09/06/2024 reseauinternational.net  7 min #250129

194 pays membres de l'Oms acceptent d'arrêter les citoyens qui s'opposent au vaccin contre la grippe aviaire

par Stuart Bramhall

194 États membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont accepté d'arrêter et de poursuivre les citoyens qui s'élèvent contre le vaccin contre la grippe aviaire, dans le cadre de nouvelles mesures sévères destinées à éradiquer la «désinformation».

L'Assemblée mondiale de la santé a adopté cette semaine des amendements au controversé Règlement sanitaire international, sans que les grands médias ne s'en émeuvent. Ces amendements abolissent la souveraineté nationale des pays, accordent à l'OMS des pouvoirs considérables lui permettant d'adopter des lois dans les pays occidentaux et criminalisent les discours qui, selon l'OMS, sapent le discours officiel.

Expose-news.com en parle : Voici de brèves descriptions d'articles, de podcasts et de conférences de presse provenant de diverses sources au cours des derniers jours. Les inquiétudes portent notamment sur l'accord qui prévoit que les gouvernements «s'attaquent» à la désinformation et sur la formulation qui renforce encore la surveillance, jetant ainsi les bases de l'approche «surveiller-déclarer-menacer-enfermer-coercitivement» de la vaccination de masse. Il est important de noter que les pays disposent de 10 mois pour réserver ou rejeter les dispositions, à l'exception des pays qui ont rejeté les amendements 2022 et qui disposent donc de 18 mois.

Nous devons donc continuer à sensibiliser et à faire pression sur nos gouvernements pour qu'ils rejettent les amendements avant la fin du mois de mars 2025. À la fin, nous avons inclus un article sur le Conseil scientifique de l'Organisation mondiale de la santé, un «groupe de personnes non élues qui contrôlent votre avenir».

Tedros déclare la victoire, le 1er juin 2024

Lors d'une conférence de presse sur la pandémie, la préparation et la riposte, ainsi que sur d'autres événements survenus lors de la 77e Assemblée mondiale de la santé, le dictateur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré :

«Aujourd'hui, les nations du monde sont entrées dans l'histoire lors de l'Assemblée mondiale de la santé. Après deux ans de négociations, elles ont adopté un solide ensemble d'amendements au Règlement sanitaire international, sur la base des enseignements tirés de la pandémie de grippe aviaire de 19 ans. La dernière mise à jour du RSI remonte à 19 ans. Les modifications adoptées aujourd'hui renforcent la préparation, la surveillance et la réponse aux urgences de santé publique, y compris les pandémies, au niveau mondial.

Bien que l'accord sur les pandémies n'ait pas encore été finalisé, l'Assemblée de la santé a tracé la voie à suivre. Elle a accepté de prolonger le mandat de l'organe intergouvernemental de négociation afin de finaliser les négociations sur l'accord sur les pandémies dès que possible et au plus tard lors de l'Assemblée mondiale de la santé de l'année prochaine. Le succès des amendements au RSI démontre que dans notre monde divisé et diviseur, les pays peuvent encore s'unir pour trouver une cause commune et un terrain d'entente».

Le point presse de 30 minutes a été diffusé en direct sur Twitter le 1er juin 2023. Vous pouvez regarder l'intégralité du briefing  ici. Vous pouvez également regarder l'intégralité de la séance de clôture de la 77e Assemblée mondiale de la santé sur le site web de l'OMS  ici. Dans la vidéo intitulée «Neuvième réunion plénière», le discours de Tedros le terroriste commence à 1:33:36. Il commence par dire : «J'espère que vous n'en avez pas assez de moi».

Notre réponse est la suivante :«Oui, nous sommes fatigués de vous».

 Communiqué de presse de l'Organisation mondiale de la santé, 1er juin 2024

L'Assemblée mondiale de la santé, la réunion annuelle de ses 194 pays membres, a adopté aujourd'hui un ensemble d'amendements essentiels au Règlement sanitaire international (2005) (RSI). Les nouveaux amendements au RSI comprennent une définition de l'urgence pandémique, un engagement en faveur de la solidarité et de l'équité, la mise en place du Comité des États parties et la création d'autorités nationales du RSI. Les pays ont accepté de poursuivre les négociations sur la proposition d'accord sur les pandémies. Les États membres de l'OMS ont décidé de prolonger le mandat de l'organe intergouvernemental de négociation, créé en décembre 2021, afin qu'il achève ses travaux de négociation d'un accord sur les pandémies dans un délai d'un an, d'ici l'Assemblée mondiale de la santé en 2025, ou plus tôt si possible lors d'une session extraordinaire de l'Assemblée de la santé en 2024.

« Rejeter la prise de pouvoir illégale de l'OMS : Tedros viole la «Constitution» de son organisation pour menacer la nôtre», 4 juin 2024

Samedi soir, à Genève, l'administration Biden, la Chine et d'autres co-conspirateurs ont lancé, en toute illégalité, un nouveau mécanisme pour imposer la «gouvernance mondiale» à chacun d'entre nous. En modifiant illégalement le Règlement sanitaire international (RSI) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans le but de donner à son directeur général, Tedros Ghebreyesus, un pouvoir sans précédent pour piétiner notre souveraineté et nos libertés, l'OMS a fait savoir qu'elle abuserait tyranniquement d'un tel pouvoir, notamment en violant ce même règlement. Tedros a ignoré l'article 55.2 du RSI, qui stipule que tout amendement doit être rendu disponible «au moins quatre mois» avant d'être susceptible d'être adopté. Ensuite, le directeur général a refusé de procéder à un vote par appel nominal pour adopter l'accord international juridiquement contraignant. Au lieu de cela, dans une salle décrite comme réunissant environ 30% des États membres, soit bien moins que le quorum nécessaire, Tedros a annoncé qu'il existait un «consensus» pour l'adoption des modifications du RSI.

 Les modifications du RSI de l'OMS ont été illégalement approuvées, 5 juin 2024

L'Assemblée mondiale de la santé (en étroite collaboration avec l'administration américaine HHS/Biden) a travaillé à la «mise à jour» de l'accord existant (2005) sur le Règlement sanitaire international (RSI). Au mépris flagrant du protocole et des procédures établis, des amendements radicaux au RSI ont été préparés à huis clos, puis soumis à l'examen et acceptés par l'Assemblée mondiale de la santé, littéralement dans les derniers instants d'une réunion qui s'est prolongée tard dans la nuit de samedi à dimanche, le dernier jour du calendrier des réunions.

L'exigence d'un délai de quatre mois pour l'examen a été ignorée dans la hâte de produire un résultat tangible de la part de l'Assemblée. Il n'y a pas eu de vote réel pour confirmer et approuver ces amendements. Selon l'OMS, ce résultat a été obtenu par «consensus» au sein de ce conclave d'initiés non élus, plutôt que par un vote. Les représentants de nombreux États membres de l'OMS n'étaient pas présents dans la salle, et ceux qui étaient là ont été encouragés à se taire. Il s'agit clairement d'une clique d'initiés agissant unilatéralement pour contourner les procédures normales et reflétant un processus similaire utilisé pour confirmer la reconduction de Tedros Ghebreyesus au poste de directeur général.

 Les amendements au Règlement sanitaire international ont été adoptés, «Nous, le peuple, avons subi une défaite cuisante», 2 juin 2024

«La 77e Assemblée mondiale de la santé a adopté un ensemble substantiel d'amendements au Règlement sanitaire international. Nous, le peuple, avons subi une défaite cuisante. La bataille continue»,  a déclaré James Roguski. «Les amendements récemment adoptés faciliteront l'énorme développement mondial du complexe industriel pharmaceutique hospitalier d'urgence qui cherche à déclencher des «urgences pandémiques» permanentes qui seront encore aggravées par des «produits de santé pertinents», a ajouté Roguski.

L'ancienne députée Michele Bachmann, qui a également suivi de près le processus de négociation à l'Assemblée mondiale de la santé de l'OMS, a déclaré ce matin dans un courriel : «L'essentiel est que l'OMS passe du statut d'organe consultatif mondial à celui d'organe international chargé de faire respecter ses mandats».

source :  Stuart Bramhall via  Marie-Claire Tellier

envoyé par André Legrand

 reseauinternational.net

 Commenter

Référencé par :

1 article