31/03/2024 3 articles reseauinternational.net  13 min #245922

Peut-on arrêter Bibi ?

par Mike Whitney

Les derniers développements suggèrent que l'offensive terrestre israélienne de grande envergure à Rafah pourrait avoir lieu à tout moment. Les responsables israéliens nous ont dit que l'opération nécessitera l'évacuation de la ville, probablement pour que les FDI puissent infliger à Rafah le même niveau de destruction qu'à Khan Yunis et à la ville de Gaza. Une fois les forces terrestres déployées, les Palestiniens seront contraints de fuir vers la frontière égyptienne où ils chercheront un refuge contre l'assaut israélien. La suite est incertaine, mais compte tenu des nombreuses réunions entre les responsables israéliens et égyptiens et leurs chefs respectifs des services de renseignements, nous pensons qu'un accord pourrait être conclu pour permettre à plus d'un million de réfugiés palestiniens de franchir la frontière égyptienne. Voici quelques articles récents suggérant que l'Égypte pourrait être payée pour participer à l'opération de nettoyage ethnique d'Israël.

1. L'Égypte signe un accord de prêt élargi de 8 milliards de dollars avec le FMI, Reuters

Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré mercredi qu'il augmenterait son programme de prêt actuel avec l'Égypte de 5 milliards de dollars. (...) Le nouvel accord est une expansion de la facilité élargie de crédit de 3 milliards de dollars et de 46 mois que le FMI a conclu avec l'Égypte en décembre 2022. (...)

L'Égypte cherche également à obtenir un prêt distinct de la Facilité pour la résilience et la durabilité du FMI, qui favorise le financement de la transition climatique. Le Premier ministre égyptien Mostafa Madbouly a déclaré que ce prêt s'élèverait à 1,2 milliard de dollars.

 reuters.com

2. L'UE annonce un plan d'aide de 7,4 milliards d'euros pour l'Égypte alors que les inquiétudes montent sur les migrations, Le Monde.

L'Union européenne a annoncé dimanche 17 mars un plan d'aide de 7,4 milliards d'euros pour l'Égypte, à court d'argent, alors que l'on craint que la pression économique et les conflits dans les pays voisins ne poussent davantage de migrants vers les côtes européennes. (...)

Selon la mission de l'UE au Caire (...), le programme d'aide comprend notamment des subventions et des prêts sur les trois prochaines années pour le pays le plus peuplé du monde arabe.

Cet accord intervient alors que l'on craint de plus en plus que l'offensive terrestre imminente d'Israël sur Rafah, la ville la plus méridionale de Gaza, ne pousse des centaines de milliers de personnes à se réfugier dans la péninsule du Sinaï, en Égypte. La guerre entre Israël et le Hamas, qui en est à son sixième mois, a poussé plus d'un million de personnes à se rendre à Rafah.

 lemonde.fr

3. L'aide de la Banque mondiale porte le renflouement global de l'Égypte à plus de 50 milliards de dollars, Yahoo finance

La Banque mondiale a annoncé lundi qu'elle verserait plus de 6 milliards de dollars à l'Égypte, ce qui porte à plus de 50 milliards de dollars le montant du plan de sauvetage de l'économie du pays nord-africain au cours des dernières semaines. (...)

Cette annonce intervient un jour après que l'Union européenne se soit engagée à verser environ 8 milliards de dollars sous forme d'aide, de prêts et de subventions. Ces fonds font suite à un programme nouvellement élargi de 8 milliards de dollars du Fonds monétaire international qui a été dévoilé quelques heures après que les autorités ont promulgué la plus forte hausse des taux d'intérêt du pays et dévalué la monnaie pour la quatrième fois depuis le début de 2022.

 finance.yahoo.com

De toute évidence, l'octroi de milliards de dollars de prêts à un pays criblé de dettes dont l'économie moribonde ne montre aucun signe de rebond, n'est pas une procédure normale. On ne peut que conclure que l'argent est offert dans un autre but, c'est-à-dire pour faire face à l'afflux de réfugiés qui se déverseront bientôt à la frontière. Mais si ces articles n'ont pas encore convaincu les lecteurs que le gouvernement égyptien est de mèche avec Israël, peut-être que cette chronique du 23 mars le fera :

L'UE ignore le Parlement pour envoyer rapidement 1 milliard d'euros à l'Égypte, EUobserver

La Commission européenne met officiellement de côté le rôle de contrôle du Parlement européen en ce qui concerne l'envoi d'un milliard d'euros de prêts à l'Égypte. L'annonce a été faite en amont d'un accord de 7,4 milliards d'euros avec Le Caire pour le contrôle des migrations, ce qui pose des questions délicates à un Parlement européen de plus en plus frustré.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, affirme, dans une lettre datée du 15 mars et vue par EUobserver, que l'urgence d'envoyer l'argent au Caire l'oblige à contourner l'assemblée. Elle a depuis décidé de déclencher l'article 213 du traité de l'UE, permettant à la Commission européenne d'agir seule.

«Pour des raisons d'extrême urgence et à titre tout à fait exceptionnel, le recours à l'article 213 du TFUE est considéré comme une base juridique appropriée pour la première opération d'un milliard d'euros», écrit-elle dans une lettre envoyée à la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola.

 euobserver.com

Pourquoi la présidente de la Commission européenne éprouve-t-elle un sentiment d'urgence aussi insupportable face aux finances douteuses d'un État en faillite d'Afrique de l'Est ? Et pourquoi Mme von der Leyen a-t-elle choisi d'ignorer les limites de son autorité légale en virant les fonds au Caire sans avoir obtenu au préalable l'approbation de l'assemblée ?

Si tout cela semble plutôt inhabituel, c'est parce que c'est le cas. Les responsables politiques occidentaux font tout ce qu'ils peuvent pour aider Israël dans son projet de nettoyage ethnique de la Palestine. Mme von der Leyen n'est que l'une des contributrices à ce projet malveillant, mais il y en a d'autres aussi. Ce que nous essayons de dire, c'est que la destruction de Gaza par Israël et le regroupement de sa population vers la frontière sud font partie d'un plan plus vaste qui comporte de nombreuses parties mobiles et de nombreux acteurs puissants. Les dirigeants israéliens savent ce qu'il faut pour mener à bien une telle opération, car ils ont déjà mené des opérations similaires par le passé, comme l'illustre cet extrait d'un article de Counterpunch :

Le nettoyage ethnique faisait et fait toujours partie intégrante du projet sioniste...

Pour créer un État juif en Palestine, les sionistes devaient créer une majorité juive écrasante. (...) L'Allemagne nazie a aidé en chassant les juifs d'Europe... mais il n'y avait toujours aucune perspective réaliste de créer une majorité juive écrasante en attirant des colons juifs (...)

La première vague de nettoyage ethnique d'Israël a commencé en 1947, s'est intensifiée en 1948 et s'est poursuivie en 1949. Au total, 720 000 Palestiniens, soit environ 80% des Palestiniens des territoires occupés par les forces juives/israéliennes, ont été expulsés au cours de cette période, ce qui représente la moitié de la population arabe de la Palestine.

Israël s'est engagé dans un deuxième cycle de nettoyage ethnique pendant et après la prise en juin 1967 de la Cisjordanie, de Gaza et de Jérusalem-Est... Les Palestiniens qui étaient présents dans les territoires occupés mais qui n'ont pas été comptés dans un recensement israélien après la guerre de juin se sont vu refuser le droit de résidence en Israël (...) par ces moyens et d'autres, Israël a procédé à un nettoyage ethnique d'un cinquième des Palestiniens dans les territoires occupés.

Dans les décennies qui ont suivi la guerre de juin 1967, Israël a rendu la vie des Palestiniens des territoires occupés de plus en plus difficile (...) Entre 1970 et 2000, la population de la Cisjordanie et de Gaza a triplé, passant d'un million à trois millions d'habitants. À l'intérieur de ses frontières de facteur, Israël comptait désormais 4,1 millions de Palestiniens et 5 millions de juifs. La sonnette d'alarme est tirée. Il fallait faire quelque chose à ce sujet» (...)

« Postscripts sur Israël : October 7 Surprise ?», M. Shahid Alam, Counterpunch

Ce que l'on peut déduire de cet extrait, c'est que l'expulsion des Palestiniens de Gaza ne vise pas à lutter contre le terrorisme, mais à modifier la composition démographique de la région située entre le Jourdain et la mer Méditerranée. Le fait est que l'on ne peut préserver un État à majorité juive sans une nette majorité juive. En annexant les territoires occupés de Gaza et de Cisjordanie, Israël augmentera considérablement le nombre d'Arabes à l'intérieur de ses frontières, mettant ainsi en péril ce principe fondamental. Voici un autre extrait du même article :

«La population juive d'Israël a décuplé entre 1948 et 2023, passant de 717 000 à 7 181 000. Près de la moitié de la population juive mondiale vit aujourd'hui en Israël.

Pourtant, Israël n'a pas gagné la course démographique. En 2023, les Palestiniens seront plus nombreux que les juifs dans la Palestine historique - 7,4 millions de Palestiniens contre 7,1 millions de juifs» (...)

« Postscripts sur Israël : October 7 Surprise ?», M. Shahid Alam, Counterpunch

L'opération militaire d'Israël à Gaza n'est qu'une réponse à un problème démographique qui tourmente les dirigeants israéliens depuis la création de l'État juif. À la lumière de ce fait, nous pouvons constater que le Hamas n'est qu'un prétexte utilisé pour dissimuler le motif des hostilités. En vérité, peu importe que les Palestiniens soient hispaniques, asiatiques ou écossais-irlandais. Si leur nombre menaçait de dépasser celui de la majorité juive, leur sort serait le même.

Naturellement, l'annexion de facto de territoires arabes supplémentaires pose un défi numérique pour lequel il n'existe en fin de compte qu'une seule solution : le nettoyage ethnique. Et si la formulation a été maintes fois remaniée pour paraître moins oppressive (transfert, évacuation, réinstallation, migration volontaire), la pratique reste la même. (Nettoyage ethnique : L'expulsion massive ou le meurtre de membres d'un groupe ethnique ou religieux dans une région par ceux d'un autre groupe. Oxford) Voici quelques itérations récentes sur le même thème :

Dans un document datant du 17 octobre 2023, le ministère israélien du Renseignement a examiné l'option consistant à «évacuer» les habitants de Gaza vers le Sinaï et a affirmé que cela «produirait des résultats stratégiques positifs à long terme pour Israël». (...)

Un groupe de réflexion israélien, l'Institut Misgav, a également présenté un argumentaire similaire. Il a affirmé que les conditions à Gaza offraient «une occasion unique et rare d'évacuer toute la bande de Gaza et sa coordination avec le gouvernement égyptien». (...)

Jonathan Adler, Hurford Fellow à la Carnegie Endowment for International Peace, écrit le 31 décembre 2023 qu'«aujourd'hui, il y a un élan croissant [en Israël] pour effectuer un transfert massif - avec le soutien des Américains». Certains politiciens et responsables israéliens - notamment un ancien général de brigade et un ancien ambassadeur israélien aux États-Unis - «suggèrent que les Palestiniens devraient fuir Gaza par le poste frontière de Rafah avec l'Égypte et se réfugier dans la péninsule du Sinaï...».

Le 20 octobre, la Maison-Blanche a demandé au Congrès des fonds pour «répondre aux besoins potentiels des habitants de Gaza fuyant vers les pays voisins». Si la Maison-Blanche s'apprêtait à financer le nettoyage ethnique des Gazaouis, il est peu probable que cela se soit produit sans discussions préalables avec Israël et l'Égypte. Ces discussions ont-elles eu lieu avant le 7 octobre ?...

 Counterpunch

Il est clair qu'Israël veut une Palestine sans les Palestiniens et, au cours des six derniers mois, il a fait tout ce qui était en son pouvoir pour y parvenir. Maintenant que l'objectif est à leur portée, ils sont prêts à tout, même à mettre en péril leurs relations avec leur allié le plus important, pour atteindre leur objectif. C'est pourquoi, mercredi, Netanyahou a déclaré qu'Israël «n'avait pas d'autre choix» que de s'installer à Rafah, car «l'existence même du pays est en jeu». En vérité, Israël n'est pas du tout en danger, Netanyahou essaie simplement de dissimuler le véritable objectif de l'offensive terrestre d'Israël qui est d'exiler plus d'un million de Palestiniens en Égypte. Selon un  rapport de CNN :

«Netanyahou avait auparavant déclaré à la délégation que les Palestiniens déplacés à Gaza pouvaient «simplement se déplacer» hors de Rafah et «déménager avec leurs tentes»».

«Déménager avec leurs tentes» ?

Alors, maintenant, Netanyahou admet ce que ses détracteurs disent depuis le tout début, à savoir que l'assaut militaire d'Israël est en fait une opération de nettoyage ethnique visant à pousser les Palestiniens hors de Gaza et dans des villes de tentes dans le désert du Sinaï ?

Il semblerait que ce soit le cas, et il semblerait également que l'Égypte soit d'accord avec ce plan. Selon le Guardian :

L'Égypte a commencé à construire une zone fermée entourée de hauts murs de béton le long de sa frontière avec Gaza, qui semble destinée à accueillir les Palestiniens fuyant la menace d'un assaut israélien sur la ville méridionale de Rafah.

Des photos et des vidéos publiées par la Fondation du Sinaï pour les droits de l'homme (SFHR), un groupe de surveillance, montrent des travailleurs utilisant des machines lourdes pour ériger des barrières en béton et des tours de sécurité autour d'une bande de terre du côté égyptien du point de passage de Rafah. (...)

La SFHR a déclaré sur les médias sociaux que les vidéos montraient des efforts visant à «établir une zone isolée entourée de murs à la frontière avec la bande de Gaza, dans le but d'accueillir des réfugiés dans l'éventualité d'un exode massif.

« L'Égypte construit une enceinte fortifiée dans le Sinaï pour les réfugiés de Rafah, selon des photos», Guardian

Tout, du défrichage du désert du Sinaï à l'octroi de prêts colossaux à l'Égypte, des réunions secrètes des chefs des services de renseignements à Doha (CIA, Mossad, renseignements généraux égyptiens) aux déclarations fanfaronnes des responsables israéliens, en passant par les sauts frénétiques d'Antony Blinken de Jedda à Jérusalem, de Doha au Caire et vice-versa, suggère que nous sommes sur le point d'entamer la phase finale de l'opération maligne de purification ethnique d'Israël. Voici comment Johnathan Adler, de la Fondation Carnegie, résume la situation :

(...), il devient de plus en plus clair que la guerre poursuit un second objectif : l'expulsion massive des Palestiniens de la bande de Gaza. Des hommes politiques israéliens et des responsables de la Défense israélienne ont appelé à une seconde Nakba et ont exhorté l'armée à raser Gaza. Certains suggèrent que les Palestiniens fuient Gaza par le poste frontière de Rafah avec l'Égypte et cherchent refuge dans la péninsule du Sinaï, notamment l'ancien général de brigade Amir Avivi et l'ancien ambassadeur d'Israël aux États-Unis Danny Ayalon.

Avivi et Ayalon insistent sur le fait que l'évacuation des Palestiniens de Gaza n'est qu'une mesure humanitaire visant à protéger les civils pendant qu'Israël mène ses opérations militaires. Mais d'autres rapports suggèrent que les Palestiniens seraient réinstallés de façon permanente en dehors de Gaza, dans un acte de nettoyage ethnique (...)

Les projets actuels de transferts massifs ressemblent donc davantage, d'un point de vue historique, à la Nakba de 1948 et à ses conséquences. Après que 200 000 réfugiés palestiniens eurent fui la Palestine historique vers Gaza en mars 1949, les États-Unis ont fait pression en faveur d'une proposition de l'ONU visant à réinstaller des dizaines de milliers de personnes dans le désert du Sinaï. (...)

Ces dernières semaines, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a résisté aux pressions israéliennes et américaines pour permettre l'évacuation des Palestiniens par Rafah dans le Sinaï... Mais en échange de l'acceptation des Palestiniens de Gaza, les États-Unis auraient proposé au Caire des incitations économiques alors que l'Égypte est confrontée à une crise de la dette extrême». (...)

« Au sud du Sinaï : Israël va-t-il forcer les Palestiniens à quitter Gaza», Carnegie Endowment

Selon toute probabilité, il n'y a rien à faire pour empêcher Israël de raser Rafah ou d'expulser inévitablement les Palestiniens de leur dernier refuge. Le seul espoir est que la communauté internationale condamne l'occupation illégale de Gaza par Israël en imposant des sanctions économiques, politiques et militaires douloureuses qui dureront jusqu'à ce que la terre soit rendue à ses propriétaires légitimes. Cela ne suffira pas à compenser les morts et les souffrances endurées par les Palestiniens au cours du dernier demi-siècle, mais c'est un pas dans la bonne direction.

source :  The Unz Review

 reseauinternational.net

 Commenter

Articles enfants plus récents en premier
01/04/2024 mondialisation.ca  4 min #245924

Peut-on arrêter Bibi ?

En proie au chaos, Israël est le théâtre des plus grandes manifestations depuis le 7 octobre

Par The Cradle

Des dizaines de milliers d'Israéliens se sont rassemblés à Tel-Aviv et dans d'autres villes occupées dans la soirée du 30 mars pour protester contre leur Premier ministre, Benjamin Netanyahou.

Pour la première fois, les familles des prisonniers israéliens détenus par la résistance à Gaza, qui organisent normalement des rassemblements séparés, se sont jointes à la foule massive des manifestants anti-gouvernementaux, dont le mouvement a débuté l'année dernière avec l'initiative controversée de réforme du Premier ministre.

Se réfère à :

1 article