26/03/2024 10 articles middleeasteye.net  9 min #245573

Guerre à Gaza : des médias révèlent que la France équipe en secret des mitrailleuses utilisées par l'armée israélienne

Par  MEE

Contrairement à ce qu'affirme le ministère des Armées, la France n'exporterait pas seulement des composants défensifs pour le Dôme de fer, mais aussi des pièces permettant le fonctionnement des fusils mitrailleurs susceptibles d'avoir été utilisés contre les civils palestiniens

Le bordereau d'expédition était scotché sur une cargaison d'armements destinée à Israël et stockée dans un hangar appartenant à Eurolinks, une société marseillaise spécialisée dans la fabrication d'équipements militaires.

Ils ont été pris en photo le 23 octobre 2023, soit près de deux semaines après le déclenchement de l' offensive israélienne à  Gaza en réaction à l'attaque du Hamas, alors que l'ONU s'inquiétait déjà des atteintes aux droits perpétrées par les colons et l'armée israélienne à l'encontre des  Palestiniens dans la  bande de Gaza et en  Cisjordanie.

Selon le média d'investigation Disclose et son partenaire, le média d'investigation local Marsactu, la  France aurait autorisé en secret, fin octobre 2023, la livraison à Israël d'au moins 100 000 pièces de cartouches pour des fusils mitrailleurs susceptibles d'être utilisés contre des civils à Gaza.

C'est ce que révèle leur  enquête, publiée lundi 25 mars, sur la base des photos transmises à Disclose.

D'après notre enquête, la France a autorisé, fin octobre 2023, la livraison à Israël d’au moins 100 000 pièces de cartouches destinées à des fusils mitrailleurs de type Negev 5
Ces armes automatiques sont susceptibles d’être utilisées contre des civils à Gaza

« Sur un bordereau scotché sur un carton entouré de cellophane, on peut lire l'inscription en anglais ''10 000 liens M27 pour des munitions de 5,56 millimètres [10 000 links M27 for 5.56 mm Ammo]'' », détaille le média.

Ces équipements sont de petites pièces métalliques servant à relier entre elles des balles de fusils mitrailleurs. Ces maillons M27, qui permettent des tirs en rafale, sont prévus pour des fusils automatiques légers de type M249 et FN Minimi. « Sans eux, l'arme ne fonctionne pas », souligne auprès de Disclose Tony Fortin, chargé d'études à l'Observatoire des armements.

« En 2015, les Pays-Bas  ont ainsi bloqué des pièces d'Eurolinks équipant des munitions de 30 mm transitant par Amsterdam. Motif probable, selon l'Observatoire : les armements étaient destinés aux Émirats arabes unis [ EAU], engagés dans la guerre contre les Houthis au  Yémen », poursuit le média.

« Quelques licences » d'exportation 

Officiellement, selon le ministre des Armées Sébastien Lecornu,  auditionné le mardi 27 février par la commission Défense de l'Assemblée nationale, « il n'y a pas de relations d'armement avec Israël ». Seules « quelques licences » d'exportation ont bien été accordées à Israël depuis le 13 octobre.

Il s'agirait, selon le ministre, de composants utilisés de façon défensive, pour « des missiles du Dôme de fer », le  système de défense israélien conçu pour intercepter les roquettes tirées depuis Gaza et le  Liban.

Une affirmation  reprise mot pour mot, le 20 mars dernier, par la porte-parole du gouvernement, Prisca Thévenot : « Nous ne livrons des armes que dans le cadre de composants défensifs pour le Dôme de fer. »

#Gaza : le massacre doit cesser immédiatement !
La France doit faire preuve de courage politique.
Israël ne souhaite pas appliquer les décisions de l'ONU, il faut passer à des sanctions économiques et diplomatiques. Arrêt des exportations d'armes et entrée de la CPI dans Gaza.

Depuis le début de l'année, la pression s'est faite plus forte de la part des parlementaires et des ONG pour obtenir des éclaircissements des autorités françaises sur le sujet.

Le 13 février, la députée La France insoumise (LFI, gauche radicale) Mathilde Panot a  appelé son pays à « faire un moratoire et arrêter la livraison et la fourniture d'armes à un gouvernement qui commet des massacres et des crimes de guerre, considérés par la Cour internationale de justice avec un risque génocidaire ».

#LFI appelle la #France à cesser d'exporter des armes vers #Israël
- La présidente du groupe parlementaire Insoumis, Mathilde Panot, dénonce une contradiction entre la position française au Proche-Orient et l'exportation d'armes "à un gouvernement qui commet des massacres et…

Le 15 février, Fabien Gay, sénateur de la Seine-Saint-Denis (Île-de-France), vice-président de la commission des Affaires économiques et membre du groupe communiste républicain citoyen et écologiste - Kanaky (CRCE-K), a  interpellé Stéphane Séjourné, ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, par une question écrite.

Il souhaitait obtenir des chiffres précis sur les exports et autorisations d'exports d'armes décidés par la France vers Israël en 2023, et le détail des équipements qui ont été livrés dans cette période. Il souhaitait aussi savoir si le gouvernement prévoyait de prononcer en 2024 un embargo sur la vente d'armes à Israël, conformément aux engagements internationaux de la France.

❓ Question écrite au gouvernement ❓
👉 Vente d'#armes par la France à #Israel en 2023 et 2024
✍️"Ces ventes intervenaient alors que l'#ONU formulait des alertes répétées sur les atteintes aux droits perpétrées par les colons et l'armée israélienne à l'encontre des Palestiniens"

La France est signataire depuis 2013 du traité des Nations unies sur le commerce des armes (TCA), qui interdit aux États la vente d'armes s'ils ont « connaissance [...] que ces armes ou ces biens pourraient servir à commettre un génocide, des crimes contre l'humanité, des violations graves des conventions de Genève de 1949, des attaques dirigées contre des civils ou des biens de caractère civil et protégés comme tels, ou d'autres crimes de guerre ».

Près de 200 millions d'euros d'armement entre 2013 et 2022

« Monsieur le président, afin d'agir en cohérence, la France doit respecter ses engagements internationaux, qu'il s'agisse de la Convention sur le génocide [1948] ou encore du Traité sur le commerce des armes [2014] », a aussi  écrit Jean-Claude Samouiller, président d'Amnesty International France, à Emmanuel Macron dans une lettre ouverte le 19 février.

« Et peu importe que les exportations d'armes françaises à destination d'Israël soient ''très résiduelles'', comme l'a affirmé le 14 février le ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné, lors de son audition au Parlement, sans apporter la moindre précision, contribuant ainsi à l'opacité française en matière de ventes d'armes maintes fois dénoncées. »

Lors de son point presse hebdomadaire, Christophe Lemoine, porte-parole adjoint de la diplomatie française, a  évoqué un « examen précis et minutieux en interministériel » régissant les exportations françaises.

Scandale d’état. La France a autorisé, fin octobre 2023, la livraison à Israël d’au moins 100 000 pièces de cartouches pour les mitrailleuses Negev 5. Une arme repérée à plusieurs reprises aux mains de soldats israéliens dans la bande de Gaza, notamment lors du massacre de la…

Il a insisté sur l'existence d'un dispositif de contrôle des ventes d'armes particulièrement « strict » en France. Ce processus implique un examen prenant en compte le « respect des droits de l'homme et du droit international humanitaire » par le pays destinataire.

Il a également précisé que la France restait un partenaire « marginal », les exportations vers ce pays représentant « seulement 0,1 % du total des exportations françaises de matériel de guerre » pour l'année 2022.

Selon le rapport 2023 soumis par le ministère français des Armées en juillet 2022 au Parlement, la France a exporté près de 200 millions d'euros d'armement à Israël entre 2013 et 2022, faisant de Paris l'un des plus grands exportateurs d'armes à Israël après les  États-Unis, qui constituent la première source étrangère d'approvisionnement pour Israël.

Selon le rapport du ministère des Armées, les armes exportées par la France à Israël incluent des « bombes, torpilles, roquettes, missiles, autres dispositifs et charges explosifs et matériels et accessoires connexes [...] et leurs composants spécialement ». À cette liste, s'ajoutent également des systèmes de haute technologie de guidage des missiles et des bombes, ainsi que des pistolets mitrailleurs.

Selon l'enquête de Disclose, la cargaison trouvée dans l'entrepôt d'Eurolinks comprenait « plusieurs dizaines de colis de la même taille ».

🇵🇸Manif #Grenoble
#Gaza Stop à ce cauchemar sans fin !
Ns savons et la #France l’#Europe sont impassibles et deviennent complices
Agissons : cessez-le-feu, arrêt des ventes d’armes, suspension accord d’asso avec #Israël, ambargo sr produits ds colonies, reconnaissance #Palestine

« Chaque carton pesant 22 kilos, on peut estimer d'après sa description que jusqu'à 800 kilos de pièces ont été envoyées en Israël par Eurolinks. Et chacun des colis contenant des liens pour 10 000 balles, on peut également supposer que la commande servira à relier au moins 100 000 munitions entre elles. Quant au destinataire de la cargaison, selon notre source, il s'agit de la société IMI Systems, basée à Ramat Hasharon, au nord de Tel Aviv. »

L'entreprise IMI Systems, vendue en 2018 par Israël à Elbit, la plus grande firme d'armement du pays, se  présente comme « le leader mondial des munitions de petit calibre et le fournisseur exclusif des forces israéliennes de défense ».

C'est elle qui approvisionne l'armée israélienne en balles de calibre 5,56. Des munitions reliées les unes aux autres grâce aux fameux maillons M27 livrés par la France et qui se retrouvent ensuite dans l'une des armes favorites de l'armée : les mitrailleuses Negev 5, fabriquées cette fois par Israel Weapon Industries (IWI).

La France fournit des armes à Israël. Économiquement, cela rapporte peu à la France. Elle pourrait cesser ces livraisons macabres, elle ne perdrait rien. Pourtant, elle n’arrête pas car le soutien est symbolique, politique. C’est un scandale absolu et à la fois c’est la France

« Le Negev 5 a été repéré à plusieurs reprises aux mains de soldats israéliens engagés dans l'offensive contre le Hamas. Ce fut notamment le cas le 25 décembre, lorsqu'un groupe armé extrémiste baptisé les Brigades moudjahidine a indiqué,  vidéo à l'appui, avoir saisi un fusil mitrailleur sur lequel est gravée l'inscription ''IWI''. Ou encore le 29 février, lors d'une attaque parmi les plus meurtrières commises dans la bande de Gaza ces derniers mois », rappelle Disclose.

Sollicité à plusieurs reprises par le média, le PDG d'Eurolinks n'était pas disponible au moment de la publication de l'enquête de Disclose. Le ministère des Armées n'a pas non plus donné suite aux questions du média d'investigation.

À ce jour, constate-t-il, les exportations de munitions et de pièces de mitrailleuses vers Israël sont toujours autorisées par le gouvernement français.

Middle East Eye propose une couverture et une analyse indépendantes et incomparables du Moyen-Orient, de l'Afrique du Nord et d'autres régions du monde. Pour en savoir plus sur la reprise de ce contenu et les frais qui s'appliquent, veuillez remplir ce  formulaire en anglais. Pour en savoir plus sur MEE,  cliquez ici en anglais.

 middleeasteye.net

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier

Référencé par :

1 article