03/06/2024 reseauinternational.net  11 min #249762

En Ouzbékistan, Poutine se félicite de l'évolution des relations bilatérales

Un coup de folie poutinien est requis, de toute urgence

par Mike Whitney

La  conférence de presse du président Poutine le mercredi 29 mai 2024 en Ouzbékistan pourrait bien être l'événement le plus inhabituel et extraordinaire de ses 24 ans de carrière politique. Après avoir abordé les questions constitutionnelles entourant la décision du président ukrainien Zelensky de rester au pouvoir au-delà de son mandat de quatre ans, Poutine a fait une déclaration brève mais inquiétante sur le projet de l'OTAN de viser avec des armes à longue portée certaines cibles en Russie. Poutine a clairement indiqué que la Russie répondrait à ces attaques et que les pays qui auront fourni les systèmes d'armes en question en seraient tenus pour responsables. Il a également donné une description très détaillée du fonctionnement des systèmes et de la manière dont ils nécessitent que les entreprises du pays d'origine soient directement impliquées dans leur fonctionnement. Ce qui est si remarquable dans les commentaires de Poutine, ce n'est pas le fait qu'ils rapprochent le monde d'une confrontation directe entre adversaires dotés de l'arme nucléaire, mais le fait qu'il a dû rappeler aux dirigeants politiques occidentaux que la Russie ne va pas rester les bras croisés et rendra les coups. Voici un extrait de ce que Poutine a dit :

«En ce qui concerne les frappes, franchement, je ne suis pas sûr de savoir de quoi parle le secrétaire général de l'OTAN. Lorsqu'il était Premier ministre de Norvège (nous avions de bonnes relations) je suis sûr qu'il ne souffrait pas de démence à l'époque. S'il parle de la possibilité d'attaquer le territoire russe avec des armes de précision à longue portée, lui, en tant que dirigeant d'une organisation militaro-politique, même si c'est un civil comme moi, il devrait être conscient du fait que les armes de précision à longue portée ne peuvent être utilisées sans reconnaissance spatiale. C'est mon premier point.

Mon deuxième point est que la sélection finale de la cible et ce que l'on appelle la mission de lancement ne peuvent être effectuées que par des spécialistes hautement qualifiés qui s'appuient sur ces données de reconnaissance, ces données techniques de reconnaissance. Pour certains systèmes d'attaque, comme Storm Shadow, ces missions de lancement peuvent être lancées automatiquement, sans qu'il soit nécessaire de recourir à l'armée ukrainienne. Qui s'en chargera ? Ceux qui fabriquent ces systèmes d'attaque et ceux qui les fourniront à l'Ukraine sont partie prenante. Cela peut se produire et se produit effectivement sans la participation de l'armée ukrainienne. Le lancement d'autres systèmes, comme ATACMS, par exemple, s'appuie également sur des données de reconnaissance spatiale, les cibles sont identifiées et automatiquement communiquées aux équipages concernés qui ne réalisent peut-être même pas exactement ce qu'ils sont en train de mettre en place. Un équipage, peut-être même un équipage ukrainien, effectue alors la mission de lancement correspondante. Cependant, la mission est organisée par des représentants des pays de l'OTAN et non par l'armée ukrainienne».

Résumons :

  1. Les armes de précision à longue portée (missiles) sont fournies par les pays de l'OTAN
  2. Les armes de précision à longue portée sont utilisées par des experts ou des sous-traitants du pays d'origine.
  3. Les armes de précision à longue portée doivent être liées aux données de reconnaissance spatiale fournies par les États-Unis ou l'OTAN.
  4. Les cibles en Russie sont également fournies par les données de reconnaissance spatiale fournies par les États-Unis ou l'OTAN.

Ce que Poutine tente de faire valoir, c'est que les missiles à longue portée sont fabriqués par l'OTAN, fournis par l'OTAN, exploités et lancés par des sous-traitants de l'OTAN, dont les cibles sont sélectionnées par des experts de l'OTAN à l'aide des données de reconnaissance spatiale fournies par l'OTAN. À tous égards, le tir potentiel d'armes de précision à longue portée sur des cibles en Russie est une opération OTAN-États-Unis. Il ne devrait donc y avoir aucune confusion quant à savoir qui est responsable. L'OTAN est responsable, ce qui signifie qu'elle déclare effectivement la guerre à la Russie. Les longs commentaires de Poutine ne font que souligner ce point critique. Voici davantage de choses dites par Poutine :

«Ainsi, ces responsables des pays de l'OTAN, notamment ceux basés en Europe, notamment dans les petits pays européens, devraient être pleinement conscients des enjeux. Ils doivent garder à l'esprit que leurs pays sont petits et densément peuplés, ce qui est un facteur dont il faut tenir compte avant de commencer à envisager d'attaquer le territoire russe en profondeur. C'est une affaire sérieuse et, qui en douterait, nous suivons cela de très près». ( Putin Presser in Uzbekistan, Kremlin)

Naturellement, les médias occidentaux ont concentré toute leur attention sur le paragraphe ci-dessus, et pour cause ; Poutine énonce une évidence : «Si vous attaquez la Russie, nous riposterons». C'est le message sous-jacent. Voici quelques titres (hystériques) de ce vendredi :

  • Vladimir Poutine menace de «guerre totale» si l'Ukraine utilise des armes occidentales pour frapper la Russie - alors que Volodymyr Zelensky demande la permission à ses alliés, com
  • Pourquoi Poutine menace-t-il à nouveau d'une guerre nucléaire ? L'Interprète
  • Poutine met en garde l'Occident : la Russie est prête à une guerre nucléaire, Reuters
  • MENACE DU TYRAN : Vladimir Poutine menace de guerre totale si l'Ukraine utilise les armes occidentales pour frapper la Russie, The Sun
  • (et le meilleur de tous) Il est temps d'appeler tout ça «le bluff de Poutine, CNN

Est-ce de cela qu'il s'agit ? De tester Poutine pour voir s'il bluffe ?

Si tel est le cas, il s'agit d'une stratégie particulièrement risquée. Mais il y a une part de vérité dans ce qu'ils disent. Après tout, Poutine prévient que toute attaque contre la Russie déclencherait des représailles immédiates et féroces. Et il conseille aux dirigeants des «petits pays de l'OTAN densément peuplés» de réfléchir à l'impact qu'une attaque nucléaire de la Russie pourrait avoir sur leurs perspectives d'avenir. Voudraient-ils vraiment mettre leur civilisation entière en danger pour découvrir si Poutine bluffe ou non ? Citons à nouveau Poutine :

«Regardez ce que rapportent vos collègues occidentaux. Personne ne parle de bombarder Belgorod (en Russie) ou d'autres territoires adjacents. La seule chose dont ils parlent c'est que la Russie ouvre un nouveau front et attaque Kharkov. Pas un mot de plus. Pourquoi donc ? C'est leur choix à eux. Eh bien, laissez-les récolter les fruits de leur ingéniosité. La même chose peut se produire si les armes de précision à longue portée dont vous avez parlé sont utilisées.

Plus largement, cette escalade sans fin peut avoir de graves conséquences. Si l'Europe devait faire face à ces graves conséquences, que feraient les États-Unis, compte tenu de notre parité en matière d'armements stratégiques ? Difficile à dire». ( Putin Presser in Uzbekistan, Kremlin)

Poutine semble véritablement intrigué par le comportement de l'Occident. Les dirigeants des États-Unis et de l'OTAN pensent-ils vraiment qu'ils peuvent attaquer la Russie avec des missiles à longue portée sans que la Russie ne réponde ? Pensent-ils vraiment que leur propagande ridicule peut avoir un impact sur l'issue d'un affrontement entre deux superpuissances dotées de l'arme nucléaire ? À quoi pensent-ils ou est-ce qu'ils pensent vraiment ? Nous ne le savons pas. Il semble que nous soyons entrés dans une «stupidité inexplorée» où le désespoir et l'ignorance convergent pour créer une politique étrangère qui est démence pure. Ceci est extrait d'un article de Tass News Service :

Les pays de l'OTAN qui ont approuvé des frappes armées sur le territoire russe doivent être conscients que leurs équipements et leurs spécialistes seront détruits non seulement en Ukraine, mais également en tout point d'où le territoire russe sera attaqué, a déclaré le vice-président du Conseil de sécurité russe, Dmitri Medvedev sur sa chaîne Telegram, notant que la participation de spécialistes de l'OTAN pourrait être considérée comme un casus belli.

«sous leurs équipements militaires et leurs spécialistes combattant contre nous seront détruits tant sur le territoire de l'ex-Ukraine que sur le territoire d'autres pays, si des frappes étaient menées à partir de là contre le territoire russe», a prévenu Medvedev.

Il a ajouté que Moscou partait du fait que toutes les armes à longue portée fournies à l'Ukraine étaient déjà «directement utilisées par des militaires des pays de l'OTAN», ce qui équivaut à une participation à la guerre contre la Russie et à une raison pour lancer des opérations militaires.  Les armes de l'OTAN seront frappées dans tous les pays d'où la Russie pourrait être attaquée (Medvedev et Tass)

Voilà, noir sur blanc. Là où Poutine a choisi l'approche diplomatique, Medvedev a opté pour le coup de marteau. «Si vous attaquez la Russie, nous vous bombarderons jusqu'à vous ramener à l'âge de pierre». Pas beaucoup de marge de manœuvre là-dedans. Mais peut-être que la clarté est ce dont ont besoin les personnes qui ne comprennent pas les conséquences potentielles de leurs actes. Quoi qu'il en soit, personne à Washington ou à Bruxelles ne peut dire qu'il n'a pas été prévenu.

Nous ne pouvons pas exclure la possibilité que Washington veuille réellement étendre la guerre, même si des villes d'Europe de l'Est pourraient être incinérées au cours de ce processus. Il se pourrait que les faucons de la périphérie considèrent un conflit élargi comme le seul moyen de réaliser leurs ambitions géopolitiques. Poutine sait que c'est une possibilité réelle, tout comme il sait qu'il existe à Washington une base importante qui soutient l'utilisation des armes nucléaires. Cela pourrait expliquer pourquoi il agit avec autant de prudence, car il sait qu'il y a des cinglés au sein de l'establishment américain qui attendent avec impatience un affrontement avec leur vieux rival, la Russie, afin de pouvoir mettre en œuvre leurs théories favorites sur les armes nucléaires «utilisables» pour obtenir un avantage tactique. Voici Poutine :

«Les États-Unis ont une théorie de «frappe préventive»... Ils développent désormais un système de «frappe désarmante». Qu'est-ce que cela signifie ? Cela signifie frapper les centres de contrôle avec des armes modernes de haute technologie pour détruire la capacité de contre-attaque de l'adversaire».

Poutine a consacré un temps considérable à étudier la doctrine nucléaire américaine, ce qui le préoccupe profondément. Après tout, l'administration Biden n'a-t-elle pas lancé la semaine dernière  une attaque sans précédent contre «un élément clé du parapluie nucléaire russe» ?

En effet, ils l'ont fait.

Et les États-Unis (via leur Nuclear Posture Review) n'ont-ils pas requalifié l'utilisation offensive des armes nucléaires en acte de défense justifiable ?

Oui, ils l'ont fait.

Et cette révision ne fournit-elle pas aux faucons américains le cadre institutionnel nécessaire pour lancer une attaque nucléaire sans craindre de poursuites judiciaires ?

C'est fait.

Et ces mêmes faucons de guerre n'ont-ils pas développé leurs théories respectives sur la «première frappe», la «préemption» et la «frappe désarmante» afin de préparer le terrain pour une attaque nucléaire de première frappe contre un rival géopolitique de Washington ?

Effectivement.

Et la doctrine nucléaire américaine ne stipule-t-elle pas que les armes nucléaires peuvent être utilisées «dans des circonstances extrêmes pour défendre les intérêts vitaux des États-Unis ou de leurs alliés et partenaires» ?

Certes.

Et cette définition inclut-elle des rivaux économiques comme la Chine ?

Oui.

Et s'agit-il de défendre l'idée d'attaque nucléaire de «première frappe» ?

C'est clair.

Et cela signifie-t-il que les États-Unis ne considèrent plus leur arsenal nucléaire comme purement défensif mais comme un instrument essentiel pour préserver «l'ordre fondé sur des règles» ?

Exactement.

Et Poutine sait-il qu'il existe des acteurs puissants au sein de l'establishment politique et de l'État profond qui aimeraient voir le tabou sur les armes nucléaires levé afin qu'elles puissent être utilisées dans davantage de situations et avec une plus grande fréquence ?

Il le sait.

Et sait-il que Washington considère la Russie et la Chine comme les principales menaces pour l'hégémonie mondiale des États-Unis et contre «l'ordre fondé sur des règles» ?

Oui.

Et se rend-il compte que si les États-Unis mettent en œuvre leur politique de première frappe, la Russie n'aura peut-être pas le temps de riposter ?

Absolument.

Et Poutine se rend-il compte que les analystes de la politique étrangère le considèrent comme un homme modéré et raisonnable, susceptible de ne pas appuyer sur la gâchette ou de réagir rapidement lorsque la Russie ferait face à une attaque préventive qui infligerait à Moscou la défaite stratégique recherchée par l'Occident ?

Non, il ne se rend pas compte. Il continue à penser que posséder une importante réserve d'armes nucléaires dissuadera l'agression américaine. Mais une vaste réserve d'armes nucléaires n'a aucun effet dissuasif lorsque votre adversaire est convaincu que vous ne les utiliserez pas.

Parfois, être raisonnable n'est pas la meilleure façon de repousser un adversaire. Parfois, il faut être un peu fou.

C'est une leçon que Poutine va devoir apprendre à toute vitesse.

source :  The Unz Review via  Entre la Plume et l'Enclume

 reseauinternational.net

 Commenter

Référencé par :

1 article