07/06/2024 francesoir.fr  6 min #250068

« Agence France-Presse » ou « Agence Fausse* Presse »

Xavier Azalbert, France-Soir

« Agence France-Presse » ou « Agence Fausse* Presse »

France-Soir

EDITO

* par « fausse » presse, comprenez au sens de faire état principalement des informations qui vont dans le sens de la politique menée par l'État français, mais jamais des informations qui vont à son encontre. Objectivement, la question mérite d'être posée.

Surtout si on y ajoute un autre élément tout aussi questionnant : l'AFP parle des people, mais est bien aux abonnés absents concernant les sujets importants qui fâchent.

Une personne vient d'ailleurs de le rappeler sur X.

En effet, en commentaire de c ette information donnée hier par l'AFP, information, c'est vrai « importantissime » dans le contexte politico-judiciaire européen actuel (j'y reviens après) :

🎬 La série Netflix "Heeramandi", du nom du quartier des courtisanes du Lahore de 1940, fait la joie des spectateurs, mais dans les allées décrépies du Heeramandi d'aujourd'hui, les Pakistanais oscillent entre fierté et amertume  #AFP

➡️  t.co  pic.twitter.com/zGmM8wdzr6

— Agence France-Presse (@afpfr)

🎬 La série Netflix "Heeramandi", du nom du quartier des courtisanes du Lahore de 1940, fait la joie des spectateurs, mais dans les allées décrépies du Heeramandi d'aujourd'hui, les Pakistanais oscillent entre fierté et amertume #AFP
➡️
Romantiser les courtisanes? Au Pakistan, une série Netflix crée des remous
Parures, dorures, méga-décors bollywoodiens... La série Netflix "Heeramandi", du nom du quartier des courtisanes du Lahore de 1940, fait la joie des spectateurs et autres TikTokeurs, mais dans les allées décrépies du Heeramandi d'aujourd'hui, les Pakistanais oscillent entre fierté et...
 voir

 Être  @moi_soi727096 a répondu  ceci :

« Série netflix on s'en fiche !Afp va-t-il falloir poster cette information sur toutes vos publications pour que vous fassiez votre travail ? »

à savoir l'information suivante, donnée elle par Frédéric Baldan (toujours sur X) :

Dans le but d'apaiser le ressentiment de l'opinion publique à l'égard de la grande presse, mon avocate et moi-même venons de remettre en main propre des documents à l'AFP (qui connait donc officiellement l'affaire pénale d'Ursula von der Leyen).
Alors, l' @AFP informera ou pas ?  pic.twitter.com/bH0HhqF0LE

— Frédéric BALDAN (@BaldanFrederic)

Dans le but d'apaiser le ressentiment de l'opinion publique à l'égard de la grande presse, mon avocate et moi-même venons de remettre en main propre des documents à l'AFP (qui connait donc officiellement l'affaire pénale d'Ursula von der Leyen).
Alors, l'@AFP informera ou pas ?

Voilà plusieurs mois que  l'AFP est totalement muette à ce sujet. Et, cela malgré moult relances opérées par des organismes de presse vraiment indépendants, eux, dont France-Soir.

D'où la question que j'ai posée en titre.

Pourquoi ? Parce que le silence de l'AFP concernant cette information précisément, apparaît dès lors totalement en contradiction avec la description de l'AFP faite part Wikipédia :

« L'AFP assure une couverture rapide, complète, impartiale et vérifiée de l'actualité mondiale, dans tous les domaines, et sous toutes ses formes. Elle est chargée de collecter, vérifier, recouper et diffuser l'information, sous forme neutre, factuelle, destinée à être utilisée directement par tous types de médias. »

Et, le doute est d'autant plus permis, lorsqu'on prend dûment en compte cet autre élément de fait dont Wikipédia fait aussi état :

« C'est avec l'accord de la Commission européenne que l'État français « compense » l'intérêt général remplie par l'AFP, pour un montant qui représente un tiers du chiffre d'affaires de l'AFP. »

Je traduis. Avec l'accord de la Commission européenne, l'État français « finance » l'AFP à hauteur d'un tiers de son budget (qui était de 321 millions d'euros en 2023).

« Et c'est donc par le plus grand des hasards » (Emmanuel Macron), que (je le répète exprès) l'AFP publie principalement des informations qui vont dans le sens de la politique menée par l'État français, mais jamais des informations qui vont à son encontre.

Et, pareillement pour le fait que l'AFP  refuse de parler  de la plainte pénale contre la Présidente de la Commission européenne. Plainte qui vise les accords (opaques) qu'elle a passés avec le laboratoire Pfizer pour l'achat de 35 milliards de doses de « vaccins » anti-covid avec des échanges par SMS avec le patron dudit laboratoire. Évidemment, c'est, bien sûr, dans l'intérêt et aux frais des contribuables de chaque État membre de l'Union européenne, que l'on s'oppose à ce que les contrats qui en procèdent soient communiqués. Ceci en dépit des demandes effectuées par des dizaines de parlementaires européens à la Commission européenne. Ainsi que celles de l'association BonSens.org ou de France-Soir qui demandait à la Commission de les rendre publics sur leur site internet.

Serait-ce alors pour « le plus grand des bonheurs économique » du groupement idéologique autoproclamé « Le Nouvel Ordre Mondial » ?

Ce positionnement pose problème, pleinement antinomique de celui qui doit normalement être celui de l'AFP, et dont Wikipédia fait état en ces mots :

« Dans le même temps, l'indépendance de l'AFP est garantie par la loi, qui lui interdit de tenir compte d'influences ou de considérations de nature à compromettre l'exactitude ou l'objectivité de l'information, et qui lui interdit de même de passer sous le contrôle de droit ou de fait d'un groupement idéologique, politique ou économique. »

Fervent défenseur que je suis du principe de la présomption d'innocence et respect de la Charte de Munich oblige, je m'interdis d'affirmer ici que c'est dans un dessein contraire à la loi que l'AFP a opté  pour ce positionnement. Bien sûr, je n'ai pas en mains suffisamment d'informations en ce sens, authentiques et incontestables ! En outre, je ne suis pas dans la tête du PDG de l'AFP,  Fabrice Fries, dont l'épouse travaille à la commission européenne, il m'est donc impossible de dire ce qui s'y passe véritablement.

Hormis que, les choix éditoriaux de l'AFP s'apparentent plus à un  « ne pas déranger quand il s'agit d'information importante », mais c'est « open bar » pour des informations « people ». En témoigne le fait que l'AFP avait immédiatement publié le prix honoris causa remis à Ursula von der Leyen par l'Université de Toulouse I, alors qu'elle n'a toujours pas parlé de la plainte pénale qui la vise !

C'est la raison pour laquelle je l'invite au défi de la vérité de France-Soir. S'il accepte, je lui demanderai ce qu'il en est exactement. Quant à savoir s'il sera honnête dans ses réponses, je vous sais gré à l'avance de penser comme moi, que la décence exige d'avoir pour postulat de départ qu'il le sera.

Affaire à suivre... Agrémentée d'une petite pause humoristique pour vous détendre préparée pour l'occasion par la rédaction de France-soir.

app.videas.fr

 francesoir.fr

 Commenter