01/04/2024 mondialisation.ca  4 min #245924

Peut-on arrêter Bibi ?

En proie au chaos, Israël est le théâtre des plus grandes manifestations depuis le 7 octobre

Par  The Cradle

Des dizaines de milliers d'Israéliens se sont  rassemblés à Tel-Aviv et dans d'autres villes occupées dans la soirée du 30 mars pour protester contre leur Premier ministre, Benjamin Netanyahou.

Pour la première fois, les familles des prisonniers israéliens détenus par la résistance à Gaza, qui organisent normalement des rassemblements séparés, se sont jointes à la foule massive des manifestants anti-gouvernementaux, dont le mouvement a débuté l'année dernière avec l'initiative controversée de réforme du Premier ministre.

"Les rassemblements, c'est fini, les manifestations, elles, ne font que commencer", a déclaré le porte-parole du Forum des familles d'otages et de disparus, Haim Rubinstein.

 x.com

La police israélienne a arrêté plus d'une douzaine de personnes et a utilisé des canons à eau contre les manifestants, qui avaient bloqué les principaux axes routiers de Tel-Aviv.

Un millier de personnes ont manifesté devant le ministère israélien de la défense à Tel Aviv, exigeant un échange immédiat de prisonniers.

Les manifestants ont également dû faire face à la police à Jérusalem, où environ 200 d'entre eux ont franchi les barricades policières afin de protester devant le domicile de M. Netanyahou dans la ville sainte occupée. En Césarie occupée, des manifestants ont été arrêtés alors qu'ils coupaient des routes près de la résidence du Premier ministre.

Des manifestations ont éclaté dans un certain nombre d'autres villes occupées, dont Sderot, Or Akiva et Beersheba. Il s'agit des manifestations les plus importantes depuis le début de la guerre, le 7 octobre, a rapporté le Times of Israel.

Des représentants des manifestants anti-gouvernementaux ont tenu une  réunionle mois dernier avec des membres du service de sécurité Shin Bet – dans le but de "prévenir le franchissement des lignes rouges", le Shin Bet ayant averti à l'époque que les manifestants qui tenteraient de franchir le périmètre de la résidence privée de Netanyahou pourraient être abattus, selon Haaretz.

Les manifestations ont fait suite à une déclaration des familles de prisonniers qualifiant le Premier ministre israélien d'"obstacle à un accord". Les membres des  familles des soldats emprisonnés à Gaza ont rencontré M.  Netanyahou le 28 mars, et ont exprimé leur profond mécontentement et leur colère face à l'impossibilité de parvenir à un accord.

Selon Haaretz, une source de renseignements haut placée dans l'équipe du négociateur israélien Nitzan Alon a déclaré :

"Des éléments de plus en plus probants montrent que [Netanyahou] fait presque tout ce qui est en son pouvoir pour repousser, retarder et anéantir les chances d'un accord sur la libération des otages".

Cette colère survient alors que M. Netanyahou vient de se retirer des derniers cycles de négociations au Qatar, en vue de parvenir à une trêve et à un accord d'échange de prisonniers.

Le Hamas a continué à défendre ses conditions, à savoir la fin permanente des hostilités, le retrait des troupes israéliennes de Gaza, la distribution de l'aide humanitaire dans la bande de Gaza et le retour des personnes déplacées, ce qu'Israël a rejeté à plusieurs reprises au cours des pourparlers de ces derniers mois.

Lien vers l'article original :

 thecradle.co

Traduction : Spirit of Free Speech

La source originale de cet article est  The Cradle

Copyright ©  The Cradle,  The Cradle, 2024

 mondialisation.ca

 Commenter