28/02/2024 euro-synergies.hautetfort.com  3 min #243811

Macron : L'envoi de troupes occidentales en Ukraine ne peut «être exclu»

Chroniques de la folie ordinaire

Andrea Marcigliano

Source:  electomagazine.it

Giorgia Meloni préside sa première réunion du G7 à Kiev. Elle promet à Zelensky que l'Italie restera à ses côtés jusqu'à la victoire finale sur Moscou.

Macron n'est pas présent. Il a d'autres choses à faire. Etre présent à la grande foire agricole de Paris. De toute évidence, il s'agit d'un engagement de 24 heures, qui ne lui permet même pas une minute de connexion à distance.

Pourtant, le lendemain, il convoque un autre sommet international à Paris. Une sorte de G7 (ou autre) bricolé... Paris ne renonce pas à la grandeur. Au-delà de la réalité et du bon sens.

Et il place la barre plus haut. Prêt à envoyer des troupes de l'OTAN combattre en Ukraine. Nous devons nous préparer.

Même Pépé Biden est surpris. Tout en mangeant une glace - mais avez-vous déjà vu un président américain faire des déclarations sur une crise internationale tout en dégustant un cornet ? - il dit non, non, aucune intention ou attente d'une intervention directe de l'OTAN... nous ne voulons pas d'une confrontation directe avec les Russes....

Traduction : laissez les Ukrainiens continuer à mourir. Je veux juste leur donner des armes. Probablement produites par l'industrie américaine de l'armement. Qui gagne alors des milliards. Que les Européens, surtout, paient. Et les citoyens américains ordinaires. Sans les Républicains, pilotés par ce mauvais garçon qu'est Trump, ce serait chose faite.....

Consternation générale. Et Macron le rappelle. L'envoi de troupes de l'OTAN en Ukraine n'est pas synonyme de belligérance.

En fait, elles s'y rendraient pour collaborer à la récolte des céréales.....

Les Russes sont perplexes. Si vous envoyez des troupes, c'est la guerre.

Lapalissade ! Mais pour notre presse, il s'agit d'une déclaration choquante. Les Russes nous menacent !

Pendant ce temps, Zelensky bat (pour la énième fois) le tambour. Il faut de tout... des armes, des munitions, de l'argent... surtout de l'argent. Beaucoup d'argent. Pour gagner (et non pour le verser sur des comptes à l'étranger, bon sang !). Et Meloni lui fait écho. Malgré la propagande (dont ?), la Russie ne gagne pas. L'Ukraine peut le faire. L'Ukraine esclave !

Zelensky donne les chiffres. Nous avons déjà perdu trente mille hommes. Il devrait les multiplier par dix, par vingt... mais peu importe... je n'ai jamais été fort en maths. Mais nous pouvons gagner. Sinon, des millions d'Ukrainiens mourront. Et pas seulement des Ukrainiens....

Pendant ce temps, le NYT publie que la CIA, avec les "cousins" britanniques du MI6, aurait manœuvré les émeutes de la place Maïdan pour arracher Kiev au parti pro-russe (qui avait gagné les élections en toute légalité, petit détail) et provoquer un changement de régime (traduisez : un coup d'État) pour l'amener dans l'orbite de l'OTAN.

Des secrets de polichinelle.

Plus intéressant, cependant, le NYT parle de bases de la CIA à la frontière russo-ukrainienne qui sont opérationnelles depuis des années. Des centres d'observation (espionnage) et des bases de lancement de drones.

Plus intéressant encore... pourquoi le grand journal libéral publie-t-il cette nouvelle à l'instant? Sont-ils devenus "poutinistes" ? Parce qu'il semble vouloir justifier l'attaque russe....

Peut-être que dans un bureau reculé de Washington, à Langley ou au Pentagone, on commence à se dire que, dans ces conditions, il va falloir traiter avec Poutine ?

Et qu'il est donc également nécessaire de commencer à renoncer à la diabolisation dont il a fait l'objet ?

Après tout, semble vouloir dire le NYT, tout n'est pas de sa faute....

Je me demande qui va expliquer cela à Macron et à Meloni ?

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter

Se réfère à :

3 articles