03/04/2024 euro-synergies.hautetfort.com  8 min #246124

Isis, l'alibi (trop) parfait de l'Occident

ISIS, l'alibi (trop) parfait de l'Occident

par Clara Statello

Source:  sinistrainrete.info

L'ISIS-K a montré ce qui devrait être la confirmation définitive de la matrice islamiste de l'attaque terroriste de Moscou. Tard samedi soir, Amaq News, l'agence de presse affiliée à l'État islamique, a publié une vidéo enregistrée par les terroristes eux-mêmes des moments terribles du massacre de l'hôtel de ville de Crocus. La séquence, dans sa version intégrale, a été postée sur la chaîne Telegram du blogueur dissident ukrainien Anatoly Shary, mais son visionnage n'est pas recommandé en raison de sa monstruosité.

Le commando fait irruption dans un hall, tirant délibérément sur des civils. Ils égorgent un homme sur le sol, en veillant à ne laisser aucun survivant. Ensuite, l'un des terroristes se montre dans la salle en criant "inshallah" et "allahu akbar". C'est la signature indiscutable de l'ISIS, la confirmation de la version occidentale, exonérant Kiev de tout soupçon d'implication.

Dans une interview au Time, le politologue américain Edward Luttwak (celui-là même qui, il y a quelques semaines, déclarait à la télévision qu'il n'y avait pas de civils à Gaza, légitimant ainsi l'extermination massive des enfants palestiniens) explique que l'Occident n'attaque en rien Moscou.

Il établit une similitude avec le conflit israélo-palestinien : "Ce qui s'est passé en Russie est très similaire à ce que fait le Hamas au Moyen-Orient". Il assure que l'attaque n'a rien à voir avec l'Ukraine, qu'il est erroné de faire des rapprochements, qu'il s'agit de la guerre sainte habituelle et que le problème ne concerne que les victimes civiles.

L'écrivain Roberto Saviano, sur son compte Instagram, rappelle que l'ISIS-K est une "vieille connaissance" à lui. Sur la base de ses enquêtes sur le trafic de drogue en Afghanistan, il spécule :

"L'ISIS-K a toujours fourni de l'héroïne aux cartels russes et probablement en exploitant ce rapport de connaissance territoriale a réussi à réaliser cet attentat dans le but probablement de venger les activités de l'Iran, soutenu par Poutine, contre l'ISIS-K."

Entre-temps, les rédactions de tous les grands journaux travaillent sans relâche pour expliquer au public italien ce qu'est l'ISIS-K, où il opère, comment il est né et pourquoi il a décidé de frapper la Russie. Il s'agit d'une véritable avalanche médiatique qui ne laisse aucune place aux pistes alternatives à la matrice islamiste. L'Occident impose ainsi sa version de l'attentat, court-circuitant les enquêtes des autorités russes, toujours en cours, qui mettent en lumière des éléments de connexion entre les terroristes et l'Ukraine.

La publication des images du massacre ne fait que prouver un lien entre les assaillants et l'agence de presse affiliée à l'ISIS, elle ne prouve pas que l'ISIS en soit l'instigateur. La matrice devra être vérifiée par les enquêteurs russes, à travers l'interrogatoire des terroristes présumés arrêtés samedi, l'analyse des preuves recueillies sur les lieux du crime, les témoignages des survivants, etc. L'Occident peut ne pas apprécier, mais il ne peut pas ignorer le travail d'enquête, qui est mené par les autorités russes, et certainement pas par les rédactions des journaux italiens, Saviano ou les politologues américains.

Celle d'Amaq News pourrait être une action de propagande ou une fausse piste. Ce sont les enquêtes qui permettront de retrouver les instigateurs, et certainement pas la propagande des pays qui mènent une guerre par procuration contre la Fédération de Russie.

Jusqu'à présent, les enquêteurs russes n'ont pas trouvé de lien direct entre les auteurs de l'attaque et l'ISIS-K. Ce que l'on sait d'eux, c'est qu'ils sont citoyens du Tadjikistan. Comme ils ne parlent pas russe, il a fallu faire appel à un interprète pour les interroger. Ils seraient arrivés en Russie au début du mois de mars, quelques jours avant que l'ambassade des États-Unis à Moscou ne lance l'alerte à un éventuel attentat terroriste, invitant ses ressortissants dans le pays à éviter les lieux très fréquentés, en particulier les concerts. Il semble que les cinq personnes arrêtées ne se connaissaient pas, qu'elles aient été recrutées sur Telegram contre une somme d'argent (comme les personnes qui ont incendié des urnes et jeté des bombes à essence dans des bureaux de vote lors des élections présidentielles ou qui ont pris d'assaut des centres de recrutement). Ils auraient notamment été en contact avec l'assistant d'un prédicateur anonyme qui les aurait payés. Ils n'auraient jamais eu de relation directe avec les donneurs d'ordre.

"Les fragments d'interrogatoire ne permettent pas de dégager une image cohérente. On ne sait pas exactement ce qui reliait ces personnes, quels motifs les poussaient à organiser l'un des attentats terroristes les plus sanglants de l'histoire de la Russie", expliquent les analystes de Ria Novosti.

En dehors de la propagande de la presse occidentale et d'ISIS, il y a les faits. Et les seuls faits incontestables concernent l'arrestation du commando, qui s'est déroulée dans la région de Briansk, sur une route menant à la frontière ukrainienne.

Un détail assez étrange est rapporté: en cours de route, le groupe s'est débarrassé de ses armes. Dans une brève allocution prononcée samedi après-midi, le président russe Vladimir Poutine a déclaré:

"Du côté ukrainien, selon des données préliminaires, une"fenêtre"a été préparée pour permettre aux participants à l'attaque terroriste du Mall Crocus de franchir la frontière".

Le chef d'État russe n'est pas le seul à évoquer l'implication de Kiev. Le blogueur dissident ukrainien Anatoly Shary (photo), opposant à Zelensky mais aussi farouche détracteur de Moscou, en est certain.

Réfugié en Espagne depuis des années, il a subi plusieurs agressions de la part de nationalistes ukrainiens, dont une récente tentative de meurtre. Il est convaincu que l'attaque a été organisée par l'Ukraine.

"Ils ont trouvé des singes assez stupides et ont espéré qu'ils seraient tous tués sur place", écrit-il sur sa chaîne Telegram, "Devinez qui a mené l'attaque terroriste?".

Il pense que Kiev espérait que le commando ne sortirait pas vivant de l'hôtel de ville de Crocus.

"L'option numéro deux consistait à les achever à la frontière, au lieu de la traverser, n leur aurait administré du plomb dans le visage. Cela expliquerait le mystère de l'abandon des armes". "Ni l'une ni l'autre n'a fonctionné", conclut-il, faisant allusion au fait que les témoignages des terroristes présumés permettront de remonter jusqu'aux commanditaires.

L'expert militaire russe Boris Rozhin, du blog ColonelCassad, affirme:

"Les vidéos des artistes sous le label ISIS sont nécessaires pour protéger les organisateurs de l'attaque terroriste en Ukraine et les clients aux États-Unis".

Il estime que les États-Unis continuent de "faire des déclarations sur la non-implication du régime nazi" parce qu'ils sont complices de l'attaque. Cette conclusion est également celle de la porte-parole du ministère des affaires étrangères, Maria Zakharova, qui parle ouvertement de désinformation de la part de Washington :

"Tant que l'enquête sur l'attentat terroriste contre l'hôtel de ville de Crocus n'est pas terminée, toute déclaration de Washington justifiant Kiev doit être considérée comme une preuve".

Il avait précédemment noté que les ambassades des pays occidentaux avaient prévenu du danger d'attentats, sans expliquer comment et pourquoi elles le savaient.

Deux éléments doivent également être pris en compte dans l'appréciation des faits. Le premier est que des hommes de Daesh ont déjà combattu dans les rangs de l'armée ukrainienne. L'année dernière, le Tchétchène Abdul Hakim, chef du groupe Ajnad al-Kavkaz, déjà actif dans le nord de la Syrie, est apparu lors de la bataille de Bachmut. Au même moment, dans une vidéo de Sky News (supprimée par la suite), des djihadistes portant des gilets-suicides apparaissaient. Il existe donc une filière entre Kiev et le terrorisme islamiste.

Enfin, l'Ukraine utilise délibérément le terrorisme comme opération de guerre. Le chef du renseignement militaire (GUR) Kyrilo Budanov et le chef des services intérieurs (SBU) Vasil Malyuk l'ont affirmé à plusieurs reprises. Des enquêtes publiées dans The Economist et le New York Times ont montré l'existence d'unités de forces spéciales, formées par la CIA et le MI6, chargées des exécutions politiques extrajudiciaires et des opérations d'infiltration. L'attentat de vendredi soir s'inscrit donc parfaitement dans la stratégie de Zelensky, qui consiste à porter la guerre sur le territoire russe. Pendant que le commando tuait à Crocus, les forces de Kiev lançaient une attaque vicieuse contre des civils à Belgorod, puis contre des citoyens de Crimée.

Bien entendu, cela ne prouve en rien l'implication de l'Ukraine. Si la matrice islamiste était confirmée, on ne manquerait pas de remarquer l'objectif commun de l'Occident et de l'ISIS: infliger une défaite stratégique à la Russie. Dans ce cas, les démocraties libérales seraient-elles prêtes à déclarer à nouveau la guerre au terrorisme islamique ou laisseraient-elles faire ? Et dans quelle mesure ?

Qui est Clara Statello?

Clara Statello, diplômée en économie politique, a travaillé comme correspondante et auteur pour Sputnik Italia, traitant principalement de la Sicile, du Mezzogiorno, de la Méditerranée, du travail, de la mafia, de l'anti-mafia et de la militarisation du territoire. Passionnée de politique internationale, elle collabore avec L'Antidiplomatico, Pressenza et Marx21, dans le but de montrer la pluralité des voix, des visions et des faits qui ne trouvent pas d'espace dans la presse traditionnelle et l'"information libre".

 euro-synergies.hautetfort.com

 Commenter

Se réfère à :

1 article

Référencé par :

1 article