d'aboutir.

L'allégation centrale régulièrement déployée contre Assange est qu'il a imprudemment publié des documents sans expurger les noms des personnes qui pourraient en subir un préjudice. Alors que la déclaration du CPJ, par exemple, inclut des remarques de l'ancien rédacteur en chef du New York Times, Bill Keller, dénonçant la poursuite d'Assange, Keller le décrit toujours comme publiant des informations "sans aucun sens de la responsabilité pour les conséquences, y compris les dommages collatéraux causés à des innocents". (À l'occasion de l'arrestation d'Assange en 2019, le comité éditorial du Washington Post a proclamé que "contrairement aux vrais journalistes, WikiLeaks a déversé des informations dans le domaine public sans aucun effort pour en vérifier la véracité de manière indépendante, ou donner aux personnes nommées la possibilité de les commenter", et a demandé l'extradition immédiate d'Assange. (Interrogé sur le fait de savoir si le Washington Post s'en tient toujours à cette opinion, un porte-parole a répondu en octobre 2022 que le journal n'avait "rien d'autre à partager que l'éditorial").

En fait, les archives publiques regorgent de preuves montrant qu'Assange s'est donné beaucoup de mal pour supprimer les noms des documents avant de les publier. "Nous avons retenu tous ces noms", a-t-il déclaré à un interviewer qui lui demandait ce qu'il faisait au sujet des collaborateurs nommés lors de la préparation des carnets de guerre en 2010. Les journalistes qui ont travaillé avec WikiLeaks, dont M. Goetz et la journaliste néo-zélandaise Nicky Hager, ont décrit M. Assange comme se donnant beaucoup de mal pour éviter de mettre des personnes en danger. Le Pentagone, quant à lui, a déployé d'énormes efforts pour prouver le contraire. Immédiatement après la publication des journaux afghans, la Defense Intelligence Agency a mis en place un groupe de travail chargé d'évaluer les dommages causés aux opérations du ministère, sous la direction d'un officier supérieur du renseignement, Robert Carr. L'équipe, qui a compté jusqu'à 125 personnes travaillant pendant dix mois, sept jours sur sept, a épluché sept cent mille documents, avec des rapports hebdomadaires adressés aux plus hauts niveaux du ministère de la Défense. Lors de son témoignage devant la cour martiale de Chelsea Manning en 2013 pour avoir divulgué la cache d'Assange, Carr, qui avait alors pris sa retraite, a déclaré que son équipe avait découvert qu'un seul individu avait été tué "à la suite des journaux afghans". Sa source n'était autre que les talibans. De plus, l'information était fausse. Lorsque l'avocat de la défense de Manning l'a questionné, son histoire s'est rapidement effondrée ; "le nom de l'individu qui a été tué ne figurait pas dans les divulgations", a-t-il admis.

L'accusation la plus grave et la plus durable portée contre M. Assange découle de la publication des câbles du département d'État en 2010. Après que WikiLeaks a commencé à publier les documents, des sites miroirs, copiant le fichier crypté non expurgé, sont apparus ailleurs sur l'internet. Le fichier lui-même n'était accessible qu'à l'aide d'un code partagé avec quelques journalistes. Deux des premiers collaborateurs de Julian Assange, David Leigh et Luke Harding du Guardian, ont publié le mot de passe dans WikiLeaks : Inside Julian Assange's War on Secrecy, un livre publié en 2011, excusant par la suite la violation de la sécurité, en affirmant que Julian Assange leur avait dit que le code clé était "temporaire", un fait contesté par d'autres personnes impliquées dans le processus. Plusieurs mois plus tard, John Young, rédacteur en chef du site web américain Cryptome, a localisé le fichier, qui avait été découvert par le journal allemand Der Freitag contre la volonté d'Assange, et l'a publié en utilisant le mot de passe révélé par Leigh et Harding. Assange avait déjà appelé le département d'État pour l'avertir que les documents non expurgés seraient bientôt rendus publics. Peut-être inquiet de voir apparaître de fausses versions des journaux, quelqu'un de WikiLeaks a publié sur le site l'intégralité du même fichier non expurgé. Des années plus tard, sous serment, M. Young a déclaré qu'aucune autorité chargée de l'application de la loi ne lui avait jamais demandé de retirer le fichier.

Bien que Leigh s'oppose à l'extradition, il a attisé les braises de la mauvaise image d'Assange dans une interview accordée à l'émission Frontline de la chaîne PBS, affirmant que, lors d'une réunion, il aurait déclaré que les personnes nommées dans les documents afghans originaux étaient des "collaborateurs" qui "méritaient de mourir". Cette affirmation est fortement contestée par M. Goetz, qui se souvient avoir travaillé avec une équipe de journalistes, dont M. Assange, pour discuter de la publication des documents. La pression était intense, m'a-t-il dit. Je lui ai demandé pourquoi l'antipathie de certains journalistes à l'égard d'Assange était devenue si virulente. "Nous étions de la vieille école. Il représentait l'avenir", a-t-il fait remarquer. "L'idée de publier des documents classifiés de cette manière était nouvelle pour nous. Nous n'avions aucune idée de la sécurité ou des mots de passe. Sans Julian, rien de tout cela ne serait apparu. Ce qu'il a fait est énorme."

Malgré les nombreux témoignages au tribunal soulignant l'examen minutieux des documents par Assange - ainsi que l'aveu réticent de Carr selon lequel son groupe de travail n'a découvert aucun décès résultant des fuites -, les médias grand public n'ont globalement pas corrigé les faits. C'est pourquoi les informations fournies par le journaliste indépendant Kevin Gosztola ont été d'une valeur inestimable. Comme il l'explique dans son livre "Guilty of Journalism" (Coupable de journalisme), un compte rendu méticuleux et complet de la traque de Julian Assange publié en février 2023, il a été l'un des rares journalistes à couvrir le procès de Chelsea Manning au jour le jour. Ses collègues des médias traditionnels, écrit-il, semblaient trouver les procédures soit trop complexes, soit trop ennuyeuses. (Un producteur de CNN affecté à l'affaire passait la majeure partie de son temps à dormir dans le centre des médias).

Gosztola a de nouveau été l'un des rares à produire des reportages détaillés sur les audiences d'extradition d'Assange en 2020. Ni le New York Times ni les autres grands médias n'ont fait état des témoignages réfutant l'accusation selon laquelle Assange aurait aidé Manning à déchiffrer les fichiers classifiés. Patrick Eller, expert en criminalistique numérique et ancien enquêteur criminel de l'armée américaine, a déclaré en tant que témoin expert qu'il était peu probable que les messages instantanés échangés entre M. Assange et Mme Manning aient aidé cette dernière à divulguer des documents classifiés ou à couvrir ses traces. Au moment de leur échange, Manning avait non seulement déjà un accès autorisé, mais elle avait également téléchargé la plupart des documents qu'elle allait remettre à WikiLeaks.

L'image publique de M. Assange a été ternie par bien pire que les retombées des carnets de guerre et des câbles du département d'État. Une enquête sur un viol présumé en Suède, qui a déclenché le long feuilleton judiciaire qui a abouti à son incarcération actuelle, a duré près de dix ans. L'un des enquêteurs externes qui a examiné l'accusation était le juriste suisse Nils Melzer. En tant que rapporteur spécial des Nations unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, Melzer a enquêté sur l'affaire Assange. Mais comme il l'a avoué dans son livre "L'affaire Assange: Histoire d'une persécution politique", publié l'année dernière, il a d'abord ignoré un appel lancé en 2018 par l'équipe juridique d'Assange pour reprendre l'affaire, en raison d'une "foule de pensées désobligeantes et de sentiments de rejet presque réflexes" induits par la réputation de "pirate informatique véreux" du journaliste australien. Ce n'est que quelques mois plus tard, à la suite d'un nouvel appel plus pressant des avocats, qu'il est revenu sur sa décision.

Selon le rapport de Melzer, les procureurs suédois ont fondé l'affaire sur les déclarations de deux femmes qui avaient couché avec Assange en août 2010. Les femmes s'étaient rendues dans un commissariat de Stockholm pour demander de l'aide afin de persuader M. Assange de passer un test de dépistage du VIH, après qu'il eut prétendument altéré un préservatif avec l'une des femmes et commencé à avoir des rapports sexuels non protégés avec l'autre alors qu'elle était "à moitié endormie". Dans un premier temps, ils n'ont pas parlé de viol. Un inspecteur de police a décidé que la situation nécessitait une enquête pour viol, ce qui a conduit un procureur à délivrer un mandat d'arrêt contre Assange : la nouvelle du mandat d'arrêt a rapidement été divulguée aux médias, de même que les noms des femmes.

L'enquête sur le viol, telle que documentée par Melzer, a montré la détermination évidente des autorités suédoises à poursuivre Assange malgré de nombreuses aberrations - y compris la décision du procureur en chef de Stockholm d'abandonner l'enquête sur le viol parce que, selon ses termes, "le soupçon de viol n'existe plus". Mais l'affaire a été rapidement rouverte. M. Assange est retourné à Londres, où il a proposé d'être interrogé sur l'enquête, une procédure normale dans de tels cas. Il a également accepté de retourner en Suède à condition de ne pas être extradé vers les États-Unis, mais les Suédois ont refusé. Les tribunaux britanniques ont ordonné son extradition vers la Suède. En juin 2012, Assange a rompu les termes de sa libération sous caution et a demandé l'asile diplomatique à l'ambassade d'Équateur. En 2017, les Suédois ont finalement abandonné l'affaire. Assange était toujours poursuivi par les autorités britanniques pour violation de la libération sous caution, réfugié à l'ambassade.

Pendant ce temps, les accusations dont il faisait l'objet aux États-Unis se sont compliquées en raison du ressentiment de groupes puissants, notamment de médias convaincus qu'il avait d'une manière ou d'une autre contribué à l'élection de Donald Trump. En 2016, WikiLeaks a obtenu et publié une énorme quantité de courriels provenant du DNC et du président de la campagne d'Hillary Clinton, John Podesta. Ces documents décrivaient en partie les plans élaborés au sein des instances du parti pour faire échouer la candidature de Bernie Sanders, entraînant la démission de la présidente du DNC, la députée Debbie Wasserman Schultz. Scandalisée par cette affaire, la campagne Clinton a rapidement attribué les fuites à l'appareil de renseignement de Vladimir Poutine, dans le cadre d'une opération visant à assurer la victoire de Donald Trump. Cette accusation a été alimentée par l'analyse médico-légale des consultants en cybersécurité du DNC, CrowdStrike, détaillant les liens potentiels entre les fuites et le gouvernement russe. L'avocat spécial Robert Mueller a déclaré que les documents avaient été "exfiltrés" par des agents russes et "diffusés par l'intermédiaire" de WikiLeaks.

La déclaration d'Assange selon laquelle les documents ne provenaient pas d'un "État tiers" n'a pas été prise en compte. (Étant donné que les documents étaient dignes d'intérêt, il aurait été justifié de les publier même s'ils avaient émané du régime de Poutine). En avril 2019, cependant, le New York Times a évoqué "le rôle central joué par WikiLeaks dans la campagne russe visant à saper les chances présidentielles de Mme Clinton et à aider à l'élection du président Trump".

Le Guardian, quelques mois plus tôt, avait également fait référence à des "sources" rapportant que l'émissaire de Trump, Paul Manafort, s'était "secrètement entretenu avec Julian Assange à l'intérieur de l'ambassade d'Équateur" - une histoire mise en doute en raison de l'absence de preuves directes. Néanmoins, le Guardian ne s'est pas rétracté.

L'idée qu'Assange ait agi pour le compte de Poutine et de Trump l'a inévitablement condamné aux yeux de l'establishment démocrate. Mais au coeur du tumulte - alors que des personnalités de droite tentaient d'imputer les fuites à un employé de la DNC assassiné lors d'un prétendu cambriolage - des informations essentielles ont été dissimulées au public par la commission du renseignement de la Chambre des représentants. Témoignant sous serment lors d'une séance à huis clos devant la commission en 2017, le responsable de la sécurité de CrowdStrike, Shawn Henry, a admis qu'il ne disposait d'aucune "preuve concrète" attestant que les Russes auraient volé les courriels, ou même que quelqu'un avait piraté le système de la DNC. Cette interview cruciale est restée confidentielle jusqu'en 2020. La presse n'a pas fait grand-chose pour le reconnaître : le témoignage n'a même pas été mentionné dans le New York Times, le Guardian ou tout autre média grand public qui avait déjà évoqué l'histoire du piratage russe.

En 2017, alors qu'Assange était réfugié dans une petite pièce de l'ambassade d'Équateur, WikiLeaks a dévoilé par lots successifs les documents de la CIA collectivement connus sous le nom de Vault 7, mettant à nu les programmes de l'agence pour la prise de contrôle des voitures, des télévisions, des navigateurs web et des smartphones des citoyens. Cet énorme scoop - "la plus grande perte de données de l'histoire de la CIA", selon une évaluation interne - aurait déclenché la fureur au sein de l'appareil de renseignement, principalement de la part de Michael Pompeo, l'ancien membre du Congrès du Kansas nommé directeur de la CIA par M. Trump. Le 13 avril 2017, lors de l'une de ses premières apparitions dans un forum public en tant que directeur, Pompeo a pris la parole au Center for Strategic and International Studies, un think tank de poids, pour déclarer la guerre à WikiLeaks. "Il est temps de nommer WikiLeaks pour ce qu'il est vraiment", a-t-il proclamé, "un service de renseignement hostile non étatique souvent encouragé par des acteurs étatiques comme la Russie."

Malgré la véhémence de M. Pompeo, les médias n'ont manifestement pas manifesté d'intérêt pour ses prochaines actions contre M. Assange. La presse a largement affiché son soulagement lorsque, en avril 2019, les États-Unis ont finalement dévoilé un acte d'accusation accusant Assange d'avoir conspiré, aux côtés de Manning, pour pirater un ordinateur afin d'obtenir des informations classifiées. L'accusation ne menaçant apparemment pas la liberté de la presse, ils se sont considérés tirés d'affaire. Charlie Savage, dans le New York Times, a estimé que "l'affaire réduit considérablement ces craintes parce qu'elle sort du cadre du journalisme d'investigation traditionnel en aidant des sources (?. illégalement à pirater des ordinateurs gouvernementaux" - et ce, bien que M. Savage ait lui-même couvert certaines parties du procès Manning, au cours duquel cette accusation a été remise en question. D'autres sont allés jusqu'à applaudir l'acte d'accusation. The Economist, par exemple, a laissé entendre qu'Assange n'avait que ce qu'il méritait.

En 2021, Yahoo News a publié les résultats d'une enquête stupéfiante. Citant des entretiens avec plus de trente anciens responsables américains anonymes, y compris ceux qui avaient travaillé à la CIA et à la Maison-Blanche de Trump, l'article décrivait comment Pompeo et ses hauts fonctionnaires avaient discuté de plans pour kidnapper Assange dans son refuge à l'ambassade, explorant même des options pour le tuer. "Cela commençait à ressembler à un film d'évasion de prison", a déclaré un ancien haut fonctionnaire de Trump à l'équipe de Yahoo. Les opérations envisagées étaient tellement extrêmes, et potentiellement illégales, que certains responsables se sont inquiétés et ont informé certains membres du Congrès des projets dangereux de Pompeo. Une fois de plus, la presse officielle n'a manifesté que peu d'intérêt. Michael Isikoff, l'un des journalistes de Yahoo, m'a dit qu'il n'avait reçu aucun appel de journalistes désireux d'approfondir la question, comme cela devrait normalement être le cas pour une histoire importante, même lorsque Pompeo, répondant à un rare suivi de Megyn Kelly dans son émission éponyme, a déclaré que les fonctionnaires qui avaient parlé à l'équipe de Yahoo "devraient tous être poursuivis pour avoir parlé d'activités classifiées" et que certains "des éléments (de l'histoire) étaient vrais".

Alors que les plans présumés de Pompeo n'ont pas abouti, Assange a été soumis à une autre opération d'espionnage, au cours de laquelle la sécurité de l'ambassade a mis en place une surveillance permanente, enregistrant même les conversations d'Assange, selon des témoins. Les visiteurs, y compris les avocats, devaient remettre leur téléphone à leur arrivée, après quoi les données étaient secrètement extraites des appareils et envoyées à la CIA. (Deux avocats et deux journalistes, dont M. Goetz, poursuivent aujourd'hui la CIA et M. Pompeo dans le district sud de New York). L'opération a finalement pris fin le 11 avril 2019, lorsque la police britannique est entrée dans l'ambassade et a traîné Assange dehors. À ce moment-là, le gouvernement équatorien avait changé de présidence et dépêché de nouveaux diplomates. Les lignes de téléphone et internet d'Assange ont été coupés, confisquant même son matériel de rasage, selon Assange, de sorte que l'image présentée aux caméras à sa sortie était celle d'un personnage échevelé, tourné en dérision par la presse britannique. Il a été incarcéré à Belmarsh pendant cinquante semaines pour la violation de la liberté sous caution, puis y est resté dans l'attente de son extradition vers les États-Unis pour l'accusation initiale de complot en vue de piratage, à laquelle se sont ajoutées des accusations supplémentaires au titre de la loi draconienne sur l'espionnage (Espionage Act). Un troisième acte d'accusation a suivi, élargissant les allégations à l'aide de preuves douteuses, fournies par un ancien bénévole de WikiLeaks qui a ensuite confié à la presse islandaise qu'il avait menti aux enquêteurs.

Alors que d'autres publications faisaient état de ces mises à jour dans l'affaire Assange, Melzer a commencé à attirer l'attention du public sur les détails de sa détention après que les gouvernements britannique, américain, suédois et équatorien eurent refusé de coopérer à son enquête.

"Les souffrances progressivement graves infligées à M. Assange, du fait de son isolement prolongé, relèvent non seulement de la détention arbitraire, mais aussi de la torture et d'autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants", peut-on lire dans un rapport de l'ONU datant de 2020. Il a suggéré dans un autre rapport que "l'ignorance volontaire permet aux fonctionnaires et aux juges, mais aussi aux journalistes et aux citoyens ordinaires, de nier l'existence de la torture ou des mauvais traitements (...) même lorsqu'ils sont confrontés à des preuves irréfutables".

En 2020, lors de comparutions séparées à quelques mois d'intervalle en raison de l'épidémie (de covid), M. Assange a finalement eu droit à son procès, où il a été séparé de ses avocats par un écran transparent. Les audiences ont été notoirement difficiles à suivre, une partie de la presse se contentant d'entendre du mieux qu'elle pouvait les débats grâce à une télévision en circuit fermé peu fiable dans une salle adjacente. D'autres ont ensuite suivi les audiences par vidéo. Des journaux tels que le New York Times et le Guardian n'ont accordé qu'une attention sporadique à ces audiences ; une fois de plus, les reportages consistants ont été réalisés par Gosztola (et l'ancien diplomate britannique Craig Murray).

Si les implications inquiétantes des accusations d'espionnage suscitent aujourd'hui une certaine inquiétude dans les médias grand public, cela ne change en rien les conditions hostiles auxquelles les lanceurs d'alerte sont confrontés depuis le début de la persécution d'Assange. L'administration Obama a engagé deux fois plus de poursuites pour fuite en vertu de l'Espionage Act que toutes les administrations précédentes réunies. En particulier, l'ancien agent de la CIA John Kiriakou a été emprisonné, soi-disant pour avoir confirmé le nom d'un agent secret de la CIA à un journaliste, peu de temps après avoir dénoncé le programme de torture de l'agence. Jeffrey Sterling a subi le même sort, après avoir été condamné pour révélation d'informations classifiées sur une opération de la CIA portant sur les armes nucléaires de l'Iran. Les procureurs ont dévasté la vie du lanceur d'alerte de la NSA Thomas Drake, le ruinant financièrement avant de finalement obtenir un plaidoyer de culpabilité pour un délit mineur. Après la publication des câbles du département d'État, le ministre de la justice de Barack Obama, Eric Holder, a déclaré qu'il avait personnellement ordonné à des fonctionnaires de prendre des mesures non spécifiées mais "significatives" pour poursuivre M. Assange.

Alors que le ministère de la justice d'Obama hésitait à accuser M. Assange d'espionnage - au motif que cela poserait un problème juridique aux journalistes, celui de Trump n'a pas témoigné de ce genre d'inhibitions. Il semblerait que Joe Biden et son ministre de la Justice, Merrick Garland, n'aient pas non plus renoncé aux accusations. Pour sa part, Merrick Garland s'est attiré les faveurs de la presse en annonçant de nouvelles lignes directrices visant à limiter l'intrusion des forces de l'ordre dans les dossiers des journalistes, et en proclamant précédemment qu'"une presse libre et indépendante est vitale pour le fonctionnement de notre démocratie". Interrogé par le Guardian sur les intentions de M. Garland concernant les poursuites engagées contre M. Assange, un fonctionnaire anonyme du ministère de la Justice a répondu aux journalistes en déclarant, ce qui est inquiétant, que M. Garland "a clairement fait savoir qu'il suivrait la loi partout où elle le mènerait".

Les États-Unis ont l'intention de juger M. Assange dans le district oriental de Virginie, surnommé le "tribunal de l'espionnage", tristement célèbre pour la probabilité que son jury comprenne des citoyens liés par leur emploi ou par d'autres moyens à l'appareil de Sécurité nationale du gouvernement. Il est fort possible que la presse prête enfin attention aux éléments de l'affaire et examine des allégations qui, comme le dit Melzer, "ont déjà été réfutées par les tribunaux". Selon lui, la déclaration commune des journaux publiée en novembre 2022 était "une tentative discrète et sans effusion de sang de se placer du bon côté de l'histoire... simplement insuffisante et trop tardive".

Andrey Cockburn

Article original en anglais publié le 19 février 2024 sur  Spoilsofwar.substack.com

Votre email...

 arretsurinfo.ch

 Commenter

Se réfère à :

1 article